Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 17:05

 

A l’issue du Congrès de Brive, le SNUipp vient de placer Sébastien Sihr au poste de Secrétaire général en remplacement de Gilles Moindrot. Dans la mesure où nous serons amenés à le citer, il nous a semblé intéressant de présenter le nouveau responsable de ce syndicat. Nous publions ci-après, l’interview réalisée par Fanny Delaire pour le « Journal du Centre » de Nevers.

 

------------------------------------------------------------

 

Qu'est ce qui a motivé votre candidature au poste de secrétaire général du Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC-Fédération syndicale unitaire (SNUipp-FSU) ?

Mon élection est plutôt symbolique. L'ancien secrétaire général, Gilles Moindrot, vient d'achever son deuxième mandat de trois ans, non renouvelable. La réflexion du nouveau représentant s'est faite collectivement, avec l'ensemble du syndicat. J'étais en charge depuis cinq ans de la revue Fenêtres sur cours, destinée aux 300.000 enseignants du primaire en France, qui m'a permis de porter un regard global sur notre système éducatif. Ma désignation s'inscrit également dans la volonté de renouveler les générations afin d'avoir un syndicat à l'image de notre profession, où la moyenne d'âge est d'environ 41 ans.


Vous avez intégré le SNUipp tôt, en 1996. Pourquoi ce choix ?

Ce jeune syndicat, créé en 1992 avait un discours novateur. Son combat était celui de la transformation de l'école, en lien avec la recherche qui doit alimenter la pratique de l'enseignant. Il s'agit d'un syndicalisme qui sort des sentiers battus en prenant le prisme de la réussite des élèves.

 

Quels combats souhaitez-vous mener au sein du SNUipp-FSU ?

S'il y a beaucoup de sujets d'actualité frappant de plein fouet notre profession, la réussite de tous les élèves est un axe fort. Le système est clairement inadapté au défi de scolarisation. Trop d'élèves sont laissés sur le côté de la route. Il convient de transformer l'école afin qu'elle réponde à sa mission de démocratisation. Cet enjeu passe par la transformation de l'école et par la mise en oeuvre d'un concept que nous qualifions de "Plus de maîtres que de classes". Par exemple, il faudrait doter de quatre professeurs une école de trois classes, pour permettre plus de souplesse dans l'organisation, un décloisonnement en groupes d'élèves pour améliorer la qualité du travail et encore la coparticipation de deux enseignants. Nous développons l'idée que les professeurs sont trop seuls dans la classe. Pour la réussite de tous, le travail en équipe est primordial.

 

Mais la suppression de postes dans l'enseignement ne va pas vraiment dans le sens du concept "Plus de maîtres que de classes". 

En effet. Nous nous heurtons à la question des moyens. Notre projet va à l'encontre des logiques actuelles de non-remplacement d'un enseignant sur deux, qui ont supprimé 16.000 professeurs des écoles cette année, et certainement tout autant l'an prochain. C'est cette problématique des moyens qui met en danger la maternelle et le non-accueil des moins de trois ans, qui a supprimé les Réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased), qui augmente les effectifs dans les classes, ou qui prive les enseignants de formation. La thématique des moyens est primordiale aujourd'hui. Il est important de savoir si l'éducation est une priorité ou non, or nous voyons bien que le gouvernement ne fait pas ce pari-là aujourd'hui. Pour exemple, les dépenses moyennes de la France en matière d'éducation sont 15 % moins importantes que les dépenses moyennes des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Si l'État faisait le choix d'aligner son budget sur cette moyenne, nous pourrions mettre en place le principe de "Plus de maîtres que de classes", impliquant encore une fois plus de souplesse dans l'organisation, davantage de temps pour la formation et des remplaçants. Autant d'éléments indispensables à la réussite de tous les élèves.

 

------------------------------------------------------------

 

Nous avons déjà eu l’occasion de citer Sébastien Sihr dans certains de nos articles, notamment ceux qui concernent « la direction et le fonctionnement de l’école ». Ainsi, en août 2006, dans FSC, Sébastien Sihr écrit :

"Aujourd'hui plus que jamais, le SNUipp réaffirme son exigence de prise en compte de la réalité des besoins  des écoles pour une direction et un fonctionnement améliorés. Cela nécessite des réponses d'une autre ampleur : du temps supplémentaire pour toutes les écoles, des emplois administratifs stables, des aides matérielles, une redéfinition et un allègement des tâches de direction, une réelle revalorisation indiciaire".

 

Toujours dans "Fenêtres sur cours" en février 2007, Sébastien Sihr signe un article consacré au "projet d'EPEP et statut d'emploi". Nous y avons relevé un paragraphe sur la direction d'école :

 

"De plus, avec le statut d'emploi fonctionnel, c'est un statut hiérarchique qui ne dit pas son nom qui se profile. Il ne concerne d'ailleurs qu'une minorité de directeurs (EPEP, décharge complète), et introduit de fait des directions à "2 vitesses". Ces directeurs devraient être recrutés hors mouvement, avec des missions et responsabilités étendues. Rien en ce qui concerne la reconnaissance pour tous les directeurs dont les responsabilités et les missions n'ont cessé de s'alourdir. Si la question du pilotage des écoles ne peut être éludée, elle est pour le primaire liée avec la notion d'équipe enseignante. D'où, comme le met en perspective le SNUipp, la nécessité de temps et de moyens pour la direction et l'école".

