Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 10:22

Il aura suffi d’une annonce sur la messagerie de l’IA 59 pour mettre le feu aux poudres. Le 2 juin dernier, l’Inspection académique du Nord adresse le message suivant aux directeurs d’école :

 

-------------------------------------------------------------

 

J'ai l'honneur de vous transmettre une information de l'IRA qui ouvre une classe préparatoire à son concours aux  jeunes diplômés défavorisés.

Cette mesure pouvant intéresser l'assistant d'éducation ou la personne en contrat aidé de votre école, je demande de bien vouloir lui apporter cette information en urgence


Ouverture d’une classe préparatoire intégrée à l’IRA de Lille le 1er septembre 2009

L’Institut régional d’administration de Lille met en place à la rentrée 2009 une classe préparatoire intégrée (CPI) à destination des étudiants ou demandeurs d’emploi de condition modeste, afin de les préparer au concours externe de l’IRA.

 

La classe préparatoire intégrée est une aide à la préparation de l’écrit et de l’oral du concours externe d’attaché d'administration de la fonction publique d’Etat. Elle a pour but d’apporter un soutien pédagogique renforcé, un appui financier et un accompagnement particulier. La CPI se déroule au sein de l'IRA en coordination avec les instituts de préparation à l’administration générale (IPAG) de Lille et de Nanterre.

 

Les bénéficiaires de la CPI sont sélectionnés parmi les étudiants ou demandeurs d'emploi qui

• possèdent une licence, un autre titre ou diplôme classé au moins au niveau II, ou une qualification reconnue au moins équivalente à l'un de ces titres ou diplômes ;

• répondent à certains critères (plafond de ressources, études en ZEP, domiciliation, etc.) ;

• témoignent d'une réelle motivation pour la CPI, évaluée lors d'un entretien de sélection.

 

L'aide apportée par la CPI

• Un soutien pédagogique, un soutien méthodologique, un entraînement aux épreuves, un accompagnement personnalisé ;

• Un soutien matériel avec une aide financière via les allocations pour la diversité et la possibilité d'obtenir une bourse d'enseignement ;

• Un stage d'observation de 15 jours dans une administration.

 

 

-------------------------------------------------------------

 

Dans les heures qui suivent, la messagerie des écoles est envahie de messages d’EVS dont l’inquiétude légitime grandit à l’approche de leur fin de contrat. En effet, nombre d’EVS expriment leur crainte de se trouver sans emploi si leur contrat n’est pas renouvelé.

 

Le premier courriel provient de l’APCPMS (Association pour la Pérennisation des Contrats Précaires en Milieu Scolaire) qui met un forum à disposition des « Assistants de Direction d’Ecole ».

 

« Que de mépris ..............

Comment peut-on se sentir valorisé (s) après avoir reçu vos deux derniers mails ?

Le premier tout d'abord qui nous envoie "réviser" pour préparer un concours pour lequel on sait qu'il y a 20 000 candidats pour 4 postes ?

Offre de formation qui n'est pas valide n'est-ce-pas ? Vous deviez nous faire des propositions dès la rentrée 2006.

Le second mail avec l'attestation de compétences est le reflet de la façon dont vous nous (dé)considérez.
Qui parmi les EVS aurait eu l'incorrection d'envoyer un document aussi mal présenté, aussi sale ?

Cette attestation bordée de noir n'est vraiment pas acceptable.

Pouvons-nous espérer avoir une copie "propre" ? Merci »

Jeanne LE COROLLER

Présidente de l'APCPMS (Association pour la Pérennisation des Contrats Précaires en Milieu Scolaire)

 

 

En réaction, les interventions des EVS se multiplient. Nous avons décidé d’en publier quelques-unes. Les messages sont repris sans modification. Seules les fautes nuisant à la compréhension ont été corrigées.

 

 

« De plus, que pourra nous apporter cette attestation pour un futur emploi ? Ceci n'est pas un diplôme, est-ce qu'elle nous ouvrira d'autres portes, d'autres petites annonces qui demande généralement des bac+2. Je ne le pense pas malheureusement.»

 

« En ce qui me concerne, je ne souhaite aucunement avoir une attestation de compétences, je ne sais pas à quoi cela me servirait avec un BTS d'assistante de direction, je n'ai rien appris de nouveau loin de là !!

De toute façon, ce genre de contrat n'est jamais pérénisé, on se sert de nos compétences et on nous jette au final

je vous souhaite à tous de trouver un job qui paie correctement. »

 

« Ça, on le savait en signant, ce sont des contrats sans rien au bout. Ce sont les mêmes contrats qu'emploi-jeune, la différence c'est que ce ne sont plus des 35 heures mais des 26 ou 20 h. Ce sont des contrats qui font tourner le chômage et malheureusement pour nous qui ne nous rajeunissent pas car les contrats changent de nom et de durée mais nous végétons tout en prenant de l'âge. »

 

« A tous mes collègues EVS. Je pensais terminer en juin mais je suis renouvelé jusqu'au 31 octobre (j'ai commencé à l'origine un 1er novembre). Je pourrais donc prétendre à la VAE car j'aurais 36 mois. Si vous terminez en juin je pense que vous pouvez prolonger jusqu'en aout. Prenez contact avec votre collège employeur.»

 

« Pour info rien n'est encore décidé, il nous faut tenir bon car certains députés nous défendent et que tout peut encore changer d'ici la semaine prochaine... à suivre et gardons notre poste!!! »

 

« Je suis EVS administratif et aussi délégué syndical du Snudi FO section EVS AVS (et oui ça existe aussi...). Mon contrat, comme pour 32 000 EVS en France, se fini le 30 Juin. Pour information à toutes ces personnes qui se disent gêné par tous ces mails, il faut savoir que l'état avait obligation de nous former et de nous donner une qualification à la fin de nos 3 ans. Mais nous n'avons rien eu de tout cela. Et même pire, nos contrats sont des contrats privés qui obéissent aux règles du code du travail et qui dit que pour valider nos acquis il faut exercer le même travail sur le même lieu pendant 36 mois; nous n'avons que 32 mois validés. 

