Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 21:13

 

 

« Le changement, c’est maintenant ! » nous avait-on promis. C’était en mai 2012. Une éternité ! Deux ans déjà que les directeurs d’école espèrent, attendent et s’impatientent. Deux ans plus tard, ils perdent patience. Ils n’y croient plus.
Qui pourra leur faire croire qu’il faut deux ans pour écrire un « référentiel-métier » ? Son contenu est connu depuis des années. Tous les rapports et toutes les enquêtes contiennent les éléments nécessaires à la réalisation de ce document. Les armoires du ministère sont remplies de synthèses sur les missions, les tâches ou les divers aspects du métier de directeur d’école. Et pourtant, deux ans après, rien ne se concrétise.

Certes, nous dit-on, le pays a connu deux élections (municipales et européennes). Mais l’administration centrale s’arrête-t-elle de fonctionner pour autant ?
Certes, le précédent ministre Vincent Peillon a été écarté lors du remaniement du gouvernement. Mais participait-il personnellement aux travaux préparatoires du référentiel métier ?
Alors que cache ce retard incompréhensible ? Ne traduit-il pas, tout simplement, l’absence de volonté de l’Etat de réformer véritablement l’école ? 

Que retenir de ces deux années ? Rien ! Rien, si ce n’est la calamiteuse réforme des rythmes scolaires. Une réforme « dans l’intérêt des enfants », nous a-t-on répété. Alors, pourquoi ne l’a-t-on pas imposée aux établissements privés pourtant sous contrat avec l’Etat ? Peut-on considérer qu’une réforme est bonne et indispensable pour certains enfants et sans intérêt et inutile pour d’autres ? Le résultat ne s’est pas fait attendre. Les écoles privées ont maintenu le statu quo des quatre jours, ce qui leur permet, dans les zones de forte concurrence, de recueillir de plus en plus d’élèves du public dont les parents contestent les changements d’horaires. Le ministère a ainsi contribué à accentuer la concurrence déloyale au profit des écoles privées.

Autre absurdité de cette réforme : le second décret autorise de rassembler les TAP sur un après-midi. Où est l’esprit de la réforme telle que souhaitée il y a un an ? Rappelons, par exemple, que le projet de la ville de Lille avait été refusé l’an dernier à Martine Aubry au prétexte qu’elle voulait rassembler les TAP un après-midi par semaine… cette année, il sera avalisé avec la bénédiction du nouveau ministre… 

L’accouchement difficile de cette réforme des rythmes scolaires aurait-il absorbé toute l’énergie de l’administration centrale au point de n’avoir ni le temps, ni les moyens humains de préparer le fameux « référentiel-métier » ? Faut-il en rire ou en pleurer ?
Fameux référentiel-métier, peut-on dire, parce qu’il ne représentera rien moins qu’un ersatz de statut. Quelle sécurité, quelle reconnaissance, quelle amélioration… apportera-t-il aux directeurs d’école ? Il ne sera rien d’autre qu’un cadre dont les limites pourront être dépassées sans vergogne.
Pour s’en convaincre, il suffit de lire les récriminations des personnels de direction du second degré et des IEN qui, pourtant eux, bénéficient d’une véritable reconnaissance de leur métier et d’un vrai statut professionnel. 

Le SNPDEN (Syndicat National des Personnels de Direction) dénonce « une inflation permanente de tâches qui porte atteinte à la qualité d’exercice des fonctions, qui ne relève pas des missions des personnels de direction et dont l’utilité, discutable, confine au harcèlement. 77% des personnels interrogés estiment qu’on leur demande d’en faire toujours plus sans vraiment comprendre pourquoi ». 

Dans un communiqué de presse intitulé « Rythmes scolaires : Passées les bornes, où sont les limites ? », le SI.EN UNSA (Syndicat des IEN) manifeste son mécontentement : « Une fois encore, nous avons été payés de mots, mais n’avons bénéficié d’aucune reconnaissance ni matérielle ni institutionnelle pour le travail accompli. Sans être taxés de vénalité, nous en avons franchement assez d’être pris pour les « pigeons » du système éducatif. Les charges de travail s’ajoutent les unes aux autres, les commandes sont formulées sur des tons souvent insupportables, avec des délais de réponse toujours plus intenables, et pourtant, nous avons continué à faire preuve d’une loyauté, d’un désintérêt et d’une souplesse adaptative dépassant certainement les bornes de l’acceptable ! »

Ce communiqué, sans qu’il soit nécessaire d’en changer une virgule, pourrait très bien s’appliquer à la situation des directeurs d’école et émaner de leurs représentants.

 

A la lecture de ces deux protestations, on mesure combien le référentiel-métier sera insuffisant pour reconnaître le métier de directeur d’école, le faciliter et surtout le changer en profondeur.
Néanmoins, ce texte est indispensable puisque c'est un premier progrès même s'il est timide. Mais nous ne pourrons nous en contenter ou nous en satisfaire. Or, chacun sait que les différents ministres ne veulent pas aller plus loin.

Non seulement, ils refusent un véritable statut mais prennent tout leur temps pour un simple référentiel-métier… En ce sens, ils affichent leur mépris des directeurs d’école.

« Le changement, c’est… »

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

Jules Ferry 11/12/2014 22:49


Trois ans que j'officie en temps que directeur dans une école de 11 classes + 1 unité UPe2A non reconnue comme classe; décharge à 50%. Quand nous sommes au bureau c'est pour traiter des cas
d'urgence à 80%, répondre au téléphone et régler les multiples problèmes que rencontre une école; depuis la célèbre refondation c'est pire; l'IEN envoie des documents à remplir à tour de bras;
nous sommes devenus la succursale sauf que lui a 1 secrétaire et 4 conseillers pédagogiques pour répartir les tâches. Les directeurs ont une EVS 10h par semaine; le Pérou. De qui se moque t-on
avec la simplification des tâches du directeur ? Le directeur doit partager sa classe avec un PES dont la formation est sacrifiée; ils ne dorment plus entre les cours à l'ESPE
et la responsabilité pendant 2 jours consécutifs de la classe. De qui se moque t-on ?

merlin 08/07/2014 10:44


Ce serait effectivement une avancée notable.... mais cette annonce n'est elle pas un peu trop précipitée à partir de données soumises à contradiction?


