Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 09:30

Réuni les 18 et 19 juin, le Conseil National du SNUipp fait connaître ses "choix ambitieux pour l'école" et annonce une série d'actions dans plusieurs domaines dont la tenue "d'Etats Généraux de la direction et du fonctionnement de l'école avant les vacances d'automne".

Nous reproduisons, ci après, quelques-unes des réflexions, revendications et actions exprimées lors de ce conseil national :

 

"Direction et fonctionnement

Le protocole ne règle en rien la question de la direction et du fonctionnement de l’école. La question du temps et de la reconnaissance des fonctions reste entière. Le ministère a fait le choix de mettre en oeuvre un accord minoritaire rejeté par la profession et a refusé d’ouvrir de vraies négociations prenant en compte les revendications exprimées majoritairement par les personnels. Le ministère a décidé de sanctionner les directeurs en blocage administratif. Le SNUipp demande que les sanctions contre les directeurs soient levées.

Il demande que la direction d’école et le fonctionnement fassent partie des discussions ministérielles sur le métier d’enseignant. Dès la rentrée, le Conseil National appelle à poursuivre l’action sur le fonctionnement et de la direction d’école. Le Conseil National appelle à poursuivre le blocage administratif. Il décide de réunir les personnels sur ces questions dès la rentrée et de débattre des suites de l’action en vue de la préparation d’Etats Généraux de la direction et du fonctionnement de l’école, dont le SNUipp décide la tenue avant les vacances d’automne. Il cherche à les inscrire dans le cadre le plus unitaire possible.

EPEP

Le SNUipp poursuit à la rentrée la campagne d’information et de mobilisation contre les EPEP qui préfigurent un statut de directeurs et un fonctionnement de l’école à l’opposé de nos demandes. Le SNUipp décide d’amplifier la campagne de pétition, en s’adressant à l’opinion publique, aux élus, ...

EVS- AVS

Après les rassemblements du 23 mai, les postes d’Emplois Vie Scolaire sont maintenus. Le SNUipp a été aux côtés des personnels pour défendre leurs droits et il interviendra en direction des ministères concernés pour pointer les problèmes dès cette rentrée et obtenir des réponses favorables concernant la prime de retour à l’emploi, un réel accompagnement réalisé par des personnels qualifiés, la mise en place de formations qualifiantes, la reconnaissance des droits, l’amélioration salariale.

En même temps le SNUipp réaffirme son refus du développement de la précarité dans les écoles et condamne la confusion volontaire qu’entretient l’administration entre EVS et AVS. Il demande la définition d’emplois statutaires avec un plan de recrutement dans les écoles pour répondre aux besoins de nouveaux métiers pour un meilleur fonctionnement de l’école et l’accompagnement des enfants handicapés scolarisés en milieu ordinaire. A la rentrée le SNUipp s’engage à défendre et organiser les EVS et AVS dans leurs revendications communes et spécifiques et, développer des mobilisations avec la FSU.

Formation des enseignants

A l’heure de l’intégration des IUFM aux universités, le CN rappelle sa demande d’un cadrage national pour répondre aux exigences d’une même formation des maîtres, ambitieuse, sur l’ensemble du territoire. Les bilans de l’organisation du stage filé au cours de l’année 2006-2007 font apparaître la nécessité de mieux prendre en compte les impératifs de formation.

Dans ce contexte, le SNUipp poursuit ses interventions sur les contenus et les conditions de mise en oeuvre de la formation initiale des enseignants.

Il réaffirme l’importance d’une formation continue de qualité et l’exigence de moyens nécessaires pour l’assurer sur le temps de travail.

Carrières

L’année même de la fin théorique du plan d’intégration des instituteurs dans le corps des PE et presque vingt ans après le passage aux 26h+1, les inégalités dans le déroulement de carrière des enseignants, leur rémunération, leurs conditions et leur temps de travail méritent un réel traitement. Le SNUipp interpellera le gouvernement à ce sujet. Il organisera dès la rentrée une campagne nationale pour peser dans le cadre des discussions ministérielles.

Base élèves

L’application de Base élèves est généralisée dans certains départements, malgré les demandes de moratoire et de bilan de l’expérimentation. Le risque de fichage et le contenu actuel de Base élèves inquiètent. Le SNUipp demande l’arrêt de son utilisation. Il appelle les écoles à ne pas entrer dans le dispositif ou à neutraliser certains champs, en particulier nationalité, absentéisme, RASED.

Il soutient les collègues contre toutes les pressions qui pourraient s’exercer.. Il demande la diffusion de logiciels qui permettent la gestion des écoles sans possibilité d’extraction extérieure du contenu des fichiers. Le SNUipp s’adresse largement aux personnels, aux autres organisations syndicales, aux élus, aux associations, et particulièrement aux organisations de parents d’élèves, pour construire une mobilisation".

 

Notons que le C.N. du SNUipp appelle à poursuivre l'action de "blocage administratif" malgré les retraits sur salaire opérés sur plus de 2 000 directeurs cette année.

Notons encore que si le C.N. du SNUipp s'intéresse au problème de la "direction et du fonctionnement de l'école", il utilise à minima le mot "directeur".

Notons enfin que le C.N. du SNUipp rappelle son opposition au "statut de directeur" (paragraphe sur les EPEP). Il oublie simplement que 93 % des directeurs se sont exprimés sur ce sujet dans la consultation IFOP / GDID pour affirmer leur volonté de voir leur fonction reconnue par un statut !

Alors... des Etats Généraux sur la direction d'école en totale opposition avec le souhait des directeurs ? Ce serait un comble !

Retour à la page d'accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Position des syndicats
commenter cet article

commentaires

Brigitte (42) 27/06/2007 21:37

Xavier et Pierre, ne craignez-vous pas d'aller un peu vite ? Est-on seulement certain que ces états généraux se tiendront ? Rien sur le site du snuipp ! Ces informations sont-elles fiables ?

george 27/06/2007 21:32

Des États Généraux pour préparer les élections professionnelles de 2 008 ? Juste une petite question en passant...Plus sérieusement, nous glosons actuellement (ce qui est bien naturel) sur une annonce, c'est-à-dire sur une idée creuse, dont nous ignorons quels en seront les participants, les modalités de mise en place, les perspectives, bref les zidées qui émergeront ou seront en débat et proposées...Encore un peu de temps à attendre...et toujours les comptes-à rebours...

Xavier Noailles 27/06/2007 19:40

Tu as raison, Pierre. Ces Etats Généraux peuvent nous servir si nous savons nous faire entendre. Mais, attention, le risque existe : que le SNUipp fasse le sourd (il sait faire) et continue son petit bonhomme de chemin comme si de rien n'était... Le soufflet retomberait très vite et il faudrait pas mal de temps avant d'en reparler.
Ce qui est également intéressant, c'est que ces Etats Généraux vont tomber en début d'année scolaire au moment où le ministre devrait redéfinir le métier d'enseignant, comme il l'a prévu. Si on "joue" bien, il y a matière à faire parler de nous.

