Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 23:17


La révision générale des politiques publiques (RGPP) se poursuit. Le gouvernement en attend 7,7 milliards d'économies, sur 1 000 milliards de dépenses.

Tout se passe dans l’ambiance feutrée des ministères, dans la plus grande discrétion mais, en coulisses, les décisions arrêtées en 2007 et 2008 commencent à être mises en œuvre.

 

Est-ce à dire que tout va pour le mieux pour la RGPP ? Pas tout à fait. La réforme du lycée a été ajournée. D’autres ont été mises en sommeil. C’est le cas de la création d’EPEP. D’autres encore ont été abandonnées sous la pression. C’est le cas du financement des associations complémentaires (Ligue de l’enseignement, Pupilles de l’enseignement public, Jeunesse au plein air, OCCE, Éclaireuses et éclaireurs de France, Francas, CEMEA, Fédération des œuvres éducatives et de vacances de l’éducation nationale) reçues par le ministre le 6 avril.

Toutes ces associations avaient été mises en danger à la rentrée 2008 par la décision abrupte du ministère de leur retirer 25% de leur subvention et de les priver des enseignants détachés qui les font vivre.

Hier, le ministre vient de reconnaître leur utilité. Il leur a promis son soutien financier à hauteur de 48 millions en 2009 et 49 en 2010. Par ailleurs, "les associations peuvent poursuivre une politique de recrutement des personnels de l’Education nationale sous le statut du détachement".

L'accord a aussi un impact financier important. "Nous retrouvons le niveau de financement de 2007 avec une garantie de versement. En cas de restriction, le ministre ne peut pas nous retirer plus de 25% de la subvention annoncée et il doit le faire avant une date limite. En 2008, on avait été sérieusement pénalisé par le gel de la subvention début octobre qui nous avait posé des problèmes de gestion très sérieux".

 

Certains objectifs n'ont pas résisté à la crise, comme la baisse des emplois aidés. « Il y a des ajustements. Mais nous tenons bon sur l'essentiel. La RGPP est le socle du budget triennal 2009-2011. Elle permet le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, un objectif maintenu », réplique Bercy.

 

Malgré ces difficultés, la RGPP avance… Même s’il lui faut prendre parfois des chemins de traverse pour ne pas heurter l’opinion. Ainsi, pour la réforme de l’école maternelle...

En promettant l'ouverture de "jardins d'éveil" début 2009, Nadine Morano remet en question les efforts réels de Xavier Darcos pour reprendre contact avec les enseignants de maternelle.

 

"Dès la rentrée, nous allons expérimenter un autre mode de garde qui viendra compléter la palette déjà proposée, les jardins d'éveil pour les 2-3 ans". Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille, relance la bataille contre l'école maternelle.

Elle annonce que ces jardins "seront intégrés dans les écoles lorsque cela est possible. Le coût de fonctionnement d'une place de crèche est de 13 000 euros par an, celui d'un jardin d'éveil de 7500 euros. Le financement de 8000 places est prévu dans la nouvelle convention que nous signerons avec la CNAF. Il sera croisé, CAF, collectivités locales, parents en fonction de leurs revenus comme pour une place de crèche, mais aussi les entreprises qui, dans le cadre de leur politique familiale, pourront financer les places de jardins d'éveil tout comme elles financent des places de berceaux".

 

Les organisations syndicales dénoncent le « subterfuge et le tour de passe-passe » de Nadine Morano.

Le Snuipp a beau jeu de relever que « cette mesure cache mal la volonté d’économiser des postes à l’école maternelle, de remettre en cause le principe de gratuité et d’aboutir à une réduction des ambitions du service public d’Education. Cette mesure revient sur la loi actuelle qui prévoit la scolarisation des enfants de moins de trois ans, en priorité, dans les écoles situées dans un environnement social défavorisé ».

 « L’annonce du financement partiel de 8000 places à la rentrée 2009 ne peut cacher la baisse régulière de la scolarisation des élèves de moins de trois ans à l’école maternelle. En effet le taux de scolarisation des enfants de moins de 3 ans est passé de 35,4 % en 2000 à 21,3 % à la rentrée 2008 (chiffres MEN) : ce sont 14 000 élèves supplémentaires qui chaque année ne trouvent pas de place à l’école maternelle ! Pour maintenir le même taux de scolarisation en 2008 qu’en 2000 il aurait fallu inscrire 113 000 élèves supplémentaires ! » 

 

Même constat pour le SE-Unsa qui parle de « plantage » de l’école maternelle.

« Quand on fait émerger des solutions payantes d’un côté et que l’on fait disparaître en plus grand nombre des solutions gratuites de l’autre, on voit dans quel sens on veut faire bouger la balance. La Cour des Comptes en a fait la démonstration dans son rapport de septembre 2008. »

 

Ainsi va la RGPP, cahin-caha, mais qui n’en poursuit pas moins son petit bonhomme de chemin… D’ailleurs, Bercy prépare pour la fin du mois un deuxième rapport. Depuis un mois, les ministres sont à nouveau auditionnés par le comité de suivi. « En décembre, nous avions des critères de lancement : y a-t-il un calendrier et des responsables ? Cette fois, nous regardons comment les projets avancent concrètement, en attribuant des feux verts, orange ou rouges », explique l'entourage d'Éric Woerth, le ministre du Budget. La barre est placée plus haut. « Mais les résultats sont satisfaisants », ajoute-t-on à Bercy. Parmi les 374 mesures issues de la RGPP, les feux verts devraient dominer.