Attendons une déclaration ou  un texte précis et sans ambiguité du ministre sur ce sujet avant de nous réjouir. Ca me parait plus raisonnable.

montagny 07/07/2014 17:20


Dans le Café Péda du jour, pour les dirlos un peu d'espoir  et pour Gégé... c'est comme vous voulez, à votre bon coeur !


Mais c'est la lecture de la prévision d'emplois jusqu'en 2017 qui est la plus éclairante, car elle anticipe sur les réformes administratives et pédagogiques. Ainsi le ministère a
bien prévu une montée sensible des emplois dans l'enseignement prioritaire à partir de 2016. A terme on aurait 3600 créations de postes dans les Rep au primaire et 1281 au secondaire. Plus
intéressant, à partir de 2015 apparaissent des créations d'emplois de directeur au primaire. Ils seraient 850 en 2017. On va donc bien vers un nouveau statut pour ces personnels, distinct de
celui des enseignants.

Pierre Lombard 04/07/2014 08:00


Sur le site du SNUipp la simplification admisnistrative à la rentree 2014:


on aura un nouveau vademecum, pour passer le temps, on fera des listes sur baseélève, pour la cantine et le périscolaire, on aura des nouveaux tableaux de bord a remplir, pour limiter les
enquetes C'est tout !!!


 


Ce n'est pas du tout de cela dont il s'agit. Le SNUipp rentre en campagne électorale et déroule ses classiques (sauf qu'il est concurrencé par FO qui fait mieux et plus fort dans la vaine
surenchère).


La "simplification" est plus de l'ordre de l'optimisation d'outils que de l'allègement de tâches. Et c'est tant mieux car sinon cela aurait voulu dire que l'on nous a chargé la barque sans se
soucier des conséquences.


Le SNUipp (et d'autres vont suivre) sort quelques mesures de leur contexte pour s'attaquer à l'architecture.


L'idée est d'une part créer une sorte de réseau social pour les directrices et les directeurs (entre pairs), nommer des directeurs référents en poste et joignable, rendre BÉ compatible avec les
logiciel mairie, rendre possible le travail hors ligne et OUI en améliorer l'ergonomie, et OUI rendre le relevé d'information pour les enquêtes directement accessible par l'Administration.


d'autre part, à partir d'une circulaire, créer ("remplacer l vade-mecum" sont les termes employés par le SG) un véritable guide du directeur (au-delà du guide juridique) accessible. 


En fait le but est de mettre en place au niveau national et départemental un réseau d'aide semblable à ce que fait le GDiD.


Enfin, pour éviter la surabondance des mails, ils mettront en place un "Intranet" départemental.


 


On est assez loin du "BOF"...


 


Le référentiel-métier" est lui aussi consistant et dense. Pour la première fois sont listées de façon exhaustives nos missions, les compétences à développer et nos actions propres.


La circulaire fait 6 pages et les annexes 9 pages(tableaux récapitulatifs à partir des 3 missions définies par les mesures, à savoir: Pilotage de l'équipe pédagogique, responsable du
fonctionnement, interloculteurs des partenaires locaux).


 


la preuve que le SNUIpp n'est que dans la "posture", c'est que la clé OTP est nomminative, elle engage PERSONNELLEMENT le directeur, et quand on sait les précautions et les règles strictes de la
CNIL sur l'établissement des fichiers on ne peut qu'être dubitatif par l'objectif d'une telle revendication...


 


 

snark 03/07/2014 05:56


Pour la clé OTP, pourquoi pas, ça va vachement simplifier la vie de faire signer les collègues chaque fois que je leur donnerai ( comme nous avons signé à la remise ! )


Simplification ?

Spartacus 02/07/2014 22:27


Gégé, je ne sais pas qui tu es, ni qui tu représentes mais tu ne manques pas de souffle...... Il est dommage que ton syndicat soit moins en pointe que toi sur le dossier des directeurs
d'école...... Enfin au royaume des aveugles les borgnes sont rois

merlin 02/07/2014 20:35


Alors Gégé, cette fin d'année, ça donne quoi? Les listes sont prêtes pour l'an prochain? Combien de classes déjà dans ton école?


Tu peux développer aussi ce que souhaite le Snuipp avec la clé OTP version " école"? .... car si je n'en suis pas tombé assez accro pour mpe promener sur la plage avec, je vois mal l'interêt de
la mesure pour les dirlos?


 Tu peux expliquer?  Merci Gégé

montagny 02/07/2014 18:52


Gégé, les propositions du Snuipp tout comme ses rendez-vous au MEN passent après le GDID... On dirait que le MEN sait à qui demander pour avoir des infos sur les dirlos...

Gégé 02/07/2014 18:14


Nihil, t'es un peu trop réducteur. Faudrait que tu lises à fond le site du SNUipp. Tu verrais :


1) les mesures de simplification ne se limitent pas à la caricature que tu en fais


2) nous ne sommes pas satisfaits du résultat que nous trouvons être un bon début mais insuffisant.


Faut que tu saches que même si c'est insuffisant, c'est un premier pas et c'est notre pression et nos interventions auprès du ministère qui ont permis d'arracher ces premières mesures. Merci d'en
prendre acte.

merlin 02/07/2014 17:32


Et ça marche aussi bien que la Ferrari? ..... j'échange volontiers une clé OTP en parfait état contre la belle voiture rouge.