Pierre Lombard 27/06/2007 19:31

Xavier,

Que le SNUipp soit contre une reconnaissance statutaire du directeur, je sais.
Mais, pourquoi envisage-t-il des états généraux de la direction et patati et patata?
> Nous ne faisons pas tomber la pression, difficile d'oublier les dirlos.
Le problème qui se pose pour le SNUipp, alors, est de savoir reprendre la main sans faiblir sur le statut.(stratégie syndicale face au SE)
>ils y sont arrivés un moment, autour de la gestion des sanctions pour service non fait.

Si l'option de tels états généraux serait choisie, je reste persuader que c'est plutôt une bonne nouvelle pour nous.
Pas parce que le SNUipp aurait changer d'avis, mais parce qu'il créera un évènement, une caisse de raisonnance, où nous pourrions nous faire entendre (invité ou pas, le GDiD à les outils pour).

Plusieurs l'on souligné, les mots un sens, il leur serait difficile d'être crédible si après avoir monter une "machine à repenser" il en sortirait les mêmes fariboles qui ont conduit à construire la machine...

Donc, oui, j'assume le "franc-tireur", si états généraux, on doit participer.

Xavier Noailles 27/06/2007 18:47

Merlin
"il va évoluer , nous proposera la carte du Snuipp en échange d'une section spécialisée dans la défense des intérêts des dirlos".
Effectivement, si le statut nous était accordé palgré son opposition farouche, il y fort à parier que le SNUipp essaierait de récupérer le mouvement en créant une section pour directeurs.
Mais faudra d'abord leur imposer le statut et ça, ça n'est pas gagné !

merlin 27/06/2007 17:33

Petit rappel " historique": les emplois jeunes: le Snuipp était farouchement CONTRE.....comme le dit Maxime, ensuite il a " évolué" et a démarché les EJ pour adhérer au Snuipp.
Les EVS? le Snuipp était farouchement CONTRE...avant d'évoluer et réclamer pour eux un statut ( en échange d'adhésions, normal)
Le statut des dirlos? le Snuipp est farouchement CONTRE; il faudra le gagner sans son soutien " états généraux" ou pas et alors , il va évoluer , nous proposera la carte du Snuipp en échange d'une section spécialisée dans la défense des intérêts des dirlos; mais pour l'instant , il n'y a rien à attendre d'eux même si la démarche peut paraître bizarre!

Xavier Noailles 27/06/2007 15:41

"Mais, ça viendra....peut-être !", dit Georges...
Je ne pense pas qu'on puisse attendre quoi que ce sit du SNUipp. D'ailleurs, il est très clair, il suffit de le lire :
"Le SNUipp poursuit à la rentrée la campagne d’information et de mobilisation contre les EPEP qui préfigurent un statut de directeurs et un fonctionnement de l’école à l’opposé de nos demandes."
Tout est dit de façon limpide et compréhensible par tous : le SNUipp est opposé au statut de directeur et s'opposera à sa mise en place.
Que faire ? L'accompagner dans ses gesticulations de l'automne comme nous le suggèrent quelques francs-tireurs ici même ? Alors, ce sera sans moi.
Xavier

george 27/06/2007 12:48

@ Maxime !Merci à toi, en fidèle lecteur, d'avoir apporté le rectificatif concernant la date de publication du texte cité ; c'était de ma part un oubli (tu peux ne pas me croire, bien entendu !) et non une intention malsaine...Je le reconnais donc et gentiment et humblement !Position qui a changé sur les EVS ? Exact ! Mais ne sont-ce pas les circonstances qui ont conduit à ce changement bien plus qu'une volonté interne ?Quant à ce qui est souligné en gras ci-dessus, pour l'instant rien n'a changéMais, ça viendra....peut-être !Cordialement.

Maxime Karadec 27/06/2007 11:55

Georges,
Tu reprends un texte (commentaire 48) qui date du 2 décembre 2006. De l'eau a coulé sous les ponts depuis. Les EVS ont fini par être acceptés. Comme quoi tout le monde peut évoluer, y compris les syndicats. Depuis, les retraits de salaire ont eu lieu. Bref, le dossier "direction" a changé de nature et il a fallu s'adapter aux circonstances. C'est le propre des organisations saines que de pouvoir et vouloir le faire. Reconnais-le gentiment. Merci.

george 27/06/2007 10:27

Merci Bruno pour ton lien Étonnant (enfin, si on veut !) Extrait du "menu" "Direction :"

A-t-on fini de parler direction d'école ?

Le problème de la direction d'école est-il seulement celui du directeur ? On serait tenté de le dire mais les lettres de soutien signées par les adjoints de certaines écoles et envoyées à l'IA semblent indiquer le contraire. Les difficultés en terme de temps, de considération, les manques de moyens sont les mêmes pour tout le monde. Il ne faut pas isoler les problèmes.
 La question de savoir si les syndicats doivent boycotter les groupes de travail avec le ministère (celles des 29 et 30 novembre l'ont été par le SNUipp et le SGEN) a ensuite été discutée. Même si la politique de la chaise vide peut être désagréable, ce n'est pas possible de négocier avec des gens :

qui nous mettent un couteau sur la gorge (les menaces de sanctions ont été réitérées dans quelques départements dont le nôtre),
qui ont déjà envoyé une fin de non-recevoir (à la délégation reçue après la manifestation du 22 novembre),
qui ne veulent plus parler que d'autonomie des établissements et du statut de directeur qui va avec...

Si le dialogue social existait dans ce pays, on irait mais en l'occurrence il faut d'abord établir un rapport de force....

