Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 15:49


Dans un communiqué, le SNE-CSEN se félicite d’avoir obtenu un avantage substantiel dans l’accélération de la carrière des directeurs d’école.

  

« Grâce à la pugnacité du SNE-CSEN face aux nombreuses pressions de certaines organisations pour empêcher que la promesse faite par le Ministre en novembre 2008 (voir pièce jointe) ne soit tenue, la circulaire permettant l'attribution aux directeurs d'un point supplémentaire au barème pour l'accès à la Hors Classe, est enfin arrivée dans les Inspections Académiques.

Sans flonflon, ni ballon, le SNE continue son action ! »

 

Nous reproduisons un extrait de cette circulaire ministérielle datée du 2 avril, envoyée aux Inspecteurs d'Académie.

 

« Objet : Avancement à la hors classe des professeurs des écoles à la rentrée scolaire 2009.

 

Réf : Décret n° 2005-1090 du 1er septembre 2005 relatif à l’avancement de grade dans les corps des administrations de l’Etat.

 

J’appelle votre attention sur les conditions d’accès à la hors classe des professeurs des écoles pour l’année 2009/2010.

Les modalités indiquées dans la note de service n° 2006-078 du 11 mai 2006 publiée au BOEN n° 20 du 18 mai 2006 continueront à servir de référence pour la campagne de promotions 2009.

Je vous demande toutefois d’être particulièrement attentif à la situation des directeurs d’école, éléments essentiels de la qualité du pilotage et de l’animation au sein des écoles. Pour mieux reconnaître leur investissement professionnel, vous pourrez ainsi, dès cette année, leur attribuer un point supplémentaire pour le calcul du barème à la hors classe […] ».

 

 

Les premières réactions n’ont pas tardé. Ainsi, sous la plume de Yvon Guesnier, la CGT Educ’Action 06 réagit :

 

« Hors classe des P.E. : Non à la division !


Le Ministère donne la possibilité  aux IA, à partir de cette année, de donner 1 point pour l'accès à la Hors Classe pour les Directeurs-trices, mais sans, bien entendu, augmenter le contingent de cette dernière... Ce qui revient à donner un "avantage" à une certaine catégorie de collègues par rapport à d'autres catégories, sans que cela ne coûte rien, en clair aider à la "revalorisation" de la fonction de directeur-trice en prenant sur l'ensemble des collègues... Méthode connue et de plus en plus souvent employée...


Est-ce choquant ?


Pour la Cgt-Educ'Action ce qui est choquant c'est la hors classe elle-même !

 
Nous sommes favorables à 2 échelons supplémentaire atteignables par tous et toutes et à une accélération des promotions par le passage des collègues issus du corps des instits au rythme le plus rapide et hors barème, les échelons de fin de carrière. Et ce pour permettre au maximum de collègues de partir au moins au 11° échelon et de ne pas "entrer" en concurrence avec les collègues issu-e-s directement du corps des P.E.

 […]
C'est le premier élément d'une remise en cause s'un barème général au profit d'un premier pas vers une individualisation chère au Ministre, comme cela existe dans le second degré ! En clair à terme la hors classe laissée à l'appréciation des IA... La "gueule du client"...
 

 

Je divise, tu divises, il-elle divise, nous divisons, vous divisez, ils-elles profitent !!! »

 

 

A l’autre bout du pays, Bruno ROBIN (secrétaire départemental de la FSU 59), réagit doublement. D’abord pour attaquer le SNE, ensuite pour entonner, lui aussi, le thème de « la division pour mieux régner »…

Formule classique pour ne pas avoir à répéter que les directeurs sont des « enseignants-comme-les-autres » mais qui veut bien dire ce qu’elle veut dire… (Fautes comprises)

 

« Quelle différence y-a-t'il entre "être favorable" et "décréter que" ?


Il semblerait que les privés de ballon du SNE n'ait pas encore compris les subtilités du Ministre ... ou bien qu'ils tentent de nous faire  prendre des vessies pour des lanternes !!

Diviser pour régner ? N'est-il pas plus juste de réclamer que tous les PE accèdent à la hors classe au rythme le plus rapide ? Car finalement, le déroulé de carrière de chacun doit-il dépendre de celui des autres ? Ou encore, la notion de mérite est-elle vraiment la meilleure façon de progresser ?

