Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 22:05

Cher Monsieur,

Vous avez récemment déclaré que l'éducation serait le premier des 6 points (les 6 "E") autour desquels s'articulerait votre programme.
De par les fonctions que vous avez exercées au sein de l'Education nationale, vous connaissez le malaise des directeurs d'école.

En mai 2006, Gilles de Robien a signé un protocole d'accord avec un seul syndicat. De fait, il considère que la grève administrative entamée en 1999 doit cesser. Or, ce protocole nous semble totalement insuffisant et même méprisant (51 centimes d'augmentation par jour de l'indemnité de direction). C'est vraiment mal reconnaître un métier dont les responsabilités et les charges administratives ne cessent de s'alourdir.

De votre passage au ministère, vous gardez la réputation d'un homme attaché au dialogue avec les partenaires sociaux. A plusieurs reprises, des parlementaires ont attiré l'attention des gouvernements, allant jusqu'à déposer des amendements pour la création d'un statut de directeur d'école. En vain. A chaque fois, les ministres ont cédé aux pressions des syndicats enseignants qui affirmaient que "les directeurs ne veulent pas d'un statut" et que passer outre leur volonté serait considéré comme un "casus belli".

Las de n'être ni entendus, ni écoutés, les directeurs se sont organisés en association : le GDID (Groupement de Défense des Intérêts des Directeurs d'école). En octobre 2006, à la demande du GDID, l'IFOP a consulté l'ensemble des directeurs d'école. Dans sa synthèse, l'Ifop souligne "le taux de retour exceptionnellement élevé de cette consultation : plus de 10 000 réponses"
(http://www.ifop.com/europe/sondages/opinionf/consultationdirecteursecoles.asp)

Les principaux enseignements de cette consultation contredisent, sur des points essentiels, les positions et déclarations du ministre et des syndicats enseignants :

 - 93 % des répondants favorables à un statut de directeur
 - 76 % favorables à un statut d'établissement
 - 95 % pour une définition plus claire des tâches du directeur

Conscient que le problème n'est pas réglé, Gilles de Robien a invité les partenaires sociaux à de nouvelles tables rondes. Parmi les thèmes proposés par le ministre : le statut de directeur. Hélas, nos syndicats continuent de le refuser contre l'avis quasi unanime de la profession (93 %) qui pense que notre reconnaissance passe d'abord par la création d'un statut spécifique.

Même si l'on est, comme vous, favorable au dialogue social, force est de constater le divorce qui s'est installé entre les principaux syndicats enseignants (SNUipp-FSU, SE-Unsa, Snudi-FO, Sgen-CFDT) et les directeurs.
Nous estimons que les prises de position des organisations syndicales ne traduisent plus la volonté des directeurs mais qu'elles sont le reflet de l'idéologie qui habite les dirigeants de ces syndicats.
Du fait de l'absence de représentativité de nos "représentants", le dialogue social a atteint ses limites. Cette attitude est inacceptable car elle est source d'immobilisme pour toute une profession. Il incombe aux politiques d'assumer leurs responsabilités pour améliorer le fonctionnement de l'école. En effet, bon an, mal an, plusieurs milliers de directions restent vacantes et sont "imposées malgré eux" à des enseignants "faisant fonction" voire à des sortants d'IUFM.

En ce début 2007, le malaise persiste. L'administration procède aux premières retenues sur salaire pour "absence de service fait" alors que les directeurs exercent la totalité de leur fonction. Il devient urgent de trouver une solution à ce problème qui n'a que trop duré.

Nous avons récemment interrogé le député que vous êtes. Nous n'avons reçu aucune réponse à ce jour. Nous nous adressons, maintenant, au candidat déclaré à l'élection présidentielle avec l'espoir d'être entendus.

Nous vous saurions gré de bien vouloir nous donner votre opinion sur cette question épineuse et nous informer de ce que vous envisagez pour répondre aux attentes des directrices et directeurs de ce pays.

Vous remerciant de votre réponse, nous vous prions de croire, cher Monsieur, en l'assurance de notre profond respect.

Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans directeurs en lutte
commenter cet article

commentaires

Alicia Nourat - Maternelle Kléber 01/02/2007 14:15

Je trouve que le moment est bien choisi pour écrire à François Bayrou. Il grimpe dans les sondages. Il sait qu’il ne doit rien négliger pour mener à bien sa campagne. En sa qualité d’ancien ministre de l’éducation nationale, il est bien placé pour connaître nos difficultés. Ce serait indécent de sa part de ne pas nous répondre.
J’ai recopié le courrier du blog. J’y ai ajouté quelques mots personnels pour décrire la situation qui est la mienne dans ma petite école maternelle.
Merci de nous tenir informés des éventuelles réponses.
Alicia Nourat
 

Jean-Christophe 01/02/2007 13:09

Je ne sais pas s'il a changé autant qu'il le dit mais je suis d'avis qu'il faut lui écrire. S'il ne répond pas, ça montrera en quelle estime il tient les directrices et les directeurs. C'est un bon test. On peut aussi s'attendre à un bon message de langue de bois...
Allez collègues, RECOPIEZ CE COURRIER ET ENVOYEZ-LE. Qui ne tente rien, n'a rien !

Justine Pamart - Ecole J. Ferry 01/02/2007 09:03

Du temps de François Brayrou au ministère, si l'on en croit Claude Allègre, les syndicats avaient "porte ouverte"... Ce qui explique qu'il n'ait rien fait durant tout ce temps. Alors est-il crédible pour trouver une solution à la direction d'école ? J'ai de grands doutes sur sa capacité et surtout sur sa volonté de heurter le monde syndical. Je lui envoie cette lettre. Je suis sceptique quant à espérer une réponse. On verra bien.

Ecole Pasteur 01/02/2007 08:49

Je me souviens de lui quand il était ministre de l'EN. Qu'a-t-il fait pour nous ? S'est-il préoccupé de nos problèmes ? Il est plutôt passé inaperçu dans son action concernant les directeurs. Il a peut-être changé... Il n'arrête pas de le dire...
Je vais quand même lui envoyer ce courrier, histoire de lui rappeler qu'on existe...

Armelle 01/02/2007 08:46

J'ai hâte de connaître les propositions de François Bayrou. Il passe son temps à critiquer les médias mais on l'entend peu décliner son programme. peut-être nous réserve-t-il de belles surprises...