Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 23:42

 

Le 8 mars dernier, dans un article intitulé « Direction d’école : le SNUipp en quête d’une crédibilité introuvable » nous avons attiré l’attention de nos lecteurs sur l’enquête en ligne lancée par le SNUipp et destinée « à laisser la parole à l’ensemble des directeurs et adjoints ».

 

------------------------------------------------------------

 

Nous écrivions alors :

 

Une enquête entachée d’une grossière erreur méthodologique

 

Destinée à l’ensemble des directeurs et adjoints, cette enquête nationale présente un inconvénient majeur qui la rend d’ores et déjà sujette à caution : elle ne présente aucune des garanties de fiabilité d’un véritable sondage.

En effet, cette enquête ne se conforme pas au standard méthodologique des enquêtes d’opinion dans la mesure où il est possible d’y répondre autant de fois que l’on veut depuis un même poste (aucun blocage des adresses IP). Rien à voir avec l’enquête commandée en 2006 par le GDID qui avait fait appel à un institut de sondages réputé (IFOP) et qui présentait toutes les assurances méthodologiques nécessaires pour fournir des résultats fiables.

En ne se donnant pas les moyens d’une enquête incontestable, le SNUipp ruine tous ses efforts de séduction déployés ces derniers temps pour afficher son intention de faire évoluer la « fonction » de directeur car, quels qu’ils soient, les résultats seront forcément affectés d’un doute. Doute d’autant plus fort que les deux précédentes enquêtes départementales (06 et 65) de ce syndicat étaient déjà entachées d’approximations, d’erreurs et d’incohérences qui leur ôtaient toute crédibilité.

 

Des résultats inexploitables

 

L’enquête présente un autre inconvénient de taille : elle est anonyme, ce qui n’est pas une faute en soi. Cependant, il deviendra impossible de différencier les réponses apportées par les directeurs et les adjoints puisque chacun aura le loisir de se faire passer pour qui bon lui semble et autant de fois qu’il le souhaitera. Comment imaginer que les auteurs de cette enquête n’y aient pas pensé ?

Force est constater que cette enquête ne peut se parer d’aucune valeur scientifique. Quels qu’en soient les résultats, l’exploitation qui en sera faite ne pourra donner lieu à aucune analyse crédible et incontestée. Et hélas, il est à craindre que comme les précédentes, cette consultation ne contribue un peu plus à semer le trouble sur les véritables intentions du SNUipp à l’égard des directeurs d’école.

Coup d’épée dans l’eau ou nouvelle manipulation ? Faudra-t-il attendre le mois de mai (publication des résultats) pour en avoir le cœur net ?

 

------------------------------------------------------------

 

Les résultats de cette enquête sont maintenant publics. Le SNUipp se félicite de la participation :

« Vous aviez la parole et vous vous en êtes saisi. Un peu plus de 9 250 réponses à l’enquête sur le fonctionnement et la direction d’école, voilà un beau succès [...] Cette participation conséquente est venue confirmer, s’il en était besoin, que la situation actuelle de plus en plus insatisfaisante nécessite de dépasser le simple constat. »

 

Le SNUipp poursuit : « S’il ne s’agit pas d’un sondage, le nombre de réponses qui correspond à une participation de près de 20% des écoles est inédit et donne une forte crédibilité à ces résultats qui soulignent l’urgence d’une ouverture de discussions avec le ministère. »

 

Précision inutile qui ne fait que renforcer le doute sur les analyses du syndicat. Rappelons que cette enquête était ouverte aux 320 000 enseignants du premier degré. Le questionnaire étant anonyme, il n’est pas possible de savoir combien d’enseignants d’une même école ont pu y répondre. Il n’est pas possible non plus d’affirmer que « le nombre de réponses correspond à une participation de près de 20% des écoles ».

En réalité, la seule analyse que l’on puisse faire à partir des chiffres annoncés concerne la participation. 9 250 réponses rapportées au nombre d’enseignants donne un taux de participation inférieur à 3 %.

 

Ce taux n’est d’ailleurs pas assuré dans la mesure où il est tout à fait possible que de nombreux enseignants aient répondu plusieurs fois. Plusieurs d’ailleurs, sur différents sites ou forums, ont déclaré avoir testé un vote multiple. En effet, comme nous le disions le 8 mars, aucun système de blocage n’a été mis en place pour empêcher quiconque de répondre plusieurs fois.

 

Certes, le SNUipp précise que « la vérification et l’éventuelle correction des multiples saisies de même origine a été effectuée sur la base des adresses IP. »

Là encore, précision inutile qui ne fait que confirmer l’impossibilité de connaître avec exactitude le nombre de répondants uniques, notamment parce que de nombreux « multi votants » ont pu le faire d’ordinateurs différents.

Relevons par ailleurs que si un seul vote a véritablement été retenu par adresse IP, le système a pénalisé tous les collègues qui souhaitaient donner leur avis à partir du même ordinateur de leur école.

 

Au final, combien de répondants uniques ? Combien d’écoles participantes ? Combien de véritables directeurs et de véritables adjoints ? Nous n’avons les réponses à aucune de ces questions.

 

Comme nous le disions également le 8 mars, le SNUipp aurait gagné à confier ce travail à un institut d’enquêtes d’opinions, comme il le fait parfois pour d’autres enquêtes. Il y aurait trouvé la garantie de résultats incontestables obtenus plus efficacement par le biais d’un sondage auprès d’un échantillon représentatif.

 

La méthodologie employée jette un doute sur la crédibilité de l’enquête. Trop d’incertitudes demeurent. Les résultats ne peuvent être considérés comme fiables. Dès lors, il nous semble tout à fait inutile de les commenter.

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Position des syndicats
commenter cet article

commentaires

Grégoire 17/06/2010 19:15



T'as raison Grégoire sauf qu'on trouvait plein de réactions semblables à celles de Noé sur le site de l'asso de Pierrot quand Darcos voulait supprimer les Rased... Et c'était pas des
plaisanteries !


Sauf que dans le cas des RASED s'interroger sur l'externalisation de la gestion des difficultés scolaires est un débat légitime qui peut apporter des réponses très diverses et respectables. Je ne
mets pas les choses sur le même plan.


Et puis l'assoc de Pierrot c'est aussi la mienne. Je partage donc sa responsabilté morale. coucou Pierrot !