 
   La suite vaut aussi le détour....Bientôt les États Généreux ...

p Louet 27/06/2007 10:23

@ ludovic
citation "On perçoit comme un malaise chez certains posteurs de commentaires... Forcément, le syndicat tant décrié, le bouc-émissaire, le souffre-douleur, le voilà qui reprend la main et coupe l'herbe sous le pied de ses détracteurs." commentaire 17
Vous êtes quand même magiques.. Quand on critique une position syndicale, on est "officine", "bornés", diviseurs", "antisyndicalistes primaires"..
Quand on reçoit un projet (les états généraux") positivement (même si c'est avec une certaine réserve en attendant d'avoir plus d'informations), on est "en malaise", génés, etc..
En gros que voulez vous? un battement de mains béat à chaque annonce ou action? un satisfecit permanent donné par l'ensemble de la profession ?
Les "états généraux"  .. Un peu pompeux à mon gout (cela me fait penser au Grenelle de ceci ou de cela"), mais        
SI c'est une mise en  commun des différents visions de la direction.. associations, syndiqués snuipp, autres, non syndiqués etc..
Si cela débouche sur des propositions contradictoires présentées d'une manière claire et responsable à tous les personnels, avec les positions différentes de celles du  Snui expliquées honnêtement ( Le snui est capable, si il le veut de ce genre de présentation utile.. il l'a fait pour la lecture je crois, pour les rythme scolaire en son temps etc.)
En ce cas, ce serait clean..
On verra quand ces états généraux seront présentés concrètement.. Qui est invité.. Qui débat.. comment les conclusions sont retransmises à l'ensemble des PE... et quelle sera la suite donnée  à ces états généraux..  Pour préparer... Pourquoi pas un document adressé à tous reprenant sur une page, faite par les concernés,  la vision de chaque courant de pensée sur ce thème.. du CMD décisionnaire, à la direction collégiale de Sud, au statut non hiérarchique du GDID aux tenants d'une intégration des dirlos dans le corps des personnels de direction..
C'est bien l'esprit "des Etats généraux" non?
Pour le reste.. Blocage administratif, position sur base élèves, position sur les stages PE2 filés, refus de "parler" avec le GDID..... Je critique.. regrette une position pas assez ferme sur ces points (et pas assez ouverte sur la discussion avec le GDID)   .. et je signe...
Est ce antisyndicaliste de réagir ainsi? Pour moi.. non... Mais si tu le penses alors je suis antisyndicaliste..
CHE

Corinne Danjou 27/06/2007 10:05

Curieux comportement que celui d'un syndicat qui se targue de jouer la transparence et l'écoute de la base. Si je comprends bien, seuls quelques initiés étaient au courant de cette initiative... Bel exemple de démocratie "participative" comme disait Ségolène...

Administrateur - "Directeurs en lutte" 27/06/2007 09:58

Précisions des "Directeurs en lutte" :
Dans leurs commentaires 43 et 44, Bruno et Georges confirment les infos données sur ce site : "la préparation d'Etats Généraux de la direction et du fonctionnement de l'école" décidée par le Conseil National du SNUipp.
Selon nos recoupements, le SNUipp n'avait pas envisagé de rendre publique cette décision prise par son Conseil National. Probablement se réservait-il l'occasion d'une annonce médiatique pour marquer les esprits et... la concurrence.
La révélation de cette information par les "Directeurs en lutte" a contraint le SNUipp à modifier ses plans. Depuis notre article, les téléphones des sections départementales ont beaucoup "chauffé". Peu à peu, les annonces apparaissent dans les départements (sites départementaux, mails...).
Cela confirme ce que nous savions déjà : les "Directeurs en lutte" comptent le SNUipp parmi ses fidèles lecteurs...
OlivierAdministrateur

george 27/06/2007 06:39

Mel du SNUIpp66 : Décisions du SNUipp : Le protocole ne règle en rien la question de la direction et du fonctionnement d'école de l'école. La question du temps et de la reconnaissance des fonctions reste entière. Le ministère a fait le choix de mettre en oeuvre un accord minoritaire rejeté par la profession et a refusé d'ouvrir de vraies négociations prenant en compte les revendications exprimées majoritairement par les personnels. Le ministère a décidé de sanctionner les directeurs en blocage administratif. Le SNUipp demande que les sanctions contre les directeurs soient levées. Il demande que la direction d'école et le fonctionnement fassent parties des discussions ministérielles sur le métier d'enseignant. En l’absence de perspectives nouvelles, le SNUipp appelle à poursuivre le blocage administratif. Il décide de réunir les personnels sur ces questions dès la rentrée et de débattre des suites de l'action en vue de la préparation d'Etats Généraux de la direction et du fonctionnement de l'école, dont le SNUipp décide la tenue avant les vacances d'automne. Il cherche à les inscrire dans le cadre le plus unitaire possible. Pour cela il prend immédiatement contact avec tous les syndicats du 1er degré.Remarquer les contorsions du vocabulaire et la totale similitude avec le texte cité par Bruno : 50, 66 ou autre, le "copier-coller" fonctionne bien dans toute la France et la Navarre réunies !Mais la "lanterne" est toujours en veilleuse, Bruno...

bruno 26/06/2007 23:44

http://50.snuipp.fr/spip.php?article711
"Direction et fonctionnement
Le protocole ne règle en rien la question de la direction et du fonctionnement de l’école. La question du temps et de la reconnaissance des fonctions reste entière. Le ministère a fait le choix de mettre en oeuvre un accord minoritaire rejeté par la profession et a refusé d’ouvrir de vraies négociations prenant en compte les revendications exprimées majoritairement par les personnels. Le ministère a décidé de sanctionner les directeurs en blocage administratif. Le SNUipp demande que les sanctions contre les directeurs soient levées. Il demande que la direction d’école et le fonctionnement fassent partie des discussions ministérielles sur le métier d’enseignant. Dès la rentrée, le Conseil National appelle à poursuivre l’action sur le fonctionnement et de la direction d’école. Le Conseil National appelle à poursuivre le blocage administratif. Il décide de réunir les personnels sur ces questions dès la rentrée et de débattre des suites de l’action en vue de la préparation d’Etats Généraux de la direction et du fonctionnement de l’école, dont le SNUipp décide la tenue avant les vacances d’automne. Il cherche à les inscrire dans le cadre le plus unitaire possible."

 
J'ai trouvé ça.. mais ça viens du SNUipp de la Manche (je n'ai rien contre les normands. Mais ça n'éclaire pas beaucoup ma lanterne.

 
Donc j'ai été voir sur le site de mon département, rien à ce sujet en page d'accueil mais il y a un lien pour la direction que je vous laisse découvrir.
http://58.snuipp.fr/
on avance?
Où puis-je trouver cette info de façon précise et objective, avant de partir en vacances?