Denis 02/07/2014 16:33


Alors là Merlin, pas question qu'on me prive de ma clé OTP, symbole de ma réussite sociale, et que j'exhibe sur la plage comme le bellâtre d'à côté exhibe sa Ferrari.

merlin 02/07/2014 08:44


 Il ne faut pas être négatif: le Snuipp demande que la fameuse clé OTP soit à disposition des tous les enseignants afin qu'ils puissent avoir accès à la base. Du boulot en moins pour les
dirlos car je suppose que cet accès libre incluera que chaque enseignant soit responsable de l'enregistrement et mise à jour des données concernant sa classe, gestion pour les enseignants de Cm2
d'Affelnet etc... sinon je ne vois pas l'intérêt ( il faudra toutefois que notre responsabilité soit clairement dégagée de ces domaines en cas d'erreur ( on ne peut être tenu pour responsables
des données gérées par d'autres) ..... je connais des adjoints qui vont être contents.......

Nihil 02/07/2014 08:16


Sur le site du SNUipp la simplification admisnistrative à la rentree 2014:


on aura un nouveau vademecum, pour passer le temps, on fera des listes sur baseélève, pour la cantine et le périscolaire, on aura des nouveaux tableaux de bord a remplir, pour limiter les
enquetes C'est tout !!!


On est gates !

merlin 22/06/2014 00:17


Alors Gégé, ça se passe comment ces inscriptions pour l'année prochaine? Ton école est menacée de fermeture, elle gagne une classe ? Tiens nous au courant.... et la répartition pédagogique, chez
toi, ça se passe bien?


  Pour parler au nom des dirlos, la moindre des choses ets d'être dirlo, non?


Ceci dit, tu as peur que ton syndicat prenne une banane aux prochaines élections pro? Je te rassure, ce ne sera pas le cas, il finira probablement prems mais avec combien de votants et pour
quelles raisons?


Adhésion au projet du Snuipp ? coup de pouce pour le mouvement ou pour obtenir un mi temps?.......


Il faudrait faire une enquête. Maintenant, je reconnais que tous les dirlos ne se bougent pas ne serait ce que pour voter en faveur d'un changement de leur condition: mais les syndicats ne nous
ont jamais donné des gages de prise en compte de notre réalité et le Gdid n'est pas un syndicat, ce n'est pas une découverte pour toi,  donc on ne peut pas voter pour lui.


  Je regrette profondément cet état de fait car je ne pense pas que des avancées dans le sens de ce que propose le Gdid soient refusées par beaucoup de dirlos, voir même par aucun


Paradoxe navrant mais réel: les dirlos accepteront avec joie les avancées défendues par le Gdid mais votent " utile"    pour des raisons différentes de celles qui peuvent nous
concerner.


Dommage certes.

Pierre Lombard 21/06/2014 15:43


 Ok. Tout ça est vrai.


C'est tout ce qu'on voulait lire Zézette, Denis  a raison.


Que viennent faire Hollande et la fille à Papa là-dedans? Le SNUipp à bien perdu des voix, comme le SGEN et le SE, lui, en a bien gagné?


comme dit Zézette.


 Ok. Tout ça est vrai…

Gégé 21/06/2014 13:54


Ah... ils me font marrer ces jeunots... Si on compte comme ça Denis, il a fait combien votre protégé ? Tu sais le SE..? Quel score ? Et les autres ? La Cfdt, la Cftc.. combien ?


Non, c'est ridicule ! On dit que Hollande a été élu par défaut et que Marine Le Pen a gagné les européennes à cause de l'abstention. Ok. Tout ça est vrai. Mais qu'est-ce qu'on retient en fin de
compte ? Que Hollande et Le pen ont gagné. Point barre.


Moi je vous le dis sans fanfaronner... Rendez-vous à la prochaine et on en reparle... Ok les gars ?

Denis 21/06/2014 13:22


Tu sais bien Pierrot que Gégé ne répond jamais aux questions.


Etant bien meilleur en orthographe qu'en maths, je vais quand même tenter un calcul.


De mémoire, le snipp a fait à la louche 40% des voix de 40% de votants. Ce qui me semble représenter un peu plus de 80% d'enseignants qui ont compris qui ne les défendait pas... J'ai bon ?

Pierre Lombard 21/06/2014 08:19


Je vous ferai pas l'affront de vous rappeler les scores aux dernières élections
pros...


Chiche, n'hésite plus toi qui est fort en math.


Dis nous de combien est le recul du SNUipp, le nombre de participants à cette élection, la part de représentatation du SNUipp sur l'ensemble des enseigants du primaire et combien de points ont
gagné le Se et FO entre autes.


Allez lance-toi. 

Gégé 20/06/2014 19:10


De doux rêveurs, les Montagny, Grégoire & Co... Je vous ferai pas l'affront de vous rappeler les scores aux dernières élections pros... Pourtant, on entendant déjà le même discours... On
allait voir ce qu'on allait voir...!!! Les dirlos, à lire les commentaires sur ce blog, allaient se souvenir du SNUipp... J'en ris encore... Car les dirlos ont su où était leur intérêt et ont
bien compris qui les défendait le mieux... Je me rappelle la campagne éhontée en faveur de la CFTC et de son alliance contre nature d'un camarade du GiDD... ici même... Grosse claque !!! Rhabillé
pour l'hiver et même pour plusieurs saisons.


Alors, mes chers camarades Montagny, Grégoire ou Merlin, je vous donne rendez-vous dans quelques mois. Vous marcherez la queue basse si les derniers résultats ne vous ont pas rendus plus
modestes. Défendez votre assoc. D'accord, mais restez neutres, ça vous évitera d'être ridiculisés... Suivez mon conseil, vous ne le regretterez pas.

Gregoire 20/06/2014 18:50


Faut dire que cet amalgame de tendances Ecole Emancipée ( ni Dieu ni Maître)  Unité Action qui doit sûrement être déchirée entre ligne merlu et ligne Bertrand n'existe que contre et jamais
pour ( si mais dans un autre monde celui de Gégé et des lendemains qui chantent). Le Snuipp s'est coupé des dirlos et du coup des équipes. Autour de moi aucun dirlo ne vote Snuipp , c'est se
tirer une balle dans le pied.


