Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 17:06

 

Au terme d’un dernier mandat non renouvelable, Gilles Moindrot, Secrétaire général depuis 6 ans, a cédé la place à Sébastien SIHR. Lors du Congrès de Brive, l’ancien patron du SNUipp a dressé un bilan de son action à la tête du premier syndicat de l’enseignement primaire. Fort de la progression de son syndicat aux élections professionnelles, Gilles Moindrot a également rappelé que son organisation syndicale avait aussi « progressé de plus de 3000 syndiqués de 2007 à 2009 ».

Gilles Moindrot précise toutefois que « cette situation s’est légèrement inversé cette année : elle concerne uniquement une baisse chez les nouveaux syndiqués en revanche les taux de resyndicalisation sont les mêmes. A l’évidence, notre activité et notre orientation conviennent à nos syndiqués mais nous avons plus de mal cette année à aller vers de nouveaux collègues : est-ce le fait des difficultés à organiser des réunions d’infos syndicales ? De la réforme de la formation ? Il reste aussi un effort considérable à fournir en direction des actifs de manière générale et des débuts de carrière. Nous comptons toujours un écart entre le taux de féminisation de la profession (80,3%) et celui du syndicat (76,75%) mais celui-ci s’est légèrement réduit. »

 

Comme toujours avec les syndicats, les chiffres de syndicalisation ne sont pas dévoilés. Tout juste annonce-t-on une hausse de 3 000 adhérents en 3 ans mais sans préciser la valeur de la « baisse chez les nouveaux syndiqués ».

Une lecture fine des propos de Gilles Moindrot permet, en outre, de comprendre que les actifs « de manière générale » et les « nouveaux collègues » font de plus en plus défaut. Ce qui est plutôt inquiétant pour le SNUipp…

 

Dans sa longue intervention, le futur ex-secrétaire général dresse un état de l’école. Il en profite pour passer en revue les multiples réformes qui accompagnent la RGPP et se traduisent par des coupes sombres dans le budget et les moyens alloués à l’Education nationale : « De la suppression du samedi matin aux nouveaux programmes, de l’aide individualisée aux Rased, des évaluations à la comparaison entre le curé et l’instituteur, du SMA, de la maternelle à la formation continue, la formation initiale, les EPEP, tous les secteurs, tous les enseignants sont concernés, et les conséquences sont là …. ». Il évoque ensuite la réforme de la formation, « la suppression de milliers de postes de stagiaires » avant de rappeler « quelques éléments essentiels des propositions de transformation de l’école » relayées par son syndicat.

Nous ne reprendrons ici que celles qui ont un rapport certain avec notre métier de directeur d’école :

« Développer le travail en équipe. Il faut sortir de l’exercice trop solitaire de notre métier. Les questions d’élaboration et de travail collectifs se posent dans tous les métiers. Travailler à plusieurs, croiser les regards, cela permet de prendre le recul nécessaire sur les difficultés et les réussites des élèves. La grande majorité de la profession aspire à son développement, mais tous les enseignants disent que la question du temps de travail est devenue incontournable.

Avec l’augmentation de la charge de travail, le volontariat atteint ses limites ; des décisions institutionnelles sont indispensables : il faut augmenter la part du temps consacré à la réflexion collective. Afin de diversifier les pratiques enseignantes, de pouvoir alterner travail en groupe classe et en petit groupes, de mieux prendre en charges les élèves en difficulté, il est indispensable d’attribuer plus de maîtres que de classes. »

 

Propos ambigus de Gilles Moindrot. Lorsqu’il parle de « l’augmentation de la charge de travail », et ajoute que « le volontariat atteint ses limites », pense-t-il aux directeurs d’école ? On peut en effet l’imaginer.

Quand il poursuit en affirmant que « des décisions institutionnelles sont indispensables », fait-il alors allusion à la nécessité de reconnaître le métier de directeur par un statut ?  

Les doutes sont d’autant plus permis qu’à aucun moment il ne cite précisément les directeurs d’école. Néanmoins, si tel n’était pas le cas, on comprendrait mal ce qu’a voulu dire Gilles Moindrot. A moins qu’à cet instant, il n’ait eu présent à l’esprit le fameux « Conseil des Maîtres Décisionnaire » si cher à la direction du SNUipp…

 

Quelle que soit l’interprétation que l’on puisse faire de ses propos, force est de constater que dans ses adieux, Gilles Moindrot a oublié de saluer les directeurs d’école et omis de présenter les propositions de son syndicat pour améliorer, à travers eux, le fonctionnement de l’école. Espérons que son successeur trouvera les mots justes pour réconforter les « enseignants chargés de direction » dont le « volontariat atteint ses limites »…

