Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 21:30

Le 21 février dernier, dans un article intitulé "Mais où est donc passé Gilles de Robien", nous faisions part de notre étonnement devant le silence assourdissant du ministre de l'Education nationale. A cette date, 40 députés lui avaient envoyé une question écrite relative au statut des directeurs d'école.
Nous écrivions : "Mystère au Gouvernement : Gilles de Robien est aux abonnés absents ! ... Lui, si prompt à réagir aux critiques des détracteurs de son action, pourquoi reste-t-il sans réponse aux questions posées ? Cet homme n'est pourtant pas avare de paroles..."

 

Deux jours plus tard, une collègue directrice, Marie-Claire Girondier (GDID 24), nous avait contactés pour nous fournir l'explication du silence de Gilles de Robien, après l'avoir entendu sur Europe 1 :

"Bonnes gens, soyez rassurés : Il ne s'occupe pas de nous, certes, mais Il n'est point perdu !

 
Comme Il était annoncé sur Europe 1, ce matin, à 8h 20, je L'ai attendu, le coeur battant, l'estomac déjà en déroute à l'idée de savoir que j'allais être encore et toujours une moins que rien... payée à ne quasiment rien faire et à le faire mal depuis 35 ans, voire encore plus mal depuis que je suis dirlette (sept 2003) !
Mais que nenni ! M. De Robien ne venait pas parler Education ! Mon estomac s'est peu à peu dénoué, ma bouche s'est de nouveau humidifiée, mes poings se sont décrispés, tout mon petit corps s'est détendu... je me suis soudain sentie aussi bien que massée et "embullée" chaudement dans un spa !
M. De Robien s'était attelé à une tache bien plus importante que celle consistant à s'occuper des enseignants et de leur médiocrité, des directeurs en particulier, de l'éducation en général, des pôv' élèves confiés à de si bêtasses personnes 6 heures par jour  : Il écrivait un manifeste politique ! Enfin, du solide, du réfléchi, de l'intéressant... du GRAND De Robien ! On sentait que c'était pour Cela qu'Il existait, qu'Il était fait... pas pour un ministère quelconque.
Désolée... mais comme cela ne concernait pas l'Education (hou ! la vilaine corporatiste !), mes oreilles ont fini par décider qu'elles n'écoutaient plus (quoique, même des fois où notre ministre parle éducation, elles ont aussi cette horrible tendance-là ... pour protéger mon estomac !)
Voici donc l'extrait de la présentation de son interview, pris sur le site d'Europe 1 :

vendredi 23 février 2007

G. de Robien sort "Présidentielle 2007: Manifeste pour éviter la gueule de bois" (Michel Lafon). Il dénonce une campagne d'images et de mirages. Il estime qu'un tiers de la France est coincé entre un candidat de droite bien trempé et trop peu soucieux de solidarité, un candidat UDF opposant stérile et oublié des valeurs qu'il défend et un candidat de gauche d'un autre âge.
Interview de M. Tronchot.

Maintenant, Il va pouvoir nous revenir et s'occuper de nouveau de ces taches bassement terre à terre qui l'attendent à son ministère... et pour lesquelles il a été payé, lui, même si, apparemment, il était occupé à toute autre chose.
Ou alors,ou alors... Il écrivait la nuit pour se mettre dans la peau d'un pôv' dirlo au petit matin quand il doit repartir vers son lieu de travail, après s'être endormi très très très tardivement devant ses préparations, ses corrections d'enseignant ou sur une pile de joyeusetés directoriales. Maintenant, notre ministre va enfin pouvoir lire les lettres des députés en sachant de quoi ils parlent ! Il va pouvoir aussi leur répondre...
Aïe ! Pourquoi mon estomac se rétracte-t-il brusquement ? Pourquoi ma "boule d'angoisse" refait-elle sa réapparition au creux du sternum, alors que je suis en belles et bonnes vacances ?

Marie-Claire Girondier
Enseignante et Directrice... ou Directrice et Enseignante ?"

 

Ainsi, grâce à  Marie-Claire, nous savons que notre ministre était fort occupé par son livre... Délivré de l'écriture, il a davantage de temps libre. Mais, nous lui conseillons de prendre rapidement connaissance de son courrier car celui-ci s'accumule... En effet, depuis le 21 février, ce sont 5 nouveaux parlementaires qui lui ont écrit...

 

Ce sont donc maintenant 45 députés qui s'adressent à Gilles de Robien pour attirer son attention sur la difficulté du métier de directeur d'école et la nécessité de le reconnaître par un statut.