Christophe 26/06/2007 23:08

D'accord avec Merlin pour penser que le SNUipp n'a pas changé d'avis à propos des directeurs et du Conseil des Maîtres décisionnaire. Tellement évident que ça se voit comme le nez au milieu de la figure.
Pourquoi n'emploie-t-il pas le mot "directeur" ? Pourquoi ajoute-t-il l'expression "et fonctionnement de l'école" au mot "direction" ?
Il veut nous montrer qu'il prend en mains le dossier "direction", qu'il nous défend (à l'inverse du SE), qu'il nous comprend et veut nous aider... Il n'oublie pas que les prochaines élections professionnelles apparaissent à l'horizon...
Il fait comme avec les EVS : il en dénonce le principe et se pose ensuite en meilleur défenseur de leur cause.
Le SNUipp : roi de l'esbrouffe !!!

merlin 26/06/2007 22:45

Tempête dans un verre d' eau; le Snuipp garde visiblement sa ligne qui est celle d'une direction au service du CDM... qui lui est décisionnaire. Si cette ligne avait changé, le Snuipp aurait titré " Etats Généraux sur le métier de directeur. La direction désigne une charge pas un individu et le fonctionnement de l'école est on ne peut plus vague ( enseignants-parents-élus-EVS....)
Un syndicat ( à ma connaissance) défend l'idée d'un statut  ( hiérarchique je crois) pour les directeurs , c'est le SNE, une association a publié son projet de SNH, c'est le GDID et c'est tout.
Les directeurs qui souhaitent de meilleures conditions de travail, une reconnaissance statutaire et indemnitaire n'ont donc rien à attendre du Snuipp qui travaille sur d'autres bases. A chacun son combat, le GDID pourrait apporter sa conception du SNH à cette réunion à titre d'info-débat mais je ne vois pas de plage de " négociations" possible actuellement.

thierry fabre 26/06/2007 22:36

A Olivier...
que vous mainteniez, confirmiez, persistiez et signiez ne change pas grand chose au fait que cette info n'est à ma connaissance en rien officielle et ne se trouverait sur aucun des sites du SNUipp.
Ce qui ne signifie pas pour autant qu'elle soit fausse, mais qu'elle gagnerait certainement à être précisée, ne serait-ce qu'en indiquant les sources dont elle provient...
A Maxime
tu repars en sens inverse, en mettant de l'ego dans ce qui ne relève que de rapports entre structures, l'une syndicale, l'autre associative. Il n'est pas question ici d'arrogance ou d'humilité, d'imposer quoi que ce soit à l'autre, ou de proposer des services. Je signalais simplement que tout syndicat voulant aborder le problème de la direction d'école avait le choix de le faire avec ou sans le GDID.
De ce choix découle sa volonté soit de débattre réellement, soit de monter un pipeau de plus. Pas d'autre intervention à craindre de ma part sur ce sujet... Non que cela ne m'intéresse pas, mais je trouve un peu génant de discuter sur la base d'infos non vérifiées...
A Olivier (message perso, faute d'autre média): si tu pouvais signaler à Florence que cela fait deux semaines que l'on attend réponse à notre mail...
Thierry Fabre
 

Administrateur "directeurs en lutte" 26/06/2007 22:01

"Pour l'instant il y a une info (pas reprise d'ailleurs) sur DeL comme quoi le SNUipp prépare des États Généraux". (Pierre)
"ne serait-on pas en plein délire, à s'interroger sur une initiative encore à prouver ? A ma connaissance, le SNUipp n'a rien annoncé à ce sujet". (Thierry)
Les "directeurs en lutte" maintiennent et confirment l'information donnée dans l'article du 24 juin intitulé "SNUipp : Etats Généraux de la direction et du fonctionnement de l'école".
OlivierAdministrateur

Maxime Karadec 26/06/2007 21:46

@ Robert
Tout ce que tu viens d'écrire, je pourrais le faire mien si tu n'y mettais pas la condition de travailler avec le GDID.
Tu ne peux pas imposer à une organisation forte de plusieurs dizaines de milliers d'adhérents, syndicat majoritaire et reconnue comme telle de travailler avec une association, certes intéressante, mais qui en reste encore à l'état de groupement naissant (sans vouloir offenser qui que ce soit).
Je pense que c'est plutôt au GDID de proposer ses services en toute humilité. Alors, s'il ne se montre pas arrogant, il sera écouté et invité.

Robert 26/06/2007 21:09

@ Maxime,Je propose que deux  signes soient envoyés du Snuipp, puisque celui-ci s'engage à demander au gouvernement de vraies négociations prenant en compte les revendications des personnels exprimées dans les consultations  :1_ Qu'il prenne en compte les revendications du personnel de "direction" exprimées lors de la consultation IFOP ! Que le Snuipp, utilise à nouveau le terme de "Directeur " car à la tête de "Direction"  pour le moment il y a des directeurs ( trices).2_  Qu'il ouvre le débat sur le projet de statut exprimé par ces 93% du personnel de direction qui participe grandement au fonctionnement de l'école !Comment le Snuipp peut-il parler de fonctionnement de l'école sans utiliser le terme de "directeur ( trice )" ?Si le Snuipp veut ouvrir le dialogue qu'il propose rapidement des Etats Généraux sur la "direction" avec le GDID !

thierry fabre 26/06/2007 18:23

A Maxime
"..Il faut faire table rase des querelles du passé...." Un quasi alexandrin. C'est plus chantant en 8 syllabes "Du passé faisons table rase..."
Sans aller jusqu'à dire que "nous ne sommes rien, soyons tout", ce qui serait certainement exagéré, quelques petites remarques modérant ton enthousiasme:
- si ces Etats Généraux traitent du "fonctionnement de l'école" et non des dirlos, je ne vois pas trop en quoi cela nous concernerait. On retomberait sur la bonne vieille démarche consistant à englober dans des discours transcendants des questions auxquelles on ne veut surtout pas porter réponse.
- ne serait-on pas en plein délire, à s'interroger sur une initiative encore à prouver ? A ma connaissance, le SNUipp n'a rien annoncé à ce sujet. La moindre des choses serait d'attendre qu'il le fasse, s'il le fait. A ce moment-là, il sera bien temps de gloser sur cette idée et d'en débattre...
- Quand à l'idée selon laquelle un individu, quel qu'il soit, pourrait faire "pencher la balance", "influer" sur les choix de milliers de collègues, c'est me faire beaucoup d'honneur, très immérité, mais c'est aussi développer une curieuse conception de ce qu'est le monde associatif, et c'est enfin, et surtout, prendre des milliers de collègues pour des billes, incapables de penser tous seuls... Pourtant, il n'est pas de sauveur suprême, ni Dieu, ni César, ni tribun...
Rendez-vous donc à l'annonce officielle de ces Etats Généraux, on verra bien à ce moment là si c'est de l'info ou de l'intox, du toc ou du sérieux...
Thierry fabre

thierry fabre 26/06/2007 17:26

A Ludo, et à celle ou celui qui se cache derrrière ce faux nom, pour avancer de biens petites attaques....
Si la présence de marseillais te file des crises d'urticaire, qu'à cela ne tienne: nous pouvons t'envoyer des dirlos lyonnais, brestois, savoyards, basques ou catalans, picards ou normands.
Car au jeu des provocations infantiles, tu masques mal ton envie de ne pas voir répondre à la question essentielle: à ces Etats Généraux (encore à prouver, rien ne semble officiel), qui participera ?
Des dirlos ou des militants zélés, endurcis et imperméables à tout échange ? Des collègues ou des types comme toi ?
Thierry Fabre
 
 

Pierrot Lombard 26/06/2007 16:51

Qui a parlé de mettre quelqu'un à genoux?
C'est toi qui es idiot, Ludo...