Pierrot Lombard 17/06/2010 09:55



Tiens je copie colle de CR du SNUipp de la visite de Reiss dans le 06 parce qu'elle est du même niveau que le dernier commentaire de Gégé: (en bleu les nos observations)





Compte-rendu de la rencontre des directeurs avec le député Reiss.
Nous
avons dans la dernière lettre, peut-être un peu rapidement, publié des notes prises par une collègue sans trop de commentaires. Aussi nous publions cette contribution aujourd'hui en
complément.


 


La réunion a rassemblé une soixantaine de directrices et directeurs, essentiellement de milieu
urbain.


Après un exposé de la mission qui lui a été confiée par le 1er ministre, M. Reiss a
rappelé qu'il était surtout venu pour nous écouter.


2 directrices et 2 directeurs invités à la tribune ont décrit leur quotidien et leurs
difficultés ; puis une quinzaine de collègues se sont exprimés dans la salle, relatant des expériences diverses.


Tous ont rappelé leur attachement à leur métier et leur volonté de faire réussir leurs élèves,
dans un contexte de plus en plus difficile.


Nombreux sont ceux qui ont martelé qu'il fallait un directeur par école, à la rigueur
un par groupe scolaire.


Les EPEP suscitent beaucoup de craintes, notamment parce qu'ils entraîneront une
perte de majorité des enseignants au Conseil d'Administration, une "municipalisation" des écoles et sans doute des "économies d'échelle".


Les demandes, elles, tournent autour de 4 points principaux :


Plus de décharges, une revalorisation indiciaire, une clarification des missions et une aide
administrative pérenne. (en fait le CR oubli le statut qui a été au centre des interventions: comme on pourra le constater plus bas)


Beaucoup (mais pas tous) (ben oui,
beaucoup ce n'est pas tous... Mais c'est beaucoup!)souhaitent que l'évolution passe par un statut, qu'ils précisent "non hiérarchique".


Après certains appels du pied de M. Reiss : "On constate que de plus en plus d'enseignants du 1er
degré passent les concours de chef d'établissement. Ne souhaitez-vous pas faire évoluer votre fonction pour pouvoir assumer pleinement vos responsabilités ?",


Deux personnes seulement se sont clairement prononcées en faveur d'un statut hiérarchique
:


 "L'école est comme une entreprise, pour que ça marche, il faut un chef qui
pilote". (vous saurez apprécier !! )


M. Reiss a semblé apprécier (pour le
moins sujestif...) ces interventions, qui sont restées néanmoins très minoritaires parmi les personnes qui se sont exprimées. (autre intervention
très minoritaires, celles opposées au statut: 2 élus du SNUipp!)


 


Nous pouvons en retenir que la grande majorité de la salle semblait
opposée à la mise en place des EPEP, et souhaite fortement qu'à chaque école (qui peut résulter de la fusion de 2 écoles d'un même
groupe) corresponde bien un directeur. (reconnu par un statut non hiérarchique)


Comme on peut le lire ce
so



Gégé 17/06/2010 08:28



"Pour faire des économies , il faut supprimer tous les MAD des syndicats et les mettre à faire classe ( Ils n'auront plus le temps
de roucouler) , fermer les petites écoles à 5 ou 6 élèves , sédentariser les G , E et autres souvent inutiles ou bons que pour la paperasse . " (Noé)

"t'es sûr que cela aide au débat des discours radicaux pareils? " (Grégoire)


 


T'as raison Grégoire sauf qu'on trouvait plein de réactions semblables à celles de Noé sur le site de l'asso de Pierrot quand Darcos voulait supprimer les Rased... Et c'était pas des
plaisanteries !



françou 16/06/2010 15:20



Il y a plein de fonctionnaires inutiles


C'est ce qu'on pense au SE , à la Réunion?



Noé BABET 16/06/2010 12:18



C'est pour rire et tu le sais .


Demain mon école sera évaluée par 4 IEN : Evaluation à Visée Participative (EVP) "Travail en équipe et partenariat"


Il semble que c'est comme cela pour plus tard que l'on sera évalué , dès 2010-2011



Grégoire 16/06/2010 12:07



Heu Noé  , t'es sûr que cela aide au débat des discours radicaux pareils?


Pendant que tu y es pourquoi pas le chèque éducation : laissons donc faire la main invisible ( pas tant que ça d'ailleurs ) du marché.



Noé BABET 16/06/2010 12:03



Pour faire des économies , il faut supprimer tous les MAD des syndicats et les mettre à faire classe ( Ils n'auront plus le temps de roucouler) , fermer les petites écoles à 5 ou 6 élèves ,
sédentariser les G , E et autres souvent inutiles ou bons que pour la paperasse . Il y a plein de fonctionnaires inutiles ...


Voila quelques propositions! Ah si j'étais ministre...



Grégoire 16/06/2010 09:37



Ils vont embaucher des commerciaux au SNUIPP une fois déterminés les choix de la ménagère enseignante de moins de 25 ans?


Franchement c'est se foutre de la g. des directeurs : un sondage bidon pour un sujet essentiel mais un sondage privé ( et cher ) pour déterminer le profil des futurs lecteurs de fenêtre sur
cour... lamentable!


A quand un bimbo en page 3 ? la maîtresse du mois en bikini ! Sûr qu'il y aurait des lecteurs.
Heu correction, le mâle du mois vu la sociologie du métier.


Des candidats ?



françou 15/06/2010 21:09



QUESTION - Pouvez-vous me dire pour chacun des mots ou des expressions
suivants, s’il évoque pour vous quelque chose de très positif, plutôt positif,
plutôt négatif ou très négatif ?


suit une liste tout à fait édifiante sur le fonds de commerce possible! page 92 du pdf donné par T Fabre


 


Incroyable!!! Voilà comment se forgent les grandes idées du SNUnique!



denis08 15/06/2010 20:45



Dyslexique le Gégé ? GDID, Gégé, pas GIDD... (ou alors c'est que ton syndicat, ce n'est pas le SNUipp, mais le... ppUNis...)



Bon sang, mais c'est bien sûr !



françou 15/06/2010 20:45



Le post 101 vaut son pesant de cacahuètes, niveau réplique brice de nice. Dommage on aurait pu avoir un "bon". Il doit bien y en avoir au GROS syndicat. En tous cas, si y en a pas, y savent faire
appel à des bons: j'aimerais bien connaître le coût du sondage révélé par T Fabre...



