Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 23:03

Le SNUipp semble penser fortement aux prochaines élections professionnelles de 2008. Il s'agit, pour lui, de limiter la casse auprès des directeurs afin de conserver la situation majoritaire acquise en 2005. Dès à présent, ce syndicat se met en ordre de marche pour tenter de regagner la confiance perdue. L'heure est venue, semble-t-il, de multiplier les annonces et les actions. Ainsi, nous vous révélions, le 24 juin dernier, l'intention du SNUipp d'organiser des "Etats Généraux de la direction et du fonctionnement de l'école" avant la Toussaint.
 

Le SNUipp 66 déclare maintenant que "la question du statut devra être débattue"...

"LE POINT SUR LA DIRECTION

Depuis quelques mois fleurit sur le net un certain nombre de publications (GDID, blog directeur en lutte …) qui témoigne du malaise profond des directeurs d’école"
.

Intention louable si elle n'était suivie de phrases qui en atténuent fortement la portée...

"La question du statut de directeur devra alors être débattue : le blog « directeur en colère » s’appuie sur un sondage IFOP pour réclamer sa mise en place. 93% des directeurs sondés y seraient favorables ! Mais que met-on derrière le mot statut ?

Certains préconisent un statut comparable à celui de chef d’établissement dans le second degré, d’autres militent en faveur d’un statut non hiérarchique. Dans cette optique, une association de directeurs préconise la création d’un corps spécifique avec recrutement par concours ….

Pour le SNUipp, cette dissociation PE - directeurs risquerait de conduire très rapidement à un isolement de ce nouveau corps intermédiaire, que le Ministère pourrait facilement soumettre au devoir de réserve… On a déjà vu avec la création du corps des PE des régressions imposées au "nouveau" corps (retraite, logement...) et les divisions durables installées dans la profession. De plus, un réel statut définissant un corps distinct ne nous paraît pas compatible avec des relations non hiérarchisées. C'est déjà le cas avec le projet de "statut fonctionnel" de "directeur" chef d'établissement d'EPEP. Faudrait-il aller dans ce sens et soumettre l'école aux vaches sacrées du libéralisme et du management ?

Cette question du "statut" mérite cependant d’être débattue, car elle est présentée comme étant la seule réponse possible aux problèmes posés. Or pour le SNUipp, le cadre règlementaire existe déjà : la fonction est définie, avec son mode d'accession, ses missions, ses rémunérations. Pourquoi serait-il impossible de clarifier et simplifier les missions, d'augmenter de manière conséquente la bonification indiciaire (la vraie, pas les primes ou la NBI), de redéfinir les seuils et modalités de décharges par la même voie que précédemment, c’est à dire par décret ? Sauf à vouloir se couper volontairement des PE "de base", sauf à vouloir troquer avec le ministère une copieuse revalorisation salariale contre un nouveau corps avec des contraintes nouvelles, bien entendu... Un air de déjà vu....

Laisser seuls les directeurs face à leurs difficultés conduirait inéluctablement à un fonctionnement calqué sur celui du secondaire qui pose à bien d’égards de nombreux problèmes… La question ne doit pas être laissée à la seule appréciation des directeurs puisqu' il s'agit du fonctionnement et des relations au sein des écoles. Directeurs et adjoints doivent s’emparer de cette question, discuter dans les conseils de maîtres des difficultés inhérentes à la fonction de directeur trop souvent méconnues des adjoints
…"

 

La question peut être débattue, nous dit le SNUipp... Mais il n'oublie pas, avant de débattre, de nous donner la conclusion du débat. Et le SNUipp 58 enfonce le clou, histoire de convaincre les sceptiques...

"Le SNUipp considère que le protocole (signé par un syndicat minoritaire), les EPEP et un statut ne répondent absolument pas aux besoins et aux demandes des directeurs d’écoles. Il exige la reconnaissance d’une fonction qualifiante, de ses responsabilités et de ses missions particulières. Les derniers textes sur la direction datent de 1989, alors que les tâches sont devenues beaucoup plus nombreuses et complexes dans les écoles".

 

Ainsi, le SNUipp décrète que le statut ne répond pas aux besoins et aux demandes des directeurs d'école... Les résultats de la consultation IFOP - GDID ne seraient-ils pas encore parvenus dans la Nièvre ?

 

On le voit bien, le SNUipp essaie de s'avancer sur le terrain des directeurs. Prêt à discuter du statut... Voilà qui peut faire plaisir et gagner du temps et des voix... Mais pour mieux convaincre de son côté inutile et dangereux ! 

 

 

La ficelle est un peu grosse et la manoeuvre ne trompera personne...