Pour l'instant il y a une info (pas reprise d'ailleurs) sur DeL comme quoi le SNUipp prépare des États Généraux.
Puis des commentaires, optimistes, pessimistes, provocateurs émerveillés... mais qui vont, avec plus ou moins de réserve, dans le même sens: ENSEMBLE.

Pour certains, ce serait en faisant taire la liberté de ton du GDiD, sans qu'aucune garantie lui soit accordée (nous mettre à genoux Ludo?)

pour d'autres, ce 'ensemble' est souhaitable, envisageable, si on change de logiciel (c'est à la mode-m? ).

Quand même, si on met du sens derrière les mots, faire des "États Généraux" suppose une remise à plat des schémas existants au sein du SNUipp et l'exploration d'autres pistes afin de voir émerger une proposition nouvelle plus adaptée aux réalités du terrain. Sinon à quoi bon?
Et si on cherche réellement à envisager d'autres solutions, si la volonté à sortir d'une impasse n'est pas feinte, comment se passer des marseillais.... Même si les positions du GDiD ne sont pas toutes reprises, comment les ignorer?

Maxime est loin d'être fou, il sait laisser les portes entrouvertes...

Ludovic Garchin 26/06/2007 15:26

@ timide
Bien vu. Tu as bien raison, on s'en fout, contrefout des élucubrations de Maxime. Je suis d'accord avec toi, on ne va quand même pas se mettre à genoux pour que le Marseillais daigne participer aux Etats Généraux. Il est fou, Maximou !

timide 26/06/2007 15:04

Maximou, mou mou mou? Ce n'est pas le plus intelligent qui cède mais le plus faible. Et ce changement de ton montre bien que tu as compris.

Pierrot Lombard 26/06/2007 14:44

@ Maxime
"Le plus intelligent, c'est celui qui cède", sur la question du mal être des directrices et des directeurs d'école, tu voudrais donc que l'on fasse confiance au moins intelligent?

ça commence bien...

En qualité de responsable influent du GDID, Thierry Fabre, doit être invité à participer à ces États Généraux.

Maxime Karadec 26/06/2007 13:49

@ Thierry Fabre
J'ai bien reçu ton message et je comprends tes interrogations. Cependant, le temps n'est plus aux hésitations. Il faut faire table rase des querelles du passé.
"Le plus intelligent, c'est celui qui cède", dit-on. Alors faisons en sorte de ne pas faire capoter ces Etats Généraux. L'enjeu est important. Il y va du fonctionnement de l'école. A nous tous de montrer ce que l'on veut et de le dire ensemble d'une même voix bien audible.
En qualité de responsable influent du GDID, tu peux (tu dois) faire pencher la balance du côté des collègues qui vont se réunir et s'interroger sur le métier avant de décider d'actions décisives.
Le même appel s'adresse à tous les déçus du protocole. TOUS ENSEMBLE, ce doit être notre nouveau mot d'ordre. Sans arrière-pensée et sans état d'âme.
A bientôt.Maxime
 

THIERRY FABRE 26/06/2007 11:30

A Maxime...

Le SNUipp propose tout à la fois une initiative et une action.

Côté action, la réactivation d'une grève administrative déjà moribonde avant les sanctions financières me parait être une bien mauvaise idée.

Au rayon proposition, la tenue de ces Etats Généraux...
Je ne vais pas comme toi m'en réjouir, j'ai trop l'habitude de voir les montagnes accoucher de souris bien malingres. Cependant, cette idée peut être effectivement intéressante, pour peu qu'elle soit organisée de façon libre et ouverte, sans tabous ni préalables.

C'est en ce sens que je te renvoie à mon commentaire précédent:

- si le SNUipp veut réitérer avec ces états généraux, son opération bidon des "1000 délégués à Paris", nous n'en serons pas... Le GDID n'est pas à vendre et ne sert de force d'appoint à aucun syndicat. S'il s'agit de réunir seulement des "dirlos" estampillés SNUipp, de remplir la salle avec des militants zélés n'ayant jamais exercé la direction d'école, le tout pour déboucher sur un consensus de circonstance valorisant les positions antérieures du SNU, cela s'appelerait de la récup, de la propa, et du bidon.

- si le SNuipp décide effectivement d'ouvrir le débat, de mettre sur la table toutes les idées, de confronter ses propositions aux notres, là, nous serions partants et appelerions nos membres et sympathisants à y participer nombreux.

Au SNUipp d'éclaircir donc la donne, de préciser ses propositions (hier encore, sur son site national, rien ne parlait de cette initiative...) et de prouver sa volonté d'ouverture. A ce titre, la meilleure preuve en serait que le principal syndicat enseignant associe à la préparation de ces états généraux la principale association de dirlos...

C'est à ce moment là, et sur cette preuve, que je me réjouirais alors... Pour l'instant, je constate, sans la moindre acrimonie, que les 7 derniers courriers envoyés au SNUipp par le GDID sont restés sans la moindre réponse. Je constate aussi que notre demande de pouvoir assister au congrès du SNUipp de Nevers a été refusée, au nom d'un principe selon lequel les associations n'étaient jamais invitées. Or, on a pu constater que l'AFPS (asso des psys scol) a bel et bien été invitée.
Il semble donc que pour le SNUipp, il y ait bonnes et mauvaises associations. Ceci dit, rien n'interdit d'espérer qu'ils changent sur cette question...

A ce titre, j'y participerai avec plaisir, moi, à ces Etats Généraux: face au clergé et à la noblesse, on pourrait y représenter le Tiers Etat des pov' dirlos que nous sommes...
" Les dirlos ne sont rien ! Que demandent-ils ? A devenir quelque chose"
Syesés-Thierry-Fabre

Pierrot Lombard 26/06/2007 11:24

Gaëlle (25), je l'ai dit plus haut, c'est à chacun de faire son chemin...
Se questionner est un bon début. Dans cette démarche, celui qui chercherait à "manipuler" serait vite démasqué.

Et tu n'as pas à faire un choix entre un syndicat et une association. Les 2 ne sont pas incompatibles, au contraire.
Le GDiD propose des pistes qui devraient être exploitées par les Institutionnels (syndicats, MEN).

C'est ce qui se fait partout: des clubs gravitent autour de chaque parti politique, moult associations sont à l'origine de mouvements relayés par des syndicats. (Qu’est-ce qui empêche d’être membre du SNUipp et avoir une approche différente du problème spécifique aux dirlos ?)

Je crois que des « Etats généraux de la direction et du fonctionnement des écoles » est plutôt une bonne nouvelle. (surtout parce qu’aujourd’hui, nous avons les moyens de nous faire entendre)
Comme Maxime, on a là, peut-être, une 2° chance.
Oui, on sera plus fort ensemble, et, malgré nos saines critiques, ne doute pas de notre volonté à nous retrouver.

