Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 15:15

De toute évidence, cette semaine sera marquée par l'hyperactivité du SNUipp. Omniprésent, il se bat sur tous les fronts, se trouve là où ne ne l'attendait pas... Bref, à vous donner le tournis !

Le SNUipp a décidé de frapper fort. Dès ce lundi, il publie deux textes importants. Le premier concerne le logiciel "Base élèves" dont il demande l'arrêt de son utilisation après y avoir été favorable. Il est vrai que de multiples reproches ont été adressés au ministère et notamment par la CNIL.

 
"En 2004, le Ministère de l'Éducation nationale a décidé de mettre en place un fichier informatisé centralisé appelé Base-Elèves,  utilisé et exploitable par les mairies et l'administration.
- Déjà, un peu partout, dans les mairies et dans les écoles, des fichiers informatiques existent pour la gestion des élèves : il s'agit de fichiers dont les données ne sortent pas des écoles ou des mairies.
- Déjà, pour les collégiens, il existe des fichiers informatisés destinés à la gestion de la scolarité des élèves : ces fichiers sont centralisés au niveau du Rectorat et ils n'ont pas été conçus pour être partagés avec d'autres ministères.
- Avec Base élèves, les choses sont différentes :
Tout ce qui concerne la scolarité des enfants, mais aussi leurs difficultés, leurs besoins éducatifs et une partie de leur vie familiale est inscrit dans un fichier. 
Sous la pression citoyenne, le ministère de l'Education Nationale vient d'annoncer qu'il retirait tout ce qui concernait la nationalité, la langue parlée à la  maison, la date d'entrée sur le territoire français. Mais il persiste dans le recueil d'informations sur le parcours scolaire (redoublement, changements d'école...), l'absentéisme et les besoins éducatifs (suivi RASED- aide et suivi psychologique, aides rééducatives, pédagogiques, projet d'accueil individualisé en cas de maladie...). La traçabilité de l'enfant, le tout contrôle n'ont jamais garanti plus d'efficacité qu'une démarche éducative de qualité.
D'autre part, l'administration de l'Education Nationale est muette sur la conservation des données, la durée de stockage des informations, le droit de consultation et  le droit d'opposition. Présentés comme des aides à la gestion, ces nouveaux fichiers  sont en fait des outils permettant le contrôle social avec, à terme, un croisement avec d'autres fichiers (préfecture, CAF...) sous prétexte de partage d'informations.

Le conseil d'école  de l'école ................................................................................... demande l'arrêt de Base-Elèves et l'application du principe de précaution. Ce fichage à l'échelle nationale ne garantit plus  le respect de la vie privée et le droit à la protection des données individuelles
"
.

 
Le SNUipp invite les écoles à soumettre la motion ci-dessus (telle quelle ou modifiée) au conseil d'école et à la lui renvoyer signée.

Le second texte concerne la défense des directeurs. Dans son courrier au ministre, le SNUipp manifeste son courroux à l'égard du ministère qui n'a toujours pas réglé le problème de la direction d'école. Gilles Moindrot rappelle la grève administrative, la signature du protocole, les postes vacants, les "responsabilités liées à la direction"... Il insiste sur la nécessaire reconnaissance de la fonction et la clarification de ses missions et rappelle les demandes du SNUipp "liées à la vie de l'école"...etc.

"Monsieur le Ministre,
Le problème de la direction d’école reste entier, la mise en oeuvre du protocole n’ayant pas apporté les réponses nécessaires. Le nombre de directions vacantes reste trop important. Les sanctions, face à une action que avez qualifiée de « grève la plus longue de l’histoire de la République », ont ajouté de la colère à l’exaspération !
L’école et la réussite de tous les élèves sont au carrefour des préoccupations des enseignants et des familles. Les tâches et les responsabilités liées à la direction, au fonctionnement et à la vie de l’école ont considérablement augmenté, se sont complexifiées du fait de l’évolution du fonctionnement des écoles.
La fonction de directeur et directrice doit être mieux reconnue, ses missions clarifiées et sa charge de travail allégée, le directeur restant un enseignant.
Le SNUipp-FSU poursuit son mot d’ordre de blocage administratif et de non transmission de la saisie des effectifs dans Base-élèves. Cette action n’a aucune incidence sur l’enseignement assuré aux élèves. Elle vise à rappeler nos demandes :
· Une aide en temps pour toutes les écoles, afin d’assurer convenablement les tâches liées à la vie de l’école.
· Des personnels recrutés et formés pour assurer toutes les missions nouvelles de l’école.
· La revalorisation matérielle de la fonction de direction.
· La prise en compte du temps de concertation, de rencontre avec les parents notamment, du travail en équipe,… pour les enseignants.
Réagir à cette action par la sanction ne résout pas les problèmes posés. Nous vous demandons de surseoir à toute nouvelle sanction et de répondre enfin à ceux qui assurent, souvent, les derniers, la présence d’un service public de proximité. Le SNUipp-FSU tiendra le 23 octobre, les Etats Généraux de la direction et du fonctionnement de l’école à l’issue desquels des propositions seront élaborées pour parvenir à une réelle amélioration de la situation actuelle.
Nous vous demandons, Monsieur le Ministre, d’ouvrir dans les meilleurs délais de réelles négociations.
Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments respectueux
".
Gilles MOINDROT

   
On le voit, les mots "directeur" et "directrice" sont bien difficiles à écrire... Heureusement la langue française offre de multiples expressions pour éviter trop de redondances...

 

Et ce n'est pas fini ! Le mardi 23, le SNUipp poursuit sa ronde infernale avec les "Etats généraux de la direction et du fonctionnement de l'école". Souhaitons-lui que la grève des transports ne vienne pas perturber le bel ordonnancement de cette célébration tant attendue. Il serait en effet regrettable que les 300 participants soient empêchés de plancher sur le sujet. Ce serait surtout dommageable pour les 50 000 directeurs impatients de prendre connaissance du communiqué final qui leur annoncera que le SNUipp se mobilise pour le statut de directeur d'école...

Quelle folle semaine ! Voilà des lustres qu'on n'avait pas autant parlé d'eux... Le moral des directeurs de France et de Navarre, en berne depuis si longtemps, va subitement remonter et s'aligner sur les cours du pétrole...

Retour à la page d'accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

Séb 23/10/2007 09:34

Vous n'avez pas fait erreur sur la date des fameux états généraux ? Pas un mot dans les médias, ce matin ! Soit le snuip a voulu faire modeste, soit notre sort n'intéresse personne. C'est pas gagné...

VALMORI Patrick 22/10/2007 21:39

Eh bien, dites-moi... si après tout ce barnum, on ne nous apporte pas un statut en or...

CHABRO 22/10/2007 19:07

Qu'on se rassure, le CR final sera quand même disponible car il doit déjà être écrit...