Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 18:51
Une charge féroce contre les enseignants


 

Dans « Côté Mômes » de mars 2009, un magazine gratuit qui se veut partenaire des parents, Laurent Rochut, éditorialiste, ne pratique pas la langue de bois… Il ne fait pas, non plus, dans la nuance… Dès le titre de son éditorial, le ton est donné…

 

 

Enseignants, gnants ! gnants !

 

« C‘est un usage en France de louer les enseignants pour leur courage, leur abnégation, la dévotion avec laquelle ils tiennent à bout de bras l’Education nationale. Les évaluations se succèdent, soulignant la médiocrité des performances de notre système éducatif ; on a beau démontrer que pour chaque euro dépensé, nombre de pays obtiennent de bien meilleurs résultats que le nôtre, rien n’y fait ! Aucun ministre ne peut tenir tête bien longtemps à la première armée de fonctionnaires de France. Si vous ajoutez à ça que les syndicats de parents d’élèves les plus influents sont assez mitoyens des syndicats enseignants quand il s’agit de mettre un bulletin dans l’urne, cela fait bien plus de connivences qu’il n’en faut pour que les choses changent dans la grande maison de la rue de Grenelle. Un ministre de l’Education, Lionel Jospin, faisant de l’éducation une priorité nationale en 1989, déjà, avait appelé à mettre l’enfant « au cœur du système éducatif ». On attend toujours !

Les professeurs des écoles, pour parler d’un corps que je connais bien pour en avoir fait partie près de dix ans, peuvent choisir l’école où ils enseigneront au privilège de l’ancienneté, à peine corrigé par une note de mérite qui, elle aussi, est largement indexée sur le temps passé dans la boutique. L’intérêt des enfants, selon les quartiers où on les oublie, à avoir en face d’eux des enseignants adaptés à leur situation est bien secondaire. Qu’importe, il y aura toujours un ministre ou un syndicaliste pour louer le mérite des enseignants, dans la masse, collectivement, pour ne pas avoir à faire le tri. Pourtant, c’est bien là que le bât blesse. L’Education nationale, dans ses grandes largeurs n’a pas de troupes à la hauteur de la bataille à mener. Elle compte des godillots à foison, mais, quand ils défilent, c’est pour clamer haut et fort les excuses qu’ils se trouvent de ne pas pouvoir faire mieux.

Concluons par un problème d’arithmétique. Sur 10 enseignants, quand vous avez retranché ceux qui font ce métier pour être chez eux à 17 h, ceux qui ont fini par ne plus pouvoir sentir les gosses, ceux qui ne les ont jamais aimés, ceux qui travaillent avec les mêmes fiches de préparation depuis quinze ans, ceux qui se sont arrêtés là parce qu’ils n’ont pas pu, ou pas su, épanouir sur le terrain de la recherche leur passion des maths, de la physique ou de l’histoire, ceux qui passent le tiers de leur temps à faire classe dans un labo de citoyenneté pour futurs syndicalistes, combien en reste-t-il pour faire de leur classe un creuset d’enthousiasme et d’appétit de connaître ? Pendant que vous cherchez, des instituteurs font la grève du soutien scolaire en salle des maîtres et la réforme des lycées est remise aux calendes grecques. »

  

 

Réponse de l’auteur sur son blog

 

« En réponse à ceux que mon édito de mars 2009 a choqué

 

Par quel mystère, ceux qui me répondent faire leur métier avec dévouement se sentent ils concernés quand je stigmatise, dans un éditorial, une disparité entre les enseignants dont les enfants sont les premières victimes ?

Pour l’exemple, je connais une école en Banlieue parisienne où 9 enseignants sur 10 refusent de mettre en place le soutien scolaire, faisant de la « résistance passive en salle des maîtres ». Le comble, c’est que celui qui s’occupe de ses élèves à la pause méridienne doit presque s’excuser ! des exemples comme ceux-là, j’en ai plein ! Malheureusement !