CONCLUSION: Nous attendons toujours les formations utiles, nous voulons que l'état tienne ses promesses en nous permettant d'aller jusqu'à 36 mois pour avoir la VAE et nous aimerions que tous le personnel de l'Education Nationale nous soutienne.

A ce jour beaucoup d'action sont en cours:

Une pétition intersyndicale circule (avec plus de 25 000 signature à ce jour) pour empêcher la précarité de nos emplois.

Plusieurs dossiers partout en France sont aux Prud'hommes (car nous avons des contrats privés) pour obliger l'état à corriger ses fautes.

Des manifestations ont été faites et vont encore avoir lieu avant la fin de l'année.

La lutte n'est pas encore fini, soutenez nous ! »

Loic Amédro EVS et Délégué syndical Snudi FO

 

 

D’autres réactions continuent d’arriver sur la messagerie. Certaines plus favorables émanant de directeurs compréhensifs…

 

 

« je n'aime pas encombrer la boite et je comprends que ça puisse agacer, mais tout de même !!! mettons nous à leur place!

ce n'est pas parce qu'on signe pour 3 ans qu'on n'a pas l'espoir de sortir avec un diplôme valable ou qu'on puisse espérer que les statuts changeront et qu'on nous gardera

je suis directrice d'école, mon EVS m'est devenue indispensable car je ne suis pas déchargée, de plus elle fait partie intégrante de notre équipe, elle s'est investie a fond pour l'école et je trouve injuste et dommage qu'elle doive nous quitter après 3 ans de bons et loyaux  services!

alors ils ont droit a la parole tout de même pour laisser sortir leur mécontentement, même si en vérité ça ne servira pas a grand chose, j'en ai peur!!

Soyons un peu indulgent pour nos collègues EVS et n'acceptons pas la précarité des emplois sous prétexte qu'on le savait au départ !!! c'est trop facile ! Nous sommes fonctionnaires et nous avons la chance énorme d'avoir nous la sécurité de l'emploi ! alors madame la directrice, votre mail m'a quelque peu énervé face a des personnes bientôt sans emploi, qui ont ouvert votre boite mail pendant 3 ans pour 800 euros par mois, un peu de compassion, s'il vous plait !!

merci, une collègue directrice d'école qui souhaite bonne chance aux EVS!!! »

 

« Savez-vous que d'anciens emplois jeunes sont devenus enseignants? Et que, EUX, je ne les ai jamais entendu râler ? » 

« MOI, moi, moi .......

voilà ce qui nous réduit à l'état d’esclaves, Mesdames et Messieurs.

Le jour ou chacun aidera l'autre n’est pas encore venu, et à lire vos messages, je crains fort qu’il n’arrive jamais.

j' ai hésité à "encombrer" les boites mails de ces chers directeurs dont je suis, mais l' égoïsme qui suinte à travers certains mess m' écœure : bien sûr qu' elles ne sont destinées qu' au travail et non à la revendication, (çà , tout le monde le sait alors pas besoin de l' écrire ) , mais un peu de compréhension ne fait de mal à personne :

moi, je dis : merci, les AVS, pour tout le travail que vous avez fait ! »

 

« Merci beaucoup madame pour cette considération !
Une EVS qui est encore là pour 2 ans mais qui aimerait rester bien plus longtemps.
 »

 

 

Comme cela s’était déjà produit en 2006 avec à la signature du protocole par le SE-Unsa, quelques collègues directeurs ne supportent pas de voir la messagerie transformée en forum. Ils réagissent vigoureusement à cet « envahissement »…

 

 

« MERCI DE NE PAS UTILISER LA BOITE MAIL ACADEMIQUE COMME UN FORUM ! »

 

« Merci de bien cibler votre correspondant, les écoles qui ne sont pas concernées par votre courrier sont noyées de mails !!!!!!! Attention à cliquer au bon endroit !!!!!! »

 

« OH Ras le bol ! »

 

« Serait-il possible d'éviter d'encombrer les boites de vos plaintes ou autres; pour infos; il n'a jamais été question de titularisation de vos emplois, de plus en signant vous étiez au courant qu'il n'y avait possibilité que de 2 renouvellements et que vous ne postuliez que pour un contrat de 26 h et pas plus. Ce n'est pas 3 ans après qu'il faut vous plaindre mais dès le début. A ce que je sache vous n'avez pas craché que sur l'emploi proposé. SVP éviter d'encombrer notre messagerie réservée aux mails venant de l'inspection. Une directrice d'école qui n'a jamais rien dit pendant 3 ans mais qui cette fois ci en a marre (16 messages, que des d'EVS, il y en a marre !!!)
ps : bon courage quand même à ceux et celles qui doivent retrouver du travail
 »

 

« Tous les ans depuis qu'existent les EVS, à la même époque, les boîtes aux lettres des écoles sont surchargées par des messages personnels. Tous les directeurs sont conscients des difficultés des EVS ; pour autant, les boîtes aux lettres des écoles ne sont pas le lieu requis pour tous types de récriminations. C'est une véritable inondation, et nous, directeurs d'école, sommes impuissants à vous aider dans cette lutte. De grâce donc, ne surchargez plus nos boîtes OFFICIELLES...

Une directrice d'école...parmi d'autres »

 

 

C’est alors qu’entre en scène un délégué du personnel SNUipp pour prendre la défense des EVS et s’insurger contre les quelques réactions négatives.

 

 

« C'est pitoyable d'entendre un discours pareil de la bouche d'une directrice d'école publique !

et je m'arrête là ...........

Pascal B. délégué du personnel SNUipp-FSU »

 

 

C’était prévisible… Toute intervention syndicale est désormais saluée de réactions hostiles de directeurs qui n’acceptent plus les rodomontades de responsables syndicaux. Du coup, la discussion change de sujet. C’est haro sur le syndicaliste !

 

 

« Vous avez dit pitoyables ????

Ah, il existe des délégués du personnel pour les écoles publiques ?

C’est une nouvelle…

On devrait peut-être leur signaler que les directeurs (trices) mériteraient aussi que l’on s’intéresse à eux (elles).