 

Le 1er mars 2007, dans un article intitulé « Le SNUipp sur la bonne voie...? », nous écrivions :

« Rien de très nouveau dans ce discours [de Sébastien Sihr], si ce n'est l'apparition d'un mot hier encore tabou : "RECONNAISSANCE"... "la reconnaissance pour tous les directeurs"... […] Le mot lui aurait-il échappé ? Ou, comme nous le pensons, subit-il la pression des directeurs qui en ont assez d'être bafoués par le SNUipp ? A suivre... »

 

C’était en 2007. Trois ans plus tard, Sébastien Sihr a fait son bonhomme de chemin au SNUipp. Il en devient le « patron ». Sa première interview semble montrer qu’il reste sur la même ligne que son prédécesseur. Ses idées sur la direction d’école et les directeurs ont-elles évolué ? Nous ne tarderons pas à le savoir…

 

Retour à la page d’accueil   

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Position des syndicats
commenter cet article

commentaires

Denis 29/06/2010 08:00



Confisquer la parole..??


Que nenni, au contraire même.


Combien de fois as-tu refusé de répondre aux questions qui t'étaient posées? Autoconfiscation alors?



françou 28/06/2010 23:42



Si je comprends bien, on veut confisquer la parole à tous ceux qui ne pensent pas pareil.


 


Exact ton pote m'a proposé de ne plus intervenir ici...


Mais rassure toi il semble que vous pensiez pareil...tous les 3!


Le problème c'est l'emploi du mot "penser"...



thierry fabre 28/06/2010 20:02




Sihr prend la succession ? On verra bien à l’usage si cela sera un moindre mal qu’un moindrot…


 


Gégé succède à Gégé. Toujours aussi peu de figure, toujours prompt à se draper dans la rôle du grand démocrate opprimé, toujours enclin à nos décliner toutes les pratiques du petit troll de
forum qu’il est.
Vérifier sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Troll_%28Internet%29 s’il est une de ces pratiques qu’il ne nous inflige pas…


 


« on veut confisquer la parole à tous ceux qui ne pensent pas pareil » gémit gégé-pas-de-figure


« Ceux de qui la conduite offre le plus à rire sont toujours sur autrui les premiers à médire »


 


« La pensée unique, comme en politique. » geint Gégé


« Juste retour, Monsieur, des choses d’ici-bas. Vous ne vouliez point croire, et l’on ne vous croit pas »


 


« Certains ne peuvent pas admettre que d'autres pensent différemment. » jérémiade Gégé


« Vous êtes un sot en trois lettres, mon fils »


 


Ce qui lui permet d’éviter soigneusement de répondre aux questions qui le gênent. Faut-il donc que je te les rappelle ? Un silence assourdissant du Gégé qui
fait songer à ces mots « Le scandale du monde est ce qui fait l’offense et ce n’est pas pêcher que pêcher en silence »


 


Les costumes de Roger Hart, les décors de Donald Caldwel, les citations de Gégé, enfin pas toutes. Certaines sont de Molière, dans « Tartuffe ou
l’imposteur »… Tu t'y reconnaîtras


 


Thierry fabre


 


PS Juste une question, triste et malheureux Gégé, si tu es à ce point agressé sur ce blog, pourquoi ne demandes-tu pas à ton syndicat d'ouvrir son propre forum
sur son site. Peur de la parole qui dérange ?


 




Grégoire 28/06/2010 16:12



Poure en revenir au sujet de l'article. Bonne chance à ce nouveau collègue à la tête du SNUIPP. Je me veux sans apriori mais lucide et curieux de voir si il osera prononcer le nom de ceux qui ne
doivent être nommés. A suivre.


 



Pascal Oudot 28/06/2010 12:29



Une autre possibilité, c'est qu'ils soient tous trois une réincarnation du trio de Tardi Arthroz, Glucoz & Potetoz...



Pascal Oudot 28/06/2010 12:27



Moi je crois que j'ai compris! En fait, Théo, Gégé et Densi sont des entités spongieuses issues des profondeurs de Xoth! Chaque jour, ils se réunissent dans un cave profonde couverte d'immondices
et de raclures nauséabondes, et psalmodient durant des heures « Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn »!



Pierrot Lombard 28/06/2010 12:08



Si je comprends bien,...


> fais pas ton malin Gégé, tu n'as jamais rien compris à rien...



Pascal Oudot 28/06/2010 12:08



La pensée unique, comme en politique. Certains ne peuvent pas admettre que d'autres pensent différemment.


