Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 13:49


La revalorisation des enseignants  

Dans une interview vidéo accordée au site Internet de l’Express, Xavier Darcos évoque les efforts financiers consentis pour revaloriser les enseignants… en ces termes :

« Les professeurs ont eu un gain de salaire très important dans ces dernières années grâce en particulier au recours des heures supplémentaires, que un jeune professeur qui commence va toucher une prime de 1500 €, qu’un professeur qui fait 3 heures supplémentaires va gagner 4400 €, c’est pratiquement un 13ème mois, voire un 14ème »

 

Inutile de dire que le site de l’Express a chauffé après de telles déclarations. Devant l’afflux de commentaires, les journalistes de L'Express rappellent alors le cabinet du ministre qui reconnait la confusion mais à demi-mots :

"C'est un exemple des efforts de ce qui a été fait depuis le début de l'année pour les enseignants en termes de revalorisations des gratifications. Le salaire à 4400 euros ne va évidemment pas concerner tous les enseignants. Ce salaire ne s'applique qu'à certaines situations. On peut arriver à 4 400 euros dans certains cas si on ajoute au salaire, la prime et les trois heures supplémentaires."

En effet, le ministre avait certainement dans un procédé judicieux gonflé ce salaire en y rajoutant la prime de 1500 euros que touchent en deux temps les professeurs enseignant pour la première année.

  

La « sédentarisation des Rased » 

Le ministre explique que 3000 postes sur 11 000 sont sédentarisés (des enseignants spécialisés qui aidaient les élèves en difficulté retournent dans les classes), et non supprimés, ce qu'il a répété à l'Assemblée lors du vote du budget de l'enseignement 2009, plaidant pour une "expérimentation d'un an". "Ce que nous voulons c'est que les Rased soient affectés dans les établissements où on a besoin d'eux", expliquait-il dans une interview vidéo à L’Express.fr le 20 octobre.

 

Là aussi, l’Express corrige quelque peu les propos du ministre :

En parlant de sédentarisation, Xavier Darcos joue sur les mots: dans les faits, les 3000 postes de Rased sont bien supprimés, les 3000 enseignants concernés cessant toute activité "spécialisée" en petits groupes avec des élèves en difficulté. Luc Ferry, prédécesseur de Xavier Darcos au ministère, avait d'ailleurs déjà affirmé sur Europe 1 en septembre dernier que le ministère souhaitait supprimer des postes de Rased pour des raisons comptables. Preuve supplémentaire de la volonté du ministère de diminuer les effectifs des Rased, la formation des maîtres E et G, les enseignants spécialisés des Rased, a été suspendue.

 

Sur la prime de 1 500 € versée aux débutants, les journalistes apportent également un correctif aux affirmations du ministre :

"Cette prime -versée en deux temps- pour les débutants est une totale nouveauté", confirme le cabinet de Xavier Darcos. Cette prime concerne uniquement les professeurs enseignant pour la première année, 25 000 en tout. Il a toutefois existé par le passé un autre dispositif, "la prime d'installation," de 10 000 francs par an.

 

 

On le voit, le ministre n’est pas à quelques arrangements près quand il s’agit de justifier sa politique… Et pour ce faire, Xavier Darcos ne rechigne pas à manier un langage direct et volontiers polémique. Il est effectivement coutumier des petites phrases qui, il le sait, seront reprises par les médias. En voici un petit florilège… non exhaustif :

 

Réunions syndicales sur temps de travail

"Je demande simplement aux syndicats de tenir leurs réunions à un autre moment que pendant les cours, puisqu'ils n'ont à effectuer que 24 heures de cours pendant la semaine !"

Bras de fer avec les syndicats

"Il y a, d'un coté, les gens normaux, de l'autre, les syndicalistes".

"Il y a un sujet sur lesquels les syndicalistes n'ont pas besoin d'investir : ce sont les banderoles. Ce sont les mêmes depuis quarante ans, et elles commencent toujours par "Non à...""

Temps de travail et résultats scolaires

"Nous avons les meilleurs résultats au bac quand il y a le moins d'heures de cours, du fait des grèves..."

