Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 12:15

 

Souvent, le reproche a été fait au SNUipp d’utiliser la formulation « Direction et fonctionnement de l’école » pour éviter d’employer le terme « directeur »… Dans notre précédent article, nous avons souligné que ce mot n’était plus tabou puisqu’on le retrouve dans la presse de ce syndicat.

Tous les articles, toutes les enquêtes du SNUipp reprenaient quasiment toujours la formulation « direction et fonctionnement de l’école » dans leur intitulé. A tel point que l’on pouvait penser qu’elle était marquée d’un copyright, comme une sorte de reconnaissance du SNUipp.

Or, quelle surprise de découvrir dans la revue « l’école libératrice » de septembre 2011 que le SE-Unsa reprend la même formule page 22 dans son article relatif aux personnels du premier degré : « Urgence direction et fonctionnement de l’école ». Le titre aurait-il été trouvé lors d’une réunion de travail avec le SNUipp ? Ou plus simplement, le SE-Unsa s’est-il aperçu que son concurrent avait omis d’en déposer les droits de copyright ? En tout cas, la formule semble plaire puisqu’elle est copiée… 

Plus surprenant, dans un article consacré aux directeurs, le SE écrit « Les équipes sont épuisées. Elles sont incapables de faire face aux attentes toujours croissantes des familles, de l’institution et des partenaires ». Jusqu’à présent, seul le SNUipp nous parlait d’un travail d’équipe pour évoquer « la direction d’école »…

Autre ressemblance troublante, le SE demande « des améliorations tout de suite pour la fonction de directeur ». Voilà qui rappelle étrangement les reproches faits au SNUipp (cf article précédent). Si le SNUipp se pose la question « fonction ou métier de directeur », pour le SE la réponse est claire : c’est une fonction !  

Certes, quelques différences existent entre les deux organisations, notamment sur « la création d’établissements publics communaux ou intercommunaux » à laquelle le SE n’est pas hostile si certaines conditions sont remplies. Cependant, peut-on se satisfaire des revendications exprimées par l’auteur de cet article ?

« Parallèlement à ces propositions d’évolution structurelle (regroupements pédagogiques, création d’établissements publics…), le SE-Unsa demande des améliorations immédiates pour les directrices et directeurs. Les décharges de service doivent être toutes augmentées et libérer les directeurs de la charge d’une classe à partir de 7 classes. Ils conserveraient alors des heures d’enseignement définies en équipe : décloisonnements, projets spécifiques, aide individualisée… L’indemnité mensuelle doit être portée à 250 € et les bonifications indiciaires revalorisées. Les aides à la fonction comme l’assistance administrative ne doivent plus se discuter. Des emplois stables et qualifiés doivent être créés. »

Des « heures d’enseignement définies en équipe » ? La formule rappelle quelque peu la notion de « conseil des maîtres décisionnaire » chère au SNUipp…

Un directeur déchargé partiellement pour s’occuper des « décloisonnements, projets spécifiques, aide individualisée… ». Là encore, le SE n’est pas très éloigné du « maître supplémentaire » demandé par le SNUipp…

Quand le SE-Unsa évoque les « aides à la fonction comme l’assistance administrative », rien ne le distingue de son principal concurrent…

Le SNUipp et le SE-Unsa se marqueraient-ils à la culotte à quelques semaines des élections professionnelles… ? Stratégie électorale ? Erreur de communication ? Dissensions au sein de l'équipe dirigeante du SE-Unsa ? 

Concernant le SE-Unsa, il n’est hélas pas possible de parler d’évolution. Il serait même plus juste d’évoquer une régression tant ce syndicat nous avait donné l’impression, ces dernières années, de mieux prendre en compte les revendications des directeurs. La déception est d’autant plus grande.

Aussi, notre conclusion ne peut être qu'identique à la précédente : Cet article de l’école libératrice consacré à « la direction et au fonctionnement de l’école » suffira-t-il à convaincre les directrices et directeurs à accorder leur confiance au SE-Unsa ? Le doute est permis… 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Position des syndicats
commenter cet article

commentaires

Gonçalves 13/11/2011 15:37



C'est à quel mois de 2011 que le Snuipp ou le SE ont repris la formule qu'utilise le Sgen-CFDT depuis au moins 2003 ? Huit ans de retard, bravo les gars!



merlin 24/09/2011 15:09



En regardant les candidats sur les fameuses listes, cela m'a rappellé que certains bénéficient aujourd'hui de décharges syndicales complètes:  situation anormale selon moi. Le temps de
décharge syndicale devrait être obligatoirement partagé entre plusieurs responsables afin que chacun n'ait au maximum qu'une journée au plus de décharge par semaine. C'est le temps alloué à la
plupart des dirlos de France pour faire tourner des écoles de 4 à 9 classes ( soit quand même plus de 220 gamins environ...) et cela au nom d'un principe qu'eux mêmes avancent: garder le contact
avec le terrain.


Lorsque le délégué départemental, s'il a en plus le bonheur d'être dirlo, reprendrait sa classe après sa journée de décharge syndicale, il aurait la joie de trouver les demandes d'autorisation de
sortie super urgentes en attente, le courrier à trier et diffuser, les appels à la Mairie pour les cabinets qui fuient, Mr et Mme Machin qui exigent un RDV pour le blouson déchiré de leur fils,
l'IEN à rappeller d'urgence, le photocopieur en panne ( bourrage... seul le dirlo a son diplôme d'urgentiste en photocopieur...), bref, le contact avec le terrain. Y a que ça de vrai!



Pascal Oudot 24/09/2011 13:26



C'est effarant. Ces élections pro nous retombent dessus, nous autres directeurs qui n'avons rien demandé, avec un lot de consignes qui jamais n'ont été demandées aux écoles. Ahurissant! Qui se
fout de nous?



unstatutetvite 23/09/2011 20:54



Ils nous ignorent, ignorons les à notre tour....



unstatutetvite 23/09/2011 20:46



Un bon conseil pour ces foutus élections, n'affichez pas les listes du snuipp....



merlin 23/09/2011 12:34



Y sont rigolos, les gens du Snuipp: tu poses une question à Gégé, c'est Théo qui répond, tu précises un point de lecture à théo, c'est Gégé qui prend la main, quel numéro! du grand art!


