Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 23:18

Les trois candidats arrivés en tête du premier tour avaient dit et répété leur volonté de faire de l'éducation la priorité des priorités. Mais, au terme de la campagne, quelles sont les idées force que l'on peut en retenir ? Bien difficile à dire tant le débat a été escamoté.

 

En évoquant la sectorisation, les deux principaux candidats à l’élection présidentielle ont mis le système éducatif, de l’école à l’université, au centre de la campagne électorale. Il y a cinq ans, ce thème était resté largement sous silence. 

Cependant, malgré cet intérêt très fort pour l’éducation, les forces politiques ne soutiennent plus de « grands projets pour l’école », regrette Claude Lelièvre, historien de l’éducation. A l’exception du modèle néolibéral de Nicolas Sarkozy, peut-être l’une des visions les plus cohérentes proposées aujourd’hui, les candidats rencontrent des difficultés à articuler un programme de réforme de l’école et de l’université. Une constante apparaît néanmoins chez les principaux candidats : l’Etat doit devenir le régulateur, et les établissements, dans le secondaire comme dans le supérieur, doivent obtenir les moyens et les responsabilités de leur autonomie. De l’analyse comparative émane in fine un constat assez étonnant : celui d’une convergence très forte entre les programmes, peut-être beaucoup plus importante que les divergences.

 

L'Arlésienne de la campagne

         "Au début, on y a cru : la carte scolaire, le temps de travail des enseignants, les jeunes en très grande difficulté... A droite comme à gauche, nos candidats avaient décidé de parler école sous toutes ses coutures, parfois en usant de la caricature, mais pas forcément en termes consensuels. Las. Au lieu d'un débat, ce fut un feu de paille. Et finalement, on n'a discuté de rien. Le bon vieux consensus mou qui prévaut sur l'école (et qui contraste avec les discussions passionnées qui prévalent dans les familles et entre profs) a repris le dessus. Exit les questions qui fâchent et retour aux grandes incantations sur l'école, priorité des priorités. Unique grande question des impétrants à l'Elysée : comment se concilier les bonnes grâces de l'électorat enseignant échaudé par un pouvoir d'achat à la baisse et des postes en chute libre... Ségolène Royal, avec sa vidéo sur les 35 heures, avait un gros handicap à remonter. Elle fit par conséquent les promesses les plus larges. François Bayrou, agrégé donc ami, s'est attaché à ne pas compromettre l'avenir en promettant de ne rien bousculer ou presque. Nicolas Sarkozy chamboule trop pour être audible et peut-être même crédible. Chacun dans son rôle et vive la démagogie ! Le système scolaire heureusement possède sa propre capacité d'évolution. Ses ressorts internes existent. Mais l'occasion perdue, une nouvelle fois, laisse amer. A dans cinq ans pour un nouveau débat !"

Brigitte Perucca
Le Monde de l'Education

 

Le débat sur l'éducation que chacun attendait s'est résumé à quelques déclarations de principes sur la carte scolaire et à une passe d'armes sur les moyens alloués à l'école. Aucune discussion de fond, aucun projet d'envergure, aucune vision globale de l'école du XXIème siècle. On cherchera, en vain, un grand dessein ou même le souffle de rénovation dont a besoin notre système éducatif.

Bref, une fois de plus, la montagne a accouché d'une souris...

 

Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Position des élus
commenter cet article

commentaires

Claude J. 05/05/2007 13:49

La citation du Monde de l'Education résume parfaitement la situation et explique assez bien les arguments utilisés pendant la campagne. Doit-on s'en contenter comme l'ont fait les journalistes qui n'ont pas cherché à en savoir plus sur les projets des candidats ? Tout le monde semble considérer que c'est satisfaisant. Et dans 5 ans on nous redira la même chose : l'éducation est une prioirité... Il faut placer l'éducation au centre du débat... blabla... blabla...

Clothilde Boulley 05/05/2007 09:03

Vous y croyez encore au statut des directeurs ? Entre, d'un côté des politiciens qui s'en fichent et, de l'autre, des syndicats qui n'en veulent pas... peut-on espérer quoi que ce soit ?
Seule une action d'envergure, bien médiatisée, pourrait nous rappeler au bon souvenir de tous ces gens...

Charles Kuning 05/05/2007 08:38

D'accord à 200 % avec Josiane.
Du moment que ça "tourne" et que ça ne coûte pas plus cher... Ils nous font rire avec les moyens ! Tous les ministres de l'Education, sous tous les gouvernements, ont quasiment appliqué les mêmes politiques...

Josiane 05/05/2007 08:35

Quel candidat pourrait dire que l'éducation n'est pas sa priorité ? Ils sont tous tenus de le dire. Mais, à la vérité, ça n'est pas leur préoccupation essentielle. Ils savent bien que ce n'est pas sur ce thème que se joue et se gagne une élection.

Thibault 04/05/2007 23:56

Oui, c'est vrai, on pouvait s'attendre à un vrai et grand débat. Dès le début de la campagne, les principaux candidats ont affirmé placer l'éducation au centre de leurs préoccupations... Puis, plus rien ou presque ! Comme toujours !