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Position des syndicats
commenter cet article

commentaires

Pierrot Lombard 02/07/2010 08:02



Densi, j'espère, que lors de prochains articles, pouvoir discuter de ça;


Pas besoin de  statut pour les dirlos. Le texte gdid/se, dont les termes n'ont pas été choisis au
hasard ce qui prouve que je ne suis pas le seul, convient très bien car il répond à tt ce que nous souhaitons sans modifier la structure même de l'école) 


1- parce que sans cette reconnaissance du dirlo on n'a rien obtenu depuis 20 ans (pire, nos conditions de travail se sont dégradées plus vite et plus fort que celles des autres enseignants).


2- Parce que, justement, cela ne modifie en RIEN la structure de l'école, puisque on demande d' "acter" l'existant.


Ce qui a ouvert large les vannes des EPEP, ça a été la volonté, de vouloir lier la direction au fonctionnement par les principaux syndicats. Alors que nos difficultés viennent de l'inéquation de
notre statut au fonctionnement actuel. Suffit juste de faire évoluer notre fonction pour qu'elle recouvre la réalité du terrain. Et je ne vois pas comment le faire sans passer
par un texte juridique, institutionnel: un statut.


PS- ne reprends pas la formule méprisante de Gége-Théo en réduisant le texte commun à un texte  "GDiD-SE". Cela ne recouvre aucune réalité et n'est que de la mauvaise soupe de syndicalistes
aigris.


 



Densi 01/07/2010 23:54



JeanRoger, je suis très touché par tes remerciements pour une aussi  modeste contribution.



JeanRoger 01/07/2010 23:29



Densi, tu te casses de ces forums? ... et bien grand merci.



Densi 01/07/2010 23:00



Tu veux des 'commentaires' d'un dirlo de base, même pas syndiqué, d'une  école moyenne (en France, pour situer à Oudot dont c'est le principal but dans la vie), en voici mais rien d'extraordinaire...


- Pas besoin de  statut pour les dirlos. Le texte gdid/se, dont les termes n'ont pas été choisis au hasard ce qui prouve que je ne suis pas le seul, convient très bien car il répond à tt ce
que nous souhaitons sans modifier la structure même de l'école)  et encore moins pour les CP. Quant à celui des psychos, ce serait officialiser l'externalisation de  la difficulté donc
pas plus (déja que...). Le snuipp veut certainement marquer sa différence en ne s'associant pas, mauvais choix et  tant pis pour lui. mettons la pression.
-Le CMD aucun intérêt, je préfèrerai au pire la proposition de Sud, elle est plus claire et plus sincère.
- Je n'ai pas pris connaissance du texte des rythmes mais Pierrot pose à priori les bonnes questions: un syndicat n'est-il pas élu pour défendre les intérêts de sa corporation et donc ne 
doit-il pas se préoccuper du temps de travail de sa profession? Qui peut dire le contraire.
- Je trouve injuste le point de dirlo comme le point de zep et lorsque je vois le % de HC dans le second degré, il y aurait des combats à mener...(remarque, quant on sait que c'est sur
proposition du chef d'établissement, ça devrait en faire saliver qques uns...).
Que du basique (de bon sens?) mais dirlo de base dans la France profonde, n'en déplaise à certains, ça existe aussi...



françou 01/07/2010 22:56



Bref, pas de réponse de la part du puissant syndicat........donc se démerder pour bousiller les prochaines élections pro. Voilà une "grève" sympa qui pour une fois ne nuirait pas aux
gamins.......au contraire!



Pascal Oudot 01/07/2010 20:49



Je me demande quand même ce que je vais pouvoir trouver comme insulte suffisamment puissante pour que les trois anonymes de mes deux se décident enfin à ne plus revenir sur ce site nous pourrir
la vie.


 


Ou alors il faut donner leur nom et leur curriculum pour qu'enfin la honte les submerge. Je fais un appel en ce sens.



Pierrot Lombard 01/07/2010 20:15



Densi, D'accord avec toi sur l'intérêt de l'article.... (quoique j'aimerai bien savoir ce que va devenir Moindrot ).
Parlons d'autre chose?


Aujourd'hui j'ai reçu, comme vous sans doute, la lettre nationale du SNUipp.


Un article a attiré mon attention et, pour ma part, résume bien ce qui me gêne chez SNUipp en particulier et chez les syndicats enseignants en gébéral. Cela concerne les rythmes scolaires: 


Pour le SNUipp, une évolution de la durée de la journée de classe ne peut s’envisager , sans prendre en compte
tous les éléments (travaux des chercheurs, âge des enfants, rythmes de vie, nécessité de mettre en place dans toutes les écoles et pour tous les élèves un accompagnement afin de
ne pas augmenter les inégalités entre familles et entre territoires).