   Rassurez-moi, vous répétez pendant les heures de décharge syndicale ou le soir à la veillée?


Pour les problèmes de lecture sélective , il faudrait consulter un spécialiste, vous en connaissez plein à FSC.....


    Pour les élections, je pense tout mettre dans une chemise et chacun se débrouille..... j'afficherai quand j'aurai le temps!  OK ?



henri 23/09/2011 07:27



Il est dirlo, Henri ?


Ben oui, mon p'tit gros, Henri est dirlo (11 classes, 245 élèves ; par le jeu des temps partiels : 16 adjoints, 2 AVSi et il en passe Henri !) À 14 h 26, il était de retour dans son bureau après
une équipe éducative (qui avait commencé à 13 h 15, merci !) avec 8 intervenants (et même que le Henri-dirlo, il s'est permis un p'tit commentaire sur DEL car, après avoir imprimé le matin même
toutes les professions de (mauvaise ? J'espère que non !) foi, il venait en plus de recevoir un mail-rectificatif de son IA disant que les listes CAPN ne devaient pas être affichées ! Et il était
pas content du tout, le Henri-dirlo !


Et le Henri-dirlo, travailler pour des prunes, il aime pas trop ça !



Pascal Oudot 23/09/2011 07:06



je suis écoeuré de cette attitude à sens unique. On est les seuls à se démener et on se fait encore engueuler. C'est honteux !


 


Devant ce genre de déclaration, je ne peux que m'incliner bien bas. C'est rigolo quand les persécuteurs viennent nous jouer les victimes, après avoir tenté de nous faire croire qu'ils venaient
nous sauver. J'ai l'impression de recevoir un cours sur l"analyse transactionnelle! C'en est en tout cas une très jolie démonstration.



Denis 22/09/2011 23:33



Je ne vois pas de procès d'intention contre Théo mais un constat que nous faisons dans nos écoles : les documents arrivent en pièces jointes, charge au dirlo de les imprimer. Ce n'est pas un
procès, c'est un fait.


Et un terrible aveu d'inefficacité, puisque même ça (l'impression par l'IA) vous ne l'avez pas obtenu même en faisant les gros yeux au ministère.



Denis 22/09/2011 23:02



Mêmes remarques que chez Lionel dans mon école ce midi. Ma dizaine de collègues m'a demandé pourquoi j'avais "viré des documents utiles du panneau d'affichage pour y mettre des trucs dont on se
fout". C'est vrai que ça agace quand on a passé du temps à imprimer ces p... de documents livrés en format image. Quand j'ai benoîtement rétorqué que c'était pour qu'ils fassent leur choix, j'ai
appris que tous voteraient et que tous savaient déjà pour qui ils ne voteraient pas... Je les aime bien mes collègues.



Gégé 22/09/2011 23:02



Et un avertissement pour Henri ! Un !! doivent dire Lionel et Merlin...
Hier, Lionel a écrit "question simple : où étais-tu à 10h48 pour pouvoir à nouveau poster sur le site ? Alors, auras-tu les "corones" de me répondre cette fois ci ? Parce que tu vois, moi à
cette heure là, j'étais en classe "

Aujourd'hui, il peut poser la même question à Henri qui a écrit à 14h26... Il est dirlo, Henri ?


Plus sérieusement, pourquoi ce parti pris ? Pourquoi ce procès d'intention fait à Théo suite à son résumé de l'intervention du SNUipp au ministère ? Pourquoi ce silence à l'égard des autres
syndicats qui, eux, n'ont rien fait, rien dit pour essayer de régler ce problème ? Parfois, je suis écoeuré de cette attitude à sens unique. On est les seuls à se démener et on se fait
encore engueuler. C'est honteux !



françou 22/09/2011 21:13



Pour afficher les professions de "foi"(!) serait-il possible d'avoir l'aide du demi-déchargé du syndicat X "chargé de l'international" ou de celui du syndicat Y qui doit se rendre à Paris (800km)
2 fois par semaine pour imaginer les logos (sic) ? Parceque le maître G, débordé par la lecture des demandes d'aide, y pourra pas... Merci pour votre réponse nos bons m'ssieurs des syndicats.


La maîtresse-directrice


 



Lionel 22/09/2011 20:27



Merci le SNU !!!


 


Par ton efficace intervention, j'ai passé 40 minutes ce midi à imprimer, mettre dans l'ordre exigé par l'administration et afficher des promos syndicales dont aucune de mes collègues n'a rien à
faire. Elles m'ont même demandé à quoi rimait ce bazar, un mur complet de la salle des maîtres recouverts de papiers. Encore du temps de gagner.


 


mais au fait, on risque quoi si on n'affiche rien ? De se faire gronder par le représentant du syndicat majoritaire ? Ouah, j'ai peur...



merlin 22/09/2011 20:06



Théo: merci de relire l'ensemble de mon post, ma conclusion n'est pas celle que tu mets en avant.


  en termes clairs ( et en m'appuyant sur la totalité du texte du Snuipp que tu connais apparemment) , le Snuipp se contrefout de la surcharge de travail des dirlos. Sa seule motivation est
la crainte ( justifiée) que les précieux documents ne soient pas récupérés par les dirlos, lesquels ne seraient pas punissables ( pour une fois) puisque non missionnés pour cette tâche. Son
intervention auprès des IA vise donc uniquement à s'assurer que les documents parviendront dans les écoles et là ils devront êtrte diffusés et affichés par les dirlos. A ce stade, le Snuipp ne
demande aucun allègement de charge, ce n'est plus son problème mais le nôtre.


Dirlos et dirlettes, pensez-y au moment de cliquer sur le mulot!



henri 22/09/2011 14:26



Le ministère a pris en compte notre demande et donné consigne aux
IA d’imprimer et de transmettre les documents.


Je ré-pè-pète pour Théo qui ne lit peut-être
pas tous les commentaires : les IA font comme bon leur semblent : toutes les professions de foi nous sont parvenues par mail en pièce jointe : d'où impression, punaisage à charge pour le dirlo !
Et là, pas question de dire : "je réponds quand j'ai le temps" ou "quand je peux" : des fois que les syndicats porteraient plainte contre les directeurs pour non-conformité des procédures ; les
slogans c'est bien sauf si ça dérange !