 


Ouaaaah le culot! L'hôpital qui se fout de la charité! Décidemment, quel clown! Gégé: nom, prénom, qualité?



henri 28/06/2010 11:49



Tu tends à te répéter mon pauvre Gégé ! ce discours, tu nous l'as déjà resservi voici un ou deux sujets (je n'ai pas le temps contrairement à toi d'aller chercher dans les pages antérieures avec
les numéros des commentaires !)


Par contre, les réponses aux questions posées ? Pas de réponses ? Là, tu nous oblige, nous aussi, à nous répéter...et c'est un peu fastidieux, mais nécessaire !



Gégé 28/06/2010 11:25



Si je comprends bien, on veut confisquer la parole à tous ceux qui ne pensent pas pareil. La pensée unique, comme en politique. Certains ne peuvent pas admettre que d'autres pensent différemment.


Insultes, grossièretés, injures, diffamation et exclusion...


C'est vrai que c'est beaucoup mieux de se retrouver entre potes à échanger de bonnes blagounettes et à refaire le monde sans être contredit... Si c'est ce que vous voulez...


 



Noé BABET 28/06/2010 04:07



Que d'histoires pour pas un rond !


Un statut pour tous les Directeurs d'école .


Un regroupement de petites écoles!


EPEP : oui mais bien définir le projet !


Voilà ce qu'il faut pour le Primaire .



françou 27/06/2010 23:14



Opacité également chez nous pour l'attribution de directions complètement déchargées, qui ne passent pas au mouvement, et sur lesquelles se retrouvent des jeunes ... des syndicats!



merlin 27/06/2010 22:59



L'opacité semble de mise dans les officines syndicales: opacité pour les résultats du mouvement, pour les barèmes, pour la liste des promus HC ainsi ( et surtout) de leur affectation... on
pourrait alors trop facilement vérifier que le terrain ( et j'y inclus bien évidemment les dirlos-instits-commme-les ôtres) y est peu représenté. .... mais il y a sans doute une explication que
l'on ne va pas tarder à nous donner sur ce post....



Pascal Oudot 27/06/2010 21:55



Alors, le donneur de leçons, j'attends: nom, prénom, fonction?



Lionel 27/06/2010 20:37



Hé les copains, vous avez de la chance vous ! Vous êtes bien vu par l'ami Densi, vous ! Parce que pour ma part, la dernière fois, il m'a accusé d'avoir fait "Français langue étrangère" parce que
selon lui, il avait déjà répété de multiples fois qu'il ne parlait pas pour le SNUIpp (ce qui, à nouveau ici, n'est pas évident). Vous devez, de facto, être meilleurs lecteurs que moi. Ou alors,
plus mauvais et notre cher Densi ne condescend pas à se répéter auprès des foules laborieuses qui ne peuvent l'ouïr convenablement



thierry fabre 27/06/2010 19:58



"donc, on est d'accord..."


 


Ben non... Les accords de facade, tu te les gardes, les belles paroles sur les beaux principes, de même... Pour tout syndicat, l'essentiel n'est pas dans ce qu'il dit, mais dans ce qu'il fait: et
je n'ai jamais vu ton syndicat mener la moindre lutte pour l'élargissement de cette hors-classe. Hors-classe dont, année après année, département après département, la parution en catimini des
listes des promus permettent de constater qu'elle récompense plus ceux qui sont dans des bureaux (circos, académies ou de certains syndicats) que ceux qui sont dans les écoles.
Ona les fromages que l'on peut, pour mieux les défendre, autant pousser des cris d'orfraie si d'aventure, des dirlos pouvaient en profiter...


 


Thierry fabre



Pascal Oudot 27/06/2010 17:28



nauséabond


 


De nous deux, franchement, tu tiens largement le haut du pavé! Se cacher derrière un pseudonyme pour raconter n'importe quoi, je trouve ça tellement puant que tu es insurpassable. A d'autres
époques, tes semblables envoyaient des lettres anonymes. Tu es qui, au fait? Allez: nom, prénom, fonction?



Pierrot Lombard 27/06/2010 16:11



Oui les rapports sur le moral sur la difficulté, le stress des dirlos... se multiplient, et reflètent la
réalité, mais explique moi en quoi, la bonification HC, au détriment de l'ensemble des enseignants  aussi méritants que nous professionnellement,  va arranger notre
situation.


Par l'amélioration de notre fin de carrière.


Mais, à vouloir nier notre spécificité, tu poses mal le problème.


> Soit tu t'inscris dans la logique de la HC et là:


1-il serait injuste de se retrouver avec le même comptage que les autres alors que nous sommes la catégorie
d'enseignants OBJECTIVEMENT la plus touchée.


2-Il aurait fallu porter le même refus quand on a attribué ce genre de bonus aux enseigants ZEP, aux
directeurs des établissements spécialisés, alors que cela a été tranquillement et normalement accepté.


3- Il faut demander plus de transparence dans la notation de tous ceux qui n'ont pas de classe et qui
trustent l'accès à la HC (pas de classe= hors classe  )


> Soit tu refuses la logique de la HC, ce qui serait cohérent, pour ajouter 1 ou 2 échelons
supplémentaires à la place dans la grille normale. Mais alors faut le dire (comme la CGT par ex.).


