Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 09:30

La fin de l'école le samedi

"Dès la rentrée prochaine, partout en France dans les écoles primaires, on ne travaillera plus le samedi matin et j'espère qu'ensuite très vite nous pourrons étendre le dispositif au collège" a déclaré X. Darcos le 27 septembre sur TF1.

 

 

Il a ainsi tranché, sans aucune concertation, une question qui divise les communes et les équipes pédagogiques depuis longtemps. Actuellement un quart d'entre elles pratique la semaine de 4 jours. Les autres s'en tiennent à tel ou tel autre rythme. Le ministre entend donc mettre fin à ces libertés et  revenir à un rythme unifié.

 

 

On ignore comment seront remplacées ces heures. Selon M. Darcos, "les trois heures" ainsi libérées "seraient dévouées à ceux qui sont en échec scolaire"

 

 

Le Se-Unsa "déplore une pratique ministérielle réduisant l’ensemble de la communauté éducative à des supputations sur un sujet aussi important" et évoque une "méthode désastreuse". Le Snuipp n'est "pas sûr qu'il faille le même rythme dans une école rurale, qui dépend du ramassage scolaire, que dans une école de centre ville" et demande une large concertation.

 

 

La Fcpe rappelle qu'elle "n’acceptera pas la mise en place de la semaine de quatre jours dont tous les experts, chronobiologistes, chronopsychologues et inspecteurs généraux de l’Education nationale, dénoncent le caractère néfaste pour les enfants". Elle "n’acceptera pas non plus une baisse du nombre d’heures de classe annuelles : les enfants n’ont pas besoin de moins d’école mais de « mieux d’école »".

 

 

Commission sur la redéfinition du métier d’enseignant      Calendrier des auditions

 

Semaine du 1er au 5 octobre 2007

Lundi 1er Octobre
9h00 Claude ALLEGRE, ancien ministre
10h30 Philippe MEIRIEU, professeur des universités en sciences de l’éducation
14h30 Claude THELOT, conseiller maître à la Cour des comptes
16h15 Jean-Pierre OBIN, inspecteur général de l’éducation nationale

Mardi 2 octobre
15h00 Anne KERKHOVE, présidente de la PEEP
16h30 Gérard ASCHIERI, secrétaire général de la FSU + délégation

Mercredi 3 octobre

15h00 François CHAINTRON, secrétaire général de la FNEC-FP-FO
16h30 Patrick GONTHIER, secrétaire général de l’UNSA-Education + délégation

Jeudi 4 octobre
9h15 Bernard KUNTZ, secrétaire général du CSEN + délégation
10h30 Faride HAMANA, président de la FCPE
15h00 Thierry CADART, secrétaire général du SGEN-CFDT + délégation
17h30 Marie-Suzie PUNGIER, secrétaire confédérale de la CGT-FO, chargée du secteur économique et de l’enseignement

 

Travailler plus SANS gagner plus ?

 

Les instits bénéficieront-ils de l'exonération des heures sup. ? Selon le Snuipp, les enseignants du primaire ne bénéficieraient pas des nouvelles exonérations fiscales sur les heures supplémentaires. Le Snuipp demande au chef de l'Etat d'intervenir.

 

Communiqué du SNUipp

 

"Le président de la République, lors de son allocution du mercredi 19 septembre, a évoqué les heures supplémentaires effectuées par les enseignants dans les termes suivants :

« Celles-ci devraient être destinées à rémunérer les enseignants qui encadreront les enfants après la classe ».

Or, le projet de décret en préparation exclut les enseignants des écoles des exonérations fiscales et sociales prévues par la loi TEPA pour les heures supplémentaires.

Les instituteurs et professeurs des écoles effectuent depuis longtemps des heures supplémentaires sous forme d’études dirigées, d’heures de surveillance ou d’encadrement qui complètent les heures d’enseignement. D’ailleurs, le taux et le montant de ces heures sont fixés par le Ministère de l’Education Nationale par le décret du 14/10/66.

Au-delà de l’efficacité économique contestable de la loi TEPA, il est injuste d’exclure les enseignants des écoles de ce dispositif.

A quelques jours des travaux de la commission Pochard, cette mesure témoigne du peu de respect manifesté par le gouvernement envers les enseignants des écoles.

Le SNUipp demande au président de la République de revenir sur cette interprétation de la loi".

Paris, le 27 septembre 2007

Retour à la page d'accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans directeurs en lutte
commenter cet article

commentaires

Luc Jaury - administratif 28/09/2007 15:55

Bonjour
 

Avez-vous compris comme moi : les 3 heures libérées le samedi matin seront mises à profit pour faire du soutien avec les 15 % d’élèves en difficulté ? C’est bien ça ?
 

Quand ?
 

Le midi ? Des enfants mangent à la cantine, d’autres non. Dans certaines écoles, impossible de raccourcir le temps de service vu le nombre de rationnaires.
 

Le soir ? La journée en France est déjà l’une des plus longues. Et dans les zones de regroupement, comment organise-t-on les ramassages scolaires ? Tout le monde attend les bénéficiaires du soutien ? Le car fait des navettes ?
 

Le mercredi matin ? Les parents vont se déplacer pour un moment de soutien ?
 


 

Dans les écoles des quartiers huppés, là où le soutien est plutôt exceptionnel, que font les collègues ? Ils se tournent les pouces ? Ils restent chez eux ? Ils organisent un centre de loisirs ? Ils vont prêter main forte aux collègues de la Zep voisine ?
 

Dans les maternelles, la maîtresse des petits fait du soutien également ? Elle range et nettoie le dortoir ?
 

Et les titulaires remplaçants, ils font quoi pour récupérer les 3 heures ? Ils viennent dans les écoles aider au soutien d’enfants qu’ils ne connaissent pas ? Qui leur prépare le travail adéquat ? Ont-il droit à des frais de déplacement ?
 

Et les psys et autres membres du RASED, ils se partagent entre les différentes écoles ?
 


 

Bref, beaucoup de questions qui appellent des réponses précises.
 

Luc
 

France Herbaut 28/09/2007 10:17

J'ai regardé Xavier Darcos hier soir sur TF1. Je l'ai trouvé brouillon, confus, pas à l'aise. Il essayait de joindre ses doigts mais à certains moments on observait un léger tremblement de ses mains. Et Poivre d'Arvor pas du tout à la hauteur ! Pas fichu de lui poser les bonnes questions pourtant évidentes sur l'utilisation des 3 heures libérées. Que feront les enseignants ? Quand ? Comment ? Et les élèves en difficulté ?  ...etc.
Je pense que X. Darcos n'était pas convaincu parce qu'il a annoncé. D'ailleurs dans sa bonne ville de Périgueux, il a instauré la semaine continue : le mercredi matin remplaçant le samedi. Je sais qu'il a déjà dit à des journalistes qu'il était là, non pas pour mettre en oeuvre ses convictions, mais pour appliquer la politique du président. Alors, oui, ça ne doit pas toujours être facile de se renier. Mais, il l'a voulu en acceptant ce poste...