Théo62 22/09/2011 13:17



Je confirme les propos de Merlin : le SNUipp est intervenu pour ne pas alourdir le travail des dirlos. Pour info, communiqué suivant :


"Dans plusieurs
départements, les IA ont informé les directrices et directeurs d’école, déjà surchargés de travail, qu’ils devaient, soit aller chercher mercredi matin auprès de leur IEN les documents élections
à afficher dans leur école, soit faire le tirage des documents envoyés par mail. On voudrait énerver tout le monde contre les élections on ne s’y prendrait pas autrement.
Dès que le SNUipp-FSU en a eu connaissance, il est intervenu auprès du ministère pour que les documents soient édités et transmis par les inspections académiques afin que les élections ne
reposent pas sur des personnels déjà en surcharge de travail.
Le ministère a pris en compte notre demande et donné consigne aux IA d’imprimer et de transmettre les documents.
Ainsi, les directrices et les directeurs n’auront ni à se déplacer, ni à tirer ces documents."


Merci Merlin de signaler que nous sommes les seuls à avoir fait cette demande dans l'intérêt des dirlos. Dont acte.


@ Pascal Oudot
Tu stigmatises le slogan "je réponds quand je peux". Tu as parfaitement le droit de penser que c'est une "connerie". Dans ce cas, pour éviter de donner l'impression de ne t'en
prendre qu'à un seul syndicat (toujours le même bouc émissaire), tu aurais dû citer le slogan similaire du SE-Unsa "je fais ce que je peux" qui donne une consigne équivalente à la
nôtre...



Pascal Oudot 22/09/2011 12:52



il faudra (chez nous en tout cas) les avoir en main


 


Sous les yeux, c'est déjà pas mal. Je le redis, c'est courtelinesque! Avant, c'était l'IA qui se tapait tout le boulot. Maintenant c'est qui? Devinez? Alors les conneries du style "je réponds
quand j'ai le temps", les paumés de service peuvent se les garder. Merci au SNU de persister à soutenir un système qui prend les directeurs d'école pour des poires bonnes à presser
qutotidiennement un peu plus. Merci aux IEN irresponsables de jouer le jeu et d'en rajouter sans aucune consicence. Merci au Ministère de fonctionner de plus en plus ubuesquement. Merci, M. le
Ministre, de votre manifeste profonde considération pour les directeurs d'école.



merlin 22/09/2011 12:49



Chez nous, à l'origine, il était question de devoir se déplacer pour récupérer les précieux documents.


Montée au créneau du Snuipp devant cette surcharge de travail. Enfin, le Snuipp se soucie du travail des dirlos?


 En fait , pas vraiment: quelques lignes plus loin, le Snuipp écrit que cette demande supplémentaire risquait d'engendrer un mouvement de grogne et que les dirlos ne se déplacent pas ( pas
de frais de mission, pas d'obligation). Il fallait que la propagande syndicale arrive dans les écoles, d'où son intervention.


Ouf! On a presque pu penser que le Snuipp avait pris conscience de l'existence des directeurs dans les écoles et de leur rôle ( remarquez, on aurait pu réunir un CDMD et voter pour désigner un
volontaire parmi les adjoints............)


Note: pour les autres syndicats représentés sur le département: no comment.....



Lionel 22/09/2011 12:21



Merlin,


j'adhère sans retenue à tout ce que tu écris, je le sais déjà hélas, comme tous les collègues dirlos et dirlettes. J'espèrerais seulement que l'autre andouille ait un tantinet de courage pour
dire les même chose que toi. A savoir :


Oui, je (Gégé) suis dans un bureau du SNU toute la semaine, je suis sur internet à longueur de journée, je poste quand je veux puisque je n'ai rien d'autre à faire et je vous emm...


 


oui je (Gégé) ne connais rien au travail de dirlo mais ça ne m'empêche pas de défendre la ligne du Parti (et à la limite, je peux le comprendre, FO étant par nature viscéralement opposé au
statut, mais avec des arguments eux).


 


Mais apparemment, c'est trop demandé. Alors moi, je fais de la retape anti-snu par conviction anti-gégé. Point final.



henri 22/09/2011 07:03



Les professions de foi, je les éplucherai avec attention


Avant de les éplucher, il faudra (chez nous en tout cas) les avoir en main : pour cela, rien de plus simple ! L'IA nous les a adressées en pièce jointe à un mail : et Kiséki va les imprimer ?
(sur le budget fonctionnement alloué par la Commune d'ailleurs) ; les afficher ? les porter scupuleusement à la connaissance de tous ? (sinon, gare !) Hein ? Vous avez déjà trouvé ?



merlin 21/09/2011 20:18



Lionel,


Je pense que tu peux attendre longtemps une réponse de Gégé qui n'est pas fan du débat argumenté. Pour gagner du temps, tu peux aller sur le site du Snuipp , il y a un article sur le statut: le
Snuipp y explique pourquoi c'est mauvais, nuisible et dangereux. On adhère ou pas et il n'y a pas de propositions de rechange. Donc, les dirlos ont trop de boulot ( § articles précédents, c'est
dommage mais c'est comme ça), on ne change rien .


La pauvreté de l'argumentation Snuippienne explique aussi en partie le silence de Gégé sur ce forum, il est plus facile de parler tout seul que de débattre à plusieurs ( même luii l'a compris).


Note: si Gégé poste à toute heure, c'est qu'il parle de ce qu'il ne pratique pas: le métier de dirlo. Le grand donneur de leçons du Snuipp ne " travaille" pas dans une école!



Pascal Oudot 21/09/2011 19:51



Je rejoins Merlin dans son dernier commentaire.


 


Ce que je vois surtout, c'est que sur le terrain nous atteignons le comble du ridicule dans les exigences de notre hiérarchie. La quantité de paperasse à remplir, à renvoyer, à afficher, est
devenue courtelinesque (prenez l'exemple des élections pro, c'est à mourir de rire). Alors avec ma classe bien remplie à tenir et à faire progresser, le rhume carabiné qui me pompe refilé par mes
élèves, et les exigences d'en haut -car bien sûr ce sont toujours des exigences-, les retapes syndicales m'indiffèrent. Les professions de foi, je les éplucherai avec attention, et si le métier
de directeur et l'absolue nécessité d'un statut ne sont pas clairement exprimés je saurai quoi faire et pour qui voter. Point barre. Alors le SNU, hein... C'est marrant, on n'entend jamais le
SGEN ici.