Manque une
chose essentielle quand même, surtout dans un article syndical: l'impact sur notre temps de travail, sur nos conditions de travail (si on a une coupure méridienne de 4h, si on travaille jusqu'au
14 juillet...)et les compensations à prévoir.


Tous les
éléments que le SNUipp veut mettre sur la table ne le regarde pas (je ne dis pas qu'ils ne sont pas importants, mais il y a des interlocuteurs mieux qualifiés pour cela), et ce qui est de son
domaine, la défense des intérêts des enseignants, il n'en parle pas.


Et ça me
choque.


 



thierry fabre 01/07/2010 20:07



Densi, tsss... tsss...


A ton âge, est-il bien sérieux que de ne pas savoir lire ce que l'on t'écrit, de ne pas savoir dire ce que tu penses (si et seulement si...) de ne pas savoir répondre à de simples questions,
d'être autant incapable de te défaire de ta posture de troll et de tenter d'engager enfin un minimum de débat.


Pas si loin, au dessus, Pierrot te tend la perche


Tu ne crois pas Gégé-Théo-Densi qu'il serait temps de rentrer dans la discussion, dire en quoi il est gênant de reconnaître la
spécificité du directeur alors que vous demandez un statut pour les CP et les psyscos?


Qu'il est temps de prendre en compte les attentes des dirlos et assumer vos responsabilités de syndicat
représentatif?


Qu'il est temps de nous dire en quoi le CMD peut-être une alterantive à la direction et comment ça fonctionnerait?


Tâche donc de répondre, on verra ainsi que ta présence en ce blog a d'autres objectifs que de pourrir et polluer tout débat...


 


On peut toujours rêver...


Thierry fabre



Pascal Oudot 01/07/2010 19:55



ce sujet qui n'a franchement aucun intérêt et ne mérite pas plus de participation


 


Ah pour une fois je suis d'accord avec Densi: Moindrot comme Sihr n'ont aucun intérêt. Je suis d'autant plus d'accord que l'idée de ne plus voir Densi dire n'importe quoi ici me fait baver de
bonheur d'avance.



denis08 01/07/2010 19:33



Et "pathétique" avec un seul "h", Densi, quelle définition en fais-tu ?


Tu fais voler le débat au niveau de ton orthographe... Effectivement, ça ne mérite pas plus de participation... de ta part. Au revoir.


 



Densi 01/07/2010 19:09



"Exact... Au détail près que le mot important était "réponse"... Comique et pathéthique ( définition?) tout comme ce
sujet qui n'a franchement aucun intérêt et ne mérite pas plus de participation...



Pascal Oudot 01/07/2010 17:47



Si nos clowns abonnés attaquent la forme, c'est qu'ils touchent le fond. Non, je me méprends, ils y sont enlisés depuis longtemps. Difficile, de discuter avec vous, hein? Bon, je comprends, comme
vous n'avez rien à dire.



thierry fabre 01/07/2010 16:48



Exact...


Au détail près que le mot important était "réponse"


Tu sais, ces réponses qui te font si peur que tu te réfugies derrière tes ficelles de troll pour mieux faire semblant de ne pas les entendre. Te faut-il à nouveau ces questions ? Je comprends,
Gégé-pas-de-figure, il faudrait que tu expliques l'inexplicable, défende l'indéfendable, bref, mettes du sens là où tu n'en as guère.


Aux temps anciens, le Cens limitait l'expression des citoyens


Aux temps moderne, le Sens te bloque toute expression...


 


Thierry fabre



Gégé 01/07/2010 15:28



Oh !!!! Sapristi !!!! que vois-je ?


"une réponse, sinon censée, du moins honnête…"


 


L'autre jour, le pauvre collègue Densi en avait pris plein la tête pour la même fôte !!!


"Sensé, Densi… Sensé avec un « S »


Pierrot est Sensé au sens, comme beaucoup ici, où il met du sens dans ses propos, et du bon sens…"


 


Comme quoi, tous les claviers peuvent faire des fôtes...



Pierrot Lombard 01/07/2010 14:50



Pierrot s'est trahi en révélant que Gilles Moindrot l'avait appelé au téléphone pour dire qu'il ne
pouvait pas signer le texte GIDD-SE.


En quoi me suis-je trahi?