Rassurons le SNE : il n'existe de pressions que dans le cadre d'un rapport de force et nous savons bien qui est à l'origine de tous nos tracas et du démantèlement de l'école publique. A trop fréquenter les salons du Ministre, on finit par perdre le nord. »

 

Quand Bruno Robin s’en prend sur un ton virulent au SNE qu’il accuse de « trop fréquenter les salons du ministre », oublie-t-il le temps de la « cogestion » dénoncée aujourd’hui par certains syndicats qui jouent les vierges effarouchées ?

 


En mars 2008, Marcel Pochard, Conseiller d’Etat, auteur du « livre vert sur l’évolution du métier d’enseignant » critiquait la « cogestion Etat – syndicats à l’Education nationale ».

 

Interrogé sur le fait qu’en France, les organisations syndicales détiennent un certain pouvoir, comme celui d’informer les enseignants sur les affectations et les mutations, ce que l’administration ne fait pas toujours, il répondait :

 

« Nous sommes effectivement là dans un domaine type que l’on peut qualifier de cogestion. Le langage tenu par les deux partenaires est sensiblement le même. A savoir : ce système n’est pas très bon mais, dans le fond, il est possible de limiter les dégâts par des mesures d’accompagnement. Même chose pour la notation des enseignants : les syndicats comme l’administration n’ont pas véritablement envie de trouver un autre système de notation parce que le système actuel a le seul mérite d’exister. »

 

 

Dans sa circulaire aux IA, le ministère se montre élogieux envers les « directeurs d’école, éléments essentiels de la qualité du pilotage et de l’animation au sein des écoles ».

Il commence la phrase suivante par : « Pour mieux reconnaître leur investissement professionnel… ». Que ne la termine-t-il pas par l’annonce « d’un statut de directeur d’école » ?

La reconnaissance serait claire et nette, et tellement plus crédible…

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Propositions du Ministère
commenter cet article

commentaires

Pierrot 22/04/2009 08:06

Soit Darcos donne un point et personne, pas même un syndicat, ne pourra s'y opposer... ... Ah bon? T'es vraiment déroutant Dédel! Quand à la paranoïa, faut voir.> dans mon dép. le sden, avec constance, s'y oppose.Le SNUipp lui emboîte le pas mais en demandant par ailleurs que les CPC puissent atteindre la HC "automatiquement".Visiblement là il y a conflit d'intérêt catégoriel, et le SNUipp a choisi un camp!> même pour l'attribution d'un EVS "administratif" le SNUipp revendique que ce soit le CM qui décide...> quelle action en notre faveur depuis maintenant plus d'un an, alors que les motifs ne manquent pas...paranoïa ou simple constat?

Dedel 21/04/2009 23:35

"Apparemment, certains syndicats..."Soit Darcos donne un point et personne, pas même un syndicat, ne pourra s'y opposer... Soit le point n'est pas donné, par l'IA, et alors, c'était du foutage de gueule...Faut arrêter de toujours suspecter les syndicats de tout faire pour s'opposer aux dirlos... ça tourne à la paranoïa.

Louis XI 21/04/2009 20:59

Apparemment, certains syndicats tentent déjà de faire abolir ce privilège :http://ecolinfo.blogspot.com/2009/04/une-bonne-nouvelle-pour-les-directeurs.html

Pierrot 21/04/2009 19:52

Tu as peut-être raison mais vu la proportion de gens dans les écoles par rapport aux équipes d'IEN, ça me paraît surprenant.ça serait logique, mais ça n'a rien à voir, puisqu'il n'y a pas de "quota" par catégorie, on nage tous dans le même bain.Ceux qui sont sortis de l'eau () sont ceux qui accèdent le plus vite au 11°, donc avec une note qui crève le plafond dép.Et le très peu d'élus ne permet pas une grande mixité. Qui mieux que ceux qui "sont avec" obtiennent des notes canons de la part de l'IEN ou l'IA?Les dirlos, qui courent toutes la journée, qui sont les seuls à qui l'on demande des justifications administratives (scandaleux, puisque nous sommes des enseignants comme les autres nous n'avons pas d'évaluation administratives... qui proteste?), qui sont jugés sur 2 métiers différents pendant le même temps, ou les porte valises des IEN?

merlin 21/04/2009 09:48

Il est quand même possible de se faire une petite idée perso: lorsque la liste des promus sera publiée dans toute bonne revue syndicale de ton choix, analyse-la. Tu constatera probablement que les CPC et psy sont nommés assez tôt et que les dirlos et adjoints qui le sont , .... seront partis à la retraite l'année suivante ou peu s'en faut. Il s'agit là de nomminations presque à titre honorifique si l'on peut dire. Non, il n'y a pas d'égalité, la HC et son faible contingent de promouvables est bien la chasse gardée de quelques " privilégiés".