Lionel 21/09/2011 15:09



Mais je suis calme, Gégé, très calme même. Quant à dire que tout ira très bien, pour toi dans ton bureau sans aucun doute, pour nous sur le terrain, c'est une autre histoire.


Je suis tellement calme, que je te repose à nouveau les mêmes questions que précédemment, attendant calmement, mais vainement je le crains, une réponse calme de ta part.


 


1) En quoi consiste ton occupation professionnelle pour qu'elle te permette régulièrement de venir poster à des heures où les honnêtes dirlos et dirlettes sont en classe à s'occuper de leurs
nombreux élèves ou en décharge à faire tourner la boutique sans avoir le temps, eux, de poster sur des forums ?


 


2) Qu'as-tu à dire sur le fait que c'est à cause du SNES que la catastrophique réforme de la formation des enseignants a été
adoptée et mise en place ?


 


3) Comment justifies-tu que le SNUipp revendique aujourd'hui un statut pour les EVS, alors qu'en 2006 vous n'aviez pas de mots assez durs pour dénoncer leur création ?


 


4) Comment justifies-tu également la demande de satut pour les AVS et les psysco ?


 


5) Et in fine, comment justifies-tu le refus catégorique d'évoquer même l'idée d'un statut pour les forçats de l'école que sont devenus en quelques années les dirlos et dirlettes de France ?


 


Tout cela évoqué très calmement comme tu peux le constater. J'attends donc très, très calmement tes réponses toutes aussi calmes et pondérées que mes interrogations.


 


Calmement tien.



merlin 21/09/2011 09:04



Le point de vue d'un dirlo ordinaire de campagne: je ne sais rien du contenu des réunions auxquelles le SE participe. Je ne me fais mon opinion qu'au travers de ce que je lis dans les
publications syndicales.


Je n'oublie pas que le SE a été leader et précurseur dans le combat pour la reconnaissance des dirlos, instigateur de la grève administrative ( assez suivie d'ailleurs malgré des consignes floues
et parfois contradictoires). Je n'oublie pas non plus le protocole.


Honnêtement, je ne lis rien aujourd'hui dans les écrits du SE qui me fait penser que ce syndicat nous reconnait en qualité de dirlos: pas de position sur le statut certes, mais rien aussi sur le
point d'indice, les APE etc... autant de mesures qui seraient appréciées et reconnaitraient notre particularité dans l'école. Donc, déçu je suis.


Pour le Snuipp, le cas est encore plus clair: je n'oublie pas ses écrits adressés aux jeunes dans lesquels il ciblait les dirlos comme des gens dont il fallait se méfier, le combat acharné pour
le CDMD avant de le mettre en sourdine devant le flot d'opposition que cette proposition a suscité; le Snuipp est un syndicat opportuniste qui, à travers une ligne rigide et passéiste surfe sur
l'actualité pour récupérer des voix. Quelles sont les avancées concrètes obtenues par ce syndicat autoproclamé " majoritaire" en faveur des dirlos? Aucune? et alors , elle est où l'efficacité du
Snuipp?


( On peut étendre la question au pouvoir d'achat, augmentation des salaires, alignement PE et profs pour les heures sup...)



Pierrot Lombard 21/09/2011 07:47



tu aurais donc trouvé 'A', Gégé?


Sois clair alors, si tu le peux:


-De quoi te réjouis dans ton blablabla électoraliste


• que le SE rejoigne les idées du SNUipp?


ou


• que le SNUipp se différencie du SE en revendiquant lui la déficition d'un vrai métier pour les dirlos?


SE=SNUipp comme le laisse grossièrement entendre l'article de DeL, ou y a t-il des différences?



Gégé 20/09/2011 22:55



"A ne refuse en rien les problématiques de la direction d’école"
Moi, ce que je vois, ou plutôt ce que je lis, c'est que le fameux A parle de "fonction" et non de "métier", qu'il parle "des équipes" pour évoquer les dirlos. Le reste, c'est du blabla pêche aux
voix. C'est ce qu'on nous rétorquerait si on disait ça.
Calmos, Lionel, calmos... et tu verras que tout se passera bien.



Lionel 20/09/2011 20:41



Gégé ? Gégé ?


 


Le numéro que vous avez demandé n'est pas en service en dehors des heurs d'ouverture des bureaux du SNUipp. Veuillez rappeler pendant vos horaires de classes. Ah bon, vous ne pouvez pas ?
Tant pis.



Lionel 20/09/2011 12:38



Salut Gégé, te revoilà ?


 


Alors une question simple : où étais-tu à 10h48 pour pouvoir à nouveau poster sur le site ? Alors, auras-tu les "corones" de me répondre cette fois ci ? Parce que tu vois, moi à cette heure là,
j'étais en classe devant mes 28 CM1/CM2. Et là présentement, je sors d'une réunion d'équipe éducative, je viens de relever les courriels, de voir ce à quoi je devais répondre de manière urgente
avant d'aller manger vers 12h50 et de retourner en classe ensuite. Mais toi, bien sur, tu ne connais pas cette vie. Alors, où étais-tu à 10h48 ? Tu peux répondre, ce n'est pas une question piège.
De même, tu ne m'as pas répondu sur le rôle du SNES dans la mise en place de la nouvelle formation des enseignants. Un oubli, ou bien Seb ne t'a pas donné la réponse du parti ?



Thierry Fabre 20/09/2011 12:37



« j'aimerais bien qu'on m’explique... j'aimerais bien comprendre... »


 


Gégé, chercherais-tu donc à te faire passer pour plus c… que tu n’es ?


 


Exercice de style louable, mais voué à l’échec, et toute tentative de ta part en ce sens ne serait que vacuité désespérante, semblable en tous points à un discours présidentiel de la Marine
Française…


 


Mais, baste, tu veux comprendre ?


Je veux bien t’expliquer…


 


Prends donc, mon lapin, un syndicat X que nous appellerons A, et un syndicat Z que nous appellerons Komlézotr.