 

Pourquoi ces petites phrases plutôt toniques ? Xavier Darcos en fournit lui-même l’explication :

 "La guerre éclair est une nécessité dans l'Education. Si on ne va pas vite, on ne fait rien."

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Propositions du Ministère
commenter cet article

commentaires

Cedric58 21/11/2008 09:15

@ Stephan
"...pour discuter il faut au moins être 2, et là il n'y a personne..."
Et c'est bien là qu'est la cause de tout ce qui arrive. On a un ministre qui reste sourd et refuse de négocier. Rencontrer les organisations syndicales pour leur annoncer les réformes déjà ficelées, ce n'est pas de la négociation.
On se retrouve, ce matin, avec des syndicats qui veulent négocier et un ministre qui s'y refuse. Il va bien falloir qu'il accepte d'écouter les enseignants au travers de leurs représentants. Faudra-t-il une nouvelle démonstration de force pour qu'il comprenne enfin ?
Je pense, Stephan, qu'en bon démocrate, tu ne peux qu'y souscrire. 
 
 

stéphan 21/11/2008 08:57

Ewen, j'ai toujours dit que pour discuter il faut au moins être 2, et là il n'y a personne.
J'ai entendu le préavis lancé à Darcos pour négocier. Mais quoi?
La mobilisation est réussie, tant mieux. 
Mais de confier aux Parents le soin d'organiser le droit d'accueil c'est une reculade ou une provoc. de plus... Dans laquelle tu te précipites d'ailleurs.
>quid de notre pouvoir d'achat, des 60h ?

henri 21/11/2008 07:05

"Il fallait y croire."
Normal ! bientôt le Père Noël et le petit Jésus dans la crèche !
(Pas fameux mon commentaire, Dédel ! je sais, mais c'est tout ce que ta béatitude m'inspire !)

Dedel 20/11/2008 21:39

Dans mon post (commentaire 4), il y a 2 jours, j'écrivais :
"Notre meilleure réponse à ce provocateur, c'est de manifester en masse par une journée d'arrêt de travail.Et la réponse sera même double si nous sommes nombreux car les communes seront dans l'impossibilité d'appliquer le SMA.Double réponse au mépris ! "
Ce soir, c'est fait.
Mobilisation réussie, il suffit de voir les chiffres de grévistes et de manifestants.SMA démasqué. Une vraie catastrophe, bien plus grande qu'on ne le dit. A lyon, le tribunal administratif reconnait que la ville ne pouvait le mettre en place. Déjà, Darkozy parle de donner du fric aux fédérations de parents pour qu'elles le mettent en oeuvre... Une façon de botter en touche et de dire : "débrouillez-vous".
Un début de reculade ! Il fallait y croire.
 
 

Ewen 20/11/2008 17:44

Quelqu'un a parlé de débat ?
Il me semble bien que Darcos comme De Robien se fichent parfaitement de l'accord des enseignants, des directerurs y compris d'ailleurs.
Tout est ficelé vers plus d'incohérence, d'absurdité, de contradictions aussi et d'économie, il suffit d'écouter le ministre pour en savourer la caricature.
On fera une vraie réforme quand on acceptera de la penser et pour ça, il faut être plus de deux. En attendant il y a des choses qui sont inacceptables et les collègues le savent, on était plus de dix mille à Nantes.

henri 20/11/2008 16:08

"OK les gars ! Si vous trouvez que tout va bien, continuez comme ça à soutenir les bonnes réformes de notre cher ministre..."
Tu as vraiment de sacrés problèmes de lecture ! À moins que tu ne le fasses exprès et que tu joues les imbéciles dans tes réponses !
Désolé de t'avoir réveillé de ton profond sommeil !