PouK 21/04/2009 09:26

Dedel dit qu'il n'a pas de statistiques précises sur qui passe en HC... Peut-être que c'est interdit, comme les statistiques ethniques, ça arrange bien tout le monde... Mais, ce que tu avances Pierrot, ça me semble difficilement plausible... Mathématiquement, je veux dire."Le CR de la commission Thélot donnait la proportion suivante: 75 / 25 en faveur des enseignants des équipes IEN/IA et autres déchargés de classes, 25 pour les instits/ PE /dirlos."Tu as peut-être raison mais vu la proportion de gens dans les écoles par rapport aux équipes d'IEN, ça me paraît surprenant. Ceci dit, je ne conteste pas puisque je n'ai aucun chiffre à mettre sur la table.

Pierrot 21/04/2009 08:57

... J'avais bien compris Gégé, qui n'est pas le diminutif de "Gérard", mais bien les initiales de "Grande Gueule"  Pierrot, tu comprend mieux pourquoi je ne serai jamais délégué ou élu d'un syndicat, quel qu'il soit... Trop grande gueule, trop atypique, pas assez bon soldat...Oui et non, parce que cela veut dire qu'il faut être un bon soldat pour espérer se faire entendre de l'intérieur, donc j'espère que tu comprendras à ton tour que j'ai pu reprendre ma liberté et de penser et de dire...Cela dit, je me reconnais quand même dans beaucoup de leurs luttes et je partage la plupart de leurs revendications.... Je n'ai aucun problème avec cela, je reste accroché à la certitude du bien fondé du dialogue social. Et pour cela il faut, il faudrait, un syndicalisme vivant.La seule chose que je regrette (en dehors d'une totale incohérence en ce qui concerne la problématique des directeurs) d'une façon générale, c'est que la critique de l'intérieur n'existe pas...Je ne supporte pas les passe-droits. Je ne vois pas pourquoi il faudrait permettre aux CPC d'avoir mieux et plus que les autres. Pour l'attrait du poste ? Mais il n'est pas en danger. Je ne vois pas autour de moi de poste vacant chez les CPC. Pas d'accord, non plus, de les faire passer plus vite que tout autre enseignant en HC.OUI, OK, mais le SNUipp joue la carte de l'équité quand ça l'arrange:> tous pareils quand on ose donner un "possibilité" aux directeurs.> Pas tous pareils quand il demande l'accès automatique à la HC por les CPC, un statut pour les mêmes CPC, les psyscos, quand le SNUipp demande que les Maîtres formateurs, les Maîtres E soient déchargés des 60 HS... Le paiement de l'ISSR les week-end quand l'indemnité ZEP est liée à la présence effective...Tous pareils, mais quand on fouille un peu on s'aperçoit très vite que le SNUipp (le SE aussi d'ailleurs...) est très catégoriel dans ses revendications.

Gégé 20/04/2009 23:03

Pierrot,Ma proximité de pensée avec le SNUipp ne fait pas de moi un béni oui-oui. J'ai toute latitude de penser et de dire ce que je veux. On peut être proche par les idées d'une organisation sans pour autant prendre pour argent comptant tout ce qu'elle dit.Je t'ai cité l'exemple de la communication sur les EVS : j'ai trouvé le SNUipp très mauvais. Je l'ai dit aux délégués que je connais.Même chose pour les demandes diverses de "favoritisme" pour les membres de l'équipe des IEN. Je suis très attaché à l'équité. Je ne supporte pas les passe-droits. Je ne vois pas pourquoi il faudrait permettre aux CPC d'avoir mieux et plus que les autres. Pour l'attrait du poste ? Mais il n'est pas en danger. Je ne vois pas autour de moi de poste vacant chez les CPC. Pas d'accord, non plus, de les faire passer plus vite que tout autre enseignant en HC.Pierrot, tu comprend mieux pourquoi je ne serai jamais délégué ou élu d'un syndicat, quel qu'il soit... Trop grande gueule, trop atypique, pas assez bon soldat... Cela dit, je me reconnais quand même dans beaucoup de leurs luttes et je partage la plupart de leurs revendications. Mais toujours en restant libre de dire : "sur tel point, pas d'accord !"

henri 20/04/2009 18:11

"Ne pouvant plus accéder au Site du GDID devenu beaucoup trop compliqué, je m'adresse à DIRECTEURS EN LUTTE."C'est une plaisanterie ? Allez ! un petit effort et tu seras récompensé de ta ténacité (involontaire ?)