JeanRoger 15/06/2010 19:21



A tous les Gégés de France et ne Navarre. N'attendez pas la Belle au doigt bornant ! Réveillez-vous !


http://www.dirlo.org/perso/compteur/snu.html



thierry fabre 15/06/2010 17:46



Gégé, toujours ausi géné pour répondre à de simples questions ?


On t’écoute pourtant :


 


1/ ton syndicat ne nous a toujours pas répondu sur la signature de ce texte commun.
Pourquoi ?


2/ ton syndicat refuse tout contact avec une association professionnelle de dirlos alors qu’il en entretient avec l’ensemble des autres associations professionnelles.
Pourquoi ?


3/ Ta mémoire te rend incapable de nous citer la date de la dernière action engagée par ton syndicat au niveau national sur la direction d’école.
Pourquoi ?


4/ Un délégué syndical de ton syndicat, du SNUipp, élu en CAPD, secrétaire départemental de surcroît, vient d'être condamné par la justice.
Pourquoi ?


5/ sur le sondage du snuipp le pdf des résultats indique bien qu’une majorité des dirlos souhaite un statut. Sur le 4 pages envoyé dans les écoles, cette donnée, pourtant essentielle, est
occultée, cachée, niée...
Pourquoi ?


6/ Pour demander à de "jeunes enseignants" s'ils sont altermondialistes ou engagés dans une association de défense de l'écologie, sujets certes très importants, le SNUipp vient de commanditer une
enquête sérieuse auprès d'un institut de sondage sérieux. Pour les dirlos, il se contente d'un questionnaire en bois...


Pourquoi ?


7/ « Ils ne sont pas légions le forums » Exact, il n’y en a jamais eu le moindre sur le site de ton syndicat.


Pourquoi ?


A te lire


 


Thierry Fabre


 


A te lire…


 


Thierry Fabre



Pierrot Lombard 15/06/2010 17:10



Ton syndicat c'est bien le SNUipp, Gégé?


oui.


La cgt et Fo n'ont pas signé, comme le SNUipp et le SNE... OK.


La cgt et FO nous ont répondu par courier, après une première réunion, ce qui a motivé leur retrait.


Pas le SNUipp... D'où la question Pourquoi TON syndicat...


 


Toi mieux comprendre?



JeanRoger 15/06/2010 16:51



Sacré Gégé l'anonyme (?), tu n'en perds pas une pour montrer ta connerie. Merci. Continue comme ça.



Gégé 15/06/2010 16:12



La sempiternelle question...

"ton syndicat ne nous a toujours pas répondu sur la signature de ce texte commun.


Pourquoi ? (JeanRoger commentaires 66 et 68 et T. Fabre commentaire 87)"


 


Le problème, c'est que Pierrot dit le contraire :

"La cgt et FO ont signifié par courrier leur refus de signer le texte. Moindrot lui a appelé. Peur des traces écrites????
(Pierrot commentaire 56)"

Faudrait accorder vos violons à la tête du GIDD.


 



Pierrot Lombard 15/06/2010 14:10



100!  


 


IFOP caca, CSA bieeeeeeen!



thierry fabre 15/06/2010 13:11



http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/doc/20100615/1372984_7144_sondage_jeunes_enseignants_csa.pdf


Moralité: y'en a pas...


Si vous êtes jeunes enseignants, le SNU balancera 10 à 15 000 euros pour analyser vos réponses selon une démarche rigoureuse, objective et scientifique


Si vosu êtes l'une ou l'un des 49 000 dirlos, le SNU vous fournira enquête bidon, réponses bidon, et analyses de même...


 


"Selon que vous soyez puissant ou misérables...", la réalité inchangée depuis des siècles...


 


Thierry fabre






merlin 15/06/2010 12:37



Au grand desespoir de certains, les sites de dirlos existent et fonctionnent plutôt pas mal. Les nouvellement nommés " désignés?" y trouvent des infos et peuvent poser des questions sur les
forums ( voir le site du Gdid). Ils y glanent aussi, ainsi que nombre d'adjoints-futurs dirlos des infos sur le fonctionnement réel d'une école. Ils réalisent alors que le " kisaitou" du Snuipp
présente une vision orientée du rôle du directeur, du " pouvoir" des adjoints, de la place de l'IEN dans le fonctionnement de l'école.


Bien entendu, ils peuvent participer aux débats sur le devenir de l'école, la différence entre EPE et EPEP, le statut du directeur et ce qu'il implique .... et le monde n'est plus noir ou
blanc....


Difficile alors pour le Snuipp et d'autres, d'abandonner cet espace de dialogue. Alors on contamine, on éparpille, on invective.... on ne répond surtout pas aux questions car souvent , elles
pointent certaines incohérences ou impossibilités juridiques mais surtout , on occupe l'espace afin de faire croire que ceux qui sont favorables à une évolution de l'école et une reconnaissance
du directeur ne sont que des suppôts d'une droite réactionnaire qui vise à une privatisation sauvage de l'école publique.


  C'est petit, c'est vil, ça ne prend pas mais ça ne fait rien , certains ont des décharges pour cela.



Pierrot Lombard 15/06/2010 11:07



Cette histoire de direction occupée par un délégué syndical déchargé pose des problèmes. En effet leur poste ne sont pourvus qu'à titre provisoire et ces directions tournantes sont sources de
dysfonctionnements graves. Un peu du même genre que ceux engendrés par les dirlos "temps partiels".


Dans certains départements ont leur interdit la fonction, dans d'autres, même à temps partiel, ils assument la direction à temps complet.


@ Densi


J'attends d'aillleurs toujours, comme toi, la définition du CMD (pas forcément pour la massacrer,
moi,  mais au moins pour la comprendre).


Pourquoi cette parenthèse?


Moi aussi j'aimerais plutôt parler du fond que de reprendre les âneries de Gégé et consorts.


- Ils me disent que le statut du directeur est une attaque à l'école Républicaine, que je n'ai pas conscience des risques que je fais courir à l'école Républicaine...


• le CMD est le fonctionnement naturel de l'école?


Et puis, si on donne de l'autonomie au CM, donc du pouvoir, ne faut-il pas préciser celui de son président, le directeur? Ses relations avec le CE?