 

Retour à la page d'accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Position des syndicats
commenter cet article

commentaires

georges 06/07/2007 16:05

@ Thierry !Pour le coup, me voici revenu de ma déconvenue ! J'avais fait une croix sur le fantôme et voilà que celui-ci montre le bout de son drap !Je l'aurais bien rencontré mais mon passage à Cassis ce sera pour le semi-marathon au départ de Marseille en septembre-octobre !Regrets éternels : il aura déjà quitté les lieux tandis que je courrai à sa poursuite...S'il reste un peu de pastis au frais, cela me réconfortera de mes efforts !Que de chimères dans ce métier de directeur d'école !

thierry fabre 06/07/2007 15:52

Avec plaisir, hypothétique Corentin...je suis dans l'annuaire et le pastis est au frais: il ne te faudra que 20 mn depuis Cassis...En plus j'ai toujours révé de rencontrer un fantôme...
A te voir donc, en chair, os et suaire; cela me changera des ectoplasmiques relations epistolaires avec les administrateurs de ce site...
Thierry

Corentin Vintaret 06/07/2007 15:41

Salut Fabre
Avec un peu de chance, tu vas peut-être croiser mon fantôme sur le port de Cassis ... Dans 5 mn, j'éteins mon ordi et je fais les valises. Cette nuit, en route pour ton coin où je passe une semaine.
Comme je connais ta tronche, je pourrai te reconnaître. Si tu sens une grosse paluche sur ton épaule, n'aie pas peur ; ça ne sera qu'un petit fantôme de 1,92 m et 102 kg... Chez moi, en Loire Atlantique, on appelle ça un beau bébé... Je te paierai même un pastis, histoire que tu gardes un bon souvenir du fantôme...
Bonnes vacances à toi.

thierry fabre 06/07/2007 11:42

Laisse tomber, Georges, tu parles à des fantômes...
Corentin n'existe pas
Thierry Fabre
 

georges 06/07/2007 06:09

@ Corentin !"Il ne faut pas en tirer la conclusion hâtive que le SNUipp est incapable d'évoluer et qu'il a déjà arrêté sa position sur le statut."Voilà un commentaire (est-ce un point de vue personnel ?) qu'on peut accueillir avec intérêt ! Que le SNUipp puisse évoluer nul n'en doute : peut-être pas toujours dans un sens "positif" pour les directeurs mais les changements à vue amorcés depuis quelques temps (EVS, par ex) montrent qu'effectivement il peut muter...Il n'a pas arrêté sa position sur le statut ? C'est justement la question que l'on peut se poser à la lecture des différents textes émanents soit des sections départementales soit "du national" : la balance penche tantôt du côté du "non" ferme et définitif, soit du côté du "on voudrait bien mais..." fort éloigné du "oui" que bon nombre de collègues directeurs voudraient bien voir advenir !Il faudra bien qu'un jour cette position s'arrête, que les arguments soient posés d'un côté ou de l'autre et que l'on sache définitivement à quoi s'en tenir...Cordialement.

Corentin Vintaret 05/07/2007 19:58

Pour compléter le commentaire de Joël Meurant, je signale que rien n'est tranché et qu'il ne faut pas en tirer la conclusion hâtive que le SNUipp est incapable d'évoluer et qu'il a déjà arrêté sa position sur le statut.

Joël Meurant 05/07/2007 18:08

C'est justement cette liberté de parole et d'expression laissée aux sections départementales qui fait la richesse d'un syndicat démocratique. Chacun peut s'exprimer, donner son avis, ce qui explique qu'on trouve des avis ou idées contradictoires. Le débat est riche des interventions nombreuses. Après échange des arguments, une discussion s'engage dans les sections et les synthèses remontent. Ensuite, la ligne retenue sera suivie par tous. C'est la démocratie. Le problème c'est qu'on ne communique pas assez pour l'expliquer aux non adhérents. On a tort car beaucoup s'imaginent que les décisions sont prises par une direction centralisée sans prendre l'avis de la base.

Laurent Gagny 05/07/2007 13:46

Je suis toujours surpris par la communication des syndicats enseignants. Ce n'est pas la première fois que des organes départementaux font des annonces alors que la direction nationale est silencieuse. Est-ce une liberté qui leur est laissée ou simplement une tactique permettant de prendre le pouls de l'opinion en lançant modestement quelques sujets. C'est curieux et ça l'est d'autant plus quand deux communiqués sont contradictoires, comme ici. N'y a-t-il pas concertation à l'interne avant de faire des déclarations ou propositions ?

LANCELOT Jean-Noël 05/07/2007 13:00

Bonjour,
ce n'est pas de pouvoir hiérarchque dont j'ai besoin. c'est d'un pouvoir d'action et de gestion "dans la légalité". et puis quand même d'un peu plus de pouvoir d'achat car si je travaille plus, comme aujourd'hui par exemple, je gagne la même chose. dîtes le à M. Sarkozi ça fait 31 ans que c'est comme ça en ce qui me concerne: je suis directeur d'écoe depuis 1976.
bonnes vacances.