De venir se plaindre aujourd'hui ne peut s'expliquer que par la volonté, farouche, de ne pas reconnaître le boulot particulier des dirlos.


Et si je dis, et maintiens, que tu perds les pédales, c'est parce que tu n'as plus rien à objecter et que tu
racles le fond de tes arguments pour encore nier notre réalité tout en faisant semblant de la partager.



JeanRoger 27/06/2010 15:28



Mais Pascal Oudot n'est ni lâche, ni transparent... alors que Densi... et... et... yes.



françou 27/06/2010 15:21



La forme est basse ,le fond est idiot: T Fabre serait-il le seul à attendre ce putain de statut?


suis au moins!



Densi 27/06/2010 14:55



'leur attentes'


Leur avec un 's' T.Fabre -ou bien combat interne entre TON attente (le statut) et LEURS attentes légitimes de la majorité des dirlos-. Quand à l'élargissement du nbre de HC pouvant justifier le
point aux dirlos  c'est que j'ai dit dans le commentaire précédent, donc on est d'accord, décompresse.
P.oudot devient nauséabond



JenRoger 27/06/2010 14:37



@Pascal: ne t'inquiète pas... tu le sauras avec les autres le moment venu.


Anagramme, anagramme...



JeanRoger 27/06/2010 14:31



Densi, Gégé, Théo et tutti quanti ou l'art de faire perdre des voix à leurs syndicats respectifs aux prochaines élections... Car JR qui sait aussi manier le copier/coller ne se gènera pas
de refaire sortir où il faut, le moment venu, quelques propos "pas piqué des vers".



Pascal Oudot 27/06/2010 14:05



Je constate, Densi -putain de pseudo de merde, trouillard!-,mais n'en suis aucunement surpris, qu'en plus d'être un connard fini tu es en plus un salaud. Casse-toi donc d'ici, il y a sur ce site
trop de gens qui bossent pour que tu puisses impunément continuer à y déblatérer tes saloperies.


 


Et inutile devenir gémir que toi et tes merdeux de semblables êtes vraiment trop mal traités ici, les Calimeros ne sont pas les bienvenus.


 


J'aimerais beaucoup avoir les IP des trois guignols pour savoir qui sont réellement ces enfoirés.



thierry fabre 27/06/2010 13:17



« Même Pierrot habituellement censé, »


 


Sensé, Densi… Sensé avec un « S »


 


Pierrot est Sensé au sens, comme beaucoup ici, où il met du sens dans ses propos, et du bon sens…


 


Densci est Censé :


 


- censé défendre l’ensemble des personnels, dirlos y compris.


- censé ne pas nier leur réalité et leur attentes


- censé être leur porte-parole, non le reflet autiste de ses propres petits dogmes idéologiques


- censé donner  du syndicalisme une autre image que cette caricature qu’il incarne ici avec ses autres avatars


 


Un exemple : en bon petit militant pseudo-syndicaliste, Dentscie, constate qu’il y a bien peu de nommés à la hors-classe.


Dents-de-scie constate ensuite que ce point supplémentaire pour les dirlos pourrait être l’ébauche du début du commencement d’une reconnaissance de ces salopiots, ce qu’il refuse.


Dantzig argue donc de l’un pour empêcher l’autre.


 


Dis, triste comique, il ne te viendrait pas à l’idée qu’un syndicaliste sérieux accepterait ce point HC pour les dirlos et s’en servirait pour demander un élargissement du nombre des nominations
HC.


 


C’est du moins ce que serait censé faire un syndicaliste sensé, pas un apparatchik dont le seul but, en cette HC, est bien d’en faire profiter ses copains et ses coquins…


 


Thierry Fabre




françou 27/06/2010 13:03



Oui à une reconnaissance par une revalorisation


 


cqfd : il faut un statut.


On ne pourra pas se contenter de petits arrangements pour reconnaître le mérite des directeurs, qui est réel, ne t'en déplaise , cher collègue enseignant.



Densi 27/06/2010 12:47



'Tu perds les pédales Densi...' Même Pierrot habituellement censé, dijoncte, ça devient grave. Oui les rapports sur le moral sur la difficulté, le stress des dirlos... se multiplient, et
reflètent la réalité, mais explique moi en quoi, la bonification HC, au détriment de l'ensemble des enseignants  aussi méritants que nous professionnellement,  va arranger notre
situation. D'abord c'est un nombre infimé, ensuite tu ne peux l'avoir qu'en fin de carrière, ce qui exclut les jeunes collègues dirlos et enfin tu crées des 'jalousies' au sein de l'école. Oui à
une reconnaissance par une revalorisation mais non à ce procédé sectaire. La suite de ce processus lorsque tu joues la différence, 1pts les 'petits directeurs', 2 ou 3 pts por les grands, belle
avancée. Idem pour le fait de travailler en zep. Tu devrais pouvoir bénéficier de priorité au mouvt pour pouvoir partir lorsque tu en a marre et d'une prime mais c'est tout.



