Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 22:34

Dans quelques jours, le SE-Unsa, le SNUipp et le SGEN-CFDT vont nous mettre devant le fait accompli.

La pseudo "consultation de la profession" va nous livrer ses résultats... Que peut-on en attendre ? Rappelons-nous les écrits de ces syndicats :

D'abord la vision du SNUipp : "Le SNUipp fait des propositions pour permettre à l’équipe lors des conseils de maîtres de réguler ensemble la vie de l’école dans ses dimensions administratives, organisationnelles et pédagogiques. La question du temps de décharge accordée à la direction d’école est alors primordiale."

Ces belles paroles correspondent-elles au fonctionnement réel de l'école ? Comment peut-on écrire de telles inepties ? Cela revient à nier le rôle du directeur. Tous ceux qui exercent cette fonction savent que c'est un métier à part entière et que, la plupart du temps, hélas, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Dès qu'un problème survient, tous les regards se tournent vers le directeur. C'est à lui qu'on demande des comptes. C'est à lui qu'on s'adresse dès qu'un problème surgit. Le SNUipp rêve de cogestion... Il se perd dans son idéologie post-soixante-huitarde.

Le SE-UNSA, lui, voit des "avancées" partout :

"A l’issue de sept heures de négociations, les 10 et 11 avril, le ministre de l’Education nationale vient d’adresser aux syndicats représentatifs du Premier Degré un projet de protocole d’accord sur la direction d’école, soumis à leur signature.

 Le SE-UNSA, à l’initiative de la grève administrative des directeurs qu’il a lancée en janvier 2000, considère positivement cette démarche pour laquelle il n’a cessé de se battre depuis six ans.

 Sa priorité est désormais d’informer largement ses syndiqués et la profession des propositions ministérielles. A l’issue de cette consultation, son Conseil National établira le 28 avril la position du SE-UNSA quant à une signature ou non du protocole." Luc BERILLE Secrétaire Général

L'avant-dernière question de sa "consultation de la profession" est symptomatique de l'état d'esprit de ses (ir)responsables : "Bien que ces différentes mesures soient partielles, estimez-vous préférable de les engranger par la signature du protocole ?"

Les "engranger" dit le SE-UNSA... A la campagne, le paysan engrange les récoltes. Pas les miettes !

Certains collègues pourraient penser qu'il est préférable d'accepter ce qu'on nous propose. "ce n'est pas grand chose, mais c'est mieux que rien. C'est un début. Poursuivons la négociation et petit à petit, nous obtiendrons davantage".

Erreur funeste ! C'est oublier que ces miettes humiliantes nous sont octroyées après une grève de 6 ans ! Une grève robablement trop peu suivie mais qui gêne l'administration. Imaginons que les syndicats signent cet accord. La grève prend fin par obligation. Le ministère, qui est resté sourd pendant 6 ans, se pencherait-il tout à coup sur le sort des directeurs ? Proposerait-il, par bonté d'âme, de reconnaître que nous méritons mieux et d'améliorer les décharges, de booster la revalorisation et de nous accorder un statut ? La réponse coule de source. Et avant que la contestation et la grève ne reprennent, l'administration aurait tout le temps de réorganiser ses bases de données. Echaudée par ce long conflit, elle prendrait toutes mesures pour ne plus être perturbée avant longtemps.

C'est maintenant que nous devons manifester notre détermination à refuser l'aumône.Pour y réussir, il nous faut d'abord faire pression sur le SE-UNSA, le SNUipp et le SGEN-CFDT. Nous devons leur faire prendre conscience qu'ils se couperaient définitivement des directeurs.

Envoyons-leur copie des nombreux messages de mécontentement et de colère provenant de toute la France. Ils sont légion sur le site du GDID (réactions et forum).

 

 

Pressons-les...  Pressons-nous...

Le temps est compté.

                                                                    

                                

 

snuipp@snuipp.fr         

fede@sgen-cfdt.org          

fede@sgen-cfdt.org

Retour

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans directeurs en lutte
commenter cet article

commentaires