Le SE s'est rapproché de nos positions mais avant lui la CFTC a toujours combattu au côté du GDID il faut le rappeler, et maintenant le SGEN  se retrouve sur la même ligne. Donc finalement
on assiste à une recomposition plus conforme à la réalité : réformateurs contre néoconservateurs. Et je dis et écris depuis des lustres que le Snuipp fait partie du problème : son attitude sur
les rythmes, je signe et renie, son discours  incohérant sur la direction CMD certification puis maintenant simplification sont autant de contrefeux pour faire reculer l'inévitable à savoir
la reconnaissance du métier de directeur.


Camarades directeurs l'heure du choix a sonné balle dans le pied ou avancées significatives vers le statut.


PS je ne suis mandaté par personne et mes propos n'engage que ma modeste personne mais j'espère très sincèrement que les réformateurs l'emporteront.

montagny 20/06/2014 15:48


Gégé l'a sûrement mauvaise en ce moment avec toutes les sections locales qui sont contre le national au niveau de la réforme des rythmes. C'est vrai que le Snuipp, concernant cette réforme et son
kamasutra idéologique au cours du temps, est concerné par la citation de Coluche "Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire". FO prépare les journées portes ouvertes pour accueillir tous
les déçus du Snuipp...


En fait ce qui fait chier, Gégé, c'est qu'un dossier avance sans le Snuipp. Il faudra bien qu'il s'y fasse car par ses revirements incessants il est moins audible par le MEN et aussi lâché par sa
base qui ne se reconnaît plus dans la gestion nationale.

Pierre Lombard 20/06/2014 14:37


" …Parmi les questions qui sont plus particulières, la question des directeurs d’école reviendra sans cesse. Il y a beaucoup d’écoles en France. Nous n’avons pas aujourd’hui la possibilité de
donner ce statut" 


 


C'est justement à cela que l'on peut juger du chemin accompli… Car ce qui rentre en phase opérationnelle est bien de l'ordre du statut des directeurs (même sens que celui des professeurs - decret
1950 -  modifié par Peillon)

Pierre Lombard 20/06/2014 14:33


Bonjour l'ambiance au Gidd !!!


Très bonne ambiance à l'intérieur du GDiD Zézette. 


2 ou 3 "plus-membres" ont des aigreurs d'estomac qui les font délirer, mais ça ne gâche pas l'ambiance à la fois joyeuse et studieuse dans le GDiD, ni même les nombreux encouragements extérieurs…


Et il quand même gonflé Pierre Lombard


j'avance à visage découvert, c'est vrai… 


Mais mon ami Pierre, ce qui compte c'est le nombre de ceux qui sont à jour de cotisation... 


Mais c'est justement de ceux-là et que de ceux-là (donc pas de tous les autres) dont il s'agit ma  Zézette. Je ne parle moi que des
adhésions à jour.


Et là, d'après ce qu'on m'a dit, tu n'as pas doublé mais divisé par 2 le nombre de tes adhérents...


Désespérement comique… Reste sourd aux ragots, Zézette… Surtout quand on voit ce dont certains bileux sont capables de raconter comme couannerie.


Pas très fort en maths l'ami Pierre.... 


En orthographe, oui, comment vous le cacher…  mais en math ça va très très bien (En plus, là c'est du calcul Zézette).


Et sur le SE-UNSA, tu peux cracher ta bile tant que tu veux, il n'y a aucune raison de ne pas rendre à César ce qui lui appartient. Nous ne sommes en concurrence avec personne pour les élections
professionnelles, nous... Nous avons toujours dit que personne n'aura raison seul sur ce dossier. Certains veulent jouer perso, c'est leur problème. Nous on est collectif et loyal et nos
partenaires itou.



Autre directeur fatigué 20/06/2014 13:25


J'attendrai, le jour et la nuit
J'attendrai toujours ton référent-métier, yé, yé, yé !
J'attendrai…


Guy Roux >


Juillet 2012


>



Autre directeur fatigué 20/06/2014 11:59


"Salut les pleutres" ! ce serait pas mieux ?

Gégé 20/06/2014 10:44


Bonjour l'ambiance au Gidd !!!


"..Salut les grincheux, nous on se met au travail.."


Les "grincheux", on l'aura compris c'est tous ceux qui ont quitté le navire en situation critique.. Navire devenu petit rafiot remorqué par le SE-UNSA.


Ils apprécieront ceux qui ont donné de leur temps pour l'assoc qui se disait indépendante.. et qui avait craché sur le SE-UNSA signataire du "proutocole", comme ils disaient à l'époque... Mais
autre époque et revirement des (ir)responsables du GiDD, sous la coupe de Pierre Lombard associé à celui que certains nomment "l'homme au chapeau"...


Et il quand même gonflé Pierre Lombard qui nous annonce des chiffres mensongers !!!!


"Depuis le départ de Thierry (que je regrette sincèrement) on a pratiquement doubler le nombre d'adhérents"


Je me souviens qu'à l'époque, on nous rapportait des chiffres qui grimpaient, qui grimpaient, qui grimpaient. On parlait de plus de 2000 !!!! et voilà qu'on aurait "pratiquement doubler le
nombre d'adhérents" Qui va croire ça ? Il n'y a plus personne, on m'a dit, sur le forum et sur le site squatté par "l'homme au chapeau"...


Pierre Lombard globalise tous ceux qui sont un jour passés par son assoc... Mais mon ami Pierre, ce qui compte c'est le nombre de ceux qui sont à jour de cotisation... Et là, d'après ce qu'on m'a
dit, tu n'as pas doublé mais divisé par 2 le nombre de tes adhérents... Pas très fort en maths l'ami Pierre.... 

Pierre Lombard 20/06/2014 07:15


...et à la fin de l'envoi tu touches.