 

Voici, par exemple, la question écrite que vient de lui adresser M. Francois GUILLAUME (Meurthe-et-Moselle) :

 

"M. François Guillaume appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le problème du statut des directeurs d'école. En effet, un nombre croissant de directeurs d'écoles maternelles et primaires évoque les difficultés qu'ils rencontrent à assumer concomitamment la préparation de leurs cours, l'enseignement proprement dit, la gestion administrative de leur école et de son personnel, les rencontres avec les parents ainsi qu'avec les élus de leur commune. Cette charge croissante de travail oblige nombre de directeurs d'école à sacrifier de leur temps personnel afin de faire face aux responsabilités qui leur incombent sans que cette implication ne soit vraiment reconnue par leur administration de tutelle. Une situation qui conduit à la vacance de milliers de postes de directeurs d'école à chaque nouvelle rentrée scolaire, au détriment du bon fonctionnement de nos écoles maternelles et primaires. C'est pourquoi il lui demande quelles mesures il compte prendre afin d'encourager les professeurs des écoles maternelles et primaires à accepter la mission de direction de leur école, en instituant par exemple un véritable statut de chef d'établissement primaire, à l'instar de celui mis en oeuvre pour les chefs d'établissements de l'enseignement secondaire".

 

Liste des 45 parlementaires ayant répondu à l'appel lancé par "les directeurs en lutte" :
(les nouveaux en bleu)

 

M. Nesme Jean-Marc  -  UMP  -  Saône-et-Loire  -  06/03/07
M. Guillaume François  -  UMP  -  Meurthe-et-Moselle  -  06/03/07
M. Emmanuelli Henri  -  PS  -  Landes  -  27/02/07 
M. Lamy François  -  PS  -  Essonne  -  27/02/07
M. Weber Gérard  -  UMP  -  Ardèche  -  27/02/07
M. Mathis Jean-Claude  -  UMP  -  Aube  -  20/02/07
Mme Lignières-Cassou Martine  -  PS  -  Pyrénées-Atlantiques  -  20/02/07
M. Hamel Gérard  -  UMP  -  Eure-et-Loir  -  20/02/07
M. Huwart François  -  PS  -  Eure-et-Loir  -  13/02/07
Mme Imbert Françoise  -  PS  -  Haute-Garonne  -  06/02/07
M. Charroppin Jean  -  UMP  -  Jura  -  06/02/07
Mme Tabarot Michèle  -  UMP  -  Alpes-Maritimes  -  06/02/07
Mme Gaillard Geneviève - PS  -  Deux-Sèvres  -  30/01/07
M. Roques Serge  -  UMP  -  Aveyron  -  23/01/07
M. Vialatte Jean-Sébastien  -  UMP  -  Var  -  16/01/07
M. Perrut Bernard  -  UMP  -  Rhône  -  26/12/06
M. Perruchot Nicolas  -  UDF  -  Loir-et-Cher  -  26/12/06
Mme Darciaux Claude  -  PS  -  Côte-d'Or  -  19/12/06 et 13/02/07
M. Masse Christophe  -  PS  -  Bouches-du-Rhône  -  19/12/06
M. Birraux Claude  -  UMP  -  Haute Savoie  -  19/12/06
M. Charroppin Jean  -  UMP - Jura  -  12/12/06
M. Thomas Jean-Claude  -  UMP - Marne  -  12/12/06
M. Roy Patrick  -  PS  -  Nord  -  12/12/06
M. Raoult Eric  -  UMP - Seine-Saint-Denis  -  12/12/06
Mme Briot Maryvonne  -  UMP - Haute-Saône  -  28/11/06
M. Mesquida Kléber  -  PS  -  Hérault  -  28/11/06
M. Lecou Robert  -  UMP - Hérault  -  21/1106
M. Vanneste Christian  -  UMP - Nord  -  21/11/06
M. Remiller Jacques  -  UMP  -  Isère  -  21/11/06
M. Glavany Jean  -  PS  -  Hautes Pyrénées  -  07/11/06
M. Abelin Jean-Pierre  -  UDF  -  Vienne  -  03/10/06
M. Bono Maxime  -  PS  -  Charente-Maritime  -  26/09/06
M. Merville Denis  -  UMP  -  Seine-Maritime  -  19/09/06
M. Boisserie Daniel  -  PS  -  Haute-Vienne  -  12/09/06
M. Schreiner Bernard  -  UMP  -  Bas-Rhin  -  22/08/06
M. Bocquet Alain  -  PC  -  Nord  -  15/08/06
M. Viollet Jean-Claude  -  PS  -  Charente  -  15/08/06
Mme Adam Patricia  -  PS  -  Finistère  -  01/08/06
M. Kucheida Jean-Pierre  -  PS  -  Pas-de-Calais  -  25/07/06
M. Vachet Léon  -  UMP  -  Bouches-du-Rhône  -  11/07/06
M. Paul Christian  -  PS  -  Nièvre  -  11/07/06
Mme Tanguy Hélène  -  UMP  -  Finistère  -  04/07/06
M. Mourrut Etienne  -  UMP  -  Gard  -  27/06/06
Mme Pons Josette  -  UMP  -  Var  -  27/06/06
M. Victoria René-Paul  -  UMP  -  Réunion  -  20/06/06