Par contre, si on s'inscrit dans la logique des EPEP avec un CA équilibré (règle des 3 1/3), là, je comprends qu'il faille une structure "pédagogique" avec un pouvoir propre, pour bien délimiter
ce qui relève de nos compétences professionnelles.


Considérer donc le CMD comme un contre-pouvoir, une barrière, aux prérogative du Ca d'un établissement scolaire.


Mais tel qu'il nous est proposé, le CMD n'est qu'une alternative au dirlo. Ce que je n'accepte pas!


Donc oui, j'aimerais bien pouvoir en discuter, mais avec qui?


On nous dit que le directeur doit être un "animateur" de l'équipe et pas devenir un "chef"
d'équipe. Si on restait sur le mot "directeur" est que l'on définisse clairement ce que c'est?


 



JeanRoger 15/06/2010 08:36



C'est sûr que le SNU, sans parler du fond, en ne calculant pas les directeurs, fait une erreur stratégique d'une grande ampleur dont je me demande si ses dirigeants en ont vraiment conscience.
C'est un peut comme s'ils partaient en guerre en n'utilisant que des cartouches à blanc.



henri 15/06/2010 06:39



Et si c'était aussi un peu parce que les dirlos ne transmettent pas toujours les infos syndicales...


Contrairement à certains commentaires malavisés, la remarque de Gégé me satisfait et me comble d'aise (avec mesure cependant !)! si, si !!! Au fond, tout comme dans la participation aux grèves
(il a été écrit ces jours-ci combien le directeur pouvait impulser dans son école un "mouvement" parmi ses adjoints au lieu de voir ces crises d'humeur tourner en eau de boudin), c'est une façon
de reconnaître que le dirlo' a en quelque sorte un "pouvoir" ! (vilain mot !)


Résumons : si le dirlo' se remontait les manches et était sympa', le SNUipp aurait des milliers d'adhérents, les troupes, dans la rue, noirciraient les trottoirs et le Gvt basculerait en quelques
jours sur son socle ! Merci donc à Gégé de confirmer ce que nous savions déjà !


Re-résumons : si le SNUipp faisait LUI des avancées en direction des dirlos (cf. plus haut !) on pourrait éventuellement s'acheminer vers des lendemains qui chantent (doucement pour commencer...)


Tu vois ce qu'il te reste à faire, Gégé !



merlin 14/06/2010 22:44



Moi, je ne vante de rien mais effectivement, je transmets le courrier papier ( presque jamais ouvert) , jamais le courrier " mail" ( mais les adjoints ont accès à la boite... et pourquoi ne pas
demander aux adhérents leur adresse mail et leur transmettre directement les infos? Pourquoi ce serait au dirlo de faire le boulot? et en plus la FCPE qui demande qu'on assure la distribution de
toute sa prose et quoi encore?


  Je pense que nous aurons bientôt un nouveau forum d'accès libre pour débattre puisque c'est un souhait de militant syndical malheureux de ne pouvoir s'exprimer... ce qu'une pauvre
association non représentative n'a pas su ( parait-il ) faire , un puissant syndicat va le faire. Tant mieux, on attend avec impatience.... mais je pense qu'on va attendre longtemps!



françou 14/06/2010 22:31



C'est trop bon d'apprendre tout ça sur la mise à disposition pour les collègues de la presse syndicale (merci pour le décret de 82!). Moi ce qui me faisait surtout mal c'était de voir
l'application que je mettais , comme le collègue ci-dessus, à avoir aussi ma "table dédiée" et , de la même façon, repasser 3 semaines plus tard pour perdre du temps à tout jeter, encore
emballé...et de râler in peto contre ces p... de syndicats qui ont du temps à gogo pour pondre et faire suer le burnous au petit peuple laborieux.


 


Malheureusement je sens qu'on va sauter à un autre article dès demain...



denis08 14/06/2010 21:44



"Et si c'était aussi un peu parce que les dirlos ne transmettent pas toujours les infos syndicales..."


Transmettre des infos syndicales, c'est le boulot du délégué syndical, pas celui du dirlo. Pour ma part, tout ce qui vient des syndicats est transmis aux délégués déclarés, dans l'école, des dits
syndicats. Si pas de délégué (pas de militant), pas d'info qui passe... Normal, non. Il y en a un peu marre de ces organisations qui se disent représentatives alors qu'elles n'ont quasiment plus
d'adhérents et encore moins de militants. La force d'un syndicat, je l'ai déjà écrit ici et le redis: c'est d'abord le nombre de ses adhérents. Les résultats aux élections professionnelles, c'est
autre chose. Et ces résultats ne peuvent créer quelque obligation professionnelle que ce soit à l'endroit des directeurs d'école. Rendons à César ce qui lui appartient.


Maintenant, si les directeurs sont syndiqués et actifs, l'info de leur syndicat passe. Ben oui, Gégé. Il n'y a que ton syndicat pour ne pas l'avoir compris... C'est benet, hein !...


Je note que tu expliques le peu de retour des "adjoints" dans l'enquête du SNU par le blocage de l'info par les directeurs. Je ne sais plus si c'est toi ou un de tes clones qui me disait il y a
quelque temps : "des directeurs au SNUipp, il y en a plus que tu crois". C'était donc un mensonge de plus !


"Autre chose : la prise de parole de quelques militants syndicaux gêne certains qui aimeraient bien causer entre eux et rien qu'avec des gens toujours d'accord. C'est vrai, quand on n'est pas
contredit, on a l'impression d'avoir raison..."


Remplace "quelques militants syndicaux" par une formule du genre "quelques adhérents du GDID" et tu as exactement notre sentiment sur la façon dont ton syndicat traite de la situation des
directeurs d'école. Etonnant, non !


 



JeanRoger 14/06/2010 21:32



Densi, pauvre Densi, dis-nous pour quelle paroisse tu prêches; ça sera plus simple, au lieu de pleurnicher sans cesse. Et peut-être, mais là il faut être, sinon courageux, du moins un tant soit
peu honnête, décline ton identité... Oui, je sais, je te demande l'impossible. Tant pis je tente le coup, on ne sait jamais...



Densi 14/06/2010 21:18



'un délégué syndicoal déchargé à 100% antebellum prendre une direction qu'il n'occupera pas grâce à sa fameuse décharge'


Je ne pensais même que c'était possible. Quand je pense que chez nous ça discute ferme pour qu'un dirlo puisse occuper ce type de poste en travaillant à 80%...Quant au reste tu as du faire
'lfrançais langue étrangère' car ça fait 20 fois que je te dis que je ne suis pas snuppien. J'attends d'aillleurs toujours, comme toi, la définition du CMD (pas forcément pour la massacrer,
moi,  mais au moins pour la comprendre).