Actions coordonnées GDiD/SE-UNSA  payantes:


le calendrier est maintenu, il est officiel:


c'est ici et donc dès la rentrée 2014, les avancées actées au cours des
négociations seront opérationnelles: référentiel-métier, contenu de la formation, volet indemnitaire, allègement des APC...


Et c'est pas fini:  Alain vient de recevoir les rdv suivants qui invitent le GDiiD à la table des
discussions:


Réunion avec Florence ROBINE dgesco  le 1 juillet à 15H  et SG à 17h 30.


Boulot estival en perspective mais la parole des directeurs fera bien partie de cellles écoutées... 


S@lut les grincheux, nous on se met au boulot 

Spartacus 19/06/2014 20:46


Pierre, tu es dans le vrai....... pousse......pousse..... et à la fin de l'envoi tu touches

Pierre Lombard 19/06/2014 08:04


Mais ses passes d'armes inutiles entre des directeurs qui ont un seul objectif....... être reconnus pour leur travail et en avoir le pouvoir.......... est bien
misérable....


Je suis le premier à le regretter Spartacus, mais j'ai des doutes sur l'objectif partagé.


Si c'était vraiment la "reconnaissance de notre métier" qui guidait les commentaires, il n'y aurait pas cette bile déversée sur les mesures prises, il y aurait une prise en compte, certes plus ou
moins modérée, de ce qui est  réellement sur la table sans essayer de les dénaturer pour en faire un argument contre nos partenaires et le gvt ... en prévision des élections prochaines.


 


Si c'était vraiment l'amélioration de nos conditions de travail qui motivait ces commentateurs c'est autour des idées que s'articuleraient les discussions, or là on ne s'en prend, et on n'en
appelle, qu'aux personnes…


 


Spartacus, tu sais mieux que personne que le travail que nous produisons est le fruit de réflexions collectives (ça ne l'a jamais été autant), et que nous trouvons toujours les points d'accord
parce que justement nous travaillons avec un même objectif.


Notre objectif ce sont les dirlettes et les dirlos, on travaille avec le ministère issu des urnes et les syndicats représentatifs qui ont compris l'intérêt généfal à avoir des directeurs reconnus
à la tête des écoles.


 


En période électorale, tu verras, beaucoup vont tirer la couverture à eux… S'il n'en n'ont pas la force, ils dénigreront ce qui a été obtenu.


Ils ont commencé. 

Pierre Lombard 19/06/2014 07:42


Je souhaite vraiment que le référentiel métier apporte une vraie amélioration de notre piètre condition;


Pour te faire une idée, ici tu as celui des chefs d'établissement (il date de 2002
et l'accord avait été signé en 2000):


voilà comment il est introduit:


 


Le protocole d'accord relatif aux personnels de direction marque une étape importante dans l'évolution du statut et des missions des chefs
d'établissement dont le métier s'est profondément transformé dans le contexte d'autonomie renforcée des établissements.


 


j'attends de pouvoir en lire au moins l'ébauche, je me méfie beaucoup des périphrases qui pourraient le vider de sa substantifique moëlle.


Tu as entièrement raison, c'est le risque majeur amplifié par l'urgence et le délai court. Par contre, à ma connaissance, le dossier qui nous concerne est le seul suivi et alimenté par
des directrices et des directeurs en poste: avant et après chaque réunion nous retrouvons nos écoles. Et les signaux envoyés depuis quelques jours montrent plutôt la volonté de
"terminer" le travail avec nous (voire d'ouvrir les chantiers suivants)


 


Un constat : les dirlos ne sont pas morts…


Non, et ont ne lâche pas! certains se sont précipités un peu trop vite pour danser sur nos tombes… Alors que nous sommes très actifs pour obtenir un calendrier qui annonce la mise en œuvre des
mesures dès la rentrée 2014 et que les retours de l'Estafette sont positifs.

merlin 18/06/2014 23:01


 Je souhaite vraiment que le référentiel métier apporte une vraie amélioration de notre piètre condition; j'attends de pouvoir en lire au moins l'ébauche, je me méfie beaucoup des
périphrases qui pourraient le vider de sa substantifique moëlle.


Un constat : les dirlos ne sont pas morts, ils bougent encore, s'expriment et s'engueulent, ils vivent quoi..... ça va pas faire plaisir à certains......

Spartacus 18/06/2014 20:52


Espèrons-le Pierre!!


Mais ses passes d'armes inutiles entre des directeurs qui ont un seul objectif....... être reconnus pour leur travail et en avoir le pouvoir.......... est bien misérable....


Un futur-ex-directeur qui voit dans le GDID notre/votre seule planche de salut

Pierre Lombard 18/06/2014 20:22


@ Merlin.


On ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment. 


C’est ce que je vérifie…


 


puis le mot " statut" est apparu ( merci Thierry and Co) et on a commencé à pouvoir en parler sans être inscrit d'office à un stage de réeducation Ecole émancipée... 


Plus que le mot « statut », Thierry est le créateur de la devise emblématique du GDiD: « ÊTRE & AVOIR ». en 2 mots tout est dit.


 


Le mot statut lui est porteur d’ambiguïté parce qu’il n’est pas précis, c’est de l’ordre du concept. Ça a été un élément essentiel pour à la fois fédérer les drlos et s’inviter à la table de ceux
qui discutaient pour nous. Une fois autour de la table il faut discuter.


Il y a eu ceux qui ne nous ont pas calculé (SNUipp, SUD… SNE), ceux qui étaient venus pour nous manipuler (FO), ceux qui auraient bien voulu rester mais « idéologie » d’abord (cgt) et ceux qui
sont restés: SE, SGEN, CFTC,… (on remarquera que les réformistes sont restés, les conservateurs partis). Il a bien fallu donné un contenu pragmatique à notre concept.


 


Notre statut, précisément, c’est celui du fonctionnaire de la fonction publique.


Ce n’est pas sur celui-là que le GDiD cherche à agir. C’est le décret de 89 que l’on veut voir redéfini.