Pascal Oudot 27/06/2010 12:22



J'utilise bien sûr le terme "directeur" dans son sens générique. Avec 85% de femmes dans le métier, il est certain que la règle grammaticale de la prédominance masculine aurait le droit d'être
bousculée... De plus, moi, je bosse en "maternelle"...



françou 27/06/2010 12:02



Directeur: n.m. [dirεktәr] pauvre être chargé de responsabilité, abandonné par ceux qui se prétendent ses pairs, et surtout le clament haut et fort malgré l'évidence du contraire.


 


Directrice: n.f. tout pareil, mais qui en plus "devrait éviter d'intervenir" sur un blog



Pascal Oudot 27/06/2010 10:29



J'allais comparer le trio lamentable à Groucho, Harpo et Chico... mais j'ai trop de respect pour les Marx Brothers.


 


Ils sont extraordinaires quand même, les trois guignols: ils nient la réalité, lèchent les bottes -pour ne pas dire autre chose- de leur centrale syndicale, sont lâches au point de continuer à
rester dans l'anonymat, sont persuadés de détenir la vérité, refusent de répondre à la moindre question sensée comme d'écouter la moindre doléance qui ne rentre pas dans leurs clous, j'en passe
et des meilleures. Ce n'est plus une couche qu'ils tiennent, ils ont été ripolinés à la connerie quatorze fois de suite. Si ces gens-là sont vraiment des enseignants, je comprends les piètres
résultats français.


 


Directeur: n.m. [dirεktәr] pauvre être chargé de responsabilité, abandonné par ceux qui se prétendent ses pairs, et surtout le clament haut et fort malgré l'évidence du contraire.


 


Je vais paraphraser Bernard Shaw: "L'homme le plus inquiet d'une école est le directeur".



Pierrot Lombard 27/06/2010 09:29



Tu perds les pédales Densi.


Non il n'y a pas de raison que les dirlos bénéficient d'un point supplémentaire, ils  doivent juste
être payés un peu plus pour leur fonction. Cette remarque est valable également pour le point zep...


> qui ose intervenir auprès des IA ou revendique au niveau du MEN pour que l'on supprime le point HS pour les enseignants ZEP ou le passage automatique HS pour les dirlos d'établissements
spécialisées, ou pour un plafonnement des notes identique PE /CP ?


Personne, jamais. Tu fais encore dans la démagogie, dans le racolage, le micheton... C'est tellement de bon ton de s'en prendre au dirlos.


Une idée pour vous associer aux gràves de la  retraite, vous pourriez revendiquer la pénibilité du
travail du dirlo...


>ben voilà l'origine de nos maux, l'ironie et la négation: 


Mais cette pénibilité particulière, qui justifie le point bonus HS, elle est reconnue par la MGEN:


Le moral des directeurs d'école est au "36e dessous" et leur état "est pire que ce que l'on craignait",


Et par le CSS:Le CARREFOUR SANTÉ SOCIAL, avec le concours de la MGEN, FSU, UNSA
éducation, SGEN-CFDT et le SNPDEN:


http://www.unsa-education.org/telechargement/social/CSS.pdf
...
« …À noter, la lassitude particulière de deux catégories de professeurs : 
• les professeurs de technologie (évolution permanente des programmes, discipline peu considérée et difficultés ressenties à suivre les évolutions constantes à la fois des
technologies et des programmes) 

• les Directeurs d'école sans décharge de classe ou avec une décharge jugée insuffisante, qui souffrent du manque de considération de leur fonction et estiment devoir
assumer une surcharge importante de travail insuffisamment rémunérée. 


Mais toi ça te fait rire...


 


Les rythmes, je ne vois en quoi l'avis  des dirlos devrait être pris en compte différemment de celui
des enseignants.


> parce que les "enseigants" ne sont pas responsables des biens, des personnnes et de
l'organisation des services. On se rend compte à la lecture de ces quelques lignes rédigées par Densi, combien notre spécificité est gommée, niée même devant l'évidence, et la suffisance avec
laquelle on nous considère à la FSU:


ils  doivent juste être payés un peu plus pour leur fonction.


Mais pourquoi ne l'a-t-on pas obtenu depuis 20 ans que vous le "réclamez"?


Remarque, tu as raison, on a peu plus, un tout petit peu plus et on doit la fermer parce que le
problème du réchauffement de la planète est un enjeu autrement plus important.


Lamentable!



henri 27/06/2010 09:06



Chers collègues ! Beaucoup d'incompréhension autour de l'utilisation du mot "retraite" par certains commentateurs !


Si, comme l'indique françou, c'est leur obsession, c'est qu'il faut entendre "retraite" comme "Retraite de Russie" et
non comme ouverture à droits à pension ! Et ici, tous les jours, ils nous donnent bien l'image de la Bérésina qui est à leur et celle dans laquelle ils conduisent par leur immobilisme et la
situation des directeurs et celle de l'école, dont ils nous garantissent pourtant qu'ils sont les meilleurs défenseurs...mais à reculons !


