Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 23:27

Nous avons publié la lettre que Ségolène Royal a décidé d'envoyer aux enseignants de ce pays. De nombreuses réactions ont été enregistrées sur son site dont 3 seulement qui traitent du statut des directeurs d'école.

 

22/03/07 - Réaction de notre collègue Florence

 

De par les fonctions que vous avez exercées au sein de l'Education nationale, vous connaissez le malaise des directeurs d'école.

En mai 2006, Monsieur Gilles de Robien a signé un protocole d'accord avec un seul syndicat. De fait, il considère que la grève administrative entamée en 1999 doit cesser. Il envisage des retenues sur salaire pour "absence de service fait". Or, ce protocole nous semble totalement insuffisant et même méprisant (51 centimes d'augmentation par jour de notre indemnité de direction).

Depuis 30 ans, tous les ministres ont loué le travail des directeurs. Aucun n'a pris à sa véritable mesure l'ampleur du problème. Tous se sont alignés sur les positions de nos principaux syndicats qui refusent un statut à la profession.

A la demande du Groupement de Défense et des Intérêts des Directeurs d'école (GDID), l'Ifop a consulté l'ensemble des directeurs d'école en octobre dernier. Dans sa synthèse, l'Ifop souligne "le taux de retour exceptionnellement élevé de cette consultation : plus de 10000 réponses"

(http://www.ifop.com/europe/sondages/opinionf/consultationdirecteursecoles.asp).

Les principaux enseignements de cette consultation contredisent, sur des points essentiels, les positions et déclarations du ministre et des syndicats enseignants :

- 93 % des répondants favorables à un statut de directeur

- 76 % favorables à un statut d'établissement

- 95 % souhaitent une définition plus claire des tâches du directeur

- 80 % estiment que les Emplois Vie Scolaire ne pourront pas vraiment soulager leur charge de travail



Conscient que le problème n'est pas réglé, Monsieur Gilles de Robien a invité les partenaires sociaux à de nouvelles tables rondes. Parmi les thèmes proposés par le ministre : le statut du directeur. Hélas, nos représentants le refusent contre l'avis quasi unanime de la profession (93 %). Or, nous pensons que notre reconnaissance passe d'abord par la création d'un statut spécifique.


Nous vous saurions gré de bien vouloir nous donner votre avis sur cette question épineuse et nous informer de ce que vous envisageriez de faire pour répondre aux attentes des directrices et directeurs d'école de ce pays.

 

24/03/07  -  Brigitte56

 

Quelle belle lettre aux enseignants, mais n'est-ce pas que des mots, de jolis mots d'une sirène qui cherche à charmer ?
Où sont les mots qui montrent une réelle connaissance du statut de l'enseignant ? où parle-t-on de formation initiale, de formation continue, de salaire, d'indemnités de déplacement, de statut de directeur d'école, du statut des chefs d'établissement, de mouvement, de barème, d'inspection, d'enseignants spécialisés, de personnel ATOS... ?
Où sont les mots qui montrent une réelle connaissance des difficultés des élèves ? Le soutien gratuit est-il la seule proposition ? Cela me paraît bien réducteur et bien irréaliste ! Où parle-t-on de programme, d'horaires, de rythme scolaire, d'une prise en charge globale de l'enfant, d'effectif, de scolarisation d'enfants handicapés... et j'en passe !
Pour charmer les enseignants dans leur majorité, je pense qu'il va falloir faire preuve d'une bien meilleure connaissance de ce dossier ! Affirmer son adhésion au principe de laïcité est un bon début, mais il va falloir aller un peu plus loin !

Une enseignante qui respecte énormément l'Education Nationale et ses valeurs
.

