Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 23:00

Suite à la réunion du second groupe de travail sur le métier de la direction d'école, le ministère s'oriente nettement vers la création d'un statut d'emploi pour les directeurs. Ainsi que nous l'avons écrit dans notre précédent article, il ne s'agit nullement d'intégrer les directeurs dans un "corps de direction".

 

Le statut d'emploi est très répandu dans la fonction publique. Il permet, d'une part, de reconnaître une fonction tout en la maintenant rattachée à son corps d'origine et d'autre part, de lui affecter une grille indiciaire spécifique.

 

Il est intéressant de se poser les questions des intérêts des uns et des autres à la création de ce statut d'emploi de directeur d'école.

1) Quel intérêt pour le gouvernement ?

Le ministre a pris conscience que la signature du protocole n'a résolu en rien le problème et le malaise de la profession. Il lui faut donc aller plus loin. Pas sur le plan financier, il n'en a pas les moyens. Créer un véritable statut, nous pensons qu'il le souhaiterait. Mais il se heurte à deux écueils majeurs : l'impossible revalorisation financière et l'opposition ferme et définitive des partenaires sociaux. Il lui reste donc le statut d'emploi. Cette solution lui offre l'avantage de ne pas coûter cher et de surcroît de montrer sa volonté de mieux reconnaître la fonction de directeur.

 

2) Quel intérêt pour les syndicats ?

Après les quelques protestations d'usage, les syndicats se rangeront à la proposition du ministère. Ils seront, probablement, soulagés de s'en tirer à si bon compte : ils auront échappé à la création d'un véritable statut de directeur ! Ils pourront même négocier quelques "avancées sonnantes et trébuchantes à engranger" et ainsi apparaître comme les vrais défenseurs des directeurs. Bref, tout bénéfice pour les ardents opposants à un statut de directeur.

  

3) Quelle incidence pour les directrices et les directeurs d'école ?

Les changements seront peu ou pas perceptibles. Les directeurs continueront d'être affectés au corps des professeurs des écoles. Certes, ils ne seront plus "chargés de direction". Ils seront officiellement nommés sur un emploi de directeur. De fait, ils le sont actuellement. Le statut d'emploi permettra d'institutionnaliser la fonction. Faut-il craindre la limite de durée d'occupation de l'emploi ? En théorie, oui. En pratique, non. En effet, le décret portant statut d'emploi définit [...] le cas échéant la limite de durée d'occupation de l'emploi. Imagine-t-on sérieusement un gouvernement se priver de directeurs alors qu'il en manque déjà plusieurs milliers chaque année ? Il appartiendra aux négociateurs d'y veiller.

Une grille indiciaire spécifique sera définie lors de la création de ce statut d'emploi. Un "geste" sera fait, n'en doutons pas, ne serait-ce que pour mieux faire accepter ce statut. Attention ! ne nous faisons pas trop d'illusions quant aux largesses budgétaires à attendre... Le protocole nous a généreusement octroyé 51 centimes par jour. Presque un timbre pour une lettre ne dépassant pas 20 grammes. Une petite rallonge de quelques dizaines de centimes nous permettra, peut-être, de poster un courrier jusqu'à 50 grammes...

 

Pas de quoi se réjouir ! Les directeurs ne tireront aucun profit de ce statut d'emploi qui ne correspond ni à leurs attentes, ni à leurs demandes. Leurs conditions de travail ne s'en trouveront nullement améliorées pour autant. Les mêmes difficultés quotidiennes seront toujours présentes

Enfin, pour "défendre" leurs intérêts, ils continueront d'avoir les mêmes représentants issus des élections professionnelles communes à l'ensemble des enseignants.

 

Autant dire que ce "statut d'emploi" sera plus proche du "statu quo" que du véritable "statut" réclamé par 93 % des directeurs... 

Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans directeurs en lutte
commenter cet article

commentaires

HélÚne 03/12/2006 10:43

Ce statut intermédiaire fixera peut-être avec plus de précisions les tâches qui nous sont imparties et les missions confiées. Ce serait déjà un pas en avant. Mais je suis d'accord avec vous, ça ne suffira pas à régler le problème de la direction. Il y aura toujours autant de directions vacantes. C'est pourtant simple de savoir ce qu'on veut : il suffit de relire les résultats de la consultation Ifop. Tout y est.
Une évidence : la direction d'école n'est une priorité pour personne. Ni pour nos gouvernants, ni pour nos syndicats.
Je suis directrice en maternelle (4 classes) depuis 9 ans. Je m'interroge sur la suite de ma carrière. Il me reste 13 ans à faire. N'aurais-je pas "intérêt" à devenir "remplaçant" ?
 

Sébastien Pierret 03/12/2006 09:36

Encore un coup d'épée dans l'eau ! On nous prend vraiment pour des c..., vous ne trouvez pas ?
On nous fait espérer puis croire qu'on va s'ocuuper de nous. Et, résultat des courses : des clopinettes. Y en a marre !