Vade retro Théo, Gégé, Densi...



françou 27/06/2010 08:15



Densi ou tu es un déchargé et je t'emm... ou tu es un collègue qui a des chamailleries avec son dirlo et je t'invite à aller discuter avec lui, il trouvera une solution à tes pb, comme
d'habitude. Mais tu ne peux pas décemment tenir un tel discours face à un groupe de gens qui en bavent, et qui , s'ils confondent tout , c'est bien parceque tout est confondu dans leur boulot. Tu
parles de notre obsession à... mais la tienne semble de revenir sans cesse sur "le pb des retraites". Ce n'est pas l'endroit ici pour discuter de ça.



JeanRoger 27/06/2010 00:48



Densi, il est l'heure d'aller faire dodo. Fais de beaux rêves syndicaux.



JeanRoger 27/06/2010 00:47







Densi 27/06/2010 00:05



Votre obsession à tt justifier décridibilise le reste des revendications les + kégitimes . Non il n'y a pas de raison que les dirlos bénéficient d'un point supplémentaire, ils  doivent juste
être payés un peu plus pour leur fonction. Cette remarque est valable également pour le point zep...Bientôt aucun enseignant 'de base' ne pourra prétendre à cette hors classe, à moins d'en
remonter le nombre ...Les rythmes, je ne vois en quoi l'avis  des dirlos devrait être pris en compte différemment de celui des enseignants. Une idée pour vous associer aux gràves de la 
retraite, vous pourriez revendiquer la pénibilité du travail du dirlo...



merlin 27/06/2010 00:04



Jeune dirlo, nouvellement nommé, tout d'abord, remercie ton syndicat préféré d'avoir obtenu ce poste, il s'est battu pour que l'ancienneté requise soit nulle.


 


    Bon, tu ne sais pourtant pas comment fonctionne une école? c'est simple, et on peut le résumer ainsi:


  " Si tout va bien dans l'école, c'est que l'équipe est performante; S'il y a des problèmes, c'est que le dirlo ne sait pas gérer". 


Tu verras, ton IEN te confirmera très vite ce petit adage.... bon courage!



JeanRoger 26/06/2010 23:09



C'est ce qui s'appelle "en prendre plein la gueule pour par un rond"; mais quand on cherche, on trouve... Cependant, ne nous faisons pas d'illusion, il va revenir à la charge le petit
roquet de service... Même pas marre des coups de pied au cul Théo?


C'est pas parce que tu les mérites qu'il faut en redemander.



françou 26/06/2010 23:01



Désolé, Françou, mais tu devrais t'abstenir de laisser des commentaires sur ce site.


 


Ne sois pas désolé Dieu62 , il n'y a vraiment pas de quoi , grâce à internet , la censure imposée (pardon conseillée) n'existe plus.


Je serais toujours à côté de quelle plaque? celle des directeurs qui veulent un statut? la faute à qui? qui savonne cette plaque avec tant d'application?


C'est con.


C'est une mauvaise analyse (de plus) du bureau central. Sur le terrain, les collègues ne sont pas contre un statut , bien au contraire . Et surtout les jeunes , n'en déplaise à
vos sondages marketing à la con pour mieux faire passer vos publications. Et votre refus de conférer un statut aux directeurs d'école va montrer, notamment auprès de cette population, dès l'an
prochain, ses ravages (que les IEN préssentent déjà) avec l'arrivée des étudiants-remplaçants tous niveaux dans les écoles.


Avez vous un instant examiné à Moscou la merde attendue dès novembre 2010, êtes-vous capable de vous projeter de façon pragmatique dans 4 mois ?


Non, vous préférez continuer à agiter les grands thèmes éculés encore vendeurs auprès des jeunes...juste parceque ça fait lire LA revue! Proposer des grèves d'un jour à des gens fatigués de
bosser dans des conditions de merde, tentés par une petite pause bienvenue. De la démagogie. En 2003 ton grand patron nous a fait rentrer au bercail le 14 juin en décidant l'arrêt du mouvement
après 3mois d'une grève déclanchée par un simple collectif (l'injure au grands syndicats; on l'a payée cher)!!! On était si près du but...on me la fera plus. La merde dans les écoles ça vous
arrange bien: c'est votre fonds de commerce.


Et nous sur le terrain on assume vos conneries au jour le jour.


Votre position dominante(en droit ) vous confère une morgue sans limite et des budgets colossaux.Vos copains déchargés , juridiquement incultes, passent leur temps à donner des renseignements
faux dans vos permanences.Mais on continue à les consulter parceque c'est le seul syndicat toujours ouvert...et pour cause!


Vas-tu me proposer pour le goulag maintenant?


signé: françou-du-petit-peuple-laborieux



denis08 26/06/2010 21:25



""le problème des retraites c'est pas du "corpo"" et le problème des dirlos c'est global ?"


Cette simple phrase de ta part, Théo62, est un chef-d'oeuvre d'esprit tordu baignant dans la mauvaise foi !


Comment sont branchés tes synapses ? Là, je serais curieux de le savoir ! Pense à léguer ton cerveau à la science, tu feras oeuvre utile...


