Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 15:31

Cher(e) collègue Secrétaire départemental(e) du SNUipp,

 

"Sur le dossier direction d'école, la seule réponse apportée aux demandes légitimes des directeurs est la sanction : un jour de salaire en moins pour les directeurs en grève administrative qui, par ailleurs, assurent toutes leurs missions ! C'est scandaleux et inacceptable", écrivez-vous. Nous partageons, sans réserve aucune, votre indignation.

 

Néanmoins, permettez-nous de vous rappeler que le SNUipp est l'un des acteurs principaux de l'action de "blocage administratif" sans avoir pris soin d'expliquer aux collègues la différence notoire entre "grève" et "blocage" sur un plan strictement juridique. Cet "oubli" est fâcheux car il est à l'origine de situations délicates pour de nombreux directeurs.

Certaines sections départementales l'ont bien compris et ont pris des initiatives diversement appréciées. Le SNUipp 38 a rapporté à l'IA les documents que lui avaient transmis les collègues grévistes. Le SNUipp 65 et le Sgen-CFDT 65 ont proposé "avec amertume aux collègues encore en blocage d'arrêter cette action qui pourrait les mettre en difficulté individuellement sans perspective de défense juridique syndicale".

Dans le même temps, en l'absence de coordination syndicale nationale, d'autres sections appelaient les directeurs à poursuivre leur mouvement de blocage administratif.

 

Si nous vous rejoignons sans peine pour exprimer notre colère et dénoncer ces sanctions iniques, en revanche, nous sommes en total désaccord avec deux de vos affirmations largement répandues dans la presse syndicale.

La première nous semble irresponsable. C'est votre insistance à minimiser les risques. Ainsi, le SNUipp 66 écrit : "Le Ministre oserait-il sanctionner des milliers de directeurs engagés dans l'action ?" On en voit le résultat aujourd'hui.

La seconde est franchement risible. Est-il sérieux de laisser croire à une solidarité des collègues adjoints ? Que penser de la lettre-type à destination de l'IA que le SNUipp 66 met à disposition des directeurs ?

"Les directeurs d'école n'ayant pas encore rendu l'enquête 19 sont à nouveau soumis à des pressions dans un courrier adressé cette fois à la demande du Recteur. L'ensemble de l'équipe pédagogique de l'école tient à vous manifester son indignation. 

Les problèmes liés à la direction et au fonctionnement des écoles restent entiers. Ils concernent l'ensemble des enseignants des écoles. L'action de blocage est une action collective".

 

Ou encore, Jean-François Sabourin, co-secrétaire départemental 85, qui déclare le 5 décembre dernier sur les ondes de Radio France Bleu Loire Océan : "Je tiens quand même à rappeler à vos auditeurs que ce n'est pas seulement les directeurs et directrices, mais ce sont bien des centaines et des centaines de collègues [en Vendée] qui, de manière solidaire et collective, ont décidé d'appliquer une consigne syndicale...".

 

Nous sommes en complet désaccord avec votre vision "collectiviste" de l'action. En effet, les directeurs le savent bien, ils restent seuls concernés par l'action de blocage administratif. Dans leur immense majorité, les adjoints ne se sentent nullement impliqués dans ce conflit. Pourquoi et en quoi le seraient-ils ? La plupart se désintéressent totalement de la partie de bras de fer engagée avec le ministère. Faut-il les en blâmer ? Assurément non. Ce problème n'est pas le leur et ils le disent.

Qui pourrait croire, une seconde, que le Ministre va associer les collègues adjoints dans la sanction et leur infliger une retenue sur salaire même s'ils se sont déclarés solidaires de leur directeur ? Vous le savez bien, seuls les directeurs auront leur salaire amputé.

  

Cependant, nous voulons croire que le SNUipp reste une organisation syndicale responsable. Nous espérons que son soutien ne sera pas que moral et qu'il s'en suivra une véritable solidarité financière pour tous ceux qui auront perdu une journée de salaire.

C'est d'ailleurs ce que vous laissez entendre dans le numéro 293 de "Fenêtres sur Cours" du 11/11/06 : "L'autocollant lancé par le SNUipp et le Sgen est également le moyen d'organiser la solidarité financière".

C'est aussi ce qu'affirment le SNUipp 65 et le Sgen-CFDT 65 qui vont "organiser une campagne de solidarité financière pour soutenir les collègues qui feront, malgré tout, le choix de continuer le blocage et qui nous le feront savoir".

 

Il nous semblerait également normal et naturel que vous lanciez une grande campagne de "contribution financière" auprès des collègues puisque, selon vous, "l'action de blocage est une action collective" et qu'elle concerne "l'ensemble des enseignants des écoles".

 

Faute d'appeler à cette solidarité qui serait un acte fort, toutes vos affirmations précédentes ne seraient que "paroles verbales" et vous feraient prendre place au Panthéon des bonimenteurs, aux côtés de Jacques Chirac qui, le 22 février 1998, dans le journal "Le Monde" déclarait : "les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent".

Nous comptons vivement sur votre action solidaire. Les directeurs vous en sauraient gré.

 

Ecrire un message

 

Nous encourageons les collègues concernés par la retenue sur salaire à envoyer copie de ce courrier (fonction copier-coller) à la section SNUipp de leur département.

 

L'adresse mail se compose ainsi :   snu00@snuipp.fr

 

Il suffit de remplacer les 00 par le numéro du département. Ainsi, snu02@snuipp.fr pour l'Aisne (02) ou snu67@snuipp.fr pour le Bas-Rhin (67).

 

Quelques exceptions :

snuipp01@snuipp.fr   snuipp2a@snuipp.fr   snuipp2b@snuipp.fr   snuipp03@snuipp.fr   snuipp04@snuipp.fr   snuipp08@snuipp.fr   snuipp11@snuipp.fr   snuipp16@snuipp.fr   snuipp18@snuipp.fr   snuipp21@snuipp.fr   snuipp22@snuipp.fr   snuipp24@snuipp.fr   snuipp25@snuipp.fr   snuipp44@snuipp.fr  

Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Réactions des directeurs
commenter cet article

commentaires

Ecole Victor Hugo - Courbevoie 12/01/2007 09:24

Tout à fait d'accord sur le second point. Il est évident que nos collègues adjoints semblent toujours trouver que nous exagérons et que de toutes façons "nous sommes payés pour çà". "cà= notre charge de travail".Je me sens souvent incomprise.

Alexandra 12/01/2007 08:40

Un mot, un seul : EXCELLENT !!!
et, encore un autre : MERCI.

Renaud 11/01/2007 23:30

J'adhère complètement à ce que vous écrivez. Faut que tous les directeurs concernés envoient cette lettre. Dans tous les départements, on a lu les mêmes remarques du snuipp. Ils se sont comportés en irresponsables. Quel gâchis !