Mais, à lire les commentaires qui m'ont été adressés, s’il est une certitude dans laquelle je me sens raffermi à l’issue de ce édito, c’est que l’esprit de corps est plus que jamais une constante chez les instits. Il est dommage que ce soit plus pour se « couvrir » que pour faire avancer le bateau. Après 10 ans passés en ZEP, 10 ans sans aigreur et plein de beaux souvenirs, contrairement à ce que vous pouvez penser, 10 années que j’ai passées volontairement sur un terrain que beaucoup désertent pour se mettre à l’abri dans un centre ville bien bourgeois et paisible, je me permets d’avoir, moi aussi, un avis sur la question de l’Education nationale, ne vous en déplaise et quoi que ma vie m’ait conduit à faire depuis.

 

Beaucoup invoquent régulièrement le droit de manifester, je réclame pour ma part celui de me manifester. Affaire de style. Se noyer dans la masse ou se permettre de porter la contradiction, mais avec l’envie que les choses changent vraiment à l’Education nationale.

Mon propos est de dire que si bien des professeurs des écoles font un travail extraordinaire dans leur classe, j’en connais encore et ceux-là d’ailleurs ont trouvé aussi du vrai dans mon article, bon nombre, aussi, n’ont rien à faire dans une classe. L’égalitarisme absolu de notre institution permet à des gens de nuire aux gosses et d’attendre la retraite sans être inquiétés.

Peut-être n’en avez-vous jamais croisés dans votre carrière... Je suis même malheureusement certain que ceux qui réagissent le plus sont ceux qui devraient partager mon agacement.

On m’objecte que de taper sur l’EN est devenu un sport national et qu’à ce titre, quand on l’aime, il faudrait se taire !! Mais si l’Education nationale acceptait la contestation en son sein, si elle acceptait les réformes sans faire systématiquement bloc, on ne serait pas obligé de l’interpeler publiquement.


On m’objecte également que je voudrais faire le jeu d’une privatisation de l’enseignement, mais c’est déjà le cas ! La discrimination sociale permet aujourd’hui aux plus aisés de mettre leur enfant « à l’abri » dans le privé et se sent légitimer par le fait que l’Education ne sait pas se réformer.

 

On m’objecte enfin que dans tous les métiers il y a des moutons noirs et qu’à ce titre l’EN n’échappe pas à la règle. Mais elle devrait s’en faire un devoir car dans son cas, il s’agit d’éveiller des enfants au monde et de les préparer à l’avenir. Mais, et c’est ce que je souhaitais stigmatiser par mon article, il me semble que moins que les autres, l’Education nationale sait se protéger d’une erreur de recrutement et, par la suite, des défaillances professionnelles. Le recrutement, la formation professionnelle en privilégiant les contenus sur l’aptitude humaine à encadrer une classe sont à l’origine d’un tel malentendu. Ensuite, avec une inspection de 1h30 tous les 3 ou 4 ans et aucun encadrement par un semblant de hiérarchie, on accepte de faire courir un risque aux enfants qu’aucune autre branche professionnelle ne tolérerait. Autrement dit, on joue la liberté et l’indépendance des enseignants contre le principe de précaution auquel devraient avoir droit les enfants.


En résumé, je n’accuse pas les enseignants d’être nuls mais j’accuse l’institution de ne pas protéger assez les enfants et de ne pas permettre aux bons enseignants d’insuffler leur dynamique à l’institution.

Quoi qu’il en soit, j’ai aimé ce métier et l’aime encore bien assez pour me sentir le droit d’avoir un avis… mais j’oubliais, à l’école de la tolérance, dans certains syndicats, on ne veut pas voir une tête qui dépasse.

La mienne, de tête, certains l'aimeraient au bout d'une pique. Ils ont une conception assez Robespierriste du débat d'idées. Pour ma part, je tiens mon sens de la démocratie de Voltaire, celui qui disait "Je ne suis pas d'accord avec vos idées mais je serais prêt à mourir pour que vous puissiez les exprimer." »

 

 

« L’art de conférer » selon Xavier Darcos

 

« D'où vient ce soupçon perpétuel qui pèse sur nos gouvernements » interroge Xavier Darcos dans une tribune du Monde.