Je m’arrête là…..

Un directeur d’école qui, comme beaucoup, se sent bien seul !!!!! »

 

« NON, cher collègue directeur, tu n'es pas seul, la majorité silencieuse te soutient. Comme pour les élections, l'abstention l'emporte TROP souvent. »


« Ce qui est pitoyable, c'est que le délégué du personnel réagisse si vivement pour un mail de directeur; Les directeurs ont besoin de temps de décharge supplémentaire, pour ne pas avoir à cautionner des emplois précaires.

Pas souvent vu cette demande dans les revendications. »

 

« Tout à fait d’accord avec toi, du temps, c’est ce qui nous manque. »

 

 

Nous ferons l’impasse sur les nombreux courriels de soutien aux EVS ou de colère contre la transformation de la messagerie en forum pour ne retenir que le message d’un collègue qui fait preuve d’humour pour railler les « râleurs »…

 

 

« Chers tous, et surtout chers râleurs indignés par les, comment vous dites : "encombrements" ? Oui, c'est ça...

Je suis désolé... mais j'ai des problèmes de compréhension... de syntaxe ou de vocabulaire, je ne suis pas sûr de moi...

Car ça veut dire quoi "encombrer"... Comme un embouteillage sur la route où on se traîne pendant des heures ? Encombrer comme pour les voies respiratoires lors d'une méchante grippe aviaire ? Encombrer comme encombrants, ces vieilleries qu'on pose sur les trottoirs pour les revendre à une brocante ? Mais non, ça signifie qu'il y a des messages qui encombrent et d'autres pas, des messages qui nous flanquent la grippe aviaire et nous font perdre du temps dans les embouteillages des boites mail...

Ciel, perdre du temps, vérifions :

1. Je saisis la souris (2 sec)

2. Je clique sur le message à lire (1sec)

3. Je lis le message (10 sec)

4. Je clique sur effacer (1 sec)

5. Je repose la souris (2 sec)

6. Et allez, soyons généreux, appuyons sur "vider le dossier éléments supprimés" (2 sec)

Total 18 secondes... Ah zut... quel gâchis... 18 secondes précieuses et ultimes... dans la vie tourmentée d'un haut responsable du plus beau métier du monde...

Et au fait, combien de temps pour écrire un message pour dire que ces messages nous encombrent : je ne sais pas, mais réflexion comprise (c'est-à-dire en comptant le temps pour réfléchir... ), j'ai mis 3 minutes environ pour rédiger celui que vous lisez...

Ah pardon, "réflexion comprise"... Il faut sûrement compter moins... 

Car pour ce genre de message digne d'une éruption d'acné juvénile, d'un éternuement ou de toute manifestation spontanée d'intolérance, je pense que le temps d'un aboiement suffit...

Il faudrait que la S.P.A adopte enfin les nombreux abandonnés de l'Education Nationale et qu'elle vaccine d'urgence ceux qui ont attrapé la rage... surtout qu'à l'approche des vacances... on va en retrouver beaucoup attachés aux arbres...

Mr Lefebvre, directeur »

 

 

Cette passe d’armes n’est pas sans nous remettre en mémoire la chanson de Brassens « l’hécatombe »

 

« Au marché de Brive-la-Gaillarde, à propos de bottes d'oignons,
Quelques douzaines de gaillardes se crêpaient un jour le chignon.
A pied, à cheval, en voiture, les gendarmes, mal inspirés,
Vinrent pour tenter l'aventure d'interrompre l'échauffourée.

Or, sous tous les cieux, sans vergogne, c'est un usage bien établi,
Dès qu'il s'agit de rosser les cognes tout le monde se réconcilie.
 »

 

 

Le parallèle avec cette chanson est évident. Chaque fois qu’un responsable syndical intervient auprès de directeurs, la réaction ne se fait pas attendre : il est immédiatement contré et fait quasiment l’unanimité contre lui.

C’est dire le climat délétère qui s’est instauré entre syndicalistes et directeurs d’école…

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Réactions des directeurs
commenter cet article

commentaires

guffroy 12/06/2009 23:44

Désolé je viens d'écrire une connerie. Mille excuses aux héritiers de M. Carcopino l'historien. Il ne s'agit bien sûr pas de lui. En fait je voulais dire M. Abel Bonnard, ministre de l'Education Nationale du gouvernement Pétain. Je me condamne donc à re-lire les "messages de ce sinistre individu, précédés du message du Maré... machin... "Chef de l'Etat" comme l'actuel locataire de l'Elysée. 

guffroy 12/06/2009 23:35

A Théo: heureusement qu'on n'est pas en 1942 et que Pétain, Carcopino ne sont plus (j'ose espérer que tu connais). T'aurais eu la francisque, un poste de Directeur (avec un D gigantesque) et moi .........

merlin 10/06/2009 16:16

Pierrot, mes propos ne remettaient en rien en question la nécessité du dialogue. La pire des choses serait bien de s'ignorer. Le Gdid a un projet abouti, il est le seul, il n'a je pense, rien à négocier, mais beaucoup à proposer, à faire profiter. C'est ce qu'on appelle une postition de force.Maintenant, il est bon aussi de ne pas oublier les multiples arnaques auxquelles les syndicats se sont livrés pour faire capoter toute tentative d'avoir un statut.   Soyons cependant persuadés, qu'en cas de victoire, le Snuipp entre autre  ne tarderait pas à créer une sous-section pour les dirlos...; toute voix est bonne à prendre, souvenons-nous des emplois jeunes!