Mais, ( encore un...) pour cela il y a un préalable:
Sur quelles bases construire ce rassemblement?
C'est la réponse à cette question essentielle qui est déterminante.

L'unité ne peut se faire qu'autour d'un projet, pas sur des incantations. Ce projet sera d'autant plus fort, plus mobilisateur, enthousiasmant, s'il est construit avec l'ensemble des dirlos.

2 manières de rechercher cette unité :
-un appel à chacun, individuellement pour se retrouver derrière le SNUipp. (sans assurance sur l’issue… Voir protocole)
-un appel aux structures à travailler ensemble afin de construire les nouvelles bases des revendications à venir

Le ballon est dans le camp du SNuipp...


PS : Un premier pas serait de faire apparaître le mot DIRECTEUR.
Je m’inquiète du titre de ces « États Généraux ».
D’un côté nous avons un personnel particulier en crise :
-vacance de postes, revendications très catégorielles (temps, oseille, reconnaissance), des actions très ciblées (grèves – blocage administratif), des sanctions pour « faisant-fonction » (service non fait)

De l’autre côté un intitulé qui occulte ce personnel…

Maxime Karadec 26/06/2007 09:30

Réponse à Thierry Fabre - commentaire n° 12
"Pour ce qui est des Etats généraux de la direction d'école, pourquoi pas ?Il semble cependant qu'il s'agit là d'une initiative bien tardive"
Je poursuis l'appel lancé par Frédéric (commentaire 26) et je m'adresse au responsable du GDID.
C'est peut-être une initiative tardive, j'en conviens. Mais elle existe et elle est d'importance. Faisons fi des susceptibilités d'égo et sachons nous rassembler pour apporter une réponse unique et proposer de vraies solutions à notre problème.
Si je m'adresse à toi, c'est parce que tu as une responsabilité énorme : convaincre les collègues directeurs qui sont dans ton association de ne plus essayer de jouer "perso" (excuse-moi pour cette expression triviale), mais d'oublier leurs ressentiments à l'égard des syndicats et de faire un front uni pour nous montrer plus forts. On n'y arrivera que tous ensemble. Souvent, les membres du GDID se plaignent de ne trouver aucune réponse dans les propos du SNUipp et du SE-Unsa. Ils regrettent le manque d'actions pour les directeurs. Alors, maintenant que nous savons qu'il y en a une en préparation, ne boudons pas notre plaisir. Nous devons tous nous réjouir de la tenue de ces Etats Généraux en octobre.
Je te remercie.CordialementMaxime

Frédéric 26/06/2007 09:07

C'est une très bonne nouvelle que nous apprenons ce matin : des "Etats généraux" de la direction d'école sont programmés. Je n'ai qu'un petit regret, celui de l'apprendre sur un site externe. Mais là n'est pas l'essentiel.
Je crois que nous ne devons pas rater cette chance, seconde chance devrai-je dire, pour obtenir de vraies avancées cette fois.
Je lance un appel à tous les collègues directeurs qui veulent vraiment voir les choses changer et s'améliorer, je les invite à appuyer les revendications du SNUipp qu'ils soient ou non syndiqués, peu importe. J'appelle les collègues du SE, déçus par la signature du protocole, à nous rejoindre également. J'appelle les collègues tentés par le GDID à faire de même.
Plus nous serons nombreux, plus nous pourrons nous faire entendre. Le temps n'est plus à la division stérile mais au rassemblement constructif pour une grande réforme de la direction d'école qui aura des effets positifs sur l'ensemble du fonctionnement de l'école.

Gaëlle Lemaire 25/06/2007 23:38

Comment s'y retrouver entre ceux qui veulent nous convaincre que le SNUipp va enfin s'occuper de nous avec les fameux Etats Généraux cités plus haut et ceux qui nous répètent que le même SNUipp n'a qu'une idée en tête : institutionnaliser le conseil des maîtres décisionnaire !!!
J'avoue que j'en perds mon latin (très lointain en l'occurrence). J'ai beau lire les articles du SNUipp, ceux du GDID et ceux de "directeurs en lutte", j'ai du mal à faire une opinion précise. Qui manipule qui ?

merlin 25/06/2007 23:07

Ludovic: serai-je meilleur lecteur des articles du Snuipp que toi, ou tout simplement plus sincère dans mes analyses?
Je citais il y a peu un mail du Snuipp de mon département demandant de " biffer la mention signature du  d irecteur pour la remplacer par le Conseil des Maîtres" , le mot directeur semble avoir disparu au Snuipp pour être remplacé par les termes récurents de "la direction , l'équipe, le CDM" et les grands négociateurs pro que sont les élus du Snuipp prêtent certainement beaucoup d'attention au choix de leur vocabulaire!
Conclusion: pourquoi ne pas afficher clairement la couleur? pourquoi avancer masqué ? Le CDMD qui n'a rien d'un phantasme ne serait-il pas si populaire que cela qu'il faille le cacher comme une maladie honteuse?

Ludovic Garchin 25/06/2007 22:45

@ Pierre
"On se fait avoir depuis trop longtemps... ".
D'accord, Pierre, tu peux le dire en pensant au SE mais je t'en prie, ne mets pas tous les syndicats dans le même sac !
"Aujourd’hui, nous avons les outils pour se faire entendre... Pas de risque d'être pris au dépourvu".
Tu te trompes, Pierre. Les outils pour nous faire entendre, c'est la force qu représente le syndicat. Une association ne peut rien. Il faut être structuré, avoir des milliers, des dizaines de milliers d'adhérents, un savoir-faire né de l'expérience de la lutte, une habitude de la négociation... Il faut être reconnu pour être écouté et avoir quelque chance de se faire entendre. Ce n'est pas aussi simple que tu le crois. Il faut aussi des relais dans l'opinion. Bref, une association ne s'improvise pas organisation syndicale. Et si le GDID a des moyens, qu'il nous accompagne dans ce grand mouvement qui va naître à l'automne. Tous les collègues doivent se sentir concernés et surtout, surtout, doivent se serrer les coudes et se battre ensemble. C'est capital.
 

Pierre Lombard 25/06/2007 21:42

Les arguments qui marchent ou ne marchent pas on verra... En tous les cas, tu es très mal placé pour les désigner.

Je comprends l'optimisme de Louis, même si je ne le partage pas tout à fait, et les interrogations 'Angelina, même si, personnellement j'y ai déjà apporté quelques réponses.

Mais c'est à chacun de suivre son chemin... Je suis peut-être comme le chat trop de fois mouillé... Mais, incorrigible, je demande à voir.