Lionel 14/06/2010 20:42




"Mon pauvre Lionel c'est vrai que question comique tu en connais un rayon :
- un delégué syndical demande un poste de direction et aussitôt il y a un plan derrière tout celà..."


Mon encore plus pôvre Densi, mieux vaut faire rire que pleurer. Si je t'ai fais (sou)rire, j'aurai au moins réussi à égayer ta soirée, ce qui je l'espère t'aura permis de dormir du sommeil du
juste. Et comme disait Alain (amis de la culture, bonsoir) : "Qui n'a jamais été ridicule ne sait point rire." Comme quoi, toi, tu dois rire a minima à gorge déployée
en te tapant sur les cuisses.


Pour ce qui me concerne, je rirais plutôt jaune. Parce que, mon pôôôôôôôvre Densi, quand tu connais les positions de FO sur la direction d'école, il y a franchement de quoi étonné de voir un
délégué syndicoal déchargé à 100% antebellum prendre une direction qu'il n'occupera pas grâce à sa fameuse décharge. Direction qui échoira da fait à un jeune collègue inexpérimenté au second
mouvement ou pire, à un desa djoints de l'école concernée, collègue qui par ailleurs n'en avait pas voulu au premier mouvement. Quand au fameux syndicaliste professionnel, remplaçant depuis des
temps immémoriaux, soudainement il se serait senti un quelconque attrait pour un poste de directeur-komlézotres ? Parce que bien évidemment, son syndicat n'a pas des antennes dans les bureaux
du ministère ou dans les environs des auditions de Reiss ? Allons, mon toujours pôôôôôôôvre Densi, ravale ta morgue et essaie simplement de répondre aux questions que nous sommes nombreux à
réitérer sur ces forums concernant le tien de syndicat, qui me permet au moins de faire mienne cette maxime de Napoléon :"Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain
de ses idées de la veille."




Pascal Oudot 14/06/2010 19:07



Je dis ça parce qu'on a déjà eu ici des collègues dirlos qui se sont vantés de systématiquement envoyer tout message à la corbeille... Pas normal.


 


Pas normal? Ooooh que si, très cher et royal incompétent. Je te rappelle les textes:


Décret n°82-447 du 28 mai 1982 relatif à l'exercice du droit syndical dans la fonction publique.


Section IV : Distribution des documents d'origine syndicale.





Article 9



Les documents d'origine syndicale peuvent être distribués aux agents dans l'enceinte des bâtiments administratifs, mais en dehors des locaux ouverts au public. Ces distributions ne doivent en
aucun cas porter atteinte au bon fonctionnement du service. Lorsqu'elles ont lieu pendant les heures de service, elles ne peuvent être assurées que par des agents qui ne sont pas en service ou
qui bénéficient d'une décharge de service.


 


Je suis directeur d'une école maternelle, je n'ai pas de salle des maîtres, tous les locaux sont ouverts au public. De plus, je n'ai plus que trois classes et donc pas de décharge, je suis donc
de service en permanence. J'ai donc pris la décision de laisser les documents syndicaux qui arrivent au courrier à disposition dans mon bureau sur une table dédiée, où ceux qui veulent les lire
les lisent. Quand après trois semaines ils n'ont pas été ouverts -car ils ne sont jamais ouverts-, je les jette pour faire de la place.


 


En ce qui concerne ce qui arrive par courriel, c'est encore plus simple: je refuse d'imprimer cette prose indigeste pleine de couleurs avec l'argent que la commune m'octroie pour faire
fonctionner l'école, mes élèves en ont plus besoin que les clowns de ton espèce. Comme les courriels syndicaux arrient quotidiennement et que je tiens à ce que ma boîte reste utilisable, je les
lis en travers puis les balance. Note bien, très cher incompétent, que je ne suis en aucun cas tenu d'avoir les adresses de courriel de mes collègues, et de leur pourrir leur boîte en leur
transférant. D'autant que je n'ai pas que ça à faire dans mon boulot, contrairement -manifestement- à toi.


 


Tes remarques à la con, tu peux donc te les garder, t'en faire des papillotes, et te les mettre à l'endroit qui te conviendra le mieux, en jouant du ukulélé si ça t'amuse.



thierry fabre 14/06/2010 18:31



« Je voudrais simplement dire aussi qu'on va s'exprimer là où on peut. Ils ne sont pas légion les forums où on peut échanger. »


Pôvre petit Gégé, agressé en permanence…


Les méchants que nous sommes, y sont pas gentils avec le gentil gégé, lui qui ne veut que gentiment débattre et s’exprimer et qui trouv’ pô d’endroits gentils pour le faire


D’où une petite question de plus qui te donnera sans nul doute moyen :


- de t’exprimer


- de débattre


- et de nous faire part des nombreuses réponses détaillées que tu souffres en silence de ne pouvoir nous offrir.


 


On t’écoute donc :


 


1/ ton syndicat ne nous a toujours pas répondu sur la signature de ce texte commun.
Pourquoi ?
2/ ton syndicat refuse tout contact avec une association professionnelle de dirlos alors qu’il en entretient avec l’ensemble des autres associations professionnelles.
Pourquoi ?
3/ Ta mémoire te rend incapable de nous citer la date de la dernière action engagée par ton syndicat au niveau national sur la direction d’école.
Pourquoi ?


4/ Un délégué syndical de ton syndicat, du SNUipp, élu en CAPD, secrétaire départemental de surcroît, vient d'être condamné par la justice.
Pourquoi ?


5/ sur le sondage du snuipp le pdf des résultats indique bien qu’une majorité des dirlos souhaite un statut. Sur le 4 pages envoyé dans les écoles, cette donnée, pourtant essentielle, est
occultée, cachée, niée...
Pourquoi ?


6/ « Ils ne sont pas légions le forums » Exact, il n’y en a jamais eu le moindre sur le site de ton syndicat.


Pourquoi ?


 


A te lire…


 


Thierry Fabre




JeanRoger 14/06/2010 16:47



Gégé, comment faire confiance à des syndicalistes qui n'osent même pas se présenter.


