Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 23:09

Difficile de se faire une idée précise de la ligne de conduite ministérielle… Difficile d’y voir clair après l’annonce surprise de la suppression des cours le samedi.

Chacun avait cru entendre qu’il y aurait uniformité sur l’ensemble du territoire concernant l’organisation de la semaine : les 24 heures de cours seraient réparties sur les 4 jours (lundi, mardi, jeudi, vendredi).

Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos a reconnu que certains élèves allaient "sans doute se trouver le matin, le samedi ou le mercredi, en situation de besoin d'accompagnement". Cependant, il s'est dit convaincu mercredi à l'Assemblée nationale que les collectivités locales n'hésiteraient pas à "prendre en charge" l'accueil des enfants les mercredi et samedi matin désormais déchargés de cours, après "discussions".

"Je doute que Mesdames et Messieurs les maires ou les élus considèrent qu'il n'est pas de leur charge de s'occuper des enfants qui ont besoin d'être accompagnés pendant les week-ends", a-t-il lancé lors des questions au gouvernement.

De nombreux élus ont dénoncé ce nouveau transfert de charges sur les communes qui doivent prendre en charge les coûts de fonctionnement hors temps scolaire.

Ce jeudi, le ministre de l'Education nationale a annoncé au Sénat que "si des communes souhaitaient organiser" l'enseignement scolaire hebdomadaire en primaire "sur quatre jours et demi", en conservant "le mercredi matin", il n'y voyait "pas d'inconvénient".

Aujourd’hui, 12,7% des élèves ont classe le mercredi matin.

"Je rappelle que je n'ai pas dit (...) qu'il fallait à tout prix réduire la semaine (à) quatre jours", a ajouté le ministre. "Il n'y a pas de pression du gouvernement pour que la semaine de quatre jours soit obligatoire partout", a-t-il encore dit. Il faut que selon les "usages, les habitudes des communes, des écoles, de la communauté, des familles", on "puisse organiser de manière souple le dispositif", a-t-il précisé, répondant à une question du sénateur UMP Pierre Martin (Picardie).

Pour autant, selon le ministère, M. Darcos reste favorable a une répartition du temps sur quatre jours: lundi, mardi, jeudi et vendredi.

Ce qui semblait clair ne l’est plus…

Et ce n’est pas tout... On sait que les élèves en difficulté bénéficieront de 2 heures de soutien réparties sur ces 4 jours en 2 fois 1 heure ou 4 fois 30 minutes. C’est entendu. Mais à quel moment ? Soit le midi, soit le soir.

Le soir, des sorties différentes perturberaient les transports scolaires dans de nombreuses régions. La mise en place de navettes créerait un surcoût important.

Sur cette question des transports scolaires, le ministre s'est dit favorable à "une uniformisation des horaires scolaires de sorte que tout le monde sorte au même moment et qu'il n'y ait qu'une seule tournée".
Mais alors, le soutien devra se faire le midi. Là aussi, les problèmes existent. Des études ont montré que les familles les plus défavorisées hésitent à laisser leurs enfants à la cantine pour des raisons budgétaires. Or, c’est le plus souvent dans ces familles que se trouvent les élèves en échec scolaire. Il n’est pas rare non plus de trouver des établissements dont le nombre de rationnaires est tel qu’il faille organiser plusieurs services avec un « timing » très serré.

Résumons : suppression des cours le samedi, semaine de 24 heures réparties sur 4 jours mais avec possibilité de travailler 4 jours et demi en utilisant le mercredi matin, uniformisation des sorties le soir…

Bref, du travail en perspective pour les directeurs qui devront harmoniser les différents horaires des uns et des autres…

 

 

Autre conséquence : les programmes doivent être révisés à la baisse si l’on allège l’année scolaire de plus de 130 heures de cours.

Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos présentera fin octobre, après "concertation" avec les syndicats, des "objectifs de simplification" des programmes en primaire, resserrés autour de l'enseignement des disciplines fondamentales suite "à la nouvelle donne, à savoir la suppression du samedi matin et donc de deux heures de cours" par semaine.

"La concertation a commencé sur ce sujet. Dès la fin de ce mois-ci, nous pourrons proposer une première maquette qui sera une base de discussion", a déclaré le ministre. Il ne s'agira pas de présenter les programmes simplifiés eux-mêmes, a-t-on ajouté au ministère.

Le ministre souhaite des programmes simplifiés qui puissent être utilisés facilement par les enseignants, compris par les parents et qui devront permettre à tous les élèves d'entrer au collège en sachant lire, écrire, compter.

"Alléger la charge scolaire, c'est bien, mais il faut que nous nous mettions d'accord sur les objectifs pédagogiques que nous assignons à l'école primaire", a déclaré M. Darcos devant les sénateurs, espérant que la concertation avec les syndicats permette de se "mettre d'accord sur les fondamentaux que nous voulons enseigner à l'école".

"Je pense qu'en recentrant les programmes sur des objectifs nets, clairs et précis, nous pourrons faire en sorte que les petits Français qui ne sont pas plus bêtes que les petits européens, avec 800 heures (de cours annuels), avec des programmes bien reconcentrés, aient cependant une année scolaire pleine et utile pour tous".

Petite incertitude, cependant… Le ministère n'était pas en mesure de dire à quelle date ces nouveaux programmes entreraient en application. La suppression du samedi matin entre en vigueur, elle, à la rentrée 2008. 

 

                                                                      

L’impression de voguer en plein brouillard

                                                                                           Retour à la page d'accueil 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Propositions du Ministère
commenter cet article

commentaires

Catherine Huré 15/10/2007 07:30

J\\\\\\\\\\\\\\\'ai une proposition pour M Darcos qui a envisagé de mettre les enseignants de maternelle en soutien au cycle 2 de l\\\\\\\\\\\\\\\'école élémentaire pour les 2 heures de "soutien" "libérées "par la supression annoncée du samedi matin: la reconnaissance, tout simplement, des  2 heures que nous offrons sans contrepartie chaque semaine: 10 minutes avant l\\\\\\\\\\\\\\\'ouverture du matin, 10 mms avant celle de l\\\\\\\\\\\\\\\'après midi(obligatoires) et 5 mms( minimum) à chacune des 2 sorties d\\\\\\\\\\\\\\\'écoles de la journée, car il faut bien attendre que les parents viennent chercher leurs chérubins, et, quand ils sont arrivés, échanger quelques propos avec eux!
tiens, l\\\\\\\\\\\\\\\'heure supplémentaire que j\\\\\\\\\\\\\\\'ai effectuée samedi en compagnie d\\\\\\\\\\\\\\\'une collègue(un enfant oublié à l\\\\\\\\\\\\\\\'école!) nous sera t-elle payée en heure supplémentaire ou déduite de ces heures de "soutien"
mais je m\\\\\\\\\\\\\\\'égare: bien sûr, avec notre gracieux président "tout est possible"!!!!

Ecole-Administratif 05/10/2007 10:46

Le mammouth ne va plus y retrouver ses petits dans cette grande maison éduc-nat... Comment peut-on gérer ainsi son ministère ?
A côté de tout cela, le problème des directeurs doit être relégué au 119ème rang des préoccupations ministérielles et, avec un peu de chance, sera examiné en 2043...
C'est pas demain qu'on verra le bout du tunnel qui conduit au statut...
Pour l'instatnt, je retourne à mes occupations plus terre-à-terre.
Jérémy S