Dephine IA78 20/11/2008 13:54

Bataille de chiffres comme d'habitude...Le SNUIpp déclare que "69% des enseignants seront en grève", jeudi dans les écoles, selon un décompte réalisé sur un total de 69 départements.
Le syndicat précise qu'il prévoit des pointes de 80% à 85% dans l'Ain, le Cher, le Doubs, l'Eure, la Haute-Garonne, la Gironde, l'Hérault, l'Indre-et-Loire, la Loire, le Loiret, le Lot-et-Garonne, le Maine-et-Loire, la Mayenne, la Savoie, le Tarn-et-Garonne, l'Essonne, ainsi qu'en Guyane.
A Paris, où le SNUIpp annonce 70% de grévistes, le mouvement pourrait entraîner la fermeture de 208 écoles sur un total de 660, selon le syndicat.

arno_paris 20/11/2008 13:13

Les premiers chiffres sur Paris et les réactions du Recteur :
«34,36% de grévistes par rapport au nombre total d'enseignants, ça veut dire que c'est une grève importante», a déclaré le recteur de Paris, Maurice Quénet. «Une grève dont il va falloir décrypter le sens» car les participants sont «beaucoup plus que ce que je pensais», a-t-il ajouté.
Le rectorat tablait sur un taux de grévistes bien inférieur. Ainsi 1.907 enseignants ont fait grève, sur les 5.550 professeurs des 660 écoles maternelles et élémentaires de la capitale.

Lefebvre 20/11/2008 12:51

OK les gars ! Si vous trouvez que tout va bien, continuez comme ça à soutenir les bonnes réformes de notre cher ministre...Mais faudra pas venir pleurer, dans 6 mois, si on nous demande de remplacer les maîtres absents pendant nos décharges de direction. Pourquoi pas tant qu'on y est ?Ce seront les mêmes qui viendront se plaindre que les syndicats sont inefficaces, qu'ils ne font rien, que sais-je encore !

stéphan 20/11/2008 11:26

Que nous soyons pas tous d'accord, c'est normal, mais que certains pensent détenir la vérité en demandant aux autres d'ouvrir les yeux, me chagrine, surtout que ceux-la prennent souvent la précaution de NOUS fixer des oeillières avant de nous demander de bien regarder.La chronobiologie implique aussi de ne pas faire étude le soir après l'école... non?Du point de vue pédagogique le redoublement est un non-sens, interdit en 89 (loi Jospin), jamais abandonner... non?Faire des économies n'est pas une grossièreté en soi.Assez de faux prétextes, inutile de se cacher derrière les enfants ou le "point de vue pédagogique"...L'école n'a pas besoin de réformes?lesquelles?le statu quo est viable?Maintenant, je crois aussi que tout va trop vite et que l'on a tort de ne pas prendre le temps du débat.Mais pour débattre il faut être 2...Là, visiblement il n'y a plus personne.J'ai presque envi de te conseiller de continuer à dormir, mon collègue. 

henri 20/11/2008 11:22

@ Lefebvre !Dis, "collègue", tu nous prends pour des glands ? Certainement !Heureusement que tu es là pour nous ouvrir les yeux ! sans toi, j'étais perdu et la tête cognée contre le panneau que tu as bien voulu dégager !"Tout le monde sait...", "Tout le monde dit..."...Les directeurs sont (peut-être !) bien placés pour savoir ce qui ne va pas dans les barques qui prennent l'eau et qu'ils sont amenés à faire tourner malgré tout ! Ils le "savent" et le "disent"...et depuis longtemps !Mais les sourds et les aveugles sont nombreux !Ne t'emporte pas ! la colère est toujours mauvaise conseillère ! Mais merci pour tes lumières qui vont me permettre de mieux y voir !

