Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 09:46

Xavier Darcos a réuni les IEN à la Sorbonne le 6 février dans le cadre d’une série de trois rencontres inter-académiques. 
Le ministre a confirmé les annonces qui devraient être faites dans les prochaines semaines sur le primaire. L’utilisation des deux heures de temps libéré par le samedi matin a été présentée, conformément au protocole désormais signé avec le SGEN-CFDT et le SE-UNSA. Les IEN «valideront les dispositifs, mais confiance doit être faite au terrain». Les dispositifs d’aide mis en place devraient ressembler au PPRE, notamment par un contact fort avec les parents.

Concernant  les programmes, il  a confirmé le recentrage sur le lire, écrire, compter au cycle II, un enseignement resserré autour du socle commun au cycle III. Des programmes annuels sont annoncés, dont le projet mis en ligne prochainement devrait faire l’objet de concertation.

Les évaluations de CE1 et CM2, annoncées comme «diagnostiques», seront passées à des dates  identiques partout en France (printemps au CE1, janvier au CM2). Les résultats, qui devront être transmis aux départements et au ministère par un nouveau logiciel, seront bien rendus publics. L’évaluation en 6e sera maintenue.

Le ministre a également confirmé qu’il s’apprêtait à «rafraîchir » les missions des RASED, et à renforcer la mise en place des «réseaux d’école», sujet sur lequel l’inspection générale réfléchit. Enfin, le statut du directeur et de l’établissement du premier degré, doté d’une autonomie financière, a été évoqué.

  
Note de Xavier Darcos aux recteurs et inspecteurs d’académie

 

Organisation de stages de remise à niveau proposés aux élèves présentant en fin d’école primaire des difficultés en français ou en mathématiques.
E
nviron 15 % des élèves quittent aujourd’hui l’école primaire avec des lacunes graves dans la maîtrise de la lecture, de l’écriture et du calcul, qui compromettent leurs chances de réussite scolaire. L’utilisation, pour des actions de soutien personnalisées, des deux heures d’enseignement dégagées par la suppression du samedi matin constituera déjà une réponse nouvelle au traitement de la difficulté scolaire.

Pour aller plus loin dans le traitement des difficultés rencontrées par les élèves, je souhaite que vous mettiez en place un dispositif de stages de remise à niveau pendant lapériode des vacances scolaires.

Ce nouveau service sera proposé par les professeurs des écoles aux parents ou aux représentants légaux des élèves de CM1 et de CM2 qui présentent des lacunes importantes en français et en mathématiques.

Ces stages se dérouleront à trois périodes de l’année, sur une durée de 15 heures à raison de 3 heures par jour, durant l’une des semaines des vacances de printemps, la première semaine de juillet et la dernière semaine des vacances d’été. Ils s’articuleront avec les dispositifs existant au sein de l’école dans toute la mesure du possible. Plusieurs écoles pourront se regrouper sous la coordination de l’inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription pour proposer ce dispositif.

Vous veillerez à ce que la capacité d’accueil de ces stages soit voisine de 10 % en moyenne des élèves des cours moyens de chaque département.

Les groupes d’élèves qui bénéficieront de ce nouveau service seront constitués sur la base d’un maximum de six enfants, par les enseignements des classes de cours moyens de l’école ou des écoles concernées. L’implantation des stages sera décidée en accord avec le maire qui ouvrira les locaux scolaires.

L’ensemble du dispositif sera présenté au conseil d’école, il sera inscrit dans le volet du projet d’école concernant l’aide aux élèves rencontrant des difficultés.

Avant le début du stage, l’enseignant de la classe établira un bilan de compétences en français et en mathématiques de chaque élève concerné qu’il transmettra à l’enseignant ou aux enseignants qui conduiront le stage. C’est sur a base de ce constat que les actions pédagogiques seront conçues de sorte qu’elles puissent commencer dès le début de l’action.

A la fin du stage, une évaluation des progrès de chaque élèves sera faite et communiquée à la famille ainsi qu’à l’enseignant de la classe.

Les stages seront conduits par des enseignants du premier degré volontaires. Ils seront rémunérés en heures supplémentaires d’enseignement.

Il vous est rappelé que ces heures bénéficient depuis octobre dernier d’une exonération fiscale et sociale, qui se cumulera avec la majoration prochaine de 25 % de leur taux horaire, conformément aux décisions prises par le Président de la République pour améliorer le pouvoir d’achat des fonctionnaires.