Pierrot 10/06/2009 15:14

Franck & Merlin,Il n'est pas question de "croyance".  Je ne cherche pas une chapelle, mais nous ne construisons pas non plus un  blockhaus.Bien sûr l'oeil doit rester ouvert, se souvenir de se méfier, mais dirlo averti en vaut 2...La question centrale vous la posez d'ailleurs:Je pense que leur intérêt c'est de nous amadouer.Oui, ce n'est qu'une question d'intérêt. Nous "amadouer"? pour obtenir quoi?Une conversion, l'accueil dans leur église? C'est ridicule, c'est du même tonneau que le feu vert que l'on pourrait donner au MEN...Et même si c'était le cas, ça voudrait dire qu'ils nous craignent.Mais non... Tous ont compris qu'il y aura une mutation de l'école.• Soit on sait que de toutes les manières on dira "non". Ceux-là n'ont besoin (pour le moment) de personne.• Soit on la prépare, et ceux-là ont besoin d'avoir des remontées du terrain. Il est naturel qu'une association nationale de directeurs reste ouverte au dialogue. Pourquoi craindre d'y perdre son âme alors que nous sommes les seuls à avoir un projet cohérent avec ce qu'est l'école. Avant hier, à 500 on nous ignorait, hier à 1000 on essayait de nous draguer, aujourd'hui à 2000 on fait avec nous, demain à 4000 on aura gagné.PS. Je pense qu'il faudra discuter aussi avec le SNUipp quand ils seront prêts.

merlin 10/06/2009 14:49

Lu dans la publication du SE un article dans lequel il détaille leurs demandes en terme de " revalorisation indemnitaire" des dirlos et ce en fonction des groupes de classes. Pas même d'allusion au statut.  Sans mauvais esprit, on peut se dire: soit cette mesure est adoptée et on en reprend pour 10 ans ( au moins) sans pouvoir régler le problème de la responsabilité. ( technique aussi nommée " le coup du protocole").Soit ( hypothèse la plus probable) cette demande est un écran de fumée pour ne rien obtenir car ce sont les mêmes qui nous expliquent que " le statut coûterait trop cher et pas de sous" alors que leur demande de décharge supplémentaire est aussi coûteuse sans que le MEN n'  ait rien en échange.

Franck 10/06/2009 12:14

Merlin"plus rien du côté du SE.  Consigne autre ? peur de se faire déborder ? de devoir gérer la demande ? je n'en sais rien.... encore un espoir déçu pour certains, moi, j'ai déjà perdu mes illusions! "Décidément... Je partage beaucoup de tes idées. Moi non plus je ne crois pas à la volonté du SE de travailler pour nous aider. Je pense que leur intérêt c'est de nous amadouer, en faisant croire, en laissant traîner quelque espoir... Mais comment les changer, ceux qui pensent totalement différemment de nous ? Quel crédit leur accorder ? Ils nous ont toujours trahis, toujours menés en bateau...Comme toi, aucune illusion en ce qui concerne l'action de ces syndicats-là !

merlin 10/06/2009 12:05

Initiative du SE dans mon département il y a quelques mois: devant l'accroissement de nos tâches, il demandait aux dirlos de faire remonter sous forme de tableau, toutes les heures que nous passons HTS à de multiples tâches ( équipes éducatives , RDV , etc...): ces heures n'apparaissent pas dans le fameux tableau des 108h. Bonne initiative à mon sens et , comme le sujet était juste abordé de façon allusive comme étant un projet, j'attendais avec impatience le communiqué destiné à lancer l'action.    J'attends toujours, le tableau est prêt mais plus rien du côté du SE.  Consigne autre ? peur de se faire déborder ? de devoir gérer la demande ? je n'en sais rien.... encore un espoir déçu pour certains, moi, j'ai déjà perdu mes illusions!

Pierrot 10/06/2009 11:58

@ Franck,Ben tu vois, moi je n'ai pas "pris" d'EVS... par principe.Je ne suis pas à priori opposé à mettre le pied à l'étrier, aider,  un personnel fragilisé par l'absence de perspective d'accès au travail. Je pense même que l'école peut jouer ce rôle parce qu'elle offre une palette de missions qui permettent de garder le contact avec la société. Mais j'ai toujours dit que c'était une hypocrisie que de laisser croire que c'était un moyen (une aide) donné au directeur.Un tel personnel nécessite un accompagnement, une formation, une régulation... Par contre, sur la possibilité de travailler avec le SE, en tant qu'association et sur les bases de nos positions, je ne vois pas comment on pourrait ne pas y aller, alors que l'un de nos buts est de convaincre.... Convaincre ceux qui n'y croyaient (passé) pas. 

Franck 10/06/2009 11:17

Merlin"Désolé de le dire, mais les dirlos ont parfois ce qu'ils méritent: les EVS ? c'est simple, il suffisait de refuser"Tout à fait d'accord, on a ce qu'on mérite.En 2006, écoeuré par la trahison du SE, j'avais décidé que jamais, au grand jamais, je n'accepterais un EVS. Ce que j'ai fait la première année. Puis, quand j'ai vu que les collègues les plus anti-EVS en prenaient, j'ai fait comme eux. Je veux bien avoir des convictions mais si ceux censés montrer l'exemple s'assoient sur les leurs, pas de raison que je sois le dindon de la farce.Toujours en phase avec toi quand tu dis que c'était pour ne pas défendre les dirlos qu'on a accepté ce fait.PierrotCe que je n'arrive pas à digérer, quand même, c'est ta capacité à oublier la trahison du SE."le SE travaille et il est d'accord de le faire avec nous..."Il nous tire dans le dos, nous place dans la situation de devoir arrêter la grève administrative, nous plonge dans une situation de ne plus évoluer pendant des années, puis, bon prince, revient faire les yeux doux aux dirlos.Non, trop, c'est trop !

Pascal Oudot 10/06/2009 10:53

Ce qui me frappe dans tout cas, c'est la rupture désormais totale entre les directeurs d'école surchargés de tâches et de responsabilités et des syndiqués qui refusent de le voir.Ce qui me frappe aussi, c'est qu'aucune des quatre grandes centrales ne prenne le mors aux dents sur ce sujet, pour enfin affronter la réalité en face.