Pierrot 20/04/2009 17:53

@ dédel,Non seulement tu évites de répondre aux questions, mais en plus quand tu y réponds tu divagues.Le CR de la commission Thélot donnait la proportion suivante: 75 / 25 en faveur des enseignants des équipes IEN/IA et autres déchargés de classes, 25 pour les instits/ PE /dirlos.Mais j'aurai des chiffres plus récents bientôt...Et je trouve ton allusion sur notre "proximité" avec les IEN très désobligeante et très éloignée de la réalité. En général, et tu devrais le savoir, nous n'avons pas le temps de fréquenter les Palais... Mais d'autres y passent leur temps.Mais chassez le naturel... l'amour que tu nous portes transpire à chaque mot de ton commentaire.@ Théo, Ce qui est problématique, ici, ce n'est pas que les dirlos aient un point de plus pour accéder plus facilement. C'est que l'accès se fait au détriment des collègues instits. Il y a déjà si peu de passages en HC que si on en retire certains pour les réserver à d'autres, il ne restera que des miettes.Je serais assez d'accord avec ça, s'il y avait une égalité de traitement quand il s'agit de nos problèmes.Le SE et le SNUipp placent leur revendication uniquement sur l'avoir, et là, sur la HC, opposition (alors que par exemple les ZEP en bénéficient., et c'est plutôt normal), et quant ça ne coûte rien (60hs) c'est NON pareil...ALORS QUOI?> quelle action spécifique pour dénoncer la surcharge de turbin et quelle revendication en contre partie de tout ce qui nous tombe dessus à longueur d'année (voir le rapport de la DESCO sur lequel le GVT s'est appuyé pour signer le proutocole, et tout ce qui s'est ajouté depuis)?•PS: Dédel, puisque Gégé ne veut pas répondre, ta position sur la demande des CPC du SNUipp (statut et accès d'office à la HC)?

oleoduc 20/04/2009 16:53

Ne pouvant plus accéder au Site du GDID devenu beaucoup trop compliqué, je m'adresse à DIRECTEURS EN LUTTE.Je ne trouve pas dans les Nouveaux Programmes, ni dans le règlement départemental, la durée des récréations.
Pouvez-vous m'aider ?Merci !

merlin 20/04/2009 11:52

Je souscris en grande partie à ton propos. J'ai toujours été révolté par le fait que nos " égaux" du collège aient un accès plus large à la HC que nous. Je ne change pas d'avis aujourd'hui. Je suis pleinement favorable à un quota plus important pour tous. Ce que j'écris aussi, c'est que les syndicats réclament aujourd'hui ce devoir d'égalité alors qu'hier, il n'existait pas pour d'autres catégories de personnels dont on peut se demander s'ils sont plus méritants que l'instit de base? Ce n'est pas le cas et les statitstiques montrent sans discussion possible que le psy, le CP, l'IMF passeront avant les autres. Alors les dirlos, comme je le dis, n'ont pas plus de mérite que d'autres dans leur boulot d'enseignant, mais leur surcharge de travail, sans rémunération à la hauteur en face, justifie aussi, la possiblité d'une reconnaissance financière facilitée par une accession plus rapide à la HC .Maintenant, il faut relativiser l'avancée car 1 point... avec les quotas actuels...ce sera certainement plus symbolique qu'effectif... mais pour certains , c'est encore trop!