« Comment expliquer que dans un pays qui a magnifié à ce point l'usage de la raison ou l'examen des preuves, le rationnel semble exilé du débat public, tandis que la rumeur, l'outrance, la théorie du complot ou le déni de vérité s'instillent jusque dans les sphères les plus éclairées du monde intellectuel ? »

 

Toutes ces critiques irrationnelles sont colportées par Internet. « Il suffit, pour s'en convaincre, de fréquenter certains blogs ou certains forums dans lesquels les exposés les plus brillants sont parfois consacrés aux arguties de thèses les plus insensées, assorties de procès en sorcellerie ad hominem ».

 

« Comme ministre, mais aussi comme professeur, je crois que nous devons sortir le débat d'idées de ce registre polémique, sophistiqué et agressif, dans lequel il est actuellement tenté de s'enfermer. Les politiques ne sont pas les ennemis du savoir...

Bref, et si on retrouvait cette forme de l'excellence de l'esprit français, "l'art de conférer" ? »



Retour d'un vieux serpent de mer : le redoublement





Mai 2008 : Selon une information de la radio RTL, le ministre aurait donné des consignes aux chefs d'établissement pour limiter les redoublements. Plusieurs chefs d’établissement auraient reçu des lettres avec des objectifs chiffrés.

 

Raison invoquée : « le redoublement coûte trop cher et ne serait pas efficace

 

Une information aussitôt démentie par le ministre de l’Education, qui soutient n’avoir donné « aucune consigne » qui rappelle dans un communiqué que « seuls les professeurs réunis en Conseil de classe autour des chefs d’établissements sont habilités à décider du redoublement d’un élève ». Et le ministre de rétorquer : « La baisse du redoublement sera la conséquence de l’amélioration engagée du système scolaire. Elle ne se décrète pas

 

Mars 2009 : de nouveau, le sujet est d’actualité. Pour Xavier Darcos, « le redoublement n'est pas une solution satisfaisante, mais le limiter ne se décrète pas ». C'est la raison pour laquelle le ministre a, depuis son arrivée, multiplié les systèmes de soutien. « Pour y parvenir, nous avons mis en place des dispositifs d'aide personnalisée, notamment dans le primaire, avec les deux heures de soutien, mais aussi les stages de remise à niveau pendant les vacances, détaille Jean-Louis Nembrini, directeur général de l'enseignement scolaire. Au collège, avec l'accompagnement éducatif qui concerne l'aide aux devoirs. »

 

Une chose est sûre : le ministère ne verrait que des avantages à limiter le redoublement. Pour des raisons pédagogiques, d’abord. Car, dit-on dans l’entourage du ministre, « enseignants et spécialistes de l'éducation considèrent que nombre d'élèves, en situation d'échec, ne profitent pas d'une année supplémentaire

 

Pour des raisons financières, ensuite, notamment en période de crise. Car le redoublement coûte cher d’autant plus que la France est championne en la matière : En moyenne, 38 % des élèves de 15 ans ont déjà redoublé une fois, contre 13 % pour la moyenne des pays de l'OCDE.

 

Selon Philippe Meirieu, supprimer totalement le redoublement permettrait d'économiser pas moins d'un milliard d'euros. La pratique n'existe déjà plus Norvège, Japon ou Corée.  Elle n’est que de 3 % en Finlande. Des pays figurant pourtant en bonne place dans les classements éducatifs internationaux.

 

Officiellement, au ministère, on affirme que le sujet est délicat, car « seuls les enseignants sont habilités à décider des passages en classe supérieure ».

Autre difficulté : en fin de troisième, les parents, eux, préfèrent toujours que leur enfant redouble plutôt que d'être envoyé vers une voie professionnelle ou technologique.

