Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 21:34

L'histoire de Toto, en message d'accueil de "La bouteille à l'encre" du GDID, nous remet en mémoire le courrier que nous a également fait parvenir un collègue du Nord :

 

"Bonjour,

Je vous transmets, après l'avoir fait sur le forum du GDID, copie des mails échangés avec le SNUipp 59.

Mail du SNUipp FSU Nord (22/03/07 - 12 h 49) à l'ensemble des écoles du Nord sur la messagerie IA
 
"Veuillez trouver en pièce jointe le courrier envoyé par le SNUipp FSU au Ministre au sujet de la répression qui frappe les collègues chargés de direction qui poursuivent l'action de grève adminsitrative".
 
Ma réaction (22/03/07 - 13 h 28)
 
"Ce serait déjà un premier pas vers une reconnaissance effective de la fonction si XXXX utilisait le terme "directeurs" pour désigner ceux qu'il appelle "collègues chargés de direction..."
 
Réponse de XXXX du SNUipp FSU Nord (22/03/07 - 13 h 51)
 
"Décidément, il y a des collègues qui se voient Chefs d'Etablissement... Avec un avancement au "mérite"...
 
Quelle perte de valeurs dans notre école républicaine et dans notre profession ! 
 
Sarkozy a de beaux jours devant lui..."
 
 
Et ce collègue terminait ainsi son courrier :
 
"Voilà... toute la considération du Snuipp pour les directeurs d'école...
Soit, on accepte sans broncher la communication de ses dirigeants ... Soit on exprime son désaccord... mais attention ! Danger ! On est vite catalogué militant UMP !!! ...et responsable de la perte des valeurs dans notre école républicaine ! Rien que ça
!!!"
 
-----------------------
 
Destinataire lui aussi de cette missive, le GDID a choisi l'humour pour apporter une vraie réponse à ce syndicaliste. Nous ne résistons pas au plaisir de retranscrire l'histoire de Toto... (Bouteille n° 104 du 23 mars 2007)
 
 
EH DIS TOTO...

Il a grandi, Toto. Du coup, à force de redoubler, il n'a jamais quitté l'école.
Le voila à 48 berges et c'est lui le "directeur".
Sauf qu'il a appris qu'aux yeux de certains, c'était un gros mot. Pour parler le pédagogico-politico correct, il faut dire "le collègue chargé de la direction". Le mot "directeur", c'est vilain !
Ca le fait un peu marrer, Toto...
A croire que l'IEN de sa circo serait le "collègue chargé de l'inspection", que l'IA de son département serait le "collègue chargé des notes de services" et qu'enfin le ministre lui-même ne serait somme toute que le "collègue chargé des retenues de salaire"...
Maintenant, il faut reconnaître que c'est pratique: chaque fois que Toto voit un quidam tortiller du derche pour laisser tomber d'un air pincé "le collègue chargé de la direction", il sait qu'il a affaire à un collègue chargé de crétinerie. Chacun sa charge...

 

c074.gif

Notre réaction va naturellement dans le même sens que celle du GDID. La réponse du SNUipp appelle plusieurs remarques :

 

1 - elle fournit, hélas, une nouvelle preuve du décalage terrible entre les syndicats et la base (cf consultation Ifop).

 

2 - elle exprime toujours la même arrogance, la même suffisance et le même mépris et ne supporte aucune remise en question.

 

3 - elle contribue à décrédibiliser les syndicats et n'encourage pas à s'investir pour renouveler la représentation enseignante.

 

Ce syndicaliste doit savoir que les mots, comme les fleurs, ont chacun leur parfum d'idéologie. Leur utilisation et leur fréquence, en partie inconsciente, traduisent mieux qu'un long discours la pensée profonde de leurs auteurs.

 

Où a-t-il vu que la République était synonyme de refus d'avoir un directeur responsable et reconnu à la tête des écoles ?

Comment ose-t-il convoquer la République pour défendre une cause qui n'est que la sienne et celle de son syndicat, une cause très minoritaire dans la profession, de quel droit ?

D'ailleurs, ne confondrait-il pas "école républicaine" avec "école soixanthuitarde" ? Il est temps pour ce syndicaliste de faire sa révolution mentale et de faire tomber les bastilles de son idéologie rétrograde...

 

Notre syndicaliste conclut son mail par une allusion politique à l'encontre de notre collègue. Mais que vient faire Sarkozy dans cette histoire ? Ne doit-il pas faire preuve d'un peu plus de réserve quant aux opinions politiques de ceux qu'il est censé "représenter" ?

Son syndicat n'est-il pas politiquement indépendant ? Que fait-il de la lutte du syndicalisme pour s'affranchir des partis politiques ? A-t-il brûlé la Charte d'Amiens (1906) ?

 

Pour paraphraser notre syndicaliste inspiré qui écrit : "Sarkozy a de beaux jours devant lui...", nous serions tentés de lui répondre qu'avec de tels responsables syndicaux et une telle surdité face aux problèmes qui se posent, c'est l'école privée qui a de beaux jours devant elle, malheureusement...

  

 

"Elémentaire, mon cher Watson... C'est pour venir en aide à ce cher syndicaliste du SNUipp que Gilles de Robien a écrit sa circulaire sur le vocabulaire et les leçons de mots..."

 

"Meilleur que mille mots privés de sens est un seul mot raisonnable qui peut amener le calme chez celui qui l'écoute  ..." 

  

Retour 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Réactions des directeurs
commenter cet article

commentaires

Nathalie - directrice maternelle 28 29/03/2007 15:26

Oui, un drôle de zozo ce syndicaliste qui ferait mieux de réfléchir avant de donner des réponses aussi absurdes. Ne se rend-il pas compte qu'il est un fardeau pour son syndicat qu'il dessert ? Sont-ils nombreux à se comporter comme lui ? Je crains que oui... Et ils font des petits chez leurs concurrents...

Germain - 73 28/03/2007 23:13

D'accord avec commentaire n° 3. Tant qu'on n'aura pas franchi le pas de créer un syndicat qui nous soit propre, nous resterons tributaires de la bande ce ceux qu'on appelle majoritaires et qui sont des coquilles vides.

Directeur du 92 27/03/2007 13:32

Bravo pour tout ce qui se dit sur ce blog, je vous soutiens à 200%. Il faut cependant à mon sens désormais aller plus loin et créer un véritable syndicat des directeurs pour contrer la non représentation des syndicats "majoritaires"

Gigi 27/03/2007 00:36

Bravo à l'auteur de ce blog pour sa réponse à ce zozo de syndicaliste !
 

Louis Peyron 26/03/2007 23:31

Ah, j'y suis... Je comprends mieux l'histoire de Toto lue dans la bouteille...
Effectivement, les directeurs ne sont pas sauvés avec de tels "représentants"...