Théo62 20/04/2009 11:11

@ Merlin"Le fait qu'un dirlo puisse accéder plus " facilement" qu'un autre enseignant à la HC est-il une injustice crasse?"Pour moi, non. On peut le concevoir sans que ça me choque, dans la mesure où on n'arrive pas à être mieux rémunéré. C'est ce que j'ai expliqué en parlant du 12ème échelon.Ce qui est problématique, ici, ce n'est pas que les dirlos aient un point de plus pour accéder plus facilement. C'est que l'accès se fait au détriment des collègues instits. Il y a déjà si peu de passages en HC que si on en retire certains pour les réserver à d'autres, il ne restera que des miettes.Tu comprends, c'est ça qui est terriblement injuste. Si le gouvernement ajoute des possibilités d'intégrer, OK, je comprends. Mais on ne peut pas dire qu'untel est plus méritant qu'un autre pour lui piquer une place en HC. Ce serait incorrect et injuste. Si on l'accepte dans ces conditions, c'est la jungle : chacun pour soi au détriment du voisin. Merci, mais je ne trempe pas dans cette combine.

merlin 20/04/2009 09:57

Le fait qu'un dirlo puisse accéder plus " facilement" qu'un autre enseignant à la HC est-il une injustice crasse?N'oublions pas  une chose chère à tous les syndicats: le dirlo est un instit'com'les ôtres. Il ne devrait donc pas " bénéficier" d'un avancement différent... si ce n'est quand même que lorsqu'un instit bosse dans l'école pour sa classe , son collègue dirlo le fait pour l'école ( sa classe viendra après) , que pendant le temps de classe, le dirlo se dédouble ( ou se détriple s'il a un cours double pour alléger un jeune collègue), que le dimanche ou pendant les vacances sa présence rassurante dans l'école assure les parents quen cas de besoin , on peut frapper à la porte...Alors un point de plus pour toutes ses heures de bénévolat pour l'EN , c'est trop? Apparemment pour le SE et le Snuipp , oui , sauf si les enseignants concernés ne sont pas instits'com'les'ôtres cad proche des IEN ( très proches), de la MDPH, CMPP et autres..., Chacun se fera son opinion devant cette analyse quelque peu partiale des mérites des uns et des autres.Que chacun se rassure ou se désole, Bérille et Moindrot ont peut-être déjà pris un taxi commun pour se rendre au ministère et demander le retrait du point honni afin de rétablir une égalité& parfaite dans le corps enseignant.  Quand aux palmes de Dédel, même si on ajoute la bouée canard assortie , je les lui laisse sans aucun remord

Moira377 19/04/2009 23:21

Ouais ! Super ! les dirlos ont plus facilement les palmes ! Comme on ne peut ou ne veut pas leur donner un statut, on les contente par un hochet ! A condition qu'ils l'achètent le ruban... Une image pour les CP, les palmes aux dirlos...Merci patron de nous réserver le statut de palmipèdes... Remarquez que cet honneur fait aux dirlos  ne semble pas gêner les bons syndicats...

merlin 19/04/2009 23:10

La réalité n'est pas la même dans tous les départements: moi, je constate que la HC concerne très majoritairement les CP, IMF, psy... et quelques enseignants , directeurs ou pas, juste avant la retraite. Les fameuses "palmes" , j'en parle même pas.  Ce qui interpelle dans les posts précédents, c'est que certains syndicats se "réveillent" sur le sujet de la HC le jour ou celle-ci pourrait concerner quelques dirlos...  Avant cela, les mêmes semblaient s'en contenter...phénomène d'allergie probablement.

Densi 19/04/2009 20:35

Et si 'on' commençait déjà par réclamer le respect du quota des HC, il me semble bien qu'à une certaine époque c'était une promesse Darcosienne. Dans le 2ème degré on ne discute pas de la même façon, il y a de la place pour tous...Nb: Dedel je ne sais pas d'où tu tiens cette stat car chez nous la sur-représentation est ens.spé(directeurs Segpa, établissements) et IMF... Pour les palmes c'est vrai aussi chez nous pour les dirlos, mais est-ce aberrant en fonction des missions confiées et vu ce que celà rapporte...

Dedel 19/04/2009 20:01

"J'aimerais bien avoir une répartition des HC par catégorie, on pourrait comprendre pourquoi ça s'appelle  "Hors Classe""Je n'ai pas de statistiques précises mais ce que je peux dire c'est que ce sont surtout des directeurs qui passent en HC. En tout cas proportionnellement aux effectifs qu'ils représentent dans le 1er degré, ils sont sur-représentés.Encore plus net pour tout ce qui concerne les palmes académiques qui concernent quasi essentiellement des directeurs dans certaines circonscriptions.A quoi attribuer cette "reconnaissance" ? probablement au fait d'avoir une relation personnelle plus proche et plus privilégiée avec son IEN...