Je crois les doutes raisonnables. Sans jouer les fines bouches, nous serions(conditionnel, je n'ai trouvé cette info nulle part) dans une phase préparatoire, c'est donc bien le moment où les opinions doivent circuler, ou la base doit s'exprimer, où des idées doivent se dégager pour émerger.
Nous y jouerons notre partition.

Mais je reviens sur ce que dit Louis: Les mots ont un sens.
Oui! Alors mollo Ludovic.

La tenue "d'Etats Généraux de la direction et du fonctionnement de l'école " ce n'est pas (pas du tout) "un grand débat national autour du métier de directeur."
Quant à:"Ce sera mieux qu'un sondage puisque tout le monde sera partie prenante" (phrase totalement creuse, sauf à y ajouter "nananananaire")
Pourquoi: mieux? ce sera autre chose (sans doute rendu possible grace au sondage).
Qui serait ce "tout le monde"?
Les enseignants + les Parents + les élus?
Parce que là je serais pour, puisque l'école appartient aux citoyens.


En conclusion, même avec méfiance, je suis prêt à discuter, à proposer, à m'engager. Cela même si toutes mes revendications ne seraient pas prises en compte....
MAIS (oui, mais!) cette fois j'attends du précis et du concret. Plus de mumuse avec les mots, plus de mumuse avec les dirlos.


Optimistes, pessimistes, pragmatiques, idéologues… Cette promesse nous interpelle.
Va pas falloir se louper.
On se fait avoir depuis trop longtemps... Aujourd’hui, nous avons les outils pour se faire entendre... Pas de risque d'être pris au dépourvu.



Maldini 25/06/2007 21:35

Le scoop de la soirée à en croire Ludovic : le CDMD dont on nous rabat les oreilles à longueur de réunion syndicale est mort né! Le métier de DIRECTEUR est en route et le statut qui va avec... Que vive le SNUIPP!!!

Ludovic Garchin 25/06/2007 20:56

Mais je ne vois nulle part une quelconque allusion au "CDMD" comme dit Merlin. C'est un fantasme, ma parole. Vous cherchez à tromper les collègues ou tout simplement à vous faire peur ? Vous en parlez beaucoup plus que ne le fait le syndicat. Arrêtez un peu ! C'est un argument qui ne marche plus.

merlin 25/06/2007 20:50

J'ai peut-être mal lu mais je n'ai vu aucune allusion au métier de directeur: on parle de LA direction et du fonctionnement de l'école. Les moyens susceptibles d'être demandés seront destinés à répondre à la surcharge de travail que le CDMD, défendu par le même syndicat, occasionnera à celui ( ou celle) qui n'aura de dirlo que le nom ( et encore...) Rien donc qui permette d'affirmer que ce syndicat se bat pour les directeurs et je serai tenté de dire au contraire. Personnellement je suis pour l'existence d'un directeur avec statut dans l'école, le Snuipp a une autre approche , soit, mais ne mélangeons pas les deux s'il vous plait.

george 25/06/2007 20:23

" il va le faire (...)  on verra (...) Il faudra (...) on verra (...) Ce sera (...)  tout le monde sera (...)Mais alors, ce sera une véritable Révolution ! Comme celle qui te fais écrire dans un même paragraphe "métier de directeur, expression très rarement utilisée chez le "souffre-douleur", puis, car il ne faut pas trop exagérer, retour de "la fonction"...Mais, bon, on verra...C'est dur d'attendre l'avenir !

Ludovic Garchin 25/06/2007 19:40

On perçoit comme un malaise chez certains posteurs de commentaires... Forcément, le syndicat tant décrié, le bouc-émissaire, le souffre-douleur, le voilà qui reprend la main et coupe l'herbe sous le pied de ses détracteurs.
Pensez donc, ils étaient loin d'imaginer que CE syndicat viendrait proposer un grand débat national autour du métier de directeur. Totalement inattendu. Et il va le faire sous forme d'Etats Généraux et dès les premiers mois qui suivent la rentrée. Résultat, on verra qui oeuvre le plus pour la direction d'école. Il faudra bien que chacun se détermine en fonction de ses propres visions de la fonction. Et on verra bien ce qu'en pense la profession. Ce sera mieux qu'un sondage puisque tout le monde sera partie prenante.

p Louet 25/06/2007 19:20

@ Angélina
Pas de critique à priori des actions des syndicats, dans mes propos.. Les états généraux pour la direction d'école.. ne me gênent pas.. au contraire.. pourquoi pas.. on verra ce qu'il en sort..
Comme TF , je suis pour y participer si on est invité. ( ce qui serait le mieux pour la profession puisque ce sont des états généraux) Sinon, j'y participerai avec plaisir en mon nom propre puisque je suis directeur, si les non syndiqués sont invités.
En revanche, à postériori,  Saint Exupéry disait qu'on "reconnait un homme intelligent à ce qu'il ne fait pas deux fois la même erreur"..  Je veux bien que l'on fasse de nouvelles erreurs.... mais deux fois la même, c'est beaucoup tout de même/
D'ailleurs, pour le blocage administratif, des délégations départementales sont en désaccord avec le mot d'ordre national
Pour mes autres critiques.. Elles ne sont pas antisyndicales, suimplement nées de l'observation du terrain.. Il faut être pragmatique et pas angélique.. Base élèves.. il est tard pour contrer quoique ce soit, même à la marge.. Cela me rappelle la cacophonie autour du PPMS, cette année alors que le texte applicable datait de 2/3 ans.. C'était facile pour le MEN d'expliquer qu'il fallait faire ses remarques avant.
Les stages PE2.. ce sont les "écoles lieux de formation", clairement écrit dans le rapport de la DG.. Je perds l'an prochain, 6 jours et les samedis , je "participe" à la formation et l'IA, rencontré à ce sujet, convient lui même que cette nouvelle charge ne plaide pas pour la reconnaissance du travail effectué par un directeur.. Avoue qu'il faut être très "optimiste" pour trouver la mesure valableCe que j'attendais du Congrès?
Au moins une condamnation nette et claire des stages PE2, de Base élèves, . Le snuipp n'avait pas signé le protocole.. Rien que exprimer nettement le désaccord aurait été bien
Salut CHE

Louis Hourdin 25/06/2007 14:03

Commentaire 14  -  Faute de frappe : "chier de doléances". Il fallait lire "cahier de doléances". Vous aurez rectifié de vous-même.Merci.Louis

Louis Hourdin 25/06/2007 14:00

@ Thierry Fabre
Je veux être plus optimiste que tu ne l'es toi-même. Pourquoi ?
Parce que je pense que le SNUipp sait que nous sommes dans une impasse et que les directeurs ne peuvent se satisfaire de ce que le protocole leur a apporté.
Parce que je pense que le SNUipp a mesuré la grogne des directeurs et qu'il ne veut ni ne peut les laisser dans cet état sans réagir. Ce serait manquer gravement à son statut de syndicat majoritaire.
Parce qu'il y a eu changement à la tête du pouvoir et qu'il y a danger à laisser les choses se déliter plus longtemps sous peine de voir le pouvoir trancher dans un sens qui ne soit très défavorable aux personnels considérés : les directeurs d'école.
Je veux croire, comme Angelina, à cette annonce qui se transformera en réalité, c'est certain, car un syndicat ne peut laisser espérer une action sans lui donner corps par la suite. Donc le SNUipp tiendra parole et mènera cette action. Et, je le disais, je veux y croire. Pourquoi ?
Parce qu'utiliser l’expression « Etats Généraux de la direction d’école » revient à dire connaître l’état et l’opinion des directeurs. Cela signifie aussi (si l’on se réfère à l’Histoire) doléances et chier de doléances.
 

