Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 21:36

J'y vais ou j'y vais pas ?

Le SNUipp ne se pose pas la question. Côté cour, le SNUipp quitte bruyamment les groupes de travail médiatisés en publiant des communiqués indignés dans lesquels il déclare ne pas pouvoir participer à des réunions avec des représentants du ministère tant que les menaces de sanction financière contre les directeurs ne seront pas levées.

Smiley tv rire.gif

Côté jardin, il demande audience au cabinet du ministre, cette fois en catimini, pour aborder les thèmes débattus dans les groupes de travail. Et le ministère, bon prince, accède aux caprices de la star.

  

Audience du 22 janvier 2007 

"Nous avons rencontré le cabinet du Ministre sur la question des directeurs d'EPEP et du statut d'emploi fonctionnel annoncé par le ministère. Voici donc les explications que nous avons recueillies et quelques éléments de discussion.

 

 

Le cabinet nous a annoncé que les groupes de travail mis en place par le ministère ont procédé à des échanges sans texte précis élaboré par le ministère.   

Nous avons fait part de notre opposition à ces mesures : ces propositions ne traitent que des écoles de plus de 13 classes, elles n'apportent aucune proposition en matière de temps et de reconnaissance pour toutes les autres, elles instituent deux catégories de direction, des postes à profil, elles ne visent pas à résoudre la situation des directions vacantes".

 

Pour le SNUipp, ce qui est vrai aujourd'hui ne l'est plus forcément demain et inversement. Ce comportement n'est que cinéma et rideau de fumée. Il contribue à décrédibiliser un peu plus ce syndicat.

   

Smiley hinhin.gif

 

Un de nos collègues du Nord nous envoie les mails reçus sur la messagerie de l'IA. Belle passe d'armes entre le SE-Unsa et le SNUipp.

Une belle passe d'armes qui s'apparente, au choix, à un vrai combat de coqs (la tradition est tenace) ou à un spectacle de cirque !

 

Acte I     -  Communiqué du SE-Unsa     -     jeudi 1er février - 17 h 30

 

"Le protocole « Direction d'école » signé par notre seule organisation syndicale a acté l'attribution d'un véritable ¼ de décharge pour les écoles de 4 classes de notre département et a permis la mise en place de l'aide administrative à présent reconnue aux directeurs(trices) par l'attribution des EVS. Une étape importante a été franchie.  

 

S'il ne constitue pas, en lui seul, la réponse définitive à nos revendications et aux problèmes liés à la direction d'école et à son fonctionnement, le protocole signé par le SE/UNSA a indéniablement bousculé l'immobilisme dans lequel le dossier était enlisé et par-là même ouvert une perspective nouvelle.  

 

Localement, nous ne pouvons que regretter la discorde entre l'Etat et le Conseil Général, qui « prive » un nombre trop important de collègues des EVS qu'ils avaient souhaités pour leur école. Le volet des décharges dites « bonifiées » pour les écoles en RAR reste à mettre en place".  

 

[...] Le SE-Unsa dénonce ensuite le projet EPEP et poursuit :

 

"Comme nous l'avons indiqué lors de la signature, le dossier n'est pas clos et nous entendons nous saisir de toutes les opportunités pour améliorer les conditions de travail des collègues.  

 

L'attrait nouveau des décharges de direction, avec un seuil  passé de 5 à 4 classes, ainsi que la mise place des EVS pour toute école qui le souhaite, nous laisse à penser que le vivier des inscriptions ou réinscriptions de ce jour permettra de soutenir les collègues soucieux de s'engager et s'investir dans la direction d'école".  

 

Enfin, l'Inspecteur d'Académie a été tout à fait attentif à notre demande de levée de sanctions à l'égard des quelques collègues n'ayant pas renvoyé des documents administratifs".

 

Cette dernière phrase n'a pas plu, mais pas plus du tout au syndicat concurrent... qui s'est empressé de le faire savoir via la messagerie de l'académie en diffusant le texte suivant...

 

Acte II     -  Réponse du SNUipp     -     vendredi 2 février - 17 h 40

 

"Ainsi donc, l'IA a été attentif à la demande du SE de levée de sanctions à l'égard des quelques collègues n'ayant pas renvoyé des documents administratifs : pourquoi ne pas parler des "quelques" collègues qui sont en grève (blocage) administratif ? Il y a des mots qui écorchent la bouche ?
Attentif = qui a bien écouté...
C'est encore heureux que l'IA "écoute" un délégué du personnel en CAPD. Le contraire serait pour le moins curieux...
Bref, le gars de l'unsa nous dit qu'il a causé, que le gars l'a écouté.
bon
bien.
et après camarade ?
"

 

 

Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Position des syndicats
commenter cet article

commentaires

thierry fabre 04/02/2007 22:00

A Fabrice
sans entrer sur le fond de ton message, une précision utile:
"Directeurs en Lutte" n'est pas un blog du GDID et les positions qui y sont exprimées n'engagent que les collègues qui s'occupent de ce site...A eux donc de te répondre, s'ils le désirent...
thierry fabre

Pascale DANCONA 03/02/2007 18:06

Je sors d'un stage de formation des directeurs du cru 2006, notre 3e depuis la prise de fonction, eh bien on est sorti en se demandant si cela valait la peine de continuer ce boulot.
On nous a annoncer de la surcharge de travail lors de la demi -journée sur les PPS, vous avez vu un PPS plus tout le partenariat que cela entraîne......Et c'est pas fini, les MDPH qui fleurissent d'un coup avant les éléctions !!! Bonjour les dossiers et les coups de fils à passer et j'en passe.....Bref on nous a bien dit qu'il valait mieux être dirlo à la campagne !