Pierrot 19/04/2009 13:40

@ Gégé,Dans l'EN, le salaire au mérite équivaut souvent à récompenser le subalterne qui fait du zèle, qui met en application ce que le supérieur direct demande, qui ne manifeste pas, qui est toujours du bon côté...etc.> et je suis certain que c'est ce qui se passe pour accéder à la HC. J'aimerais bien avoir une répartition des HC par catégorie, on pourrait comprendre pourquoi ça s'appelle  "Hors Classe".C'est loin, très loin, de ma conception des relations dans le travail.... Comment conçois-tu, alors, la demande  des CPC du SNUipp?CPC très prêt du "patron"...@ Muriel,Au regard du nombre d'abstentions, on ne sait pas où on voté les directrices et les directeurs.Par exemple la CFTC a progressé, de là à dire que c'est que c'est grâce à nos voix...Il faut dire que Darcos a été un très bon mobilisateur, et le SNUipp a bénéficié de sa position de leader. Maintenant, ces élections sont passées et y faire référence tend à montrer que l'on fait cela pour ceci... On fait parce qu'on y croit! 

Gégé 19/04/2009 11:55

Attention à la notion de salaire au mérite... Que signifie être "méritant" ?Le mérite se mesure-t-il selon les échelons occupés dans la hiérarchie ?Un dirlo plus méritant qu'un instit. Un IEN plus méritant qu'un dirlo. Un IA plus méritant qu'un IEN...etc.C'est dangereux de s'embarquer dans cette voie car c'est accepter ensuite qu'un patron "mérite" bonus, stock options, parachute doré... au nom du salaire au mérite.Pour ma part, je préfère que les gens soient rémunérés selon leur responsabilités sans aller de 1 à illimité comme les capitaines d'industrie.Dans l'EN, le salaire au mérite équivaut souvent à récompenser le subalterne qui fait du zèle, qui met en application ce que le supérieur direct demande, qui ne manifeste pas, qui est toujours du bon côté...etc.C'est loin, très loin, de ma conception des relations dans le travail.

Muriel 19/04/2009 09:37

Petit couac, Rousseau... le nombre de collègues directeurs qui se disent en adéquation avec le SNE ne se retrouve pas dans les urnes. En décembre dernier, le score du SNE était à peine 2,6 % et en recul de plus de 1 %.Un manque de cohérence chez les directeurs qui se reconaissent souvent dans les demandes du SNE mais qui se réfugient dans un vote SNUipp ou SE. Je ne comprends pas. Après, les mêmes viennent se plaindre des syndicats majoritaires...

Théo62 19/04/2009 08:50

"une absurdité totale..."On est d'accord si on accepte le système actuel. Mais combien terminent leur carrière au dernier échelon de la HC ? Combien simplement y accèdent ? Beaucoup réclament un 12ème échelon pour améliorer les salaires des PE. Combien de collègues se trouvent bloqués au 11ème et stagnent quelle que soit leur valeur ? Demander l'accès à la HC est une façon de s'approprier un 12ème échelon. Est-il stupide de réclamer de meilleurs salaires ? "Le principe de la hors-classe est celui d'un avancement au mérite, de distinguer, salarialement parlant, celle ou celui qui a fait preuve d'un travail particulier, de compétences le distinguant des autres, etc..."Le principe est celui-là. D'accord. Mais la réalité ? Y aurait-il si peu d'enseignants "méritants" ? Quand on connait le système d'évaluation des instits, on peut s'interroger sur le "principe de salaire au mérite". Partant de ce constat, je ne considère pas débile de demander l'accès à la HC pour un maximum de collègues. Le jour où le système sera transparent et véritablement honnête, je reverrai ma position.Le fait de discriminer les dirlos serait stupide et condamnable, je suis d'accord. Mais est-ce le cas ? Demander une certaine forme d'égalité, ce n'est pas rejeter un groupe, une entité ou une corporation. Pas du tout.

rousseau 19/04/2009 00:50

Le SNE a le mérite d'avoir une ligne de conduite et de s'y tenir, et d'obtenir des avancées concernant la direction d'école. Je ne vois pas où est le problème, sauf pour ceux qui considèrent encore  qu'un directeur, c'est juste un collègue qui travaille beaucoup plus qu'eux...mais qui ne doit surtout pas en tirer le moindre avantage!Bonnes vacances!