 

Le ministre compte bien prendre des initiatives afin que raisons financières et pédagogiques fassent bon ménage… La meilleure façon de faire des économies sans se voir reprocher une aberration pédagogique comme ce fut le cas pour d’autres réformes…

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Propositions du Ministère
commenter cet article

commentaires

D.Durand 14/05/2009 14:20

****
Le système scolaire finlandais n’a rien à voir avec le nôtre. Après l'école fondamentale, le maître mot, qui fait encore hurler en France, est sélection. Les lycées sélectionnent leurs élèves sur la base de leurs résultats à l'école fondamentale. Tout comme les établissements professionnels.
****
La "non-sélection" des élèves de la part des lycées français fait partie de ces mythes qui me hérissent le poil : À la fin des années 80, on nous a donné, à nous élèves, la liste des lycées où l'on avait le droit de postuler, ainsi qu'une feuille où l'on pouvat mettre ses choix par ordre de préférence... et dont le nombre était étrangement juste inférieur au nombre de lycées généraliste.
De fait, les lycées généralistes se contentaient simplement de refuser tous les élèves aux "notes insuffisantes", le dernier sur la liste étant obligé d'accepter (et c'était presque systématiquement un LEP).
 
Alos merci d'arrêter ce genre de mensonges.

Pam 21/03/2009 07:32

Et puis globalement, les enfants sont élevés de façon plus sévère, et l'état tolère moins de désertion éducative de la part des familles, qui du coup, sont plus partie prenante, donc les enfants moins difficiles à gérer.

Alix 19/03/2009 15:13

Oui, Ewen, dans les pays nordiques (Danemark, Finlande), l'effort est mis tout de suite pour ne pas laisser d'enfants en difficulté sur le bord du chemin.L'équivalent de notre Rased, à disposition de chaque école, intervient dès qu'un enfant semble décrocher. Mais attention, dès le secondaire, en Finlande : sélection. On ne le dit pas souvent quand on compareles systèmes éducatifs des différents pays.

Delphine IA78 19/03/2009 13:46

Ancien enseignant... le "donneur de leçons" ?C'est encore plus grave que si c'était quelqu'un qui ignore tout du fonctionnement de l'école !Et c'est destiné aux familles... On s'étonnera ensuite d'avoir mauvaise presse auprès des parents de nos élèves...Bravo et merci à cet ex-collègue !

PouK 19/03/2009 10:06

Preuve que le Net est surveillé... Ils l'avaient dit, ils le font... Et ça coûte une fortune...

ewen 19/03/2009 09:07

Sauf erreur de ma part, les équipes de professeurs des écoles finnoises disposent de nombreuses possibilités quant à l'action qu'elles doivent mener. Un prof polyvalent intervient dans chacune des écoles pour 'répondre' au cas par cas et sans délai aux problèmes de certains élèves qui ne relèvent pas du strict domaine pédagogique..Il y a bien quelques pistes à regarder de plus près.La plus importante pour moi, et c'est le cas dans pas mal de pays européens ou non: les innovations se développent du terrain vers le haut avant d'être reprises ou non pour améliorer le système. Dans l'Hexagone, on impose les 'innovations' du haut vers le bas et on regarde comment ça ne marche pas. Là où ça innove malgré tout car il est difficile d'empêcher cela, on s'arrange pour en faire un établissement ' différent' ou un petit colloque.Bien sur, le système centralisé jusqu'à la caricature ne permet pas une évolution à tout ça et les esprits ne sont pas prêts à faire bouger les choses. On considère souvent, la plupart du temps sans savoir comment les autres systèmes scolaires fonctionnent, que le nôtre est tellement performant. On nous rabâche que la liberté pédagogique est dans chacune de nos classes sans penser qu'elle a besoin de communication, de discussion, de compromis, de cadre pour exister au nom de ceux qui sont en situation d'apprentissage.Là où des projets véritables devraient emmerger et apporter dans le temps une véritable efficacité, on préfère une stalinisation des esprits sous la chape de plomb du système.