Lefebvre 20/11/2008 10:25

Henri, tu tombes dans le panneau. Comme beaucoup de collègues, malheureusement.Aide personnalisée ? aucun enfant de l'école n'a été stigmatisé, mis à l'index et cela se déroule tant sur le plan de l'organisation que de l'efficacité avec les enfants au mieux ; Stage RAN ? Des élèves y ont participé avec l'assiduité requise et ont repris, par cette période plus favorable à un travail en petit groupe, confiance en eux-mêmes.Bien sûr que c'est toujours intéressant de prendre des enfants en difficulté en petit nombre. Qui dirait le contraire ?Le problème n'est pas là.Sur un plan pédagogique, tous les chronobiologistes crient "casse-cou". En France, on a la journée la plus longue et on on ne trouve rien de mieux que de l'allonger encore... et pour qui ? pour les enfants qui ont le plus de mal à se concentrer !!!C'est la répartition de l'horaire scolaire qu'il fallait revoir. C'est toute notre organisation pédagogique qui ne va pas. Tout le monde le sait. Tout le monde le dit et on nous pond des mesures qui n'ont aucun sens ! Et il se trouve des collègues pour les défendre. Excuse-moi, je m'emporte car ça me met hors de moi !Sur un plan autre que pédagogique, ne vois-tu pas, cher collègue que c'est d'abord pour faire des économies qu'on a mis en place l'aide personnalisée. La preuve : on supprime les RASED puisque le soutien se fait sans eux !On va avoir la même chose en lycée : on supprime des heures aux lycéens, puis des matières... du coup on pourra supprimer des postes puisqu'on aura moins de besoins en profs §Mais ouvrez les yeux, mes collègues !!!

stéphan 20/11/2008 09:06

Je rejoins tout à fait merlin.Quoi faire?pardon de te répondre par une autre question:Pourquoi s'entêter à faire la même chose qui nous a amener là où nous en sommes?PS: cette guéguerre des chiffres me gonfle. (alors qu'il y a moyens de connaître le réel)Ente ça et la mise en place du SMA, plus de place pour les revendications exprimées...

henri 20/11/2008 09:05

1 - Comme PouK, je n'ai jamais fait une remontée de chiffres auprès d'un syndicat quelconque et cela pour deux raisons : a - ils ne me l'ont jamais demandé ! ; b - je ne l'aurais jamais fait : les mêmes qui souhaitent obtenir une telle information sont les mêmes qui demandent aux directeurs de ne rien transmettre à l'administration. Nous ne sommesp lus à une contradiction près !2 - comme merlin ! l'opposition systématique, qui tourne au blocage complet de notre école et qui entraîne des passages en force de la part du MEN sur des dossiers qui pourtant devraient faire l'objet de discussions et non d'un rejet massif et a priori nous conduit droit au naufrage ; incapacité totale à tenter de réformer : les élèves, les familles, les enseignants font les frais d'une telle usure de la "gestion" de l'école par les deux partenaires frontalement opposés (mais pas forcément toujours !)3 - comme merlin encore ou d'autres : Aide personnalisée ? aucun enfant de l'école n'a été stigmatisé, mis à l'index et cela se déroule tant sur le plan de l'organisation que de l'efficacité avec les enfants au mieux ; Stage RAN ? Des élèves y ont participé avec l'assiduité requise et ont repris, par cette période plus favorable à un travail en petit groupe, confiance en eux-mêmes.Essayons de tirer au mieux, c'est-à-dire dans l'intérêt des élèves et d'eux-seuls, le maximum de certains dispositifs ; ils ont à y gagner et certainement nous aussi en terme de crédibilité et de confiance...À défaut, le mur nous attend !

PouK 20/11/2008 08:45

Les syndicats enseignants et notamment ceux du primaire (j'ai entendu Gilles Moindrot du SNUipp) annoncent des taux de grévistes "jamais atteints".Mais d'où sortent-ils leurs infos ? Moi, dans toute ma carrière, je n'ai jamais eu un coup de fil d'un syndicat me demandant le nombre de grévistes.Alors, ces syndicats ne risquent-ils pas d'être démentis par les faits comme à chaque grève d'ailleurs ?N'est-ce pas ce qui contribue à les décrédibiliser un peu plus ? 