 


A et Komlézotr emploient le même terme de « direction et fonctionnement de l’école » ? Fort bien…mais…


 


- A parle aussi de directrices et de directeurs, brèfle, de dirlos, Komlézotr ne se résigne à en parler qu’à quelques semaines du vote…


 


- A ne refuse en rien les problématiques de la direction d’école, Komlézotr, révisionniste en diable, va jusqu’à les nier, en ramenant des milliers de collègues au néologisme barbare
« enseignants-chargés-de-la-direction »


 


- A évolue sur le sujet, le met en débat interne jusque dans ses congrès, Komlézotr bétonne à chaque congrès façon Dreyfus : « la question ne sera pas posée ! »


 


- A accepte sans problème de rencontrer les dirlos, leurs associations, Komlézotr n’arrive pas à répondre à un simple courrier…


 


- A est loin du compte sur la direction d’école ? Exact, tout comme il est évident de remarquer que Komlézotr en est à des années-lumière, si tant est que l’on puisse nommer
« lumière » cette obscure clarté qui tombe de ses publications, éternelles fenêtres ouvertes sur l’arrière-cour…


 


Ceci dit, mon Gégé, je t’astreins quand même à un petit effort et te demande de me permettre d’évaluer ta comprenure ; d’où question :


« A ton avis, qui est le syndicat « A » et qui est le syndicat « Komlézotr » ? Le SE ou le SNU ? »


 


Consigne : tu as 18 heures pour répondre, tu peux utiliser la BCD, procéder à des recherches sur internet, téléphoner à ta maman, utiliser un joker, ou, à défaut, ton cerveau……


 


Bonne chance


 


Thierry Fabre



Gégé 20/09/2011 10:48



Moi, j'aimerais bien qu'on mexplique... j'aimerais bien comprendre...
Densi écrit "qu'y
a-t-il de choquant à parler du fonctionnement de l'école et sa direction????"
OK. Très bien. Alors pourquoi reprocher au SNUipp cette expression (qu'on vienne pas me dire que ça n'a pas été fait ici ou sur le site du GIDD !!) ? Pourquoi nous reprocher de poser la question
"métier ou fonction" ? Pourquoi nous reprocher d'utiliser le mot "fonction" ?
Oui pourquoi faire ces reproches au SNUipp et dire, mine de rien, que c'est "Une
tempête dans un verre d’eau…." quand la même expression, mot pour mot, est utilisée par le SE ?
Si ça, c'est pas du parti pris ou de l'aveuglement, j'y comprends plus rien !!!
Deux poids, deux mesures, on le savait déjà... Mais à ce point, ça dépasse l'entendement !



Thierry Fabre 20/09/2011 07:53



Une tempête dans un verre d’eau….


C’est du moins l’impression que donne la tonalité de cet article.


 


Partir de l’analogie du terme rebattu, et effectivement partagé « direction et fonctionnement de l’école » pour en arriver à conclure que SE et SNU ne seraient que bonnet blanc et blanc
bonnet, c’est un tantinet capillotracté, comme « démonstration ». Surtout si c’est faux, et c’est le cas…


 


Car, à la base, il faut partir de ce qui serait, dans le discours du SE, une nouveauté, une rupture par rapport à la pratique antérieure. Le SE parlerait désormais de « direction et
fonctionnement de l’école », il évoluerait donc, trahirait ses engagements précédents, se rapprocherait du SNU,  etc…


 


Ce qui est faux, malheureusement. Le Se, en effet, emploie ce terme depuis très longtemps, sans que cela n’ait jamais fait bondir quiconque. On trouve sur la toile des tas de liens permettant de
le vérifier, comme celui-ci, datant de 2004


(http://se-unsa95.pagesperso-orange.fr/se_unsa95_1erdegre_directionetfonctionnementdel_ecole.htm)


 


Il est d’ailleurs surprenant que DEL  redécouvre aujourd’hui ce qu’il connaissait hier


( Février 2010 http://www.directeurenlutte.com/article-evolution-et-fonctionnement-et-de-la-direction-d-ecole-resultats-de-l-enquete-du-se-unsa-44252395.html
)


 


Le tout me conduisant à reposer l’excellente question de Densi, malheureusement restée sans réponse : qu'y a-t-il de choquant à parler du fonctionnement de l'école et sa direction ????


 


Maintenant, si le but du jeu n’était que de pousser au vote SNE, excellent moyen, à mon humble avis, de perdre sa voix, son temps et sa belle jeunesse, suffit de le dire…


 


Thierry Fabre



Lionel 19/09/2011 12:14



Et il est où, et il est où, et il est où le Gégé ?


 


Toujours pas de réponse à ma question ? Une fois de plus tu fuis devant une question embarassante pour mieux réapparaître plus tard sur un autre fil. Ou bien est-ce peut être que ton ordi de
bureau snuippien est en panne ? Ou alors, t'as fait une autorisation d'absence syndicale pour prolonger ton week-end ? Sinon, c'est peut être que tu n'as pas réussi à joindre Seb pour qu'il te
dicte ta réponse ?


 


Je m'inquiète quand même. Pas de réponse à 8h49 ou à 9h21 ce matin. Etrange, étrange.



Lionel 18/09/2011 21:58



Dimanche soir, presque 22h et pas de réponse de Gégé-pas-reçu-de-consignes-de-Seb-donc-j'attends-lundi-matin-d'arriver-au-bureau-de-ma-section ?


 


Etonnant non ? Ne nous inquiétons pas trop néanmoins, il occupera le terrain numérique demain pendant que nous autres nous nous occuperons de nos élèves et de nos écoles.



Lionel 16/09/2011 21:51



Hé Gégé-pas-de-mémoire, ôte-moi d'un doute !


C'est pas le Snes qui a permis l'adoption de la catastrophique réforme de la formation des maîtres en votant pour contre l'avis de tous les autres syndicats ? Non ?


Alors, si j'osais, je te demanderai bien d'arrêter de la ramener un peu, ça nous ferait des vacances.