Moindrot a laissé un message au GDiD, et on l'a rappelé. Le problème c'est que sans écrit il est impossible
de communiquer "officiellement" sur le contenu d'une (courte) conversation.


Je peux te dire aussi que nous l'avions croisé à la sortie du ministère et que nous avions discuter
(difficilement) avec lui sur le trottoir... (photo dans la phototèque du GDiD). 


En quoi cela peut-il servir d'alibi à une relation normale entre l'association des directeurs et le principal
syndicat du primaire?


 


PS: ce n'est pas le texte "GDiD-SE".


c'est un texte signé par le SE, le SGEN, la CFTC-éducation, Avenir école et le GDiD.


Une fois, Gégé, une seule petite fois, tu ne pourrais pas commenter le fond. Tu ne crois pas que les
dirlettes et les dirlos méritent autre chose que tes esquives suffisantes?





voilà un peu du CR du SNUipp06 pour la rencontre Reiss/ dirlos du 06:


Nombreux sont ceux qui ont martelé qu'il fallait un directeur par école, à la rigueur un par
groupe scolaire....(proposition du GDiD)


 Beaucoup (mais pas tous) souhaitent que l'évolution passe par un statut, qu'ils précisent "non
hiérarchique"....(proposition sur laquelle s'est bâti le GDiD!)


Dans le 06 le SNUipp a 8 élus sur 10, maiie 2 fois/jour et a préparé cette rencontre par une réunion l'avant-veille et une
distribution de tracts à l'entrée de la salle...


Et ce ne sont que les propositions du GDiD qui ont été reprises par l'ensemble du panel soit 62 dirlos.


Pour être honnête,tous sauf 4:


>2 pour un statut type secondaire


> et 2, élus SNUipp, contre un statut.


Tu ne crois pas Gégé-Théo-Densi qu'il serait temps de rentrer dans la discussion, dire en quoi il est gênant de reconnaître la
spécificité du directeur alors que vous demandez un statut pour les CP et les psyscos?


Qu'il est temps de prendre en compte les attentes des dirlos et assumer vos responsabilités de syndicat représentatif?


Qu'il est temps de nous dire en quoi le CMD peut-être une alterantive à la direction et comment ça fonctionnerait?


Qu'il est temps de sortir de votre boutique (texte GDiD-SE est un bel exemple de com.) et venir sentir, constater l'état de notre
école?


Vous êtes le premier syndicats du Primaire, assumez et prouvez-le autrement que par des campagnes de com.



Lionel 01/07/2010 14:02



A lire sur le blog de Luc Cédelle (http://education.blog.lemonde.fr/), une interview du nouvel ex, Gilles Moindrot.


 


Il a notamment cette phrase percutante, je le cite, "Le SNUipp n’a pas d’adversaires parmi les enseignants". C'est bizarre, pour ma part,
je dirais plutôt que le SNUIpp est l'adversaire de certains enseignants, les fameux collègues komlézotres chargés de la
direction-et-qu'on-voudrait-bien-voir-devenir-des-secrétaires-du-fumeux-CMDD.



thierry fabre 01/07/2010 13:53



Gégé-pas-de-figure, ne m’insulte pas avec le mot « collègue »
Je ne suis pas ton collègue…
Collègue se dit couramment à propos de personnes faisant le même travail : je suis petit dirlo, dans la banlieue d’une banlieue. Théo, comme toi, n’êtes ni dirlos, ni enseignants mais des
militants professionnels : à preuve, le simple fait indiscutable qu’aucun dirlo, aucun instit, aussi bornés seraient-ils, ne sortirait jamais le quart du dix millionième des billevesées,
fadaises, fichaises, foutaises et autres gougnaferies dont vous nous berlurez jour après jour…

Et pour ce qui est de nos questions, triste clone, on les posera tant que l’un de tes avatars ne sera pas  fichu d’en faire une réponse, sinon censée, du moins honnête…

Merci toutefois, cher-mossieu-qu’est-pas-mon-collègue, de reconnaître publiquement à quel point elles te/vous gênent…

Thierry Fabre



Gégé 01/07/2010 13:38



Oh, les collègues, arrêtez de harceler Théo. C'est de l'acharnement. Vous avez rencontré Sébastien Sihr (quelqu'un l'a dit ici). Pierrot s'est trahi en révélant que Gilles Moindrot l'avait appelé
au téléphone pour dire qu'il ne pouvait pas signer le texte GIDD-SE. Alors, pourquoi toujours poser les mêmes questions ? Arrêtez un peu.



Pierrot Lombard 01/07/2010 13:14



1/ notre ministre de tutelle pourrait s'en inspirer en ce qui nous concerne.