Pierrot 10/06/2009 10:38

@ gégé,Je partage pratiquement tout ton commentaire Gégé.je trouve ridicule de reprocher un quelconque "encombrement" de nos boîtes à un personnel qui utilise ce qu'il peut pour crier une détresse bien compréhensible, alors que l'on épargne panurgiquement les vrais pollueurs: les notes IA doublées  par celles IEN triplées par les CPE, qui n'arrêtent pas d'envoyer, à leur tour, des tableaux à remplir et des ultimatums de dates à respecter pour renseigner ceci  ou renvoyer cela...2 remarques cependant,-trés maladroit et arrogant de la part du délégué d'intervenir, sur ce ton, en tant que  tel. Comme si sa délégation, qu'il met en avant, lui permettait de donner une quelconque leçon de morale, l'autoriserait à porter un jugement sur le comportement des directeurs de l'école publique. Pas besoin de se cacher derrière une étiquette pour afficher ses convictions, surtout quand elles sont justifiées. - Tu peux pas t'en empêcher, hein?:Attention aussi de ne pas provoquer ce genre de réactions en poussant les collègues à ne plus militer dans les organisations syndicales. On arrive vite à ce type de déviance. C'est pas moi, c'est l'autre... .Pourquoi ce genre de réaction ne serait-elle pas, uniquement, le résultat de l'action syndicale en faveur des dirlos? (action/réaction  ).Quand quelqu'un n'entend pas, tu parles plus fort!>Exemple, le commentaire de Théo, à jouer au con, ben on gagne souvent.@ Théo,Parce que je suis complètement néophyte en matière de psychiatrie, c'est avec une sérénité quasi "dalai lamiesque"  que je te conseille d'aller consulter.Je faisais partie de cette délégation et le fait essentiel de cette rencontre c'est que notre association soit reconnue comme interlocuteur institutionnel.C'est bien sur la "notion" de hiérarchie" que l'on a été interpellé (qu'est ce que ça veut dire pour un directeur, dans quels quels domaines, pourquoi et comment).Nous avons répondu ce que nous disons ici. D'ailleurs ton orthographe dément ton analyse:Et la délégation du GDID (toujours selon ce document) précise qu’elle est prête à assumer toutes SES responsabilités. (j'ai changé le gras de place)> SES (possessif, les nôtres) et pas CES (démonstratifs) celles que tu nous prêtes.Nous y étions préparés parce que la vieille, au siège du SE, nous avons débattu sur le même sujet... Et le SE est prêt à travailler avec nous.Je pourrais revenir sur tout ce que l'on a déjà écrit sur la notion de hiérarchie si tu insistes, mais Théo tu es le prototype du fossoyeur de l'école publique (moi aussi je sais me servir de slogan).Un directeur d'école a une autorité hiérarchique (on vient de recevoir les fiches d'entretiens pour évaluer les AVS et EVS!), la nier ou la contester en faisant croire que tel Gargantua, il nous en faudrait plus nous a mené droit dans le mur.Nous l'avons percuté avec les les PPRE, les évas, SRAN, les HS, le SMA, le DUER, BE la validation des acquis des personnels non titulaires... Tout cela après l'abandon de la grève administrative et la signature du protocole.Prendre acte, conscience, non! rien changer, chercher un autre mur ou se raccrocher à de vieilles lunes.J'entendais E.Vals, ce matin dire que l'école devait être un des chantier de la gauche car elle ne remplissait plus son rôle social (nous rencontrons bientôt la commission PS qui réfléchit sur l'école)...Le GVT a les EPEP en rayon, le SGEN a finalisé son projet d'établissement mais sans dirlos, le SNUipp réfléchit (?) au fonctionnement de l'école et à la direction, le SE travaille et il est d'accord de le faire avec nous...Et toi tu places un commentaire titré l'AVEU sur le thème directeurs=assoifés de pouvoir.C'est au moins un T.O.C ou, pire, une fixation... ça relève du domaine médical.PS: le sommet du délire:"Quel aveu et quel feu vert donné au ministère !!!"Pathétique! 

thierry+fabre 10/06/2009 10:34

Arrête de geindre, Théo....Les malheurs du petit Calimero, on a passé l'âge de s'y attendrir.Si tu veux du dialogue, banco, mais acceptes-en les règles:- on ne va pas chercher des citations tronquées à l'appui de ses dires- on est capable de suivre l'échange, même vif, sans se cacher derrière de fausses lamentations sur le peu de dialogue et de respect de l'autre- on se montre logique... A promouvoir la liberté d'expression, on ne se contente pas de l'exercer chez les autres, on la met en pratique chez soi. Peux-tu nous indiquer le forum libre, ouvert et démocratique de ton syndicat, Théo ?Si tu veux du dialogue, banco, commence par nous éviter tes jérémiades et entre dans le jeu de l'échange:- OUI ou NON, les dirlos exercent-ils actuellement un certain nombre de responsabilités les distinguant de leurs collègues adjoints ?- OUI ou NON, ces responsabilités ne les placent-elles pas en situation d'autorité fonctionnelle ?- OUI ou NON, cette autorité fonctionnelle, liée aux responsabilités exercées, est-elle distincte de la notion de supériorité hiérarchique ?- OUI ou NON, les dirlos qui exercent ces responsabilités ne gagnerait-ils pas à les voir reconnus ?Tant que tu ne seras pas foutu de répondre à ces questions, il n'y aura pas d'échange de ta part, pas de dialogue, et tes interventions se résumeront à ce qu'ellles sont pour l'instant, de la simple retape, de l'occupation de terrain...Thierry Fabre

merlin 10/06/2009 10:17

Désolé de le dire, mais les dirlos ont parfois ce qu'ils méritent: les EVS ? c'est simple, il suffisait de refuser. Accepter un EVS c' était aussi accepter les mails, les soucis, le devoir de lui dire un jour de juin " au revoir et bonne chance..." . Je ne juge pas, je comprends les motivations de celles et ceux qui ont dit oui, mais le deal était clair dès le début; et autant pour les syndicats qui ont fait entrer dans l'EN des personnels à statut précaire... ouvrant ainsi la voie à d'autres!  Tout cela pour ne pas avoir à défendre une amélioration des conditions de travail des dirlos... et le statut qui va avec.   La hiérarchie ? faux problème. Demain , je ne connais pas beaucoup de dirlos qui démissionneraient si leur nouveau poste incluait cette aspect, de même qu'ils prendraient si le statut n'en faisait pas mention.Et puis, soyons honnêtes, ceux qui travaillent dans les écoles savent bien qu'il y a toujours un leader: c'est le dirlo s'il a l'autorité naturelle de s'imposer comme tel, c'est un ou deux adjoints si le dirlo ne peut ou ne veut prendre les rênes. La nature a horreur du vide et les tenants de la collégialité à tout crin sont bien souvent les premiers à tirer la couverture à eux.... en toute démocratie CQFD. Plus l'école est importante, plus la nécessité d'avoir un chef d'orchestre se fait sentir afin que les interêts communs soient respectés. C'est le boulot du dirlo.