 


Quand à l'article du SE, qui me désole car je les croyais un peu plus évolué que ça, la réponse sera simple : pas de vote non plus pour eux de la part des dirlos et des dirlettes de France, pas
de pub, pas d'affichage de leur propagande dans nos écoles, et c'est pas leur déchargés qui vont venir vérifier ça. Point final à la ligne.



Denis 16/09/2011 18:06



Etant un peu occupé, je tarde à te répondre Gégé. Ton syndicat est bien celui qui annonce avoir la majorité dans un grand nombre de commissions et comités théodules non? Si cette majorité n'a pas
fait avancer les choses depuis bien longtemps il me semble normal qu'on se pose la question de l'utilité de tous ces élus. Donc, même si tu penses qu'il s'agit d'une erreur d'analyse de ma part,
je continuerai à penser que c'est sur votre bilan que jugerai de votre (in)efficacité. Pour faire court, quelles sont les avancées que vous avez obtenues?


Quant à ton couplet sur le GDID et son allié, il m'a bien fait rire.



Gégé 16/09/2011 16:13



Tu prends tes désirs pour des réalités Pierrots quand tu parles du positionnement du SE. Tu es plus royaliste que le roi.

Tu écris ceci
"vous avez collé aux basques du SE: 
- même mot d'ordre "je réponds quand j'ai le temps" 
- même positionnement, c'est un métier, il faut une formation pour asseoir des compétences propres... "

Il ne dit pas ça le SE !!! Relis l'article de l'école libé... Il écrit "fonction de directeur" C'est écrit noir sur blanc dans leur
canard et tu t'évertues à dire le contraire. C'est inouï !!! Pourquoi tu fais ça Pierrot ?



Pierrot Lombard 16/09/2011 14:25



Excuse-moi, Pierrot, mais c'est Denis (comm n° 5) qui disait du SNUipp qu'il était un syndicat "ultra
majoritaire".  C'est à lui que tu dois faire la remarque si tu estimes qu'il a dit une ânerie. 


 C'est bien à toi que je m'adresse Gégé. quand tu reprends à ton compte "syndicat majoritaire"
qui ne peut rien, tu nous ments.


La FEN était majoritaire, elle est a l'origine de la loi de programmation de 89... Quand on a un projet et un rapport de force en sa faveur, on fait des choses!


Au passage, c'est pas seulement des voix qu'a perdu la CFDT mais des adhérents qui ont fui en
masse...


Et alors? ça ne change rien sur le fond. La cfdt reste, je crois, le premier syndicat en terme d'adhérents et
depuis présente une ligne plus cohérente, plus homogène.






Gégé 16/09/2011 13:28



Excuse-moi, Pierrot, mais c'est Denis (comm n° 5) qui disait du SNUipp qu'il était un syndicat "ultra majoritaire".  C'est à lui que tu dois faire la remarque si tu estimes qu'il a dit une
ânerie. Au passage, c'est pas seulement des voix qu'a perdu la CFDT mais des adhérents qui ont fui en masse...



Pascal Oudot 16/09/2011 12:53



"Les gens du GDID"... Gégé anonyme lâche au cerveau lent, tu es un pauvre type dont la conscience a bien du mal à atteindre le niveau de celui d'une moule pas trop fraîche. Je suis au GDID, mon
chéri, et si tu n'as pas encore saisi ce que "la profession" -puisque vous autre adorez cette expression- pense de vous, ce n'est pourtant pas faute de l'avoir abondemment exprimé ici. Euh... ça
va, tu suis? Parce que parfois j'ai des doutes. Peut-être me faut-il parler en un langage que tu sois apte à comprendre.... J'y vais: GDID comme adjoints, marre du SNU, tout le monde marre du SNU
qui cause beaucoup et ne fait rien.


 


Par pitié, inculte de service, laisser causer ceux qui savent, y compris Dedel qui au moins s'exprime correctement et ne nous prend pas pour des c... -du moins pas ouvertement-, et est capable de
faire un commentaire sans nous asséner une retape d'un outrancier misérabilisme.


 


Tu essayes de sauver les meubles? Tu tiens à conserver ta sinécure loin des classe? Aïe! Si j'étais toi je me préparerais au pire, c'est à dire à te retrouver devant des élèves. Sais-tu encore
qu'est un élève? Mais siiiii, c'est un peu comme des adultes en miniature. Tu te rappelles maintenant?



Pierrot Lombard 16/09/2011 12:21



Relevé ceci dans un article de Médiapart (difficile de le placer pro-gouvernemental)éclairant, paru le 14 et titré:


Au PS, l'éducation est un exercice de distinction


...


Syndicats “conservateurs”


Pourquoi ce coup d'éclat? Peut-être parce qu'à part Arnaud Montebourg, qui a développé un projet sur l'éducation sensiblement plus radical, et longuement détaillé dans son livre Mon projet pour
l'école, 


la plupart des candidats socialistes ne semblent se distinguer qu'à la marge. Comment en serait-il autrement quand Bruno Julliard qui soutient Martine Aubry a travaillé étroitement avec Vincent
Peillon qui a rejoint François Hollande?


Tous s'accordent sur la nécessité d'une refondation sur l'école, et parlent d'un nouveau “pacte éducatif”. D'abord, et même s'ils tirent tous à boulet rouge sur la casse de l'éducation sous l'ère
Sarkozy, ils reconnaissent que les maux de l'école ne datent pas de l'arrivée de la droite en 2002. Tous font, avec certaines nuances, le constat d'une massification ratée où les inégalités n'ont
cessé de se renforcer.  
«La réflexion de la gauche a longtemps été assez faible sur l'éducation. En fait, durant une longue période, la gauche n'a pas véritablement pensé l'éducation en
raison de son lien avec des syndicats plutôt conservateurs –bien que de gauche–, mais aussi parce qu'elle était échaudée par les résistances provoquées par ses propres tentatives de réforme,
estime le sociologue François Dubet, qui a largement inspiré le projet socialiste. Souvent convaincue de la nécessité de réformer le système scolaire, elle n'a pas véritablement construit de
projet en raison de ses vieux liens avec des forces portées à la défense de l'ordre des choses scolaires parfois abritée derrière une rhétorique radicale.»