merlin 19/11/2008 23:24

"souhaiter, esperer, emettre des idées" c'est déjà pas si mal et toujours mieux que de dire non à tout.Les stages RAN ? j'ai essayé : pas si mal. des gosses contents qu'on s'occupe d'eux, un autre rapport... plutôt positif.les APE ? même constat. Ceux que l'on pensait pouvoir être "montrés du doigt" le vivent bien et participent activement aux séances.Un point noir: toute l'organisation passe par l'IEN, ça alourdit, complique, fait des papiers, prend la tête, exaspère les collègues..; mais qui s'en félicitait? ( vous n'aurez rien à faire, l'IEN s'occupe de tout...) Les primes ? pas bon à l'élémentaire mais les mêmes syndicats ( ou leurs grands frères) le tolèrent très bien au collège: comprenne qui pourra!Ce qui ne veut pas dire que je suis pro-Darcos: j'ai conscience de sa logique comptable de la gestion de l'école et j'ai entre autre encore en travers la vraie fausse consultation sur les nouveaux programmes. La voie que je propose est celle d'une évolution négociée plutôt que subie, sinon on va dans le mur!

Cedric58 19/11/2008 18:31

@ MerlinJe me permets d'entrer dans la danse... Je vois que tu rejettes aussi bien la grève longue durée à laquelle personne ne peut raisonnablement croire. Je te suis.Tu rejettes la grève d'une journée que tu qualifies "effet de manche". Merci pour les collègues qui vont perdre une journée de salaire pour se battre pour tous...Ensuite tu lances des idées sur les RAN, les RASED...etc. Je peux comprendre. Mais que proposes-tu quand on est dans la situation actuelle, à savoir face à un ministre qui n'a qu'une vision comptable des réformes ?Quelle est cette "voie entre se laisser tondre et la grève " effet de manche" ?Tu dis que cette voie existe mais tu n'en dis pas un mot. Or, chaque jour, nous déplorons tous, toi comme moi, les coups bas portés à l'école. On peut émettre des souhaits comme tu le fais, sur ce qui serait souhaitable pour l'école. Seulement, pendant que tu "souhaites", "espères" ou émets des idées..., les mauvaises réformes pleuvent.Alors, comment lutter ? Que fait-on ?

merlin 19/11/2008 15:29

  Si Dedel, je crois encore à plein de choses, en mai 68 j'étais bien jeune même si je me souviens de quelques images...pas assez cependant pour cultiver la nostalgie. La grève illimitée? pas facile effectivement par les temps qui courent et peut-être plus dans l'air du temps..; la grève générale public-privé? tu me tentes..; mais ce n'est pas l'objet.  Plus sérieusement, je pense qu'il existe une voie entre se laisser tondre et la grève " effet de manche", qui nous fera une fois de plus passer pour des nantis qui prennent une journée de vacances.Actuellement c'est les stages RAN? non, l'APE ? nul, les primes? débile, les Rased? une honte, ... ne serait-il pas possible de discuter certaines choses, de laisser le pouvoir de décision et d'organisation aux écoles au lieu de tout faire gérer par les IEN ? d'envisager un autre fonctionnement pour les Rased dont nous sommes nombreux à savoir qu'il y avait quelques abus, bref être une force de proposition pour faire évoluer l'école dans son fonctionnement , ses structures en préservant ce qui est sa raison d'être: offrir un service de qualité à tous , gratuitement, et dans le respect de la laïcité?