Théo62 10/06/2009 10:09

Bravo les gars. Je vois que vous avez une grande capacité à dialoguer. Et même des arguments "choc" dont vous n'hésitez pas à faire usage pour vous faire comprendre quand les mots manquent... Oui, je vois que vous aimez le dialogue mais à condition que vos interlocuteurs soient de votre avis... Volonté de dialogue et respect de l'adversaire rythment vos interventions. Chacun appréciera.

Moira377 10/06/2009 09:59

@ Henri
 
L'autorité des directeurs existe déjà ne t'en déplaise (sur les ATSEM, les adjoints)
 
Je place un bémol à ton affirmation concernant l’autorité du directeur. Quand je me plonge dans les textes qui régissent les attributions du directeur, je trouve, effectivement, le mot autorité. Il y est même mentionné 2 fois. Je passe sur l’une d’elle :
 
Il [le directeur] est l'interlocuteur des autorités locales.
 
Ensuite, je le retrouve ce mot autorité dans la phrase suivante :
 
Il organise le travail des personnels communaux en service dans l'école qui, pendant leur service dans les locaux scolaires, sont placés sous son autorité.
 
C’est tout. En aucun cas, il n’est fait état de l’autorité du directeur sur ses adjoints. Tu me diras, c’est sous-entendu dans les attributions pour répartir les élèves, fixer le service des enseignants…
 
Oui mais je préfèrerais que ce soit plus clair pour ne pas laisser place à interprétation ou à contestation.
Tu sais comme moi que les mots sont pesés dans l’écriture d’un décret. Si le mot autorité n’a pas été accolé à celui d’adjoint, c’est probablement qu’il ne fallait pas déplaire aux syndicats qui, à l’époque, avaient droit d’entrée pour cogérer le système. Il ne fallait pas titiller leur sensibilité.
Maintenant, on est en 2009, il est temps de clarifier et de dépoussiérer ces textes. Depuis, nos responsabilités ont été décuplées et, comme tu l’as souligné, on les a empilées au point que nous en sommes fatigués.
Et, il est plus que temps de définir clairement notre METIER et de le reconnaître par un STATUT. Et, je l’ai déjà dit et redit ici, les mots autorité et hiérarchie ne me font absolument pas peur. Nous ne deviendrons pas une bande d’odieux chefaillons parce qu’on nous aura défini notre mission en l’assortissant d’une véritable autorité sur le personnel de nos écoles. Sur l’ENSEMBLE du PERSONNEL et pas uniquement sur le personnel communal.

thierry+fabre 10/06/2009 09:30

Pôvre petit Théo, y s'est fait insulter par des méchants...Lui qui croyait avoir levé un lièvre d'importance, une information capitale, un aveu sugnificatif, le voila qui se retrouve avec une petite bulle de savon: c'est joli, on s'y reflète dedans, mais ça fait vite "plop", c'est bête...Dis-moi, Théo-parfum, si nous étions vraiment les sournois comploteurs que tu imagines, irions-nous mettre ce texte en ligne, disponible à tous publics ?Dis-moi, Théo-jasmin, sais-tu que, depuis 5 ans, toutes nos entrevues au ministère font l'objet de comptes-rendus publics, dans lesquels on retrouve ce même questionnement et les mêmes réponses de notre part ?Dis-moi, Théo-chocolat, tu prends vraiment à ce point les collègues, dirlos comme adjoints, pour des billes, pour les penser capables d'avaler tous cru tes petits mensonges et tes citations tronquées ?Le coeur empreint de charité toute laïque, je vais supposer, allégation insensée, que tu sois de bonne foi (j'ai comme un vieux doute, m'enfin) et, confiant dans l'éducabilité du plus tristounet crétin, je m'en vais de ce pas t'expliquer un minuscule détail qui a dû t'échapper. Ecoute bien et tente de comprendre, mon petit...Dans notre mammouth favori, comme dans l'ensemble de la fonction publique, la supériorité hiérarchique se traduit concrétement par deux pouvoirs, celui de récompenser, et celui de de punir. Ces deux pouvoirs ont un isntrument, la notation. C'est au travers de cette note que le pouvoir hiérarchique s'incarne. Est donc supérieur hiérarchique celui qui note l'autre. C'est d'ailleurs pour cela que nos bons IEN ne sont pas, quoi qu'ils en disent, nos supérieurs hiérarchiques, ne faisant que proposer une note à l'IA. Ils ne disposent que d'une délégation d'autorité hiérarchique attribuée par les IA-DSDEN.Le GDID, depuis sa création, a toujours réclamé un statut non hiérarchique au sens où nous ne voyons ni intérêt, ni utilité à intervenir sur la notation de nos collègues adjoints. C'est là du boulot d'IEN, d'IA, pas du travail de dirlos.Par contre, les dirlos exercent déjà pas mal de responsabilités. Mêm si le sens de ce mot échappe aux irresponsables de tous poils, sa réalité existe. Dans les domaines de sécurité des personnes, biens et locaux, dans celui des sorties scolaires, des attributions de classe, du respect général de la législation, dans la mise en oeuvre du projet d'école, dans les relations aux différents partenaires de la communauté éducative, etc... il y un un rôle spécifique du dirlo, des attributions qui lui sont propres, des responsabilités qu'il est seul à assumer.Ces responsabilités peuvent-elles induire, non un positionnement hiérarchique, mais une autorité fonctionnelle ?Sans blague... Il n'y a que deux sortes de personnes qui peuvent encore en douter:- les doux rêveurs pas tentés- les TartuffesTu es dans quel camp, mon camarade ?Un minimum de sérieux, mon bon Théo. Lorsque un instit dépose une demande d'autorisation de sortie, et que son dirlo dit "OUI" ou "NON", il y a bien une autorité fonctionnelle là-dedans, non ? Et pas de la hiérarchie...Exercer des responsabilités, crois-tu donc que cela nous effraie ? Nous le faisons chaque jour, gratos et dans les pires des conditions. Demander à voir cela reconnu ne dérange que ceux qui craignent pour leur petit fromage et leur douillette quiétude.Au lieu de travailler dans un bureau, Théo, tu devrais aller de temps en temps faire un tour dans une école, ça te ferait du bien de rencontrer des collègues. Je te suggère même de prendre une direction d'école, il y en a plein de libres. Tu verras ce que ça donne et on en reparlera après...Thierry FabrePS Notre projet de statut est basé justement sur l'exercice de nos responsabilités. Projet public et que l'on assume, sans aucun problème. Projet sur lequel nous rejoignent chaque jour de nouveaux collègues...