Traduit en langage 2007, ça veut dire large consultation démocratique, assemblées générales, votes… et revendications claires et précises, moyens d’actions...

Tout cela est possible. Tout cela est à la portée d'un syndicat responsable comme le SNUipp.

Louis

 

 

georges 25/06/2007 12:10

@ Angelina !Mon commentaire ne comportait à ton égard aucune allusion ("être dans les petits papiers") mais parmi les réactions on peut distinguer :- ceux qui font totalement confiance...- ceux (comme toi) qui font confiance et espèrent ne pas être déçus...ou qui ayant été déçus veulent reprendre confiance...- les "chats échaudés qui craignent grandement l'eau froide" car le passé, n'est-ce pas ...Bien cordialement

thierry fabre 25/06/2007 11:32

Bonjour Angélina

pour revenir sur ton message, il faut distinguer deux choses dasn les propositions du SNUipp:
- sa proposition d'Etats Généraux
- son appel à reprendre la grève administrative

Pour ce qui est des Etats généraux de la direction d'école, pourquoi pas ?
Il semble cependant qu'il s'agit là d'une initiative bien tardive, après 7 longues années de mouvement des dirlos, précédé, de 1993 à 95 par une première grève administrative. S'il faut 10 ans d'action pour se décider à tenir ces états généraux, ça semble un peu longuet.
Ceci dit, le GDID trouverait sans problème cette initiative positive, si:
- elle donne réellement la parole aux collègues, et non aux militants triés sur le volet
- elle donne la parole aux seuls dirlos, et non à tous ceux qui parlent de la direction, en se gardant bien de l'exercer
- si cela crée un réel débat, et ne reflète pas une pensée unique longtemps de mise
- si le GDID, en tant que tel, et les milliers de collègues qu'il représente soit associé à cette initiative

Pluralisme, débat, échange ou replis frileux, volonté de main-mise et opération de propagande: au SNUipp de voir. Nous réagirons alors en fonction, non de ce qui n'est pour l'instant qu'une annonce, mais bien de la réalité des ces états généraux

Pour la grève administrative, par contre, c'est très clair: nous n'en serons pas...
Et il ne s'agit pas de refuser crédit à cette initiative, il se trouve en effet que nous y avons fait fort longtemps confiance...
On sort de près de 10 ans de grève administrative sans résultats, d'une déroute syndicale sur ce sujet avec les retenues sur salaire. Grève sans effet, inefficace avec Base-Elèves, très peu suivie par les collègues, autant dire que ce n'est pas cette consigne qui va soulever l'enthousiasme. On attend donc plus et mieux, et du SNUipp, et de l'ensemble des syndicats enseignants.

Thierry Fabre

Angelina Jarek 25/06/2007 11:22

Georges
Je ne suis pas dans les petits papiers du SNUipp pour t'apporter davantage de précisions. Je faisais allusion à l'article de "directeurs en lutte" dans lequel il est dit que des "Etats généraux de la direction et du fonctionnement de l'école" sont en préparation et qu'ils seront organisés dans les premiers mois de la rentrée.
"Etats Généraux"... Ce n'est pas rien, je pense. Ou alors, les mots n'ont pas de sens. Je suppose (j'espère) que le SNUipp va mettre le paquet cette fois pour débloquer la crise de la direction d'école qui n'a que trop duré. Nous en sommes tous très las.
Je ne veux pas, a priori, condamner cette initiative. Je veux lui faire confiance et j'espère ne pas être déçue. Je déplore le dénigrement systématique qui accompagne cette annonce. C'est tout ce que je voulais dire. Je ne suis plus syndiquée depuis des années. Par déception. Mais j'espère encore.

georges 25/06/2007 10:42

Bonjour Angelina !Peux-tu m'expliquer ce que sont les " propositions d'actions " (si j'en crois l'article ci-dessus) annoncées ; j'ai dû mal lire...Peux-tu m'expliquer aussi pourquoi le mot directeur est toujours banni des textes cités au profit de direction d'école, ou bien de personnels ?...et pourquoi tant de questions posées demeurent sans réponse ?Peut-être as-tu des éléments de réponse...Bien cordialement.

Angelina Jarek 25/06/2007 09:10

Il y a vraiment quelque chose qui m'échappe dans tous ces raisonnements. J'ai du mal à suivre parfois.
Je ne suis ni anti ni pro - syndicats. J'ai quand même plutôt un certain penchant pour les idées exprimées par le DGID. Mais je suis très surprise par certains commentaires.
Quand les syndicats ne font rien ou ne réagissent pas, tout le monde leur tombe sur le dos. Quand ils font des propositions d'actions comme le fait le SNUipp (si j'en crois l'article ci-dessus), idem : que des critiques. J'ai l'impression que chez certains, règne une sorte de sentiment antisyndicaliste et qu'il ne demande qu'à s'exprimer dès la première occasion.
Quand c'est mal, il faut le dire et vous le faites. Mais, quand une proposition va dans le bon sens, je crois qu'il serait honnête de le reconnaître tout autant. A dénigrer systématiquement, on en perd sa crédibilité.
Pourquoi ne pas accorder crédit à l'initiative du SNUipp ? Quitte à la dénoncer APRES si elle ne débouche sur rien de valable ?
Voilà. Tel est mon état d'esprit. Pardon à ceux que j'aurais pu froisser.
Angelina.

Daniel 25/06/2007 08:53

"Le ministère a fait le choix de mettre en oeuvre un accord minoritaire rejeté par la profession et a refusé d’ouvrir de vraies négociations prenant en compte les revendications exprimées majoritairement par les personnels."
Le SNUipp serait-il sur le point d'épouser les thèses du GDID et/ou de les reprendre à son compte ...?
Quand il évoque les "revendications exprimées majoritairement par les personnels"...
"les personnels" = les directeurs"les revendications exprimées" = consultation IFOP"majoritairement" = 93 % des directeurs réclament un statut
OUi, tout correspond...