 


Si on veut comprendre la palette de ce que recouvre le mot « statut » on peut prendre l’exemple du « statut des professeurs » qui vient d’être réformé. Pourtant les professeurs n’ont pas changé
de corps, ils voient leur statut-particulier (décret 1950) revu par un nouveau texte qui reprécise leurs missions…


Tous les médias ont parlé du « statut des profs. », sur le site du ministère il n’y a aucune référence au « statut », mais on y parle d’évolution du métier.


 


Personne ne s’était jamais engagé à réécrire notre décret de 89. C’et ce que fera le « référentiel-métier ».


Mais à lui seul ce n’est pas un « statut ». Le référentiel-métier (allez voir celui des chefs d’établissement) induit un formation, un recrutement, un déroulement de carrière…


Le tout forme bien un statut.


 


Ce que nous n’avons pas, c’est vrai, c’est la création d’un corps spécifique. 


On peut en discuter, mais vraiment là n’est pas l’important (puisqu’on a le reste!) il n’y a qu’à comparer le corps des PE avec celui des instits.


 


Merlin, si le calendrier pour la mise en œuvre nous est confirmé (et notre Estafette fait bouger…) on aura bien obtenu un « statut ».


 

Pierre Lombard 18/06/2014 19:13


@ Nat, 


Si tu es membre du GDiD, tu peux m'interroger par mail et je te dirai les raisons du départ de Thierry (je te les ferai confirmer par la trésorière, la secretaire... et même par ceux qui refont
surface aujourd'hui....), je te dirai aussi ce qu'on dit de Thierry les soldats inconnus  quand il est parti et pour finir demande au SNE, si Thierry n'était pas un "repoussoir"... 


Depuis le départ de Thierry (que je regrette sincèrement) on a pratiquement doubler le nombre d'adhérents. On a aussi réussi à imposer l'exonération complète des APC à partir de 4 classes une
forte réduction pour les autres, et on a un "statut" sur la table à rendre opérationnel. Ce travail on l'a initié avec lui. parce que c'est bien d'un "statut" qu'il s'agit et j'y
reviendrai dans un autre commentaire pour répondre à Merlin.


Quand on lit les posts des "nostalgiques" (qui se disputaient entre eux) et celui d'Alain Rei on se rend vite compte que Pascal a raison, c'est bien un problème d'égo.


D'un côté on énonce des chapelets de n'importe quoi (il faut osez dire ce qu'affirme Lucien/Robert, Snark) sans se soucier de la moindre cohérence juste pour détruire, de l'autre un commentaire
posé, qui rappelle l'Histoire (est Alain peut en parler) et demande de rester calme, on lui répond "officine d'extrême droite", et il faudrait tendre l'autre joue?


Nous croyant à terre, les charognards tentent de règler des comptes personnels en  refaisant le match où ils se donnent à la fois le rôle  de victimes  et de recours... 


C'est pathétique et contreproductif pour les dirlettes et les dirlos.


Leur but n'est pas l'amélioration de notre sort, ils sont syndiqués est se projètent dans les prochaines élections professionnelles. L'objectif c'est d'associer le SE à un échec sur les mesures
pour les directeurs. Ils ont un intérêt à ne pas voir sortir les mesures, sauf "la simplification" qui est un artifice et qu'ils pourront mettre à leur compte.


Surtout que depuis notre courrier au ministre (Estafette), les choses bougent, il semble bien que soyons sur un "retard" (plus que regrettable) mais pas sur une opération d'escamotage.

Autre directeur fatigué. 18/06/2014 18:29


Ce n'est peut-être pas en lisant de tels propos :


Il n'y a pas plus pleutre qu'un dirlo. Si, un prof des écoles.


que les dirlos vont grossir les rangs des membres du GDID...A moins que.

nat 18/06/2014 17:10


Thierry... reviens !!!! Ils sont devenus fous !!!! vois ce qu'ils ont fait du GDiD !!! Ils ont laissé "l'homme au chapeau" faire la loi sur les forums... Vois le résultat : les plus intéressants
sont partis.
Thierry... reviens et ils reviendront. 

Soldat Inconnu Asma 18/06/2014 12:52


>


Quelques oublis , les Mamita, Surfer, Che ( et oui !), Alain B, etc...plus ceux qui lisaient mais ne s'exprimaient pas sur les Fora....


Ils peuvent tous se désoler de la tournure des suites du dossier "Direction" ...


Attendre et toujours attendre ....pour quels résultats !

merlin 18/06/2014 12:28


Puisque l'on évoque les " anciens" et les "modernes", j'incite les plus chenus à tourner la tête en direction d'un passé pas si lointain: souvenez vous il n'est pas très ancien le temps où le
directeur souffrait en baissant la tête et sans mot dire...puis le mot " statut" est apparu ( merci Thierry and Co) et on a commencé à pouvoir en parler sans être inscrit d'office à un stage de
réeducation Ecole émancipée... Aujourd'hui certains syndicats en parlent librement , d' autres diabolisent toujours les suppôts réactionnaires libéraux qui veulent seulement pouvoir faire leur
boulot de façon cohérente , bref le débat est sur la place et pas mal d'adjoints adhèrent à l'idée d'un établissement plus autonome, donc avec un directeur ( surtout après l'épisode des rythmes
où beaucoup ont découvert que le Conseil d'école n'émettait que des avis, suivis ou non, et qu'il n'avait aucun pouvoir de décision contrairement à ce qu'on leur avait fait croire. Dur retour à
la réalité mais salutaire sous certains aspects.

zellof 18/06/2014 10:01


Pas de fronde anti-GDiD, Christian. Simplement un ras-le-bol de ce qui semble une course derrière le SE et le SGEN. Rappelle-toi, c'est pas si vieux, Pierre Lombard était pour un statut de dirlos
et contre l'intégration dans le corps des personnels de direction. On nous disait que ce serait alors impossible de revenir dans le corps des PE. C'est un choix qu'on fait, non ? 
aujourd'hui, le statut est aux abonnés absents et on voudrait nous faire croire que le "référentiel métier", c'est kif-kif... Ben non, les mots ont un sens. Sinon, Peillon ne se serait pas montré
opposé au statut si c'était la même chose.