Et pourquoi pas lui envoyer une piqûre de rappel?


PS: c'est qui notre ministre de tutelle?



Pierrot Lombard 01/07/2010 13:12



Eddy Mitchell...



thierry fabre 01/07/2010 13:05



Théo, bon sang...


Théo, "réveille-toi, tu dors depuis des heures, il est bien temps crois-moi de penser au labeur" (Pierrot, Pascal ?)


Tes réponses se font attendre, mon bon Théo, nous sommes sur des charbons ardents. Théo va-t-il enfin arriver à répondre à une question ? Passera-t-il en deuxième semaine ? Pourra-t-il s'ébattre
dans la piscine avec de sculpturales naïades ? Vous le saurez dans le prochain épisode de notre grande série "Les Trolls dans l'Espace" !


En attendant, méfi, le compteur tourne...


http://www.dirlo.org/perso/compteur/snu.html


Thierry fabre


 



merlin 01/07/2010 12:59



Tiens, entendu à la radio de la part du minsitre de tutelle des restaurateurs: " je tiens à préciser qu'il s'agit d'un métier dur et difficile , les dizaines de milliers d'emplois vacants servent
à le confirmer...."


2 réflexions: 1/ notre ministre de tutelle pourrait s'en inspirer en ce qui nous concerne.


                   2/ le syndicat majoritaire ou ceux qui le sont moins pourraient aussi méditer cette phrase et s'en servir pour se pencher sur
nos modestes personnes.


    dernière minute:  Théo 62 vient de battre le record du monde en apnée   ....ah! le grand bleu!


 



merlin 30/06/2010 17:19



ping................ping............ping.........rien sur le sonar....le sous-marin du snuipp repose sur le fond sans donner le moindre signe de vie.......... pas d'inquiétude, il est toujours
là, tapi, attendant son heure pour refaire surface et lâcher quelques missiles de défense CQFD.......avant de replonger.


Non, non , non , nous n'aurons pas de réponse, non, non, non, non.......



RAMEY 30/06/2010 16:48



« Y’a longtemps que j’suis plus le plus jeune de l’école ! »

Quand je suis rentré à l’école normale en 1973, avec les autres normaliens nous avons tous adhéré en chœur à la MAIF, la CAMIF et au SNI.

37 ans après, je suis toujours à la MAIF, la CAMIF a coulé et j’ai déchiré ma carte du SNI voici quelques années déjà…

J’ignore les véritables raisons qui ont présidé au naufrage de la CAMIF, mais je sais parfaitement pour lesquelles je ne suis plus au « Sniupp », non « Snipup », je veux dire
«Sipnup », enfin le machin qui a succédé au SNI : si les militants de base sont encore des gens honnêtes qui comme moi bossent dans de vrais écoles, les dirigeants me font l’effet de
personnes qui ont fui la réalité du terrain et se sont engagés dans une autre carrière. Ils ont oublié ce que faire classe veut dire, ne connaissent qu’une école virtuelle et pensent plus à
leur plan de carrière qu’à la vie des vrais gens dans les vraies écoles, ce que confirme le « Commentaire n°2 posté par Grégoire : « Le 1er secrétaire du SNUIPP Daniel Lebret a
ouvert une boîte de soutien scolaire à sa sortie, Nicole Geneix la deuxième, elle, s'est fait embaucher par Dominique Voynet comme assistante parlementaire... ».

Au moins au GDID, tout le monde est au charbon que je sache, y compris Alain REI, Thierry FABRE, Pierre LOMBARD, les membres du CA etc…

Si les syndicats souhaitent recruter, qu’ils défendent les PE. TOUS les PE. Avec un
statut.




JeanRoger 30/06/2010 14:45



@Grégoire


Je partage ton sentiment à l'égard du snu (auquel soi dit en passant j'ai appartenu, avant de comprendre commen ça fonctionnait de l'intérieur)... C'est pourquoi à chaque fois je me permets
d'insister pour dire que lors des élections professionnelles il faudra faire le bon choix. Il est simple: NE PAS VOTER POUR LE SNU, ensuite à chacun de voir selon ses
convictions, etc. pour voter pour l'un de NEUF autres.


Car une chose sûre, lorsqu'en commission paritaire on retrouve seulement deux blocs majoritaires, en l'occurence l'administration d'un côté et le SNU de l'autre, c'est du donnant donnant: de la
COGESTION, au détriment de la justice et de l'équité.


Vive les commissions représentés par un panel plus large de syndicats!



thierry fabre 30/06/2010 14:10



Hé bé, mon Théo, toujours pas de réponse à apporter à nos menues questions ?