Chers amis, voici donc les représentans syndicaux du SNUipp en qui nous devons avoir une confiance aveugle: Gégé, Théo, Densi... Dingo, Pluto, Popeye, Casimir... Votez pour nous.



Pierrot Lombard 14/06/2010 14:23



17% de presque 10000 ça fait presque 1700 adjoints qui ont répondu au questionnaire SNUipp.


...


C'est peu, non? 


De cela tout le monde peut en convenir, non?


Et c'est parce qu'on ne leur passe pas les messages?


> Donc, ceux qui reçoivent les messagers et qui les lisent, les dirlos, sont majoritairement contre les popositions du SNUipp, puisque 51% des dirlos sont pour le statut...


Donc, il vaut mieux ne pas lire la prose du SNIupp pour leur faire confiance.


Ceci expliquant le faible, très faible, taux de participation de ce que le SNUipp appelle abusivement des adjoints...


Allons Gégé, fais attention à tes arguments .



Gégé 14/06/2010 13:37



"- 99, 26 % des instits se fichent éperdument du sort des dirlos et considérent qu'ils sont assez grands pour décider eux-mêmes de leur propre métier


- 96, 26 % des instits ne font pas confiance au SNUipp dans ce type de "sondage""

Un peu court de dire que les adjoints ne font pas confiance au SNUipp... Il y a peut-être une autre raison moins "noble"... Et si c'était aussi un peu parce que les dirlos ne transmettent pas
toujours les infos syndicales... Je dis ça parce qu'on a déjà eu ici des collègues dirlos qui se sont vantés de systématiquement envoyer tout message à la corbeille... Pas normal.

Autre chose : la prise de parole de quelques militants syndicaux gêne certains qui aimeraient bien causer entre eux et rien qu'avec des gens toujours d'accord. C'est vrai, quand on n'est pas
contredit, on a l'impression d'avoir raison...
Je voudrais simplement dire aussi qu'on va s'exprimer là où on peut. Ils ne sont pas légion les forums où on peut échanger. Sur le GIDD, pas possible pour les syndicalistes ou les simples
militants comme moi.



thierry fabre 14/06/2010 12:51



Après Théo, Densi...


Après Densi, Gégé...


Après Gégé, Théo...


Revoila donc le retour d'un nouvel avatar en la personne de Densi. A ce jeu des clones pas drôle, Densi a un rôle particulier, celui d'intervenir lorsque les questions deviennent trop
pressantes.
N'étant "officiellement" pas membre du SNUipp, il permet d'éviter à ses clones, estampillés snoopy, d'éviter de répondre.
Il y a des progrès dans la bulle internet. Dans l'Antiquité, Janus n'avait qu'une double face. Sur DEL, c'est multiplié par deux.


 


Avec, au passage, les mêmes minables tentatives de bloquer tout ce qui pourrait poser débat.


 


Pour te répondre donc, Densi: poser la question aux adjoints ? Pourquoi pas ? C'esst ce que vient de faire le SNUipp...


Il a obtenu 2200 réponses d'adjoints non dirlos, ce qui représente 0,74 % des instits


Deux possibilités à ce chiffre:


- 99, 26 % des instits se fichent éperdument du sort des dirlos et considérent qu'ils sont assez grands pour décider eux-mêmes de leur propre métier


- 96, 26 % des instits ne font pas confiance au SNUipp dans ce type de "sondage"


 


La vérité doit bien tenir des deux...


 


Thierry Fabre



Pascal Oudot 14/06/2010 12:49



Pour ma part, je peux difficilement reprocher à quelqu'un -représentant syndical ou non- de se préoccuper de son avenir. Mais je suis d'accord pour supposer qu'il y a peut-être un signe, et alors
dénoncer l'hypocrisie d'une position syndicale par rapport à une position personnelle. C'est hélas ce que pour ma part j'ai pu observer depuis trente ans chez de nombreux représentants syndicaux
qui n'occupaient cette fonction destinée au bien commun que dans un but personnel. Je ne généraliserai pas là non plus: j'en ai croisé quelques-uns -très peu- pour lesquels le bien d'autrui
prévalait sur le bien personnel, et se donnaient réellement à ce que je qualifierai alors d'apostolat. Je suis heureux de pouvoir écrire ça. Hélas encore, ces gens-là, pour lesquels j'ai un
sincère et profond respect, étaient et sont portion congrue...



Pierrot Lombard 14/06/2010 12:21



Densi, je n'ai jamais dit que de s'inquiéter et de recueillir l'avis des adjoints était stupide.


1) En tant qu'association de directeurs nous nous occupons des directeurs.


2) Je constate le peu, très peu, d'intérêt des "non-directeurs" sur le sujet alors que chaque enquête mobilise beaucoup, beaucoup de directeurs


3) À partir de là, je ne trouve pas honnête de "mélanger" les avis sur cette question en parlant globalement de  "profession".


4) Enfin, je crois que l'avis de tous les acteurs est en prendre en compte. Le fonctionnement de l'école étant au service des citoyens.


Donc la volonté de recueillir l'avis des autres n'est pas du tout stupide...  si elle est sincère. (et là ce n'est pas à toi que je pense).



JeanRoger 14/06/2010 07:48



Oh oui arrête Densi. Tu fais pitié.



Densi 13/06/2010 23:32



Mon pauvre Lionel c'est vrai que question comique tu en connais un rayon :
- un delégué syndical demande un poste de direction et aussitôt il y a un plan derrière tout celà...
- un collègue directeur affirme juste que la proposition des 4 est positive mais que le fait de damander l'avis de TOUS les enseignants n'est pas stupide, voire logique et le voici collabo
syndical (ce qui ne l'empêche pas de penser que le snuipp fait fausse route en ne discutant pas sur cette proposition)...
J'arrëte car on peut multiplier à l'infini ces remarques...


Navrant



merlin 13/06/2010 22:53



Mais comment un dévoué délégué syndical qui sacrifie son idéal d'enseignant au service de sa mission en acceptant une décharge totale , peut-il en plus se crucifier en passant ( même de façon
virtuelle) du côté des ignobles petits chefs en puissance, cauchemars des vertueux adjoints ?


Ce sacrifice vaut bien une médaille sans doute?  .... ou un statut?  voire une statue? 



henri 13/06/2010 21:45



Et comme il se doit, durant son travail (on ne rit pas !) syndical, ce brave et courageux directeur-non-directeur que la morale n'étouffe pas, ne doit pas manquer de cracher sur le MEN,
l'administration qui pourtant lui accorde ainsi un statut (ben oui !) de rentier !