Ai-je écrit quelque part que le problème des dirlos était global ? Il est surtout globalement mal défendu par ton syndicat, ça oui. Mais tu n'as pas le droit de me faire dire le contraire de ce
que j'écris parce que ça arrange tes "démonstrations". C'est justement parce que le problème des dirlos n'est pas "global", au contraire du dossier des retraites, qu'il était normal de ne pas
voir de banderoles GDID dans les défilés du 24/6, ce qui pourtant a semblé avoir étonné ton copain Gégé (cf commentaire 23)... Ca va mieux, là ? T'as mieux compris où il faut que je recommence ?


Quant au SE, pour le point d'accès à la hors classe au bénéfice des directeurs, oui, je critique sa position. Mais sur bien d'autres points, et notamment sur la problématique des dirlos, je sais
dire aussi quand les avancées sont positives. Mais ça, dans ton syndicat, on n'arrive pas à le comprendre. Pour vous, ou on est pour à 100% avec tout, ou alors c'est qu'on est farouchement
contre.


Comment cela s'appelle-t-il déjà ? Au mieux, du manichéisme. Au pire du totalitarisme.


Ton "conseil" à Françou ("tu devrais t'abstenir etc.") nous montre qu'avec ton syndicat, on en est arrivé au pire.



Pascal Oudot 26/06/2010 21:14



Vous continuez à répondre aux deux clowns? Arrêtez de jeter des perles aux cochons.



Lionel 26/06/2010 19:38



Théo-the-come-back !!!!! Et avec son lot d'âneries supplémentaires.


 


Parce que maintenant, Théo, la garderie périscolaire et la cantine, ça ne fait plus partie des rythmes scolaires. Relis le commentaire de Françou au lieu de te gausser.


 


Périscolaire et cantine sont au contraire au centre des rythmes scolaires quotidiens. Ce sont même ces deux temps qui font que certains de nos élèves se tapent des journées de 12 heures de
présence à l'école. Et heureusement que certains dirlos trouvent du temps, même quand ils n'en ont plus, pour travailler ces dossiers avec les intervenants idoines. Mais c'est sans doute trop
difficile à comprendre pour professionnel de la polémique tel que toi qui cherche à faire dire aux mots le contraire de ce qu'ils disent vraiment.



Pierrot Lombard 26/06/2010 19:38



Sérieusement Théo (je sais je suis fou!), que reproches-tu à Denis?


Il faudrait que les dirlos défilent ensemble contre la réforme des retraites, qu'ils soient visibles rassemblés sous leur bannière?


Alors qu'ils sont des enseignants comme les autres...


Rapprocher le problème des retraite de notre mal-être afin de les hiérarchiser est débile!


Et même si dans ta bulle (dorée) c'est inconcevable, on peut très bien se mettre d'accord sur un texte commun (loin d'être à minima, très loin) et contester une position injuste d'un syndicat
signataire. C'est le monde réel, celui du terrain que tu ne connais pas (il était quoi Shir, et Moindrot, il est devenu quoi?).


On parle encore de  l'enquête du SNUipp?


Le SNUipp est reçu par le ministre sur la question des dirlos?


Ou c'est comme les États généraux de la direction et du fonctionnement?


 


Le GDiD sera (re)auditionné le 6/7 par Reiss et nous sommes en train de caler un rdv au ministère suite au texte commun. Et le SNUipp que fait-il? Qu'a-t-il fait?


Se servir des retraites pour masquer l'absence de propositions du SNUipp pour les dirlos est à la fois dérisoire et lamentable, mais en dit long sur votre malaise face à nos revendications.(voir
le CR du SNUipp06 suite à la rencontre Reiss/ directeurs du 06)


 


PS: pourquoi le SNUipp n'est-il pas signataire de l'appel pour l'école publique?


l'affaiblissement de l'école publique gratuite et laïque par les faveurs accordées à l'école privée n'est pas un sujet assez important pour qu'il apparaisse dans vos priorités...


Tes histoires de "hiérarchisation" c'est de la foutaise!


Ici tu ne "commentes" jamais, tu ne fais que michetonner, mal, pour ton syndicat. 


"à côté de la plaque" tu l'es toujours, tu n'as aucune légitimité pour demander à quelqu'un de "s'abstenir de poster des commentaires", ici tu n'es pas au SNUipp.


 



Pierrot Lombard 26/06/2010 19:06



Théo62!!!!



thierry fabre 26/06/2010 18:13



C’est quand même terrible, les ravages des méthodes de lecture globale : ça te fait de ces illettrés incapables de la moindre prise de sens.
On compatit Théo-te-ment, mais tente quand même de déchiffrer, voire de comprendre, voire, espoir fou, de dialoguer et de répondre :


 


« le problème des dirlos est un vrai problème à régler »


3/ Ta mémoire te rend incapable de nous citer la date de la dernière action engagée par ton syndicat au niveau
national sur la direction d’école.
Pourquoi ?