Dedel 19/11/2008 14:47

Mais pourquoi donc faut-il que mes propos soient si souvent détournés de leur sens ?Comme je me refuse à croire que mes interlocuteurs soient de mauvaise foi ou fassent preuve d'un vilain sentiment anti-syndical, je préfère penser que je me suis mal exprimé et mal fait comprendre...Stephan :"Par contre je m'inquiète quand je te lis.Un syndicat n'est pas un opposant politique et n'a pas à se substituer à un ou des partis. Ou alors on change de régime.Ce genre d'amalgame, sport national en France, a détruit le dialogue social (montée de l'ultra isme...) et nous le payons."Ai-je écrit quoi que ce soit qui ressemble à ce que tu dis ? J'ai regretté l'absence d'opposition en citant le congrès du PS. Excuse-moi, Stephan, mais je considère que l'école c'est l'affaire de tous et même des parents, ne t'en déplaise.Quand on se livre à un tel saccage de l'école de la République, j'estime que chacun a le droit et le devoir de s'exprimer. Malheureusement, l'absence d'opposition politique laisse le champ libre aux démolisseurs.Et le simple fait que je dise qu'il n'y a plus d'opposition politique montre bien que les syndicats n'entrent pas dans cette catégorie.Merlin"Tu reconnais par avance que cette grève ne changera rien, et je suis de ton avis."Pas d'accord. Je pense que ce n'est pas une grève d'un jour qui fera plier le gouvernement surtout en l'absence d'opposition politique audible. Mais je reste persuadé que nous envoyons de cette façon un signal fort qui signifie STOP au saccage de l'outil et au mépris des personnels. Si tu ne crois plus à rien, que proposes-tu ? Une grève illimitée ? Qui peut se permettre de tenir en cette période de pouvoir d'achat écorné ? Nous ne sommes plus en 68, Merlin. Une grève d'un jour ne sert à rien, dis-tu. Une grève illimitée est impossible, on le sait. Alors, ne faisons rien et laissons-nous tondre gentiment en attendant des jours meilleurs... Désolé de te le dire Merlin, mais c'est là où nous conduit ton raisonnement."tu écris que Darcos a reculé sur le dossier Rased: es-tu sincère?"Ce n'est pas ce que j'ai dit. Prends la peine de me relire. Si on se mobilise fortement, alors oui, on pourra faire reculer Darkozy. Pour l'instant, c'est loin d'être fait.J'espère que tu nous rejoindras dans la lutte jeudi.

merlin 19/11/2008 12:04

Dedel, peut-on dire tout et son contraire? Apparemment oui.  Tu reconnais par avance que cette grève ne changera rien, et je suis de ton avis. Il s'agit d'une grève électoraliste avant des élections professionnelles dans l'espoir de ramener aux urnes les brebis égarées. Dans les médias, la grande préocupation c'est le SMA , problème de Com.  tu écris que Darcos a reculé sur le dossier Rased: es-tu sincère?  Dans mon école les maîtres E et G sont déjà prêts à éplucher le prochain mouvement afin de demander le poste qui va bien pour échapper à la mutation d'office en ZEP dans une classe ciblée.  Si tu ajoutes à cela, l'arrêt des recrutements E et G.... l'affaire est entendue, XD ne prend pas beaucoup de risque en parlant d'une " évaluation" du dispositif. Victoire à la Pyrhus!

stephan 19/11/2008 11:03

Ai-je parler du seul SNuipp?Par contre je m'inquiète quand je te lis.Un syndicat n'est pas un opposant politique et n'a pas à se substituer à un ou des partis. Ou alors on change de régime.Ce genre d'amalgame, sport national en France, a détruit le dialogue social (montée de l'ultra isme...) et nous le payons.La conscience que les choses vont mal, les enseignants l'ont, leur problème c'est la façon dont les "structures représentatives" la prenne en compte et la présente sous forme de revendications.On parlait des conneries de XD.Je crois que tant que le dialogue se réduit à des slogans réducteurs et des petites phrases médiatisées ont est mal!Je crois aussi que, même quand on a pu proposé le temps nécessaire à l'instauration d'un débat vrai sur l'école, on a pris les interlocuteurs pour des truffes (et le MEN et les syndicats), je pense à la commission Thélot.Je crois que sur notre perte de pouvoir d'achat, sur les 60h (rapellez-vous les consultations syndicales et nos discussions ici-même) et le SMA, les syndicats ont leur part de responsabilité.Et je viendrai te rappeler le rapport entre la mobilisation, son exploitation et ce qui se mobilisent en "première ligne" (ceux qui ont une classe et qui rendront la mobilisation visible) récolteront.Parce que j'en ai marre d'être pris pour une truffe. 

