Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

12 mai 2006 5 12 /05 /mai /2006 22:57

Dès l’annonce du protocole, les différents syndicats « majoritaires » se sont répandus dans les médias. Ils y voyaient « enfin une reconnaissance de la part du ministère » et surtout des « avancées à engranger ».

Très rapidement, les directeurs ont vivement réagi en inondant les boîtes électroniques professionnelles de mails, courriers, échanges allant tous dans le sens d’une très forte colère à l’égard des syndicats.

Leurs reproches s’adressaient davantage à ceux censés les représenter qu’au ministère qui, somme toute, ne sortait pas de la logique de gouvernement.

 

Le comportement syndical n’était pas une surprise, bien sûr, mais il traduisait dans les actes comme un défi envers les directeurs : les syndicats basculaient de l’illusion de soutien (que beaucoup refusaient de voir)  à la collusion avec le pouvoir. Cette position était d’autant plus incompréhensible qu’elle faisait suite à la lutte contre le CPE.

 

 

 

Surpris par la révolte des directeurs à leur égard, les syndicats se sont alors murés dans un silence assourdissant. Aucune réaction aux mises en cause. Aucune explication de texte. Aucune prise de position. Rien d’autre qu’un appel à répondre à des pseudo consultations « démocratiques ».

 

 

 

Le SE-Unsa, bien décidé à casser le mouvement de grève administrative (qu’il reconnaît gênant) de crainte qu’il ne débouche sur un statut, annonce qu’il va signer le protocole.

Après le Sgen-Cfdt et le Snudi-FO, enfin, le SNUipp décide de ne pas signer. Il s’est accordé une très longue réflexion pour analyser les « avancées » et la « reconnaissance de la fonction »…

Le SNUipp s’est surtout donné le temps de mesurer la colère des directeurs à l’égard du SE-Unsa… Quelle occasion inespérée de montrer sa « différence » ! Le SNUipp, lui, est du côté des directeurs ! Qu’on le sache, braves gens !

Le protocole lui apparaît soudainement porter tous les défauts de la terre. Le SNUipp se fait présent. Il dénonce les « avancées », les rejette, appelle à poursuivre la grève administrative et ne laisse passer aucune occasion de critiquer l’attitude de son rival, le SE-Unsa…

 

 

 

La ficelle est grosse ! Elle se voit comme le nez au milieu de la figure ! Mais, plus c’est gros, plus ça passe…

 

N’oublions pas, chers collègues directeurs, que sur la question relative à la direction d’école, il n’y a pas l'épaisseur d’une feuille de papier à cigarette entre les positions de ces deux rivaux.

Ah, si… tout de même une différence de taille : le SE-Unsa considère que 51 centimes d’euro par jour, c’est une avancée. Le SNUipp demande « au moins le double »…

Retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans directeurs en lutte
commenter cet article

commentaires