L'approche de Bruno Julliard, chargé il y a deux ans de construire le projet socialiste, a été de rompre avec les vieilles habitudes et d'écouter les experts, les sociologues de l'éducation,
François Dubet, Claude Lelièvre mais aussi Nathalie Mons ou Marie Duru-Bellat. Avec parfois des références qui détonnent comme lorsque Bruno Julliard cite les travaux sur l'école de l'institut
Montaigne, think tank libéral... «Autonomie», «personnalisation»... Autant de termes abondamment utilisés rue de Grenelle que le PS revendique dans son projet. Mais l'ancien président de l'Unef
assume: « Ce n’est pas parce que la droite s’est emparée de ces termes pour les détourner de leur sens que nous ne pouvons plus les utiliser.» Avec le SNES, syndicat majoritaire chez les
enseignants, les portes ont souvent claqué, la secrétaire générale du SNES reconnaissant d'ailleurs avoir court-circuité le récalcitrant pour taper directement à la porte de sa patronne Martine
Aubry, plus à l'écoute. Julliard, lui, se rapprochait ostensiblement de l'Unsa Education et du SGEN CFDT jugés moins “conservateurs”.  


l'article en entier là:



http://www.dirlo.fr/modules.php?name=News&file=article&sid=1275



 



Pierrot Lombard 16/09/2011 11:33



Walou Gégé, quand tu " no comment" c'est plutôt long...


Et que d'âneries.


Un syndicat majoritaire ne peut être tenu responsable de ce qui ne va pas.


Le SNUipp est "majoritaire"?


Tiens donc, et depuis quand le SNUipp a-t-il récolté plus de 50ù des voix?


 


Un syndicat majoritaire ne peut être tenu responsable de ce qui ne va pas.


Sauf si son credo est l'opposition à un gouvernement, ce qui est le cas du SNUipp.


Le bilan lamentable de ces 10 dernières années quant à nos conditions de travail (credo d'un syndicat) est la preuve de sa faible efficacité, fusse-t-il le premier.


Et le reste est à l'avenant:


 


démago à souhait... caressant dans le sens du poil... 


le dernier complément de fenêtres sur cours n'est pas démago?


Le SNUipp y assume une ligne sur la direction?


Tu disais que c'est une question trop importante pour ne pas en débattre. mais vous avez débattu, seuls, mais vous avez débattu: en 2007 vous avez organisé les "États Généraux de la direction et
du fonctionnement de l'école".


Et vous avez continué à traiter de petits caporaux ceux qui disent que dirlo est un métier à reconnaître avec des compétences spécifique et une formation appropriée: le statut du dirlo!


 


Oui le SE me déçoit. mais ça reste son affaire, je ne suis pas au SE et j'aurai la possibilité de leur dire en face.


 


Quant à tes simagrées sur le fonctionnement du syndicalisme actuel, je ne t'ai jamais vu t'en plaindre jusqu'alors. Donc tu es pour la nouvelle représentativité voulue par ce gouvernement?


Intéressant.


 


Comme vous vous avez compris votre isolement, et votre retard, sur le dossier de l'école et du fonctionnement, vous avez collé aux basques du SE:


- même mot d'ordre "je réponds quand j'ai le temps"


- même positionnement, c'est un métier, il faut une formation pour asseoir des compétences propres... Mais pas parler de "statut".


- même demande d'aide administrative, en sachant clairement que l'on ne nommera pas 50 000 emplois dans l'EN.


Et c'est là que le SE fait l'erreur et vous sert la soupe. Car le SE lors de son dernier congrès s'est donné les moyens d'avancer sur la question de la reconnaissance du dirlo, et d'un
fonctionnement qui rende l'école plus autonome et le SE demande l'ouverture de discussions à partir du rapport Reiss.


 


Quelles sont les propositions du SNUipp sur un autre fonctionnement de l'école?


Le premier syndicat a-t-il une proposition à mettre en avant?


S'il demande des discussions, c'est juste pour écouter les autres?


 


On l'a vu avec la CFDT (qui l'a payé cher) 


En quoi la CFDT a-t-elle payé cher d'assumer ses convictions(qu'on les partage ou pas)?


Parce qu'elle a perdu des voix?


Ce qui démontre bien le positionnement qui es le tien: l'important ce n'est pas ce que l'on dit mais ce que cela rapporte.


"no comment". 


 



potzie 16/09/2011 09:48



C'est marrant comme en période électorale on peut dire tout et son contraire.


Sur le dossier des directeurs d'écoles, qui peut annoncer que cela a été une fois la priorité du SNUIPP. Pour le SE, si c'est parfois alambiqué ou maladroit (çest pas tranché à l'intérieur), il
n'empeche que c'est un dossier qui est souvent mis en avant et défendu. Sur le protocole de 2006, étant directeur 4 classes , je ne crache pas ma décharge. Après, si d'autres peuvent avancer des
meilleurs acquis dans mon interet, qu'il les présente.


C'est trop facile d'éxonérer les responsabilités d'un syndicat majo deuis 15 ans. Il pèse deux fois que le SE au niveau national. C'est à lui de présenter un CAP ou des propositions.


De toute façon,après les élections, les nouvelles regles du jeu régleront les choses. Pour signer ou obtenir une avancée, le texte devra signer par une ou plusieurs orga pesant au moins 50%.
C'est l'accord majo cher à nos démocrates. Donc vu le poids du snuipp, aucune signature ne sera possible sans lui. Vu avez déjé vu la FSU signer un texte même bon ( voir le dernier texte sur
les contractuels signé par la CGT, FO UNSA, CFDT ...sauf la FSU)



Gégé 16/09/2011 08:49



On sent les gens du GIDD bien embarrassés et pour la plupart plutôt muets... Of course !! leur allié est mis en cause...

J'ai retenu quelques propos dans les commentaires :
Pierrot - "c'est le SNUipp qui colle aux basques du SE, pas le contraire.

Le SNUipp a bien compris, lui, ce que veut la grande majorité des dirlos et plutôt que de se démarquer, il marque à la culotte le SE."
No comment !!! c'est trop risible...

Pierrot (bis) - "le SE, au lieu d'assumer et larguer le SNUipp, tergiverse, contorsionne,
bafouille.
Je pense qu'il risque fort de le payer."
No comment !!! on sent le dépit...

