Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 10:15

Le site "le café pédagogique" dont la devise est "toute l'actualité pédagogique sur Internet" fait allusion à la consultation IFOP commandée par le GDID.

Hélas, le compte rendu qui en est fait est très succinct. Tellement succinct qu'il n'en donne qu'une lecture partielle, voire même erronée.

L'article commence mal : une erreur typographique semble s'être glissée dès le premier mot.

"57 % des directeurs d'école souhaitent rester professeurs, 47 % souhaiteraient ne plus avoir de classe et exercer seulement la fonction de direction".

Il faut lire 53 % et non 57 %... La rédaction de cette phrase ne correspond pas tout à fait à l'énoncé de la question... La suite de l'article précise qui sont ces 47 % qui ne souhaiteraient plus enseigner...

"Ce sont plutôt des hommes, en fin de carrière, et en poste dans des écoles de plus de 6 classes en Ile-de-France".

Le jugement de l'auteur aurait été plus éclairé s'il avait lu ce que traduit l'Ifop de ces résulats dans sa synthèse :

"Concernant le régime des décharges, les Directeurs apparaissent très divisés entre deux évolutions possibles.

53 % souhaitent une amélioration du régime actuel (tout en conservant la responsabilité d'une classe) tandis que 47 % préfèreraient que les Directeurs n'aient plus obligatoirement la responsabilité d'une classe (tout en conservant une activité pédagogique au sein de l'école).

Une fois encore, le choix effectué par les Directeurs dépend considérablement de la taille de l'école (et corrélativement de l'âge du Directeur ou encore de son ancienneté). Ainsi, alors que dans les petites écoles (1 à 5 classes) les Directeurs sont majoritairement (67 % précisément) favorables à une version améliorée du système actuel, l'opinion s'avère complètement inversée dans les établissements de taille moyenne ou de grande taille : 61 % des Directeurs exerçant dans une école comptant entre 6 et 10 classes souhaitent un abandon de la responsabilité d'enseignement, ce taux montant à 90 % parmi les Directeurs des écoles comptant plus de 10 classes".

L'ensemble des résultats de cette consultation laisse apparaître clairement une corrélation très forte entre l'âge, la taille de l'école et la situation géographique de l'établissement d'exercice.

Rien que de très logique quand on sait que l'ancienneté joue un rôle très important dans la nomination des directeurs à la direction des écoles les plus grandes en nombre de classes, écoles que l'on retrouve, le plus souvent, en zone urbaine.

Dans le 2ème paragraphe de l'article du Café pédagogique, l'auteur fait une grossière erreur d'interprétation des résultats.

Ainsi, écrit-il : "Les directeurs reconnaissent que la charge ne les emploie que partiellement : moins de 10 heures hebdomadaires pour 66 % d'entre eux".

Si l'auteur de ces lignes avait pris soin d'examiner les résultats, il aurait vu que la question amenant cette réponse n'était destinée qu'aux directeurs (non déchargés d'enseignement jusqu'à cette rentrée) des écoles de 1 à 4 classes.

Une lecture plus fine aurait permis à l'auteur de s'apercevoir que le temps hebdomadaire consacré à la direction varie fortement avec la taille de l'école. Si 89 % des directeurs d'école à 1 classe consacrent moins de 10 heures par semaine à la direction, ils ne sont déjà plus que 54 % pour les écoles de 3 classes et 37 % seulement pour les écoles à 4 classes.

Et si l'auteur de l'article avait été encore plus rigoureux dans le décryptage des résultats, il aurait constaté que le temps hebdomadaire moyen consacré à la direction en plus du temps de décharge augmente considérablement si l'on considère l'ensemble des écoles.

Ainsi, en plus de leur temps de décharge, si l'on prend l'exemple des écoles de 6 à 10 classes, les directeurs sont 49 % à consacrer entre 10 et 15 heures par semaine à la direction, 16 % entre 15 et 20 heures et encore 7 % à y consacrer plus de 20 heures par semaine.

Il en est de même pour les écoles de plus de 10 classes où les directeurs sont 84 % à consacrer plus de 10 heures par semaine à la direction (dont 43 % entre 10 et 15 h, 17 % entre 15 et 20 h et 24 % plus de 20 h).

Nous sommes loin, très loin, de ce que relate l'article du Café (pas très) pédagogique !!!

Retour 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Consultation IFOP - GDID
commenter cet article

commentaires