Le second point de la "révolte" des "anciens", c'est quand même aussi l'exaspération face à "l'homme au chapeau". Combien d'entre eux ont quitté les forums fatigués des insultes et injures de ce
type qui maintenant monopolise les forums pour parler de lui et de son CI. Comme l'a écrit Nat, ce gars est un repoussoir et il en a repoussé des bonnes volontés... Dommage car les Randonneur,
Nat13, Swing65, Sapote et autres Lucien ou Adouane (la liste des "disparus" serait longue) donnaient une autre saveur aux débats...

Pierre Lombard 17/06/2014 22:37


Que tu sois fatigué, je le conçois aisément, le boulot est déjà usant, et les fins d'années scolaires éreintantes.


Par contre je voudrais bien savoir ce que tu entends par "rambrouer"?


Ce n'est pas parce qu'on exprime une idée différente que c'est une vérité, et donc on peut réagir à une idée différente ... par conviction.


Lire que le "corpus idéologique du GDiD " c'est "le statut, le corps, les missions et dans cet ordre" est une ineptie totale qui n'a aucun fondement.


Comme je trouve "courte" l'idée que le ministre chercherait à nous enfumer. 


Un ministre fait avec ce qu'il a en termes de moyens et en termes de rapports de force.


On est sur un retard, pas sur un retrait... Que personne ne revendique d'ailleurs.


Ce retard a des raisons objectives, mais ses conséquences sont désastreuses => je ne vois pas ce que le ministre gagnerait à nous "enfumer" dans le climat actuel et après avoir ouvert la porte
à une avancée majeure.


Par contre je vois très bien où veulent en venir ceux qui pratiquent l'amalgame des idées et des faits pour fabriquer du "contre"... Des dirlos, ils en ont cure (qu'ont-ils gagné pour eux?)...
les élections professionnelles se profilent et ces conservateurs font monter la mayonnaise pour décrédibiliser les réformistes (on rappelera que le SE a sorti le DUER du directeur, qu'il a
communiqué sur la souffrance au travail, repris par les médias nationaux et qu'il a déposé une alerte sociale )


Les conservateurs n'ont pas intérêt à faire évoluer les choses, le statu quo fabrique du mécontentement et c'est là-dessus qu'ils prospèrent. 


La crédibilité de leurs arguments? ils s'en moquent, l'important c'est d'être racoleur et ratisser large. Du coup les attaques vont du soutien au ministre qui est connu pour être à la gauche du
PS jusqu'à une officine d'extrême droite... Et il ne veut pas se calmer .


Est-ce qu'on doit vous prendre au sérieux?


C'est une vraie question 

christian 17/06/2014 21:55


Je ne comprends rien à ce qu'il se passe. Une révolte concertée, des déçus du GDID? Mais moi aussi je l'ai été mais qui d'autre pour nous faire entendre?

Directeur fatigué 17/06/2014 21:26


Je ne vous connais pas mais je trouve votre attitude détestable, complètement stérile et négative. Pas digne de directeurs.


Je ne connais personne moi non plus. Mais lire comme argument que l'on "emmerde "les autres est en effet détestable...Rabrouer tout collègue qui a une opinion différente (voir la page Facebook du
GDID) est aussi détestable...Considérer que le ministère enfume les directeurs (c'est dit plus haut par un collègue), l'exprimer et se faire envoyer promener est détestable... Penser que depuis
deux ans rien n'a abouti de la part du ministère et trouver ça désespérant et recevoir des leçons de pédagogie pour montrer qu'on se gourre est détestable...


S'il ne faut pas troubler la paix et donc se taire, on peut laisser s'implanter le silence des cimetières.


(Un directeur fatigué après 12 ans de direction et qui quittera bientôt sa fonction comme il l'a commencé, mais avec plus de fatigue)

Gregoire 17/06/2014 21:03


Qui a intérêt ici à voir se saborder une bande de directeurs tous mobilisés dans la même direction ( le statut) mais qui se cherchent des chemins différents pour y parvenir ?


Qui peut décider de censurer ou non une parole même si elle gratte un max ?


Je suis au GDID et vouloir me mettre complice de la bête immonde est une insulte bien plus grave que quelques noms d'oiseaux échangés sur un forum.


La force du GDID est dans sa maxime ; ici la parole ne vous est pas confisquée. Mais il y a un prix à cela: accepter la contradiction. C'est dur le réformiste, d'accepter la décentration la
négociation pour trouver un compromis acceptable. Holland l'apprend à ses dépents dans une France jacobine et bonapartiste. On est très loin du modèle nordique.


Je connais les nat Alain x2 rando Pierrot merlin salinator et autres Pascal et j'admire leur verve et leur ténacité dans cette lutte. Ils ont commencé quand l'idée d'un métier était un gros mot
pour tous. Ils se sont éloignés mais pour combien de temps encore ? Ce qui les rassemble est plus grand que ce qui les divise. Si c'est les ego et bien soulez vous la geule ensemble tapez vous
dessus puis passez à l'essentiel.


Quant à Gégé ou du moins son discours voilà l'adversaire et lui doit rigoler à nous voir nous déchirer. D'ou la réponse à ma 1ère question : qui a intérêt ?

snark 17/06/2014 20:46


Il faudrait se calmer et mesurer les propos


 


 


NON !

christian 17/06/2014 20:39


Ca veut dire quoi cette bordée d'injures envers Pascal et le GDID? Vous êtes fiers de vous? C'est parce que la période est difficile que vous vous comportez comme ça?


Je ne vous connais pas mais je trouve votre attitude détestable, complètement stérile et négative. Pas digne de directeurs.