Pierrot (ter) - "ça
m'énerve de voir des gens si intéressants en réunion et complètement scotchés quand il faut "
ça c'est plus intéressant car ça montre un SE à double langage... le premier, en petit comité, autour d'une table, avec les gens du GIDD... démago à souhait... caressant dans le sens du poil...
"ils veulent un statut ? mais on n'y est pas opposés"... Bref, entre 4 murs, on dit ce que les autres veulent bien entendre... ça s'appelle la pêche aux voix... les promesses n'engagent que ceux
qui les reçoivent...
le deuxièmelangage, c'est celui qui est tenu officiellement comme on le voit dans l'école libé... et là, changement de ton puisque c'est la voix officielle qui parle.. on oublie ce qu'on a dit en
petit comité car il s'agit de plaire au plus grand nombre...
En tenant ce double langage, on espère marquer des points sur les deux tableaux... Grosse erreur !!! Et on comprend que ça t'énerve, Pierrot, car tu as le vague sentiment de t'être fait avoir...
Même si tu ne veux pas le reconnaître.

Denis - "l'électeur
moyen que je suis jugera forcément le syndicat ultra majoritaire sur son bilan et les syndicats minoritaires sur leurs propositions. "
Tu fais une méga erreur d'analyse Denis. Un syndicat majoritaire ne peut être tenu responsable de ce qui ne va pas. Tu ignores que la loi (mais ça va changer un peu) fait qu'il suffit qu'une
centrale signe un accord pour que celui-ci soit considéré comme adopté. On l'a vu avec la CFDT (qui l'a payé cher) et en ce qui nous concerne dans l'éducation avec la signature du "proutocole"
comme vous l'avez assez dit en 2006.
Il n'y a donc pas à faire de différences entre le bilan des uns et les propositions des autres.

Densi - "Que
pouvait on atendre d'autre d'un syndicat ayant signé le 'proutocole'."
Ben, voilà, tout est résumé.



merlin 15/09/2011 20:37



Le bilan est de fait lamentable; le plus gros syndicat de France c'est celui qui regroupe les non syndiqués. Des gens qui entrent dans l'action à des occasions précises, on l'a vu pour le CPE
mais qui restent à l'écart des " journées de grève+manif" et le lendemain au boulot.


On peut le regretter dans le camp des Gégé, Théo , etc... mais ce sont eux qui sont responsables de cette désafection. S'ils se rendaient dans les écoles, ils entendraient un discours , certes
peu plaisant à leur encontre, mais aussi des pistes pour orienter leur action sans tomber dans la soupe électorale dans laquelle ils vont se noyer une fois de plus.


Le SE est nul en chassant sur les terres du Snuipp: un de plus à rayer de la liste. Voilà ma stratégie de votant.Je ne serai probablement pas le seul. Je ne sais pas si ces gens sont interessants
en réunion mais alors ils doivent avoir 2 cerveaux et pour définir leurs actions ce doit être le cerveau primaire ( sans jeu de mots) qui agit.


  Vous voulez nos voix? Venez dans les écoles, parlez un peu avec la base et on verra si vos discours et vos idées fumeuses passent l'épreuve du terrain!



Denis 15/09/2011 19:55



Je trouve très intéressante la remarque de Pierrot sur le bilan syndical. Parce que l'électeur moyen que je suis jugera forcément le syndicat ultra majoritaire sur son bilan et les syndicats
minoritaires sur leurs propositions.


Et le bilan dressé par Pierrot me semble, hélas, très proche de ce que nous vivons au quotidien dans les écoles.



Pierrot Lombard 15/09/2011 18:48



.Il reste qui dans l'alliance Pierrot?


De quelle alliance parles-tu Densi? 


Si c'est du regroupement de syndicats et d'associations suite à l'appel du GDiD, le seul sur lequel je peux te répondre d'ailleurs, ça va, on s'est vu le 8 septembre et on finalise notre action
pour peser sur les présidentielles.


Sur l'article de DeL, tout est à peu près dit.


Je pense aussi que c'est de la stratégie électorale. Très mauvaise à mon avis, mais on est dans la pure com. et ces élections sont un moment clivant, même pour ceux qui bossent ensemble. Je le
regrette, ça m'énerve de voir des gens si intéressants en réunion et complètement scotchés quand il faut .


Par contre, c'est le SNUipp qui colle aux basques du SE, pas le contraire.


Le SNUipp a bien compris, lui, ce que veut la grande majorité des dirlos et plutôt que de se démarquer, il marque à la culotte le SE. Ne lui laisse pas d'espace dans le "j'y vais/j'y vais pas".


Et le SE, au lieu d'assumer et larguer le SNUipp, tergiverse, contorsionne, bafouille.


Je pense qu'il risque fort de le payer.


C'est son affaire.


De toutes les manières, le bilan syndical est lamentable;


- dégradation des conditions de travail.


- gel des salaires


- perte du pouvoir d'achat


- SMA


- Enseignants les moins bien payé de l'OCDE


- suppression massive de postes


... Avec un nombre de jours de grève importants et des cris de victoire permanents ("on a fait reculer le gvt!)


Il est peut-être temps de donner un coup de pied dans la fourmilière...


On peut rêver 



Gégé 15/09/2011 13:40



Pour une fois que le SNUipp n'est pas visé...
Plus sérieusement, je pense qu'il s'agit d'une stratégie électoraliste. Le SE veut coller aux positions du SNUipp dans l'espoir de se rapprocher de lui aux prochaines élections. Les militants du
SE ont dû avoir des remontées du terrain qui leur font craindre le pire. Qui sera dupe ?



Densi 15/09/2011 13:22



Que pouvait on atendre d'autre d'un syndicat ayant signé le 'proutocole'. Ceci dit ça clarifie de manière radicale (suicidaire?) les positions souvent alambiquées sur ce sujet du SE et ça
éclaircit les rangs des candidats potentiels...Il reste qui dans l'alliance Pierrot? Question aux auteurs : qu'y a-t-il de choquant à parler du fonctionnement de l'école et sa direction????



Pascal Oudot 15/09/2011 12:40



Le SE est familier des stratégies suicidaires. N'oublions pas que SNU et SE ont la même base originelle, celle du défunt SNI. Dont acte. Je pense que chaque mot va se payer en octobre.