Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 15:51

Après l'effervescence de la fin d'année scolaire, les vacances auront-elles suffi à calmer les ardeurs des directrices et des directeurs d'école ?

Gilles de Robien en est persuadé. Tout comme il est persuadé que les mesures qu'il a présentées et qui ont été adoptées par la signature du SE-Unsa ont été finalement bien accueillies par la profession. Il en veut pour preuve le fait que 4 écoles sur 5 ont demandé un EVS. Pour lui, aucun doute, il est et restera le ministre qui a trouvé LA SOLUTION au long conflit qui oppose depuis tant d'années les directeurs à l'Administration. N'a-t-il pas augmenté de 20 % l'ISS, permis d'obtenir un quart de décharge aux écoles de 4 classes et offert une aide administrative à l'ensemble des directeurs ?

Un conseiller du ministre de l’Education nationale a en effet annoncé que "30.000 personnes" avaient été recrutées, en "emplois vie scolaire" (EVS), pour épauler les directeurs d'écoles, dès la rentrée.

 

41.000 écoles sur 52.000 ont demandé à pouvoir recruter un EVS, dont les embauches ont été débloquées à la suite d'un mouvement de grève administrative de six ans des directeurs d'écoles qui protestaient contre la lourdeur des nouvelles taches leur incombant.

 

Ces "contrats d'avenir" sont destinés prioritairement aux personnes relevant du RMI.

 

Voilà comment est brossé le tableau de l'action de Monsieur de Robien avec le concours et la complicité, faut-il le rappeler, du SE-Unsa. Cette version officielle court les rédactions des médias. Certes, au détour d'un reportage, quelques voix discordantes se font entendre. Il arrive même qu'un directeur soit interviewé pour exprimer le malaise bien réel de la profession.

Cependant, il y a fort à parier que dans quelques jours, lorsque les projecteurs des médias ne seront plus braqués sur la rentrée scolaire, les directeurs se retrouveront avec le problème laissé entier après la signature du protocole. Beaucoup se rendront compte que le recrutement d'EVS non qualifiés deviendra une charge supplémentaire pour le directeur. Cet emploi sera, bien entendu, utile à l'école, à l'équipe enseignante par les menus services qu'il sera amené à rendre au cours de la journée. Mais, il aura été détourné de sa vocation initiale : l'aide administrative au directeur ! Sans évoquer même la précarité de cet emploi créé pour 10 mois et dont on n'a aucune assurance sur sa pérennité après les échéances électorales...

Heureusement... le SGEN-Cfdt et le SNUipp, éternels "amis des directeurs", veillent... Ils grondent ! Ils ont fait une déclaration commune pour dénoncer la situation et appeler à débattre des actions à engager en faveur de la direction et... du fonctionnement de l'école. Direction et fonctionnement de l'école ne vont pas l'un sans l'autre... nous répètent-ils à l'envi.

Déclaration commune SNUipp-FSU/SGEN-CFDT

« Plus que jamais, les deux organisations font le constat que les mesures mises en place dans la précipitation par le Ministère ne répondent pas aux attentes des équipes enseignantes des écoles primaires. En cette rentrée, le dossier de la direction d’école reste sans réponse. Le nombre de postes vacants reste toujours aussi élevé. La mise en place de décharge dans les écoles à 4 classes constitue des réponses bien trop limitées et reposent sur de mauvaises solutions : la création d’emplois précaires pour une durée de 10 mois (EVS) et la remise en cause de la formation continue et initiale. C’est pourquoi, le SNUipp et le SGEN invitent l’ensemble de la profession à se réunir pour débattre des actions et des interventions à mettre en œuvre en faveur de la direction et du fonctionnement de l’école. Ils appellent à donner un nouvel élan à l’action de blocage administratif en refusant massivement de transmettre l’enquête lourde de rentrée. »

A noter une subtilité de langage : on ne parle plus de "grève administrative" mais de "blocage administratif"...

Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Analyses
commenter cet article

commentaires