 

La RGPP avance lentement mais inexorablement… Reste qu'il faudra attendre un ou deux ans pour savoir si le gouvernement n'a pas flanché.

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

VALMORI Patrick 08/04/2009 22:53

Merlin, je pense que tu confonds adhérents et votants. Les syndicats français en viennent à mesurer leur légitimité au nombre de voix recueillies aux élections professionnelles puiqu'ils ne peuvent le faire au nombre d'adhérents... Ils sont devenus squelettiques !Cette pauvreté en adhérents pose le problème toujours entouré de mystère du financement des organisations syndicales. Tout est flou : force réelle en adhérents et financement. Les gouvernements sont complices pour ne pas envenimer les relations. Il y a toujours eu un drôle de jeu entre les pouvoirs et les syndicats en France...

merlin 08/04/2009 20:09

  Il faut croire que oui et même une majorité. Certes des esprits chagrins ergoteront sur le nombre d'enseignants, le nombre de votants et le nombre de votants pour le majoritaire... certes, mais d'autres argumenteront en faisant valoir qu'il y a eu vote et que le résultat d'un vote, ça se respecte ...soit, c'est vrai aussi.   Alors oui, il reste des adhérents, des convaincus, des sincères, des qui se posent des questions, d'autres pas ... çeux-là , oui, il en reste quelqu'uns ... bien actifs d'ailleurs!

Densi 08/04/2009 19:22

'j'en arrive à me demander après 25 ans d'adhésion syndicale, si jene vais pas rendre mon tablier.depuis que j'ai rendu ma carte....'Queston subsidiare : il reste encore des adhérents ?

Maryse Lambelin 08/04/2009 18:52

Marc,"j'en arrive à me demander après 25 ans d'adhésion syndicale, si jene vais pas rendre mon tablier."Le mien, je l'ai rendu il y a 2 ans. Assez de voir qu'on se fiche de nous à longueur d'année. J'avais toujours été syndiquée depuis ma sortie de l'EN. Je ne pensais pas qu'un jour j'en viendrais à ne plus me syndiquer."j'avoue que les prises de positions des collègues du GDID ou de ce site, me font un immense bien"Toutes mes journées commencent par une visite de ces 2 sites. J'arrive assez tôt à mon bureau. J'allume l'ordi et je me plonge dans la lecture des articles et commentaires de Directeurs en lutte puis un tour sur le forum du GDID. C'est plus qu'une habitude, comme une drogue. C'est bête mais c'est comme ça.A l'opposé, les revues syndicales... un coup d'oeil rapide puis poubelle. Il ya quelques années, je les mettais en salle des maîtres. Terminé depuis que j'ai rendu ma carte. Après tout, s'ils veulent toucher leurs adhérents, qu'ils les leur envoient. Dans mon école, ça ne leur coûterait pas cher, je n'ai qu'une seule collègue syndiquée sur 12.

henri 08/04/2009 18:47

...et en plus, merlin, il capitalise ! "on commence à toucher les dividendes (...)"Alliance du sabre et du goupillon ?Vraiment trop fort ! Dédel !

merlin 08/04/2009 18:08

Chers collègues " minoritaires" retenez ce message: selon St Dedel, amateurs de fêtes religieuses et d'autodafés , rentrez dans la tanière d'où vous n'auriez jamais dû sortir, misérables cloportes!   Vous qui avez osé critiquer les positions du puissant syndicat majoritaire, honte à vous! Vous êtes donc, contre les MAD, l'école maternelle, les Rased et indignes de particper à la moindre lutte contre le gouvernement car vous en êtes un suppôt. Votre crime ? militer pour un statut des directeurs alors que le syndicat majoritaire vous a expliqué , dans sa grande mansuétude, que vous n'y aviez pas droit. Mais le simple fait d'occuper une fonction honnie, portant en elle le germe de la caporalisation, explique cela. Donc, aujourd'hui, en ce jour béni de grande victoire, vous baissez forcément la tête , misérables que vous êtes. Peut-être , si vous faites repentance et abjurez vos thèses hérétiques, vous accordera-t-on un strapontin lors de la prochaine messe. A voir. Ce sera sur dossier.  Il est bon d'être représentés par de vrais démocrates, ouverts au dialogue et attentifs aux propositions. Ils nous représentent ( majoritairement) si bien!