 

A noter également, la question de M. Kléber Mesquida (PS - Hérault) relative au projet de décret concernant l'expérimentation d'EPEP :

 

"M. Kléber Mesquida attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le projet de décret relatif à la mise en oeuvre expérimentale d'établissements publics d'enseignement primaire (EPEP). Les syndicats enseignants voient ce texte comme une simple approche structurelle, remettant en cause l'indépendance pédagogique des enseignants. Ils craignent une mise sous tutelle de l'école par les élus locaux qui deviendraient majoritaires dans les conseils d'administration. Aussi il lui demande quelles mesures il compte prendre pour que soit préservée l'autonomie professionnelle des enseignants et pour que ce texte réponde aux exigences des syndicats en matière d'efficacité pédagogique et de réussite des élèves".

 

Voici donc beaucoup de questions posées à Gilles de Robien. Rappelons qu'aucune n'a reçu la moindre réponse à ce jour !

 

Nous avions proposé quelques solutions pour acheminer le courrier avec l'assurance qu'il soit bien réceptionné au 110 rue de Grenelle... Notamment en confiant ces missives à un huissier qui les porterait lui-même au ministère...

Mais peut-être faudra-t-il que les parlementaires utilisent un autre moyen pour se faire entendre plus efficacement de notre ministre...

 

Continuons à écrire à nos parlementaires. Plus nous serons nombreux à le faire, plus ils seront sensibilisés à la difficulté de notre métier. Et plus nous pourrons compter sur leur soutien.

 Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Lettre au Ministre
commenter cet article

commentaires

Louise 08/03/2007 15:01

Je pensais que les ministres avaient deux mois pour répondre... Ce n'est pas une obligation qui leur est faite ?
GdR a décidé de faire le sourd jusqu'au bout. N'y aurait-il pas une entente de circonstances avec le SE-Unsa et le SNUipp ?

Dominique Davout 08/03/2007 13:55

45 députés sur 577, on a de la marge.
Espérons qu'avec le manque de chance qui nous caractérise, ces 45 députés ne vont pas être évincés de l'Assemblée aux prochaines législatives...
Tout serait à recommencer !

Emilie 08/03/2007 11:47

J'apprécie beaucoup l'humour de Marie-Claire. J'ai trouvé son texte amusant et surtout très bien écrit, ce qui le rend encore plus plaisant. Marie-Claire nouvelle éditorialiste de "directeurs en lutte" ?

Anne 07/03/2007 23:16

Vous avez de la chance. Moi j'ai écrit 2 fois à mon député. La première fois c'était la lettre des "directeurs en lutte". La deuxième fois, c'était la copie de la lettre au ministre de la collègue sanctionnée. Rien en retour et rien sur la liste publiée.
Il exagère !
Mais comme je suis têtue, obstinée et casse-pieds... je lui écrirai de nouveau dès demain matin. Je jui enverrai la liste de ses collègues, ceux qui ont l'amabilité d'interpeller le ministre. On verra bien s'il réagit...
Anne - directrice d'une école maternelle à 5 classes.

Armelle Giuliana 07/03/2007 22:54

Idem pour moi : j'ai écrit à mon député il y a bien longtemps. Pas de réponse personnelle. Je croyais avoir été oubliée. Comme Loïc, je retrouve son nom dans la liste. Je vais lui écrire à nouveau pour l'en remercier.
Faites-le, ça ne coûte rien d'essayer. On ne peut compter que sur nous...

Loïc Jaron 07/03/2007 22:48

Il est rassurant de voir que de plus en plus de députés nous soutiennent. Vous avez raison, nous devons continuer à les solliciter. N'oublions pas que dans quelques mois, ce sont les législatives. Le moment est intéressant.
J'ai personnellement envoyé copie de votre courrier à mon député. Il ne m'a jamais répondu. Néanmoins, je le retrouve sur la liste que vous publiez. Je me dis que je n'ai pas écrit pour rien.
J'invite tous les collègues à faire de même dans leur circonscription électorale.
Chers collègues, ça prend 3 à 4 minutes. C'est peu mais ça peut rapporter gros...
Loïc