Toujours aucune explication au fait que le GDID demande à être reçu par le SNU depuis 10 ans, sans la moindre réponse ?


Toujours aucun commentaire à faire sur ce doux mercredi de septembre 2009, où, lassé d'attendre une réponse qui tardait, et doutant de la réalité objective du travail du facteur du 13°
arrondissement de Paris, nous allâmes déposer en mains propres aux responsables du SNUipp la pétition "Etre et Avoir" ?


Moindrot étant occupé, celui qui nous a briévement reçu, en pas de porte, se dénommait... Sihr... Il nous avait à l'époque promis une réponse, il a du oublier, le pôvre, avec tout son travail...


Toujours aucune réponse à faire à nos menues questions ? On va finir par croire qu'elles te gênent fort, à te voir, toi et tes semblables, les éviter ainsi...


Méfi, Théo, le compteur tourne, et pas à ton avantage...


http://www.dirlo.org/perso/compteur/snu.html


 


Thierry Fabre


 



JeanRoger 30/06/2010 13:57



Alors Théo, encore en vacances ?



merlin 30/06/2010 13:44



10h39: Theo intervient afin de souligner une fois de plus la seule légitimité du premier syndicat de France qui a le droit de parler au nom de tous et pour tous. 


11h: quelques rappels de quelques questions maintes fois posées.


Depuis Théo est en plongée profonde, moteurs coupés pour éviter toute localisation.... Dis quand reviendras tu? dis au moins le sais-tu?................



grégoire 30/06/2010 12:42



Loin de moi de vouloir taper sur LES SYNDICATS , Jeanroger au moment de voter ( et je vote toujours ) mon choix se portera sur celui qui sera le près des positions défendues par le GDID.


Cependant concernant le seul Snuipp, je déverse ma bile à hauteur de ma décéption de voir ce qu'il est devenu : un syndicat d'opposition politique fermé par principe à toute négociation qui ne
passe par par ses  vues. C'est pas l'idée que je me fais du syndicalisme. De plus cette propension à vouloir éviter d'annoncer clairement la couleur ( pas de chef  mais l'autogestion)
et de prononcer notre simple nom me pousse à la caricature ( c'est contagieux ).



Denis 30/06/2010 12:32



" j'ai comme l'impression que l'association du gdid est composée de gens honnêtes, qui bossent bénévolement pour faire reconnaître des idées simples et justes et qu'elle commence à être
entendue par le pouvoir et par les gens simples , normaux , dégagés de viles préoccupations purement individualistes et qu'elle mérite donc qu'un syndicat la respecte."


T'as gagné Théo, Françou m'a convaincu...



merlin 30/06/2010 11:10



" continuellement " ... faut dire qu'il y a du grain à moudre!  " injustement" ... je te renvoies aux quelques problèmes que je soulève dans le post 10 et je pense que tu va nous éclairer
sur ces points. 


           A tout de suite.



françou 30/06/2010 11:09



Merci Dieu62 , je ne suis donc plus à côté de la plaque quand ça t'arrange...et je devrais convaincre...de quoi au juste...ah oui de discuter...donc pourrais-je dans le même temps convaincre une
personne responsable du snu (peut-être plus gradée que Dieu62 lui-même , son fils ou son saint esprit...) de bien vouloir répondre aux questions posées par le gdid ? Merde, je
sens que je dérape encore à côté de la plaque...pourtant moi j'ai comme l'impression que l'association du gdid est composée de gens honnêtes, qui bossent bénévolement pour faire reconnaître des
idées simples et justes et qu'elle commence à être entendue par le pouvoir et par les gens simples , normaux , dégagés de viles préoccupations purement individualistes et qu'elle mérite donc
qu'un syndicat la respecte. Si vous ne répondez pas officiellement à ces fameuses questions posées , moi , le naïf de l'histoire , le Candide, je ne pense pas faire comme dans l'histoire et me
contenter de retourner cultiver mon jardin...j'ai un droit de vote aux élections ...et même la charge de les organiser dans mon école d'ailleurs.........



Théo62 30/06/2010 10:39



Merci Françou. Le début de la sagesse ?


"Si le snu est incontournable pour obtenir un statut peut être faut il continuer à discuter dans le calme mais un article comme ça ne pousse pas au calme et vous le savez"


 


C'est bien que des voix s'élèvent pour demander de travailler ensemble. La première condition, c'est naturellement d'arrêter de taper continuellement et injustement sur le SNUipp. Ne pas oublier
que c'est le premier syndicat des enseignants du primaire et qu'à ce titre il est représentatif et considéré au ministère comme incontournable.