marc.gaudel 08/04/2009 13:16

@ Dedel,Ton message me prend à la gorge.Je reconnais ton engagement syndical. Tu n'as jamais dérogé à ta ligne de conduite. C'est à ton honneur.Je suis syndiqué.  Je suis membre du bureau d'un USEP départemental. On a failli perdre notre MAD. La situation et le travail des MAD, je connais.  Je suis dirlo et j'aime mon métier.Mais , mon syndicat (SNUIpp ) connait-il mon métier ? C'est parfois la question que je me pose. Rien qu'avant les vacances ( et oui, je suis en vacances) :- stage RAN. J'ai appris le vendredi à 16H15 qu'il fallait contacter mes deux parents qui le souhaitaient pour leur annoncer qu'il n'aurait pas lieu. Une phrase sybilline de la secrétaire de l'IEN- RASED. Je perds une maître E. Elle disparait. Débrouillez vous à la rentrée pour trouver des solutions.- Un jeune collègue habilitée allemand. Plus d'allemand. Son poste est défléchée allemand , fléché anglais elle saute. On lui propose un poste à 300 m de là, où on a besoin de sa compétence...  Je sens que l'on va se mobiliser autour d'elle. Tant mieux. Mais pour la collègue du RASED ?On va dire que l'arrivée d'un nouvel enseignant fléché langue et le déplacement contraint de la collègue habilitée allemand va amener le MEN à ne plus embaucher de vacataires... Parlons en ! Une jeune qui bosse, qui a entre autres 29 Cm2, avec des élèves durs, et .. aucune aide. Débrouillez vous Mlle. Vous êtes payée. Faites passer aussi le brevet langue niveau 1 : vous n'avez qu'à parler 15 min en tête à tête avec vos 29 élèves..  Et avec les autres , elle fait comment et quoi ? Et là, que dit-on ? Rien.Et qui doit prévenir tout le monde... Ne cherche pas : le dirlo.  Et à tous les coups je serai critiqué d'avoir donné des informations à mon IEN sur l'absence de germanistes à l'école l'an prochain...Tu présentes à juste titre les reculs (pas les retraits) de certaines mesures. XD part. Il ne fera plus rien. Et en plus,il passe ces idées par décrets.- les dirlos : des postes soumis à approbation des IA. Rien à redire, la loi est appliquée à la lettre.- les maternelles. Dans ma région ( la Bretagne) les 2 ans sont fort scolarisés.Les effectifs de maternelles son revus à la baisse et des postes fermés. Les deux ans ne seront scolarisés  que s'il y a de la place. Les maires se mobilisent, tant mieux. Mais si les jardins denfants arrivent....- la formation des maîtres. Quid de la formation continue ? Et surtout quelle formation pour les directeurs...Alors oui, je revendique un statut. Au moins il y aura une règle.Et quand je vois comment mon syndicat se mobilise pour ce sujet, j'en arrive à me demander après 25 ans d'adhésion syndicale, si jene vais pas rendre mon tablier.Et j'avoue que les prises de positions des collègues du GDID ou de ce site, me font un immense bien.Kermg  

Dedel 08/04/2009 10:42

@ Pouk
 
Oui, nouveau recul de Darcos.
La période s’annonce riche en fêtes religieuses m’autorise à un mauvais jeu de mots… Cette nouvelle reculade n’est pas arrivée par l’opération du Saint-Esprit…
 
N’empêche, on commence à toucher les dividendes de nos multiples actions (grèves, manifs, pétitions, délégations…) et c’est plutôt réconfortant quand on en fait la liste :
-       Les couches en maternelle
-       Les 1500 postes du RASED
-       La réforme du lycée
-       La formation des maîtres
 
Et cerise sur le gâteau : la création d’EPEP remballée ! Probablement l’action qui devrait rassurer les collègues directeurs puisqu’ils en auraient été la première victime en étant livrés pieds et poings liés aux municipalités.
 
Attention ! Loin de moi l’idée de crier « victoire » ! Non, on a vu à quel point le gouvernement est coriace et ne veut pas s’avouer vaincu. La vigilance s’impose si on ne veut pas voir rentrer par la fenêtre ce qu’on a dégagé par la porte. Oui, VIGILANCE extrême !
 
Ce matin, j’ai une pensée pour tous les collègues qui écrivent sur ce site pour critiquer les syndicats. Je les imagine dépités car ils doivent bien se rendre compte que les luttes commencent à payer et qu’elles sont seul gage d’efficacité.
Ont-ils conscience ces collègues de la force qu’on représenterait s’ils rejoignaient le combat contre la RGPP, véritable fléau contre la fonction publique. Au lieu de se disperser, souvent de bonne foi, dans des organisations très minoritaires qui parlent beaucoup mais qui n’ont pas les moyens de se faire entendre.
Dommage.

Froment 08/04/2009 08:22

Bel article ! Clair, précis et intéressant. Un régal pour l'enseignant passionné d'économie politique que je suis.Je me permets de le compléter, si vous le permettez, en disant que sur les 7 milliards récupérés, il est réservé 1 milliard d'euros pour améliorer le pouvoir d'achat des fonctionnaires comme s'y était engagé N. Sarkozy.

PouK 07/04/2009 23:34

Encore un recul de Darcos, si je comprends bien. Cette fois c'est sur les MAD qu'il cède du terrain. Faut dire qu'il s'était attaqué aux syndicats et à leurs amis...Eux, au moins, ils ont un statut, nous dit-on : un "statut de détachement". Les veinards, ils sont reconnus... Et nous, et nous ?