henri 10/06/2009 08:53

Théo62 !Si "petit con" te gêne, je le rature et j'utilise "imbécile" ! cela te convient-il ?J'assume comme un grand garçon que je suis mes propos et mes responsabilités et n'ai nul besoin qu'un farfadet vienne me les rappeler ! L'autorité des directeurs existe déjà ne t'en déplaise (sur les ATSEM, les adjoints) : que cela gêne ta petite conscience, je le comprends mais être directeur d'école implique, oui, des responsabilités assumées sur les personnels intervenant dans son établissement.Que le mot "hiérarchie" te gêne aussi, c'est ton problème : n'empêche que la "hiérarchie" dicte en grande partie le fonctionnement de la fonction publique : j'ai un supérieur hiérarchique (l'I. A.) , je n'en fais pas une maladie ni des cauchemars et cela ne me gêne en rien de devoir lui rendre des comptes et de travailler sous son autorité !J'ai relègué depuis longtemps l'infantilisme béat qui te fait agiter des épouvantails de 5ème catégorie au placard : tu devrais grandir un peu...Quant à ton dernier argument (tu te prends pour Dany le Rouge ? pas forcément flatteur !), il me fait encore à nouveau hésiter entre "petit con" et "imbécile" (tu vois mes insultes, je les assume aussi !)

Théo62 10/06/2009 08:43

Dis-moi, Henri, pas moyen de discuter, d'échanger, d'être critique sans se faire insulter ? Signe de faiblesse, cher collègue. Signe que la vérité fait mal. Pourtant, c'est quand même un signe que ce sujet soit abordé par le représentant du ministre dès les début d'un entretien ?Et la réponse de votre représentant élude rapidement la question. La réponse est ce qu'on appelle de "la langue de bois" pour éviter d'en dire trop. Il te reste à assumer d'avoir répondu "on assumera". Après tout, c'est ton droit et je le respecte. Je préfère d'ailleurs que ce soit dit par vous. Au moins, les collègues dirlos et adjoints sont au parfum.Mais j'en reviens au début de mon propos : ça ne vaut pas des insultes. Réfléchis à ce qui est arrivé à Bayrou d'avoir perdu ses nerfs...

henri 10/06/2009 06:13

Théo62 !Non seulement tu es un petit con mais tu es également un menteur :- le compte-rendu de la rencontre de la délégation du GDID se trouve en page d'accueil du site "dirlo.org" (et non caché dans d'obscurs recoins) et tout un chacun peut aller y voir en toute liberté ;- chacun se rendra compte qu'il y est écrit : "







Mr MACRON nous interpellant sur la notion de hiérarchie, nous précisons qu’indépendamment de la polémique attachée à ce mot, nous sommes prêts à assumer toutes nos responsabilités, comme cela est d’ailleurs déjà le cas…Mais tes oeillères sont telles ainsi que celles de tes petits copains qui t'envoient des citations tronquées (à moins que ce ne soit toi qui tronques) qu'elles recouvrent même ton petit cerveau. Les collègues directeurs actuellement plus que submergés par les enquêtes, les tâches, les sollicitations diverses de tous côtés et ne comptant pas les heures n'ont pas de leçons à recevoir d'une petite vierge effarouchée confinée dans ces certitudes ancestrales !Va te reposer dans le lit douillet de ton idéologie de bas étage et fais en profiter ton petit cénacle !

Grégoire 09/06/2009 23:15

Dis collège lorsqu'il faut répartitir les classes et que les derniers arrivés se voient attribuer les cours doubles depuis 8 ans sous pretexte de la " coutume" c'est utile d'avoir un responsable en l"occurence le directeur pour imposer je dis bien imposer  la régle de l'équité . La hiérachie te pose un problème ? retourne créér une bergerie dans le Larzac . Même José Bové est devenu député ! Il y an a marre des discours de ceux qui agitent sans cesse l'épouventail du dirlo facho petit chef avide de pouvoir. Tu travailles avec des directeurs : combien de salauds pour combien qui sacrifient leur vie privée par amour du métier et pour faire tourrner cette baraque de fous! Il est 23h08 je viens de rentrer d'un bureau USEP de mon département et demain mercredi j'emmène mes élèves de CE1 à la piscine . Rien ne m'y oblige mais voilà j'ai des valeurs des convictions. Alors oui si la reconnaissance de mon métier de directeur ( et pas ma fonction ! ) passe par un rapport hiérachique sans contrôle pédagogique ( ça c'est pour les IEN ) comme dans le secondaire je signe des 2 mains. Merde il y en a marre d'être toujours suspecté d'être des fachos par le premier syndicaliste venu. J'ai la haine quand je te lis surtout en cette période où les dirlos sont carbonisés et bien seuls. Mais c'est ton droit,