thierry fabre 18/04/2009 23:36

Ce qui est, Théo, une absurdité totale...Le principe de la hors-classe est celui d'un avancement au mérite, de distinguer, salarialement parlant, celle ou celui qui a fait preuve d'un travail particulier, de compétences le distinguant des autres, etc...Qui dit "salaire au mérite", au travers de cette hors-classe, implique un choix, celui d'accepter ou de refuser un tel système.Le refuser, sur tel ou tel argument égalistariste, peut se concevoir. mais, en ce cas, il serait logique de se déclarer pour la suppression pure et simple de cette hors-classe.Par contre, demander la "hors-classe pour tous" ne serait que de la démagogie.Or, je constate que la plupart des syndicats enseignants ne demandent pas la suppression de la hors-classe. Au contraire, ils revendiquent que cette hors-classe favorise telle ou telle catégorie de personnels. Par contre, dès que les dirlos pourraient être concernés, là, ça pose problème...On en viendrait à se demander ce qu'on a bien pu leur faire, à ces syndicats-là, pour qu'ils nous en veuillent autant !  A moins qu'à force de remplacer l'idée par l'idéologie, la pensée par le slogan, la raison par le raisonnement-tout-prêt-à-l'emploi, ils ne peuvent tenir autre discours...Thierry FabrePS Et ceci est d'autant plus débile lorsque l'on compare le nombre de promouvables au contingent des hors-classes. La petite réformette du ministère n'aurait, au mieux, concerné que quelques dizaines d'entre nous. Ca doit être encore trop....

Théo62 18/04/2009 22:24

Complètement d'accord avec toi. D'ailleurs, c'est ce qui est demandé par tous les syndicats depuis longtemps. Les pourcentages ridiculement faibles de places en HC sont dénoncés depuis longtemps. C'est un problème de gros sous, une fois de plus.Pour ce qui concerne l'article, relis-le bien et tu y trouveras ce que tu demandes :"N'est-il pas plus juste de réclamer que tous les PE accèdent à la hors classe au rythme le plus rapide ?"Qui ne serait pas d'accord quand on sait à quel point les salaires des enseignants sont bas.Dans les années 50, l'instit avait un salaire équivalent à celui d'un capitaine dans l'armée. Le différentiel est important de nos jours et il n'est pas en notre faveur... Le passage en HC est une nécessité pour tous. C'est ça qu'il faut demander. C'est ce que tu dis et j'approuve.

nadine 18/04/2009 21:55

Et pourquoi pas demander les deux ?C'est déjà une avancée, ça. Pourquoi râler ?

Théo62 18/04/2009 21:20

Ce qui est regrettable dans l'histoire, c'est pas que les dirlos aient un point de plus pour passer plus vite en HC, mais que ce soit pris sur le contingent existant. On veut déshabiller Pierre pour habiller Paul. C'est ça qui est anormal.Pourquoi ne pas créer des possibilités supplémentaires pour qu'il y ait plus de gens qui passent en HC ? Quand on voit qu'il y encore des instits qui partent en retraite sans être PE !Je crois que c'est ce scandale que dénonce Robin, tout simplement.

Pierrot 18/04/2009 19:48

Je vais peut-être surprendre, mais il y a de la cohérence dans la position du SDEN CGT (Yvon Guesnier, si tu nous regardes...). Ils sont de la même manière opposés aux bonifications ZEP, pour supprimer la HC et ajouter 2 échelons de plus à la classe normale... Je ne la suis pas, mais leur ligne est claire.Ce que je leur reproche, c'est de se servir de ça pour en remettre une couche sur la division... Discours purement idéologique qui ne permet pas d'obtenir des compensations.Pas de point de bonification, OK, mais quoi alors?... Ben RIEN.Par contre le SNuipp n'a pas froid aux yeux, pour lui la cohérence n'est pas un pilier sur lequel on doit s'appuyer... Mais quand on est riche et puissant...Une autre preuve:Extrait du SNUipp Côtes d'Armor au sujet des conseillers pédagogiques (en 2006):
...2- Afin de conserver un certain attrait à la fonction nous demandons une hausse significative de nos salaires et le passage automatique à la hors classe comme nos collègues directeurs d'école d'application . Mais pas comme vos collègues (?) dirlos  ...