Alain REI 17/06/2014 20:13


Il faut bien dire que le GDID est de plus en plus perçu comme une officine d'extrème droite ?


Il faudrait se calmer et mesurer les propos


Merci


Alain REI

snark 17/06/2014 19:48


Il serait peut-être temps que DEL soit vraiment un site anim par des gens identifiés, non ?

snark 17/06/2014 19:44


Il faut bien dire que le GDID est de plus en plus perçu comme une officine d'extrème droite et ce n'est pas l'omniprésence du CI ( pauvre Marcel Aymé ) qui va changer l'image .

Lucien/Robert 17/06/2014 17:48


Avez-vous vu le nouveau chapeau de ZoZo ?
C'est un chapeau, un papeau rigolo.
Sur le devant, on a passé trois plum's de paon,
sur le côté, un amour d'perroquet.
Pour être original, il l'est, ça je vous le jure,


 


Et oui l’homme au chapeau, qui se complaît dans le Confort Intellectuel manque d’arguments et dérape…Problème d’intellect sûrement !


Relève ce chapeau qui te cache la vue …


 


Un petit rappel à l’auteur du CI, mon nom est resté sur le site du GDID (dirlo.fr) en première vue pendant quelques années ,
j’aidais alors les collègues en détresse sur le n° de tél  indiqué.


 


Voilà pour l’anonymat.


 


De qui parles-tu en évoquant

Pierre Lombard 17/06/2014 17:37


En préambule, les adhérents du GDiD n'ont jamais été aussi nombreux. On peut faire mieux, certes, mais c'est un fait, nous n'avons jamais enregistré de baisse des adhésions. Ce qui est quand même
assez remarquable au regard du turn over de la profession...


Secondo, j'ai encore une assez bonne mémoire et on sait tous qu'on ne peut pas plaire à tout le monde, et que du moment où l'on s'expose on devient un repoussoir pour certains. Enfin, je n'ai
jamais censuré personne et je m'efforce toujours (et ce n'est pas toujours facile) de rester dans l'argumentation.


Maintenant, avant de répondre à l'Inconnu-reconnu, un petit clin d'œil:


Depuis qu'ils ont vu ils ont vu "Connan le Barbare" (J.Milius en 82) les vautours s'assurent que le cadavre est bien mort avant de le dépecer...  


 


Inconnu alpha oméga doit sortir du coma, je ne vois que ça pour expliquer son commentaire 57:


Est-le GDID qui a fait avancer ses objectifs initiaux ou est-ce le GDID qui finalement est arrivé sur le terrain de syndicats partenaires ?


Pourquoi, le SE et le SGEN étaient pour le statut (voir plus bas) des directeurs et celui des établissements? 


C'est une dérive que de les voir évoluer vers nos positions et à partir de là agir en partenaire loyal?


Abandonner l’idée de statut, de corps , de missions , car tel était l’ordre à respecter et non pas l’inverse a conduit vers une impasse.


Quelle impasse? Je croyais qu'on y était dans une impasse 


Allons, Papa Tango Charlie, c'est pas bien… tu n'as pas révisé. Du coup tu ne te rends pas compte des inepties que tu écris? Ridicule quand plus haut tu affirmes avoir œuvrer pour
définir le "corpus idéologique" du GDiD Bébert alpha oméga. 


Notre statut c'est celui général du fonctionnaire (fonction publique), je suppose (itoire) que tu ne veux quand même pas en faire sortir les dirlettes et les dirlos?


si?


Non… bon, on oublie le "statut" dans ta trilogie.


reste le duo : corps et missions… Dans cet ordre.


Pas de chance, c'est dans l'autre sens que ça marche.


Le statut général des fonctionnaires se décline en un grand nombre de corps, dispersion qui rigidifie le système et le sclérose.  Ces dernières années on en
réduit le nombre, soit par fusion, soit par extinction. 


Chaque corps est constitué à partir d'un "statut-particulier" définissant missions,
formation/recrutement, déroulement de carrière. Chaque corps est divisé en "classe". On ne peut pas réserver un corps à une catégorie de personnel et un changement de corps ne peut se faire que
par concours, détachement ou... réorganisation.


Voilà la base "administrative" qui permet d'envisager un "corpus d'idée" pour sortir de l'impasse … 


À partir de là, du réel donc, il y a un intérêt majeur à voir nos missions redéfinies dans un texte opposable pour atteindre l'objectif que s'est fixe le GDiD. Objectif en une du
site depuis le début:


Le GDID a pour objet, en France, d'arriver à la définition et à la reconnaissance légale du métier de Directeur d'Ecole. Il demande la création d'un statut
original de la Direction d'Ecole et d'un statut d'Etablissement Public des Ecoles.


Pourquoi un intérêt majeur pour les dirlettes et les dirlos? 


Parce que d'abord on conforte notre rôle de pilote et de responsable ≠ du scribe des circos dans lequel nous cantonne le statu quo, et puis ce faisant, avec une formation/recrutement et un
déroulement de carrière spécifiques, on change notre "statut-particulier" tout en restant dans le corps des PE… C'est consensuel premier
avantage, ça positionne institutionnellement  le dirlo dans l'école second avantage et, effet KissCool, c'est ce qui pourra permettre une "réorganisation" du corps (voir plus haut) des personnels de direction et y intégrer TOUS les directeurs d'école. 


Tout ça pour dire que le mot statut a été galvaudé à loisir, comme tu le fais ici très maladroitement. Amalgamé à tort au corps par certains ou utilisé dans son sens général en faisant croire à
une signification administrative un statut  reste un ensemble de textes qui caractérisent un métier. C'est un ensemble de textes qui caractérisent le métier de directeur qui
est sur la table du ministère et le GDiD a contribué à le monter. Reste, en effet, à entrer dans la phase d'écriture.


C'est là qu'on en est, pas au retrait du dossier! 


Au fait, Tu proposes quoi toi Ô Équation à 1 Inconnue comme espérance?