« Il faut hiérarchiser les problèmes à traiter. »


2/ ton syndicat refuse tout contact avec une association professionnelle de dirlos alors qu’il en entretient avec
l’ensemble des autres associations professionnelles.
Pourquoi ?


« entend-on encore parler de ce fameux texte commun ? »


1/ ton syndicat ne nous a toujours pas répondu sur la signature de ce texte commun.
Pourquoi ?


« D'où notre demande de davantage de décharges. »


5/ sur le sondage du snuipp le pdf des résultats indique bien qu’une majorité des dirlos souhaite un statut. Sur le
4 pages envoyé dans les écoles, cette donnée, pourtant essentielle, est occultée, cachée, niée...
Pourquoi ?


 


«  tu devrais t'abstenir de laisser des commentaires sur ce site. A chacune de tes interventions, tu es à côté de la
plaque. »


Françou est directrice, tu ne l’es pas…


Françou travaille, tu ne travailles pas, tu milites


Françou a droit à la parole, Théo-te-ment est infoutu de répondre à une simple question. Trop la trouille…


Françou intervient, débat, dialogue, échange, Théo-te-ment-troll


 


Qui est à côté de la plaque ?


Thierry Fabre




JeanRoger 26/06/2010 18:08



Zut, zut et encore zut, j'ai confondu Théo_mais_pas_dans_les_sondages avec Gégé le tatoué... et pour cause.



JeanRoger 26/06/2010 18:05



Gégé sur quelle planète ou astéroïde te trouves-tu? Allez reviens sur terre, on t'attend.


N'oublie pas le masque et le tuba pour le cas ou tu atterrirais au milieu de l'océan.



Théo62 26/06/2010 17:04



@ Denis08


"le problème des retraites c'est pas du "corpo"" et le problème des dirlos c'est global ?

Tu confonds tout, Denis08. Je conçois bien que le problème des dirlos est un vrai problème à régler. N'est-ce pas ce qu'on affirme dans chacun de nos communiqués ? Tu ne veux pas les voir ? Tout
de même, ne crois-tu pas que la réforme des retraites concerne tout le monde, nous, nos enfants, nos petits enfants... C'est autrement plus capital comme sujet, non ? Il faut hiérarchiser les
problèmes à traiter.


 


@Denis08 (encore)
"pour le point supplémentaire d'accès à la hors classe... Haro du SNU et du SE sur ces impudents qui osent faire dépasser leur tête du rang..."


Il y a quand même beaucoup d'incohérences dans les propos que tu tiens. Voilà que tu mets en avant un fameux hiatus parlant du SE. Pourtant, l'association que tu cites à chaque commentaire a
signé un accord "a minima" je te l'accorde avec le SE. Sans arrêt, on voit ceux qui, hier , étaient les procureurs du SE avec ce que vous appeliez le "proutocole", être aujourd'hui les plus zélés
défenseurs du même SE. Et toi, là sans faire gaffe (tu vas te faire rappeler à l'ordre par les gardiens du temple...), tu
mets en cause le SE. Quelle incohérence ! A ce propos, entend-on encore parler de ce fameux texte commun ?


 


@Françou


Désolé, Françou, mais tu devrais t'abstenir de laisser des commentaires sur ce site. A chacune de tes interventions, tu es à côté de la plaque.
Evidemment que les rythmes ça concerne les dirlos, mais les retraites aussi. Seulement dans les exemples que tu donnes (réunions, rencontres avec les parents...), le problème n'est pas celui des
rythmes mais celui de la disponibilité du dirlo. D'où notre demande de davantage de décharges.



Pierrot Lombard 26/06/2010 16:51



C'est quand même malheureux Densi... Malgré toutes tes précautions pour te présenter comme "neutre", tu ne fais pas beaucoup d'efforts, aucun d'ailleurs, pour relever les discussions, rabaissées
au niveau des pâquerettes par tes copains.


Puisqu'on y est, faisons un bouquet.


> La FCPE a défilé le 24? et l'USEP? (et la tête...alouette). En quoi l'absence du GDiD vous manque-t-elle plus?


> Le calage des rythmes scolaires sur celui des minots a une incidence évidente sur l'organisation, la cohabitation, la coordination des services. C'est à ce titre que le GDiD, (l'association
nationale des directeurs) était entendu.


 


PS. le 6 Jullet on est encore auditionné par Reiss, pour son bilan d'étape.


nananananère! (c'est pour rester au niveau  )


 



françou 26/06/2010 15:41



Densi a de la chance: l'a jamais eu sans doute, comme à Marseille ,les réunions animations cantine (en dehors des heures de décharge...  ), les contacts avec les associations gérant la
garderie du soir , du matin , avec , auparavant , bien entendu , les rencontres avec les parents désespérés qui s'aperçoivent toujours au dernier moment qu'il est super difficile de concilier
enfants et travail...alors y comptent sur les dirlos (en général à 8h30 au moment où leur 28 mômes sont prêts à monter en classe)... et du coup , oui, les rythmes ça concerne les dirlos. Les qui
le sont pour de vrai... Et donc Moindrot a été nommé où?