Encore merci Françou et j'espère que tu parviendras à convaincre tes camarades du bienfondé de ta démarche car elle est positive.



merlin 30/06/2010 10:31



Est-ce mal dire que de constater que le Snuipp, syndicat revendicatif s'il en est, ne s'émeuve en rien de notre condition?


Rien sur la comptabilisation de nos heures en qualité de directeur ( et elles sont nombreuses n'est-il pas,


Rien sur la reconnaissance de nos responsabilités ( et elles existent!)


Rien sur la protection dont il serait légitime que nous bénéficions ( les délégués syndicaux sont bien protégés de l'arbitraire, eux....)


Rien sur la possibilité pour les dirlos , s'ils étaient déchargés totalement de classe avec un temps d'enseignement à disposition de l'école ( le + de maîtres que de classes, c'est bien une
revendication du Snuipp et ça pourrait s'en approcher....)


.....au contraire, sur son site, le Snuipp essaie par tous les moyens de biaiser les textes qui attribuent un pouvoir de décision au dirlo, comme si c'était une hérésie ( remarque le SE de mon
coin affiche pour la répartition des classes , la règle telle qu'elle est écrite dans les textes... suivie de la " règle coutunière départementale" autrement dit celle qu'il faut suivre... j'ai
trouvé ça assez fort!)


 


pour toutes ces raisons et d''autres, il est normal que le Snuipp se fasse interroger.... et il est anormal qu'il ne réponde jamais de façon concrète.


 



thierry fabre 30/06/2010 09:47



Une petite erreur de ta part, Françou…


Ce blog n’est en rien un blog du GDID et nous n’intervenons pas dans le choix des articles. C’est noté, à notre demande, en page d’accueil :


Bien que soutenant et partageant les objectifs du GDID, nous sommes également totalement indépendants de cette association qui
a vocation à regrouper et représenter les directeurs d’école.  


 


Pour ce qui est de savoir si le SNU est incontournable pour avoir un statut, je pense que c’est inverser les rôles. Le SNU ne siège pas rue de Grenelle et c’est du
pouvoir en place, de notre ministère que nous obtiendrons ou pas un statut.


Cela ne dépendra que de nous et se fera avec l’aide de certains syndicats, malgré d’autres syndicats, voire contre eux. A eux de choisir…
Et c’est là où je veux bien continuer à discuter avec le SNU, mais encore faudrait-il que cette discussion ait commencé. Ce qui n’est pas le cas :


http://www.dirlo.org/perso/compteur/snu.html


 


Sinon, si tu me demandes s’il y a des syndicats mieux que d’autres, je ne peux que te répondre oui, et les classer en 3 groupes :


- ceux qui travaillent avec nous et acceptent, à des degrés divers, la nécessité d’une reconnaissance de la direction d’école. Ce sont le SE, le SGEN, le SCENRAC et
Avenir-Ecole


- ceux qui bloquent sur le sujet, soit par motifs idéologiques (SUD, tenant de la collégialité de la direction), soit par divergences d’analyse (FO et la CGT), mais
restent corrects avec nous, acceptent le débat et ne caricaturent pas nos positions


- ceux qui ne font rien et ne disent rien (le SNU) ou qui disent beaucoup et ne font rien (le SNE)


 


Thierry fabre




JeanRoger 30/06/2010 09:38



J'ai confondu Grégoire et Merlin... décidément... toutes mes excuses.


Sinon pour répondre aussi à Françou, je ne confonds pas le SNU et les guignols de Gégé, Théo, etc. les sous sous sous fifres.



Pascal Oudot 30/06/2010 09:29



Françou, le SNU revendique lui-même sa position comme celle de premier syndicat d'enseignants du primaire. Et c'est la réalité en suffrages lors des dernières élections professionnelles.
C'est aussi la réalité historiquement. Alors... moi je me sens orphelin quand le SNU refuse d'écouter nos revendications. Comment alors ne pas leur taper dessus? Ce sont en vérité des appels du
pied, j'ajouterai des appels angoissés de directeurs et directrices accablés sous la charge de leur travail et de leurs responsabilités.


 


Quant à travailler avec eux, nous aimerions bien. Encore faudrait-il que le SNu réponde aux courriers, à nos continuelles questions, à nos angoisses, sans s'abriter derrière des discours
ressassés et inadaptés, sans nous envoyer ici de courageux anonymes qui biaisent à chaque interrogation. Si le SNU se moque de nous, comment pourrions-nous ne pas nous moquer d'eux?