C'est un "parachute doré" ?



denis08 13/06/2010 21:11



Directeur 5 classes, déchargé à 100% de classe et... de direction ! Et la paie de directeur qui tombe quand même à la fin du mois !...


Je sens que je vais adhérer à FO...


Navrant tout cela...


 



Lionel 13/06/2010 16:24



Ah Théo, Gégé , Densi & Co !


Que serait la participation à ce forum sans vos douces et comiques contributions ?


Théo, si le SNUIpp semble être une cible privilégiée, mais ce n'est que grâce à vous qui venez sans cesse provoquer par vos écrits abracadabrantesques la colère de ceux qui arrivent à vivre sans
suivre la Sainte Voie du Gros Syndicat Majoritaire et de sa bible sous cellophane FSC.


Parce que là, bravo pour le rendu de votre enquête : hallucinant de mauvaise fois dans sa présentation papier, où 17% d'adjoints ont la même pondération que 83% de dirlos. En omettant par exemple
le fait que dans les 17% d'adjoints ont été vraisemblablement comptés des conseillers péda, des EMALA, et autres délégués TICE qui sont loin d'être des adjoints.


 


Alors Théo& Co, juste une petite remarque: sur mon département, au mouvement qui a eu lieu il y a une petite quinzaine, s'est produit un fait sans précédent : un délégué syndicale de chez FO
(vous voyez, on peut aussi aller voir la concurrence), déchargé de classe à 100% pour son syndicat depuis des lustres (au moins depuis que je suis dans le métier, soit 12 ans), a postulé sur et
obtenu une direction d'école de 5 classes, direction qui sera confié au second mouvement à un petit jeune puisque notre collègue va continuer son parcours syndical. Ce brave collègue qui
représente son syndicat fièrement et bravement aurait-il appris des choses sur le possible devenir des dirlos ? N'essayerait-il pas de se p^lacer pour un futur très proche ? Mais non, je dois
faire du mauvais esprit. N'est-ce pas ?



denis08 12/06/2010 16:03



"Quand même surprenant de voir tant de rancoeur, tant de haine même, à l'égard du seul SNUipp..."


La sagesse populaire ne dit-elle pas que l'on ne prête qu'aux riches ?


Ne dit-elle pas aussi que l'on ne récolte que ce que l'on sème ?


Et tu te dis surpris, Théo ? C'est ta surprise qui est surprenante !


Crois-tu que la sainte parole snuippienne enfermée dans vos motions de congrès est un dogme ? Qu'elle ne souffre d'aucune discussion ou critique ? Que la discuter est un crime contre votre
syndicat ?


Mais, mon pauvre Théo, dans ce cas, ce n'est plus un syndicat, ton syndicat : c'est devenu une secte ! Et tes convictions des croyances. Et des croyances à l'obscurantisme, il n'y a plus très
loin... Fais gaffe, Théo...


Tu sais que tu peux réfléchir (enfin, "tu peux", je l'espère pour toi) par toi-même tout en étant syndiqué. ? Tu sais que tu peux être en désaccord sur tel ou tel point avec ta propre
organisation syndicale et que tu n'en mourras pas dans la seconde qui suivra ? Que ça ne te posera pas forcément un problème existentiel définitif ?


Alors, toi, Théo, et tous tes affidés, acceptez de DEBATTRE SUR LE FOND.


Et vous verrez que l'horizon s'éclaircira.


Mais pour cela, il vous faudra faire preuve de beaucoup, beaucoup d'honnêteté intellectuelle... Et ça, je crains que ce ne soit le plus difficile à obtenir...


La balle est dans votre camp.



Pierrot Lombard 12/06/2010 12:21



Ce qui me navre, me désole, c'est que pas une seule fois on a un commentaire sur le fond de la part de ceux qui se réclament du SNUipp. Pas une seule fois. C'est toujours par le biais du
complainte qu'ils essaient de détourner la conversation.


Théo, les positions de SNUipp ne sont pas critiquables? Vous êtes des intouchables? Et, si au lieu de vos mélanges de lamentations et d'arrogance vous entriez vraiment dans le débat, par la
grande porte, celle des propositons. 


Hein, qu'est-ce que tu en dis?


Tu te plains du fait que FO, SNE et la CGT, qui n'ont pas signé le texte et n'ont pas le même traitement que le SNUipp. C'est tout simplement que l'on sait pourquoi il n'ont pas signé. Ils nous
l'on dit ou écrit et ce qui nous oppose est clair. Ce n'est pas le cas avec le SNUipp, sur ce dossier, n'est pas le représentant des personels, il ne tient pas son rôle de leader. La preuve le
traitement de leur dernière enquête et l'absence totale d'action depuis plus de 5 ans en faveur des directeurs alors que la dégradation de nos conditions de travail s'est accélérée.


Ce que tu appelle un "défouloir permanent" est, sont en fait que des tentatives d'amorcer une véritable discussion, et si le ton monte c'est à cause de l'absence totale d'écoute de votre part,
murés que vous êtes dans l'autosatisfaction:


Si les différents ministres avaient suivi les demandes du SNUipp, actuellement, le problème serait
certainement plus satisfaisant. Les dirlos auraient plus de décharges, plus de moyens et une meilleure reconnaissance financière pour le temps passé à faire fonctionner l'école. Tous les
gouvernements sont responsables. Mais, à qui incombe la faute ?


> Que je sache, Théo, le SNUipp n'était pas seul à porter ces revendications. Tous les syndicats étaient sur cette base. Puisque nous n'avons rien obtenu d'autre que la dégradation permanente
et accélérées de nos conditions de travail, la faute est collective.


Aux gvts, certes, mais aussi du côté des organisations syndicales incapables de se mettre d'accord et véritablement peser (comme a pesé la fen...) sur les décisions gouvernementale (gvt qui peut
à loisir jouer sur ces divisions = protocole!).


Pourquoi cette incapacité à s'entendre sur ce dossier qui est transversal?


Les derniers commentaires de Gégé sont éclairant pour répondre. tout simplement parce que les syndicats sont plus occupé à la gestion interne pour gagner les élections qui leur
assurent les moyens que par les principes.


Et pour gagner des élections ils faut se distinguer des autres...