Théo62 19/03/2009 08:48

Je pense qu'il ne faut pas se faire de noeuds au cerveau pour trouver la véritable motivation de cette nouvelle prise de position en faveur du non-redoublement : une histoire de gros sous...Et Meirieu, celui qu'on retrouve partout et sur tous les sujets apporte sa caution à une telle opération...Et le ministre qui a échoué, va-t-il redoubler ? Non ! en politique, quand on échoue, on obtient une belle promotion, généralement...

Béatrice Sinet 18/03/2009 23:33

Et que dire alors de l'école japonaise... On a tous entendu parler du taux de suicide très important chez les jeunes. La comparaison est encore plus difficile qu'avec la Finlande. 
L’école japonaise est très sélective. C'est un véritable parcours du combattant. En cours de route, nombre d’élèves sont réorientés vers des filières professionnelles.
L’esprit de compétition est fort. Il influence beaucoup les mentalités. On se bat pour être le meilleur de la classe. Après chaque examen, les résultats sont affichés dans les classes.  Les noms apparaissent en fonction de la note obtenue (de la meilleure à la moins bonne).
Le rythme est très soutenu. L’obligation de résultat est toujours présente ; obligation qui engendre stress et fatigue.
A l'école, comme dans la société, tradition et discipline. Tout est très hiérarchisé. Au début et à la fin de chaque cours les élèves doivent une révérence aux professeurs. La rigueur est de mise pour les élèves : uniforme, coupe de cheveux parfaite, ongles courts, ni bijou, ni maquillage. Discipline stricte, mais grand respect entre professeurs et élèves.

Béatrice Sinet 18/03/2009 23:32

Et que dire alors de l'école japonaise... On a tous entendu parler du taux de suicide très important chez les jeunes. La comparaison est encore plus difficile qu'avec la Finlande. 
L’école japonaise est très sélective. C'est un véritable parcours du combattant. En cours de route, nombre d’élèves sont réorientés vers des filières professionnelles.
L’esprit de compétition est fort. Il influence beaucoup les mentalités. On se bat pour être le meilleur de la classe. Après chaque examen, les résultats sont affichés dans les classes.  Les noms apparaissent en fonction de la note obtenue (de la meilleure à la moins bonne).
Le rythme est très soutenu. L’obligation de résultat est toujours présente ; obligation qui engendre stress et fatigue.
A l'école, comme dans la société, tradition et discipline. Tout est très hiérarchisé. Au début et à la fin de chaque cours les élèves doivent une révérence aux professeurs. La rigueur est de mise pour les élèves : uniforme, coupe de cheveux parfaite, ongles courts, ni bijou, ni maquillage. Discipline stricte, mais grand respect entre professeurs et élèves.

Alix 18/03/2009 22:58

On nous cite toujours le modèle finlandais. Hélas, sans préciser que la comparaison avec la France est totalement faussée et que le modèle n’est pas transposable dans beaucoup d’autres pays.
 
La Finlande bénéficie de conditions d’apprentissage propres à la langue et à la sociologie du pays : le Finnois est une langue quasiment phonétique (à 99%), donc pas étonnant que les enfants Finlandais aient moins de mal que les Français à apprendre à lire. Le finnois a une lettre pour un son et un son pour une lettre. Apprendre à lire va vite et est aisé.
 
Avec une population très homogène, les professeurs ont peu d'élèves qui ne parlent pas finnois (2 à 3 % d’enfants d’origine étrangère).
 
Les Finlandais bénéficient d'un niveau de vie parmi les plus élevés au monde.
 
Le système scolaire finlandais n’a rien à voir avec le nôtre. Après l'école fondamentale, le maître mot, qui fait encore hurler en France, est sélection. Les lycées sélectionnent leurs élèves sur la base de leurs résultats à l'école fondamentale. Tout comme les établissements professionnels.
 
Après cela, comment s’étonner de telles différences de résultats entre la Finlande et la France ?