 

 

25/03/07  -  Philippe Namor

 

 

Tout sympathisant que je suis, et en tant que directeur d'école, je trouve que votre lettre aux enseignants ne répond pas à des attentes importantes telles que :

- l'importance de la sélection et de la formation dans les IUFM (inadmissible qu'un prof stagiaire présente des "kilolitres" aux élèves...!!)
- formation toujours: les enseignants arrivent souvent démunis sur le terrain en raison d'une formation par trop théorique
- l'inégalité primaire - secondaire tant au niveau des enseignants que des directeurs et chefs d'établissement
- les profs de collège ne passent pas assez de temps avec les élèves dans leurs établissements, alors que ceux du primaire en font 27 dans leur école ; n'est-ce pas également une des raisons de la déficience des apprentissages et des comportements en collège
- le statut des directeurs d'école doit changer, évoluer pour être de véritables chefs d'établissement avec des responsabilités clairement établies. Il devient insupportable que le directeur soit infirmier, surveillant, secrétaire, CPE, sans compter les charges horaires de présence devant les élèves (ce que je revendique) alors que ses collègues du secondaire ont des personnels pour chacune de ces missions et n'ont pas de sevrvice d'enseignement
.

  

 

Soyons plus nombreux à réagir à ce courrier et faisons entendre la voix des directeurs...

 

 

 

http://www.desirsdavenir.org/debats/posting.php?260

 

 

 Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

Marc Pidal 29/03/2007 15:50

Emile,
Il n'y a pas que Françoise qui nous soit hostile.
J'ai trouvé cette réaction à la lettre de Ségo sur son site :
Message de bernard griveaux le Date à 27/03/07 16:16Dommage : votre lettre aux enseignants est trop longue. Mais persistez à dire simplement que l'éducation nationale et laïque sera votre objectif n° 1 de votre présidence. Jospin premier ministre a raté cet objectif, lui l'ancien ministre de l'Education. Ne le ratez pas. N'hésitez pas à dire que l'entreprise en général, petite ou grande, doit se rapprocher de l'Education nationale donc des enseignants à tous niveaux. De l'élementaire à la supérieure. Et pas seulement des "boîtes d'ingénieurs" et du CNRS. S'il vous plaît, rappelez aux enseignants et en particulier aux chefs des établissement de tous niveaux, là encore, que la réussite des élèves compte bien plus que leur carrière et leur sensibilité syndicale. Etendez le rappel aux Rectorats et Directions centrales des ministères, de tous les ministères. Et puis rappelez aux enseignants qu'ils seront mieux payés en reconnaissance de leur travail : ils ont un énorme besoin de cela. Je souhaite votre réussite.
Tu vois, on n'a pas que des amis...

Emile V. (79) 29/03/2007 15:36

7 % des directeurs ne veulent pas de statut. J'imagine que ça représente les syndiqués du Se-Unsa et du Snuipp-Fsu réunis. A eux tous, ils ne doivent guère dépasser les 7 %. Encore que parmi eux, on a des opposants qu'on croit sincères mais qui sont souvent les premiers à saisir les bons coups... Rappelez-vous les maîtres directeurs, le passage dans le corps des PE...
Mais on sait que Françoise en fait partie. Elle ne veut pas de statut. Elle est contente de son sort. Elle exerce un sacerdoce. Peut-être pense-t-elle qu'elle est trop bien payée, qu'elle a trop de vacances...
Imaginez un monde rempli de "Françoise", on serait encore aux conditions de travail du XIXème siècle...

Françoise Godin 26/03/2007 18:36

je ne souhaite pas un statut particulier en tant que directrice. Je ne pense pas que ce soit ce type de lutte qui importe aujourd'hui ms plutôt comment permettre un accès aux savoirs à tous les enfants, mettre en place de la discrimination positive ds les quartiers populaires, changer nos pratiques, donner plus de décharge aux directeurs etc... et non revendiquer un statut.

Brigitte Dujardin 26/03/2007 09:01

Je suis très surprise car j'ai écrit le 22 mars à l'adresse que vous nous indiquiez et qui nous mène directement à la rubrique "réactions à la lettre de Ségolène Royal".
Aurais-je été censurée parce que je ne disais pas que des choses aimables ?