Dedel 19/11/2008 10:27

StephanÀ partir de vendredi, nous examinerons ce que ce mouvement (très largement suivit, déjà, selon les syndicats) aura apporté concrètement en terme de:- pouvoir d'achat- les 60h- droit d'accueilEh ! Oh ! Stephan, faudrait pas prendre les syndicats et les syndicalistes pour des perdreaux de l'année !On est quand même lucides et pas naïfs au point de nous imaginer qu'il suffit d'une grève pour que tout s'arrange comme on le voudrait.Et je viendrai, commentaire après commentaire, le rappeler.Je te ferai, chaque fois, le parallèle entre l'exploitation "électoraliste" et notre réel.Tu ne vas quand même pas faire porter le chapeau au seul SNUipp le manque de résultats de cette grève ? Ce serait un comble !Il ne t'aura pas échappé que tous les syndicats appellent à la grève y compris des syndicats de droite.Il ne t'aura pas échappé que même l'enseignement privé appelle à la grève.Il ne t'aura pas échappé qu'on a devant nous un gouvernement de droite la plus dure.Il ne t'aura pas échappé qu'on est en pleine crise financière et que que gouvernement joue sur le thème des nantis de fonctionnaires qui mettent en difficulté les parents d'élèves.Il ne t'aura pas échappé que l'opposition politique n'existe pas (cf congrès de Reims des socialistes) et que tout cela ne peut que faciliter le pouvoir en place qui a les mains libres.Bref, si la grève permettait DEJA de stopper la dérive de saccage de l'éducation nationale, si elle permettait de faire prendre conscience que le mépris, ça suffit... alors, ce serait un commencement de victoire et elle n'aurait pas été inutile.Regarde le problème des RASED : Darkozy parle maintenant d'une "évaluation" dans un an avant de voir s'il peut ou non continuer à les supprimer. Pas suffisant, je te l'accorde. Mais un début de retour en arrière sur ses idées premières.Alors continuons car ce n'est pas le moment de tendre l'autre joue.

stephan 19/11/2008 09:42

Je te prends au mot, Dédel.Demain je serai en grève, avec tous mes collègues.Mais, nous avons décidé de ne pas avoir la mémoire courte.À partir de vendredi, nous examinerons ce que ce mouvement (très largement suivit, déjà, selon les syndicats) aura apporté concrètement en terme de:- pouvoir d'achat- les 60h- droit d'accueilNos 3 principales préoccupationsJ'en ajoute une, personnelle, la reconnaissance des dirlottes et les dirlos.Et je viendrai, commentaire après commentaire, le rappeler.Je te ferai, chaque fois, le parallèle entre l'exploitation "électoraliste" et notre réel.> Il ne faut pas sous-estimer XD.  Besoin de réforme, logique comptable, discours moins attaquable et il a compris qu'il lui faille aller vite.(on ne parle plus des programmes, des stages RAN... on est sur le Lycée)> en face, des voyageurs qui courent sur le quai d'une gare improbable, essayant d'attraper des trains toujours en retard.PS: cette histoire de mépris me gonfle. Au regard de mon pouvoir d'achat, de mon déroulement de carrière (alors que l'on recule l'âge de la retraite) et des priorités budgétaires des 20 dernières années le mépris pour les enseignants devant une classe est une chose largement partagée par nos institutionnels (MEN et syndicats). 

Dedel 18/11/2008 23:22

Raison de plus, quand on lit tout ça, de faire grève massivement jeudi 20/11.Notre meilleure réponse à ce provocateur, c'est de manifester en masse par une journée d'arrêt de travail.Et la réponse sera même double si nous sommes nombreux car les communes seront dans l'impossibilité d'appliquer le SMA.Double réponse au mépris !

Preux-au-bois 18/11/2008 22:41

c'est pour ça que je roule en logan, j'te jure....

Ewen 18/11/2008 19:00

Si cet homme-là dit des choses intelligentes, il faut effectivement chercher profondément et notre recherche nous permet de constater qu'il accumule le mépris pour les enseignants,une bonne méconnaissance dans beaucoup de dossiers, un regard ouvert sur le siècle d'avant le précédent, et une forte envie de nous transformer en simples  exécutants de ses basses oeuvres. Il semble bien que les élèves trinquent déjà de cet aveuglement dans la précipitation. Il est plus que temps de s'opposer pour que le mot réforme conserve un sens.

Séb 18/11/2008 15:22

Oh ! que c'est pas beau de dire autant de c...Mais y a qd même des remarques justes qui sortent de la bouche de cet homme-là... Je vous laisse deviner lesquelles...