Afin de financer ce dispositif, vous trouverez en annexe une dotation complémentaire en heures supplémentaires d’enseignement qui vous sera allouée sur le programme premier degré.

Vous mettrez en place ce dispositif dès les vacances de printemps 2008.

Retour à la page d'accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Propositions du Ministère
commenter cet article

commentaires

Jean-Claude-Lyon 20/02/2008 10:23

Aucun risque qu'on manque de personnel. Ce serait lutôt le trop plein d'après les premières remontées des IEN. Trop de volontaires par rapport aux 10 % d'élèves concernés (en volume de dotation budgétaire pour les recteurs). Beaucoup de collègues devront aller travailler pour le compte d'écoles plus difficiles s'ils veulent "travailler plus pour gagner plus"...

Dessaint 20/02/2008 00:09

Que va-t-il se passer si aucun enseignant du premier degré n'est volontaire pour assumer ces "heures de stage" supplémentaires dans une école, voire une ville regroupant plusieurs écoles? On peut supposer que les IEN se retrouvant avec ce "bébé" dans les bras feront pression sur les directeurs pour qu'obligatoirement des volontaires soient "volontaires". Et comme le dit si bien un collègue sur ce blog, quelle sera la charge de travail qui viendra s'ajouter aux autres charges (déjà lourdes) des directeurs d'école? D'autre part, proposer 360€ pour assurer 5 jours de stage à raison de 3 heures par jour, ce qui correspond à une semaine que l'enseignant "volontaire" devra bloquer, 5 déplacements spécifiques avec son propre véhicule (temps + frais de déplacement), 5 demi-journées à préparer (sans compter les corrections, les évaluations finales et les bilans de fin de stage), il n'est pas sûr qu'il y ait bousculade au portillon. Surtout si cette solution est à appliquer 3 fois dans l'année!Ne nous leurrons pas! Tout ceci est organisé avec précipitation afin de faire remonter la côte de popularité de notre cher président auprès des parents-électeurs-municipaux déçus des annonces négatives relatives à une éventuelle hausse du pouvoir d'achat.Et cela permettra également à nos dirigeants d'apporter la preuve que les enseignants ont trop de vacances et méritent la médiocre considération qu'on leur porte de plus en plus!

ac-creteil 14/02/2008 18:22

On ne parle pas des coordonnateurs de RPI qui ont un quart de décharge mais qui sont souvent chargés de coordonner le RPI, et dont les tâches sont souvent lourdes.

Yann-le-breton 07/02/2008 17:18

Que pensent les syndicats de ces stages pendant les vacances ? Est-ce que ça a été discuté avec eux ? Aura-t-on la même cacophonie que sur les 2 heures du samedi : 2 syndicats qui signent, 1 qui réserve sa réponse aux résultats de sa consultation, la FCPE qui est opposée à la réduction du temps de travail des enfants...Et nous dans l'histoire, on a notre mot à dire ? Qui va encore devoir coordonner l'ensemble du dispositif ? Qui va adresser le compte rendu ou le bilan à l'IEN ? Qui va devoir régler les problèmes de gestion des salles et d'ouverture de l'école avec la mairie ? Et j'en oublie, sans doute...

courriel IA69 - Régis 07/02/2008 14:45

Le fameux "Travailler plus pour gagner plus", le voilà... Il arrive même dans les écoles. Nous, pauvres "enseignants-comme-les-autres-tailables-corvéables-à-merci", on connaissait la première partie du slogan "Travailler plus...". Maintenant, si on est courageux (c'est à dire s'il nous reste encore un peu de forces...), on pourra encore trimer un peu plus pour gagner ce que l'Etat nous doit en tant que "chargé-d'école... Pas mal, hein ?

VALMORI Patrick 07/02/2008 11:03

le statut du directeur et de l’établissement du premier degré, doté d’une autonomie financière, a été évoquéCette phrase n'est pas très claire. Est-ce qu'elle s'applique au directeur : on réfléchit à la création d'un statut de directeur... ?Ou, s'applique-t-elle à la mise en place des EPEP expérimentaux et donc à la création d'un statut approprié aux directeur de l'EPEP ?Avant de me réjouir, j'attends d'en savoir plus.