Théo62 09/06/2009 22:36

L’aveu
 
Une collègue vient de m’envoyer un document très intéressant qui rend compte de la visite d’une délégation de 5 responsables du GDID au MEN en mai dernier.
Edifiant !
D’entrée de jeu, René Macron, chef du bureau des écoles de la DGESCO interpelle la délégation sur la notion de hiérarchie.
Le fait d’aborder ce point aussi rapidement montre bien à quel point c’est une préoccupation du ministre dans les réformes qu’il voulait (veut) imposer (EPEP). C’est cela en réalité qui l’intéressait. Et le discours avait été bien relayé par le député REISS quand il disait, en substance, que si des réformes sont mal ou pas appliquées, c’est parce que les directeurs d’école n’ont pas le pouvoir de les imposer.
Et la délégation du GDID (toujours selon ce document) précise qu’elle est prête à assumer TOUTES ses RESPONSABILITES.
Quel aveu et quel feu vert donné au ministère !!!
Jusqu’à présent, certains ici même nous assuraient, la main sur le cœur, des trémolos dans la voix, qu’ils ne voulaient pas créer un échelon hiérarchique. On avait du mal à les croire tant ça les démange.
Mais cette fois, c’est clair. Les choses sont dites et de façon on ne peut plus nette.
Oh, bien sûr, on ne fait pas un long discours sur le sujet. Faut pas effrayer les dirlos. Mais le message est passé. Ne seront bernés que ceux qui le veulent bien.

Hélène 09/06/2009 15:41

"A ce que je sache vous n'avez pas craché que sur l'emploi proposé… Une directrice d'école qui n'a jamais rien dit pendant 3 ans mais qui cette fois ci en a marre…"
 
Peut-être que si cette collègue avait dénoncé la précarité de ces emplois, on n’en serait pas là aujourd’hui. Sur ce point précis, je partage l’avis de Pascal, délégué du personnel. C’est honteux chère collègue ! Il est des cas où on gagne à se taire pour éviter de dire d’aussi grosses âneries !

Gégé 09/06/2009 13:42

Quelques remarques :1- les réactions des collègues qui protestent contre l'invasion de mails sont vraiment regrettables. c'est même incompréhensible.2- le collègue délégué a bien réagi, je trouve. il a dénoncé tout en restant correct. rien à dire.3- des collègues qui en profitent pour taper sur le dos du délégué, c'est moche, c'est petit, c'est lamentable. ils devraient, au contraire, saluer cette initiative pleine de bon sens au lieu de critiquer. C'est symptomatique de l'état d'esprit qui règne actuellement. On ne respecte plus rien ni personne. Attention aussi de ne pas provoquer ce genre de réactions en poussant les collègues à ne plus militer dans les organisations syndicales. On arrive vite à ce type de déviance.

henri 09/06/2009 13:35

Au-delà de l'aspect quelque peu anecdotique (mais non négligeable pour autant) d'une bataille par mails interposés, ce dont témoigne ceci c'est bien de l'immense fatigue que bon nombre d'entre nous ressentent au terme d'une année très difficile qui a vu s'accumuler les tâches les plus diverses et les plus disparates sur les épaules des directeurs d'école :- gestion des évaluations CM 2 et CE 1 ;- aide personnalisée (mise en place et bilans) ;- stages RAN ;- évaluations des AVSi (nouveau rôle pour les directeurs) ;- bilans et enquêtes diverses qui nous guettent tous les jours en ouvrant nos boîtes mails ;et vous pouvez poursuivre la liste à votre guise, je n'ai guère le temps de le faire !Un ras-le-bol généralisé saisit bon nombre de collègues dans uns situation d'autisme généralisé...Un exemple entre autres : le courrier adressé par un collègue directeurs aux syndicats de son département et qu'il convient de lire attentivement :
http://www.dirlo.org/forums/index.php?showtopic=188&pid=2839&st=0&#entry2839
 
Jusqu’à quand ?

henri 09/06/2009 13:11

Le lien disparaissant, on peut se rendre sur les forums du site "dirlo.org", sujet "le ras-le-bol généralisé" ! Instructif !

henri 09/06/2009 13:09

Je remets en ligne le lien qui a disparu :




henri 09/06/2009 13:08

Au-delà de l'aspect quelque peu anecdotique (mais non négligeable pour autant) d'une bataille par mails interposés, ce dont témoigne ceci c'est bien de l'immense fatigue que bon nombre d'entre nous ressentent au terme d'une année très difficile qui a vu s'accumuler les tâches les plus diverses et les plus disparates sur les épaules des directeurs d'école :- gestion des évaluations CM 2 et CE 1 ;- aide personnalisée (mise en place et bilans) ;- stages RAN ;- évaluations des AVSi (nouveau rôle pour les directeurs) ;- bilans et enquêtes diverses qui nous guettent tous les jours en ouvrant nos boîtes mails ;et vous pouvez poursuivre la liste à votre guise, je n'ai guère le temps de le faire !Un ras-le-bol généralisé saisit bon nombre de collègues dans uns situation d'autisme généralisé...Un exemple entre autres : le courrier adressé par un collègue directeurs aux syndicats de son département et qu'il convient de lire attentivement :




PouK 09/06/2009 11:03

Pareil chez nous, Anne-Marie. C'est pour ça qu'on n'avance pas. Entre ceux qui sont pour le statut quo, ceux qui ont peur de leur ombre, ceux qu'il ne faut pas déranger dans leur train-train quotidien...Ah, si seulement, nous formions une corporation soudée, solidaire et revendicative... Je rêve.Résultat des courses : ça fait le bonheur des syndicats et des gouvernements.

mat pu j.prevert 09/06/2009 10:55

Je pense qu'on retrouve partout des réactions semblables. Chez nous aussi, dès que des collègues manifestent sur les boîtes mail-école, certains autres râlent parce qu'on les bombarde de courriers et que ça leur fait perdre du temps. D'autres encore estiment qu'on n'a pas à régler des problèmes syndicaux sur cette messagerie.Bref... il y a toujours des gens qui ne se sentent pas concernés par les revendications. A croire que leur situation les satisfait.Anne-Marie