Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 13:02

L'un de nos correspondants dans le Nord nous transmet le mail envoyé ce jour par le SNUipp à toutes les écoles de l'Académie de Lille. Nous le reproduisons ci-dessous.

"Direction et fonctionnement d'école. Le dossier n'est pas clos ! Le blocage administratif continue !

La mise en place du protocole sur la direction d'école est une fausse solution. Le Ministre de l'Education s'appuie sur la signature pour ouvrir de nouvelles "tables rondes" pour une nouvelle étape sur le dossier de la direction et du fonctionnement de l'école.

Depuis plus de six ans, les principales revendications portées par une forte majorité de la profession :

- une formation initiale et continue de qualité pour les collègues chargés de direction

- une reconnaissance plus importante du rôle du conseil des maîtres

- du temps supplémentaire pour toutes les écoles

- des emplois administratifs stables

- des aides matérielles

- une redéfinition et un allègement des tâches de direction

- une réelle revalorisation indiciaire.

C'est sur ces revendications que le SNUipp-FSU travaillera lors de ces tables rondes. Pour que ces revendications aboutissent, ne nous laissons pas intimider par l'autoritarisme affiché de notre ministre. Le blocage administratif continue, à l'appel du SNUipp-FSU, du SGEN-CFDT au niveau national et du SDEN-CGT au niveau départemental. Plus que jamais, bloquons l'enquête 19".

Ce texte appelle plusieurs commentaires de notre part.

Tout d'abord, une fois encore, nous constatons que le mot "directeur" est véritablement tabou au SNUipp. Pas une fois, ce mot n'est mentionné dans ce texte ! On y trouve "direction", "collègues chargés de direction" mais jamais le mot "directeur"... Mais à qui d'autre que les directeurs le SNUipp demande-t-il de bloquer l'enquête 19 ? N'est-il censé lutter pour améliorer leurs conditions de travail...

Ensuite, le texte du SNUipp fait allusion aux "revendications portées par une forte majorité de la profession"... Qui compose cette "forte majorité" ? Le SNUipp aurait-il consulté "la profession" ? Le SNUipp annonce clairement la couleur : il refuse de discuter de l'ordre du jour proposé par le ministre, notamment du statut des directeurs, dans son récent courrier envoyé aux syndicats.

Enfin, notons encore l'absence de référence à la revendication unanimement exprimée récemment par les directeurs : leur souhait d'être reconnus statutairement.

Décidément, en persistant dans ses provocations, le SNUipp se coupe de plus en plus des directeurs et leur affiche, de plus en plus ouvertement, son plus profond mépris.

Nous appelons les "responsables" du SNUipp à plus d'humilité dans leurs déclarations, à plus de respect à l'égard des collègues directrices et directeurs de ce pays.

Nous leur conseillons de lire ou relire les conclusions de la consultation Ifop commandée par le GDID. Elles fourmillent d'informations qui éviteront au SNUipp d'écrire tant de contrevérités.

Le rôle d'un syndicat est-il de se complaire dans la provocation de ceux dont il devrait défendre les intérêts ? Si tel est le cas du SNUipp, c'est qu'il est tombé bien bas !

Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Position des syndicats
commenter cet article

commentaires

Elodie 19/10/2006 11:00

Je suis directrice depuis 4 ans. Je n'imaginais pas la somme de travail que l'on nous demande. Je n'ai qu'un quart de décharge.
Je suis syndiquée mais pour la dernière année. Hélas, je crois de plus en plus que nous devons d'abord nous battre contre nos syndicats. C'est regrettable, j'en conviens mais impossible de se faire entendre réellement de l'intérieur. C'est dommage mais que faire d'autre ?
Suivant de près l'actualité syndicale, je n'ai pas la naïveté de croire que le mot "directeur" a été "oublié" dans le texte. Non ! C'est naturellement à dessein que l'expression "collègues chargés de direction" y est mentionnée.
Moi, je trouve ce site plein de fraîcheur. Il me donne envie de poursuivre mon travail de directrice car je retrouve un peu d'espoir. Je me sens moins seule.
Continuez ! 

guduk 19/10/2006 09:42

Je ne suis pas directrice d'école, mais l'ai été; Je me permets une réflexion par rapport à votre site : c'est sûrement en attaquant les syndicats qu'on arrivera à faire avancer les revendications....Sans doute qu'en étant isolé on peut se battre...A moins que vous n'ayez l'intention de les remplacer ?
Quelle merveille de mettre tout le monde dans le même sac....Pourquoi le SNUipp devrait-il s'expliquer par rapport à une accusation totalement gratuite et fausse ? Est-ce que ce n'est pas plutôt aux accusateurs de justifier leurs propos ? Quand au mot "directeur"....c'est chercher des poux à un texte qui n'est sûrement pas parfait...On attend que vous aidiez à le rendre parfait...
L'Unsa, je n'en parle pas, car tout le monde sait qu'il gère la crise en partenariat avec le ministère et les inspections...