Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 11:10

Première évaluation des ministres...

"Près de quatre mois ont passé depuis son accession au pouvoir et Nicolas Sarkozy est peut-être en train de se confronter à la réalité d'un pouvoir qu'il a voulu entièrement concentré entre ses mains: "Le président fait tout, et le gouvernement fait le reste", pourrait-on dire, plagiant Renaud Muselier quand il était le secrétaire d'Etat de Villepin, ministre des Affaires étrangères. L'agenda du Premier ministre n'affiche ainsi pour la semaine à venir que des activités lundi - deux rendez-vous dont un avec Oliver Stirn - et mardi, essentiellement des entretiens avec ses ministres. "Il savait ce qu'il faisait en acceptant Matignon", rappelle certains zélateurs de Sarkozy, même si François Fillon, amer, a réfuté, "en tant qu'élu", le qualificatif de collaborateur dont l'avait affublé le président lui-même...

Souvent traités de nuls, avec une mention spéciale pour MAM

Et certains, comme ce ministre de parler "d'une ambiance de merde". D'autres, parmi les conseillers, de rapporter que selon l'humeur du jour, le chef de l'Etat serait prêt à virer la moitié de son gouvernement, brandissant la menace d'un remaniement en janvier, avant les municipales, ce que les troisièmes démentent. Pourtant au passage en revue des ministres, peu sont couverts de louanges. Ceux de l'ouverture sont jugés les plus loyaux et les plus compétents. Xavier Darcos à l'Education est unanimement jugé excellent, les secrétaires d'Etat Christian Estrosi, Alain Marleix, Roger Karoutchi sont loués pour leur fidélité, Luc Chatel est fort apprécié. Quant aux autres, ils sont souvent traités de nuls, avec une mention spéciale pour Michèle Alliot-Marie que le président serait satisfait de voir partir au plus vite. Seule Rachida Dati, malgré ses démêlées de plus en plus voyantes avec les magistrats, jouit toujours de l'impunité présidentielle. "Le président en a fait un symbole, il ne peut que la protéger et la soutenir", analyse un proche. Un autre résume la situation au sommet du pouvoir: "Il n'est pas content de ses ministres, il n'est content que de lui-même." Sera-ce suffisant pour contenter les Français ?"
(Florence MURACCIOLE - Le Journal du Dimanche - 09/09/07)

Xavier Darcos est crédité d'avoir su gérer la rentrée scolaire, avec calme, franchise et loyauté...

Retour à la page d'accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

Eric Boudry 12/09/2007 18:46

Continuez comme vous le faites et Darcos sera excellentissime. A force de saper la crédibilité des principaux syndicats, on les affaiblit car on démobilise les collègues qui n'acceptent pas l'inacceptable politique mise en place par le gouvernement actuel.
Que constate-t-on sur ce site et plus encore sur celui du GDID ? on tape à tour de bras sur les syndicats. On sort quelques phrases, parfois même une seule et on s'en sert pour les accuser de tous les maux de la terre.
On a le droit de ne pas être d'accord avec toutes les orientations d'un syndicat. On peut ne pas partager toutes leurs prises de position. C'est mon cas. Certaines de leurs réactions me hérissent le poil. Mais on n'a pas le droit de les démolir comme le font certains à longueur de forum. Ceux-là ne réfléchissent pas un seul instant qu'ils mettent tout simplement la démocratie en jeu. Que veulent-ils ? la fin des syndicats enseignants ? Croient-ils que leur situation, notre situation, celle des jeunes qui entrent dans le métier va s'améliorer si le gouvernement a toute latitude pour faire ce qu'il veut ? A-t-on jamais vu un gouvernement accorder une augmentation de salaire, faire des propositions avantageuses pour les salariés sans qu'il soit nécessaire de lutter ? Et lutter comment quand il n'y aura plus de syndicats ou qu'ils seront tellement affaiblis qu'ils ne serviront plus à rien ?
Excusez-moi pour ce coup de gueule mais ces attaques continuelles m'exaspèrent.

Jean-Pierre Goin 10/09/2007 22:55

Christophe Barbier (l'Express) le confirme : Xavier Darcos est bel et bien le chouchou de Sarko.
"Darcos, pirate ou démineur
“Je suis le chouchou et j’en profite !”.Ainsi se réjouit Xavier Darcos, heureux de sa relation avec le président. Avant l’été, en annonçant 10000 suppressions de postes, le ministre de l’Education nationale a été plus vite que la musique. Certains y ont vu une « boulette », il a joué en fait un coup d’audace habile : quand le vrai chiffre (11000) est sorti, la casse a semblé limitée.C’est l’art du déminage. Mais Darcos aurait pu se fâcher avec l’Elysée, où l’on aime peu ce type d’initiatives. « Pas du tout, explique-t-il. Le président me laisse faire. Mais c’est Bercy qui était furieux. » Les Finances escomptaient sans doute "liquider" un maximum de profs, pour soulager les caisses de l'Etat et sauver quelques agents des impôts.Peut-être est-ce la bonne méthode avec Sarkozy pour se faire respecter : tout bousculer, être à la manœuvre avec un temps d’avance, faire du Sarko… Celui qui respecte les règles, les usages, l'administration, la courtoisie interministérielle, est écrabouillé. C'est donc l'ère des pirates.
Il est grand temps que nos syndicalistes se réveillent...
 

courrier_IA 10/09/2007 15:36

Notre ministre n'a pas beaucoup de mérites à être "excellent" car il n'a aucune résistance face à lui. Il peut annoncer ce qu'il veut, les seules réactions sont des "paroles verbales". Les syndicats semblent anesthésiés. Les retenues sur salaire ont eu lieu. J'en ai été victime. On allait voir ce qu'on allait voir... On n'a rien vu d'autre que le manque à gagner. Des milliers de postes ont été supprimés. La rentrée s'annonçait chaude... On se demande où est passé l'anticyclone des Açores...
Bref, ils sont tellement nuls que, lui, forcément, ne peut apparaître que brillant...