 


Je t'assure que ce serait pour moi un énorme soulagement d'être entendu et considéré. Force m'est de constater que ce n'est pas le cas.



JeanRoger 30/06/2010 09:28



"mais il ne font pas beaucoup de pub autour et continuent quand même à nous tacler de temps en temps."


Un petit bémol à ce que dit Grégoire. Rappelons-nous qu'il n'y a pas dans l'EN deux ou trois syndicats mais dix. Sachons faire jouer la démocratie des commissions paritaires en
répartissant nos voix.


http://www.cftc-educ.com/modules.php?name=Blogs&op=cat&cid=3&categorie=direction
http://www.cftc-educ.com/modules.php?name=aastatut
http://www.cftc-educ.com/modules.php?name=aabulletins


Et pour discuter avec le SNU faudrait déjà qu'il le veuille. 10 ans sans répondre au GDID.


http://www.dirlo.org/perso/compteur/snu.html



merlin 30/06/2010 09:11



" il existe des syndicats mieux que d'autres....." chaque syndiqué sera en mesure de répondre en valorisant son " camp". maintenant, pour ceux qui défendent la cause des directeurs ( et il n'y a
pas de honte à souhaiter être défendu en qualité de directeur) .... pas facile de répondre. Certes les syndicats signataires du texte du Gdid sont quand même plus attentifs à notre situation que
l'autiste Snuipp... mais il ne font pas beaucoup de pub autour et continuent quand même à nous tacler de temps en temps. Il faut dire qu'elle arrange tout le monde notre situation: collègues,
IEN, syndicats... nous sommes au choix et dans la même journée des collègues comme les autres, le dirlo qui doit régler le problème dans la minute, le distributeur de courrier électronique ou
papier au profit de toutes les officines syndicales. 


Oui, tout le monde se sert de nous, nous servons tout le monde, elle est pas belle la vie?



françou 30/06/2010 08:01



NoëBabet, Jean Roger, ça sert à quoi un article comme ça? Que l'on continue à crier haro sur le baudet? Ils vont finir par jouir de leur victimisation...Si le snu est incontournable pour obtenir
un statut peut être faut il continuer à discuter dans le calme mais un article comme ça ne pousse pas au calme et vous le savez. Sinon le but de cet article serait de laisser croire qu'il y a des
syndicats mieux que d'autres???? Alors dites le clairement.



Pascal Oudot 29/06/2010 20:02



Adieu. Bon vent. C'est quand la prochaine scission du SNU? Et puis, dans le feuilleton, quand est-ce que le SNU se décidera à nous mettre des gens intelligents comme interlocuteurs ici?


 


Les directeurs, le SNU s'en fout. On peut le dire. Les autres aussi je crois, même s'ils nous lèchent un peu les bottes pour s'attirer nos suffrages. Mais je me trompe peut-être pour ces derniers
-pas pour le SNU.


 


Je suis curieux. Je leur ai fait quoi, à ces gens-là? Pourquoi je les dérange comme ça? Pourquoi mon existence de directeur d'école leur donne-t-elle une telle diarrhée? Des fois, quand même, je
me demande.


 


Bon, je sais bien: un gros paquet de syndiqués est dans les réseaux d'aide et les IUFM, logique que le SNU les défende bec et ongles. Mais quand même. Je n'existe même pas pour ces gens-là.
Pourqtant l'existence de mes semblables est avérée depuis le XIXème siècle! Les SNUippiens seraient-ils des créationnistes de l'instruction?



Grégoire 29/06/2010 19:24



Bon vent. Le 1er secrétaire du SNUIPP Daniel Lebret a ouvert une boîte de soutien scolaire à sa sortie, Nicole Geneix la deuxième, elle, s'est fait embaucher par Dominique Voynet comme assistante
parlementaire... après j'ai arrêté de suivre.


Sûr que Moindrot va prendre une classe peut être même une direction.


Ce que les collègues ne supportent plus c'est l'injustice permanente : toujours plus de devoirs et toujours aucun droit. J'étais avec 5 directeurs en rencontre sportive : on approche du point de
fusion ! Et les syndicats sont pointés du doigt pour leur démagogie et leurs oeillères idéologiques. J'attends les prochaines élections professionnelles avec curiosité. C'est pas dans mon
entourage qu'ils marqueront des points sauf à voir leur positionnement dur la direction d'école évoluer.



Noé BABET 29/06/2010 17:37



Bilan mitigé


Rien pour les Directeurs .


Lamentable pour un syndicat aussi important .


Où sont les projets pour améliorer la profession des enseignants . Que des critiques envers le gouvernement. Bof , ça ne m'attire pas .