Mais qui paient la facture?


Essentiellement les dirlos dans le primaire. C'est ce que pointe et l'enquête de la MGEN et celle du CSS (sur lesquelles vous ne faîtes jamais aucun commentaire).


Quand tu nous dis, Théo qu'il faut plus de décharge 1 question:


- plus de décharge pour le directeur ou pour la direction?


Ce n'est pas pareil. Surtout quand on revendique un CMD et la répartition des tâches.


Or, ce temps, on nous le refuse. Même quand cela ne coûte rien: les AP.


> Pourquoi il n'y a pas eu de réunion, de mobilisation de pétition... d'action pour obtenir d'en être déchargé?


> le point supplémentaire pour accéder à la hors classe... Pareil en pire, puisque le SNUipp, et le SE dans certains départements si opposent en CAPD (discrètement).


Pourtant ce genre de bonification existe pour d'autres: enseigants ZEP, dirlos d'établissements spécialisés... sans que cela ne pose plus de problème que cela. En effet on elur reconnaît leur
spécificité et on la compense.


Ce qui montre bien, qu'en plus d'une volonté" de se démarquer des autres, il y a une erreur essentielle de positionnement: avant d'accorder de l'Avoir, il faut reconnaître l'Être.


Ce que le SNUipp est bon à faire pour toutes les autres catégories, sauf pour les dirlos.


 


 



Pascal Oudot 12/06/2010 11:42



Soyons indulgents, les gars, je suis sûr que leur numéro de duettistes aurait du succès dans les foires. Et puis le nom est impeccable pour ça:


 


"Et voici, mesdames et messieurs, les désopilants Gégé et Théo!"


 


Dites... Y'aurait pas des SNUippiens plus responsables, et capables de signer de leur nom, qui viennent ici, et qui voudraient prendre leur place? C'est lassant, à force.



henri 12/06/2010 10:15



Dommage pour la cause des dirlos.


Ainsi fut dit : le samedi 12 juin 2 010, à 8 h 14, Saint Théo découvrit que les dirlos constituait une cause et poussa un soupir de dépit ! Mais il s'abstint de poursuivre en quoi ces braves
gueux et leur "cause" méritaient peut-être une considération au-delà des moyens, de la reconnaissance financière que son magnétophone branché lui faisait répéter ; il s'abstint aussi de répondre
à quelques questions basiques maintes fois posées...


"Cause" toujours Théo...



JeanRoger 12/06/2010 09:12



Tiens un exemple parlant puisque j'ai vérifié il y a quelque temps. Un fait, une réalité, qui devrait faire réfléchir un syndicat.


Fréquentation du site national du SNUipp (la soi-disant bible de tous les enseignants et au moins des 60.000 adhérents déclarés de ce syndicat) = le double de la
fréquentation du site du GDID (tu sais, la pauvre association virtuelle).


CQFQ



Grégoire 12/06/2010 09:10



Pourquoi tant de haine ?


Ce n'est pas de la haine mais du dépi : c'est justement parce que le SNUIPP se revendique comme le 1er syndicat enseignant que sa responsabilité est pleine et entière face aux gouvernements ( de
droite comme de gauche ) par rapport à la non évolution du dossier des directeurs d'école. On ne peut d'un côté se vanter d'être à la pointe du combat et ne pas avoir à justifier cet immobilisme.


Plus insidieux ; le SNUIPP est traversé par un courant antihiérarchie (c'est  culturel ) incarné par Ecole Emancipée ( anarchosyndicaliste ) dont le pouvoir de blocage n'est plus à
démontrer. Le discours sublidinal permanent sur le petit caporal à la solde du gouvernement est insupportable pour ceux qui font le jambon entre les 2 tranches de pain. Nous ne demandons pas
l'accès au manette du cokpit pour faire joujou avec notre ego, juste pour être plus efficace et protéger.


On le sait bien que l'effet domino jouerait en cas de recomposition de la fonction du directeur. C'est simplemet l'illustration que l'école passe par le directeur. Or le SNUIPP le nie et veut y
substituer un machin appelé CMD incoionnu des prétoires et du dictionnaire. On assume : l'école doit évoluer!


 



JeanRoger 12/06/2010 09:02



Allez Théo-haut-dans-les-nuages et du paradis du SNuipp a du mal visiblement à voir ce qui se passe au raz des pâquerettes.
Pourquoi le Snuipp est de moins en moins "aimé" sans revenir à la scission du défunt SNI.
- le mur de Berlin est tombé, l'argument idéologique en a pris un bon coup dans l'aile
- recrutement bac +3, bientôt bac +5 (aie aie aie) avec des "jeunes" qui ont souvent connu autre chose que le doux rêve snuippien
- internet, difficile à présent de raconter SA SEULE VÉRITÉ à travers du papier qui finit généralement à la corbeille avant d'arriver à destination; dur dur aussi de mentir comme tu le fais à
tour de clavier; tout un chacun peut s'exprimer pratiquement en direct
- l'opposition droite/gauche qui s'est fortement estompée ces dernières années
- on continue malgré tout à lire les faits divers dans les quotidiens
- etc.
- et en plus vous vous dénigrez les directeurs qui sont au centre de tout ce qui se passe dans les écoles et qui la plus part du temps sont très apprécié EN TANT QUE DIRECTEUR par les collègues :
GROSSIERE ERREUR STRATEGIQUE
Ne me remercie pas Théo-haut-dans-les-nuages, ce fût un plaisir pour moi.

Et je vois que tu ne réponds pas toi non plus aux questions.

1/ ton syndicat ne nous a toujours pas répondu sur la signature de ce texte commun.
Pourquoi ?
2/ ton syndicat refuse tout contact avec une association professionnelle de dirlos alors qu’il en entretient avec l’ensemble des autres associations professionnelles.
Pourquoi ?
3/ Ta mémoire te rend incapable de nous citer la date de la dernière action engagée par ton syndicat au niveau national sur la direction d’école.
Pourquoi ?
4/ Un délégué syndical de ton syndicat, du SNUipp, élu en CAPD, secrétaire départemental de surcroît, vient d'être condamné par la justice.
Pourquoi ?



Denis 12/06/2010 08:44



"Alors pourquoi ce défouloir permanent à l'encontre d'un seul et toujours même syndicat ? "


Et si c'était directement lié aux interventions des Caliméros de service ?