Olivier - Administrateur 03/02/2007 14:55

@ Fabrice
"Pour le SNUipp, ce qui est vrai aujourd'hui ne l'est plus forcément demain et inversement".
Comment comprendre que le SNUipp refuse de discuter dans les groupes de travail (et il a des arguments pour cela) et demande audience pour discuter des mêmes sujets ?
A-t-il changé d'avis ? regretté de n'avoir pas participé ? été désapprouvé par ses adhérents ?
Ne souhaitait-il pas se trouver en présence des autres partenaires (syndicats concurrents, "experts de terrain", administration ? Se croit-il au-dessus du "lot" ? Etait-ce indigne pour le SNUipp ?
Quelle cohérence entre ces 2 positions ? Entre temps, il ne nous semble pas que le motif de non participation ait été réduit à néant. Non, les menaces de retenue sur salaire existaient toujours lors de l'audience. D'ailleurs, elles sont maintenant en cours d'exécution puisque dans certains départements, les collègues ont été ponctionnés en janvier.
 
Aucun anti syndicalisme primaire chez nous. Simplement, comment se reconnaître dans le SNUipp qui, non seulement, ignore la volonté clairement exprimée par les directeurs, mais va à l'encontre de la volonté de l'immense majorité d'entre eux ?
Un syndicat se doit d'être au service de ceux qu'il représente. Encore faut-il le vouloir ? Encore faut-il les écouter, les entendre et savoir renoncer à une idéologie d'un autre âge.
 
 
 
 

fabrice 03/02/2007 14:28

C'est très inexistant surtout, comme discussion..... bien que  le SE en signant le protocole a fait beaucoup de mal à tous, toute critique.... devrait passer.... pour positive... quoique...
Est ce intéressant ce genre de message ? Cela prouve quoi, sur la situation des directeurs ? une lutte entre responsables syndicats d'une région.... qu'est ce qu'on en a à faire ? Que les syndicats aient des pensées politiques différentes, pardon pas politiques, mais sociales, heureusement, qu'ils défendent chacun une idée différente de l'EN (pour certains syndicats, c'est quand même assez proche) c'est normal et utile : pensez-vous qu'il y ait une pensée unique au GDID ? Et face à cette disparité de pensée, quelle demande faire ? statut : oui ! mais quel statut ? Jusqu'où ? Ce qu'on accepte, ou pas...
Rien n'est défini, on râle, contre notre situation, contre le(s) gouvernements, contre les syndicats.... et  ???

fabrice 03/02/2007 14:12

Audience du 22 janvier 2007 
"Nous avons rencontré le cabinet du Ministre sur la question des directeurs d'EPEP et du statut d'emploi fonctionnel annoncé par le ministère. Voici donc les explications que nous avons recueillies et quelques éléments de discussion.
 
 
Le cabinet nous a annoncé que les groupes de travail mis en place par le ministère ont procédé à des échanges sans texte précis élaboré par le ministère.   

Nous avons fait part de notre opposition à ces mesures : ces propositions ne traitent que des écoles de plus de 13 classes, elles n'apportent aucune proposition en matière de temps et de reconnaissance pour toutes les autres, elles instituent deux catégories de direction, des postes à profil, elles ne visent pas à résoudre la situation des directions vacantes".
 Pour le SNUipp, ce qui est vrai aujourd'hui ne l'est plus forcément demain et inversement. Ce comportement n'est que cinéma et rideau de fumée. Il contribue à décrédibiliser un peu plus ce syndicat.
"Si j'ai bien compris, le texte en caractère gras correspond aux dires du SNUipp, je ne comprends pas la conclusion du GDID : vrai aujourd'hui ? Faux demain ?..... et conclusion primairement anti syndicale....
 Si les syndicats ne sont pas une panacée ( l'histoire, le prouve) ils ont été, grâce aux syndiqués et à ceux qui ont suivis le mouvement, moteur de toutes les améliorations sociales du siècle dernier.... Toute association de défense de ses membres a droit de cité, mais n'est pas obligée de "taper du syndicat" pour raccoler, au risque de récupérer tout ceux qu'il ne faudrait surtout pas voir comme directeur... surtout avec statut...
Fabrice
 

Patrick Boussy 03/02/2007 11:04

Je rejoins Adeline. Moi non plus, ça ne me fait plus rire de lire les âneries répétées de ces pitres. Aux yeux du gouvernement, on passe pour quoi avec de tels rigolos pour nous « représenter » dans les discussions ?
Imaginez les conseillers du ministre qui voient l’équipe qui a quitté les groupes de travail venir lui demander audience pour parler des mêmes sujets ! Ils doivent être morts de rire !

 

Quant à cette guéguerre de communiqués dans le Nord… Je ne peux que faire le parallèle avec ces gamins dans les cours de récréation qui se montrent leur zizi pour savoir qui a le plus grand !

 

Je croyais avoir touché le fond avec ces syndicats… Mais non, on s’enfonce toujours un peu plus. Où s’arrêteront-ils ?
 

Adeline Latour 03/02/2007 10:27

Des clowns, oui... mais des clowns tristes !
Il arrive un temps où on se lasse de voir ce sempiternel spectacle de gens qu'on aimerait voir plus responsables car ils sont censés nous représenter, ne l'oublions pas.
Ils passent leur temps à se "marquer à la culotte", à faire des coups en douce, à s'invectiver... Pendant ce temps, on reste avec nos problèmes et le ministre a le champ libre pour sortir ses textes et nous les imposer.
Ils sont lamentables, ces gens du SNUipp et du SE. Comment leur faire confiance ?