Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 23:09

L’annonce a fait l’effet d’une bombe : la Délégation à la communication - commune aux deux ministères - prévoit de consacrer 100 000 euros en 2009 à la « veille de l’opinion » pour le compte du ministère de l’éducation et 120 000 euros pour celui du ministère de l’enseignement supérieur. « Flicage des profs », « repérage des récalcitrants » ou banalité d’un travail d’information au service de l’action publique ?
   

En réalité, ce sont les termes utilisés dans le cahier des charges qui ont fait particulièrement réagir.

« Les objectifs de ce dispositif de veille » : « Identifier les thèmes stratégiques ; identifier et analyser les sources stratégiques ou structurant l’opinion ; repérer les leaders d’opinion, les lanceurs d’alerte et analyser leur potentiel d’influence et leur capacité à se constituer en réseau ; décrypter les sources des débats et leurs modes de propagation ; repérer les informations…etc. »

« Les informations signifiantes pertinentes sont celles qui préfigurent un débat, un “risque opinion” potentiel, une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués », précise l’appel d’offre.

« Outre la presse, les “sources surveillées” sont sur Internet: sites “commentateurs” de l’actualité, médias en ligne, sites de syndicats, de partis politiques, sites militants d’associations, de mouvements revendicatifs ou alternatifs, de leaders d’opinion, moteurs généralistes, forums, blogs, pages personnelles, appels et pétitions en ligne… »

 
Le ministère de l’éducation se justifie : « Ça  fonctionnait déjà quand on est arrivés au ministère ». « C’est comme une sorte d’extension des traditionnelles revues de presse. Cela existe dans la plupart des ministères. C’est la “Delcom (la délégation à la communication) qui reçoit ces synthèses… et qui nous les synthétise à son tour parce que nous n’avons pas le temps de tout lire ».

 
La Delcom indique : « Ce n’est pas
une démarche de censure et de contrôle mais une démarche d’écoute et de compréhension de l’opinion qui s’exprime sur le Net. Il n’y aucun fichage, pas de liste nominative. On ne cherche pas l’identité des gens, même si certains se manifestent volontairement en tant qu’auteurs »

 
Thierry Saussez, directeur du service d’information du gouvernement (SIG) affirme qu’il « comprend » que le « langage des professionnels » (surveiller, cible, alerte, etc..) puisse « hors contexte » être mal perçu. « Ça existe depuis des années ». « C’est parfaitement transparent, cela passe par des appels d’offres publics sur quelque chose qui est sur Internet, donc qui est public. Il s’agit de regarder tout ce qui peut avoir un impact sur les politiques publiques, dans les médias, sur internet et dans l’opinion, directement auprès des Français.»

Et pourquoi recourir à de coûteux appels d’offres ?  « Parce que les ministères n’ont pas les ressources humaines pour réaliser ce type de travail », répond Thierry Saussez.

 
Les principaux syndicats d’enseignants, peu suspects de sympathie envers le ministre, se montrent plutôt modérés dans leurs réactions.

 
Interrogé par Associated Press, Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, déclare « Parler d’une volonté de fichage des militants me parait être une surinterprétation » et ajoute : « Le ministère veut simplement anticiper pour adapter sa propagande. Le reproche que je pourrais surtout faire, c’est qu’on dépense un argent fou, pas pour l’intérêt général, mais pour l’intérêt du ministre… ».

 
Luc Bérille, secrétaire général du SE-UNSA publie le communiqué suivant : « Les fonds publics ont-ils pour objectif de financer la propagande ? Que le ministère soit attentif à l’évolution de l’opinion est une chose, mais que l’objectif annoncé de cette veille informatique soit de prévenir toute remise en cause ou critique de sa politique en est une autre. » Et il ajoute : « A ceux qui en douteraient, le ministre de l’Education nationale vient de prouver qu’il peut avoir de la ressource, y compris financière, lorsqu’il le décide. Le SE-UNSA constate que la chasse systématique aux dépenses qui, lorsqu’il s’agit des personnels et des élèves, se traduit par des milliers de suppressions d’emplois et des restrictions massives des crédits budgétaires, peut souffrir des exceptions lorsqu’il s’agit d’un service du ministre. »

 
Le Sgen-CFDT reste tout aussi mesuré : « Plutôt que de tenter d’observer les conversations sur le net, nos ministres de tutelle seraient mieux inspirés d’utiliser une partie de ces sommes au développement du dialogue social qui seul permet à la fois d’entendre les attentes des personnels et de trouver les moyens d’y répondre ». Et il s’interroge : « Nos ministres n’envisagent donc pas d’autres moyens de connaître l’opinion et les attentes de leurs personnels que par la surveillance des échanges sur le net ? ».


 

« L’école, ça commence à trois ans »

Interrogé au Sénat lors des questions au gouvernement, Xavier Darcos a tranché officiellement en faveur de la suppression de la scolarisation à 2 ans. "L'école, ça commence à trois ans".

Le ministre avait déclenché une levée de boucliers en septembre, quand il s'était publiquement interrogé sur l'opportunité de recruter à bac+5 pour les écoles maternelles "des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches".

"J'ai dit à ce moment-là que ce n'était pas respecter les professeurs d'écoles maternelles que de vouloir leur donner des fonctions qui relevaient de la puériculture", a-t-il corrigé, interrogé lors de la séance des Questions au gouvernement du Sénat.

"Il faut que nous posions la question simple: qu'est-ce que nous faisons de enfants de un à trois ans ? Est-ce que c'est à l'école qu'il faut les mettre ou est-ce qu'il faut des dispositifs de transition comme tous les pays modernes l'ont fait ? ", a-t-il interrogé, avant de proposer sa propre réponse: "l'école maternelle à trois ans, c'est très bien. Avant, il faut trouver des structures d'accueil différentes qui soient adaptées aux besoins de ces enfants."

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

Delphine IA78 15/11/2008 23:35

@ Anne-Marie,Tu soulèves un vrai problème. Les communes ne vont pas pouvoir financer du jour au lendemain des jardins d'accueil ou garderies transitoires entre la crèche et la maternelle.Mais, il y une conséquence grave pour l'école publique : la fuite d'élèves vers le privé.Je vais perdre une élève de CE1 parce que la mère ne peut inscrire sa petite en TPS dans la maternelle voisine. Et où va-t-elle les inscrire ? Dans l'école privée de notre commune car là-bas, on accepte les TPS.Ma collègue de maternelle a posé la question à notre IEN : "le privé est-il soumis au même devoir que nous quant à l'accueil des moins de 3 ans ?"Réponse de l'IEN : "évidemment puisque c'est une école sous contrat avec l'Etat".Sauf que cette école privée se moque bien de savoir si elle peut ou non accepter les TPS. Elle le fait et personne ne lui demande des comptes.Voilà comment nous allons perdre des élèves...C'est scandaleux !

Densi 15/11/2008 13:28

Aucun problème : les locaux libérés dans les écoles par les TPS serviront(expériences déjà prévues à la rentrée 2009), seront peut-être améliorés, pour faire l'accueil, les parents ne verront même pas la différence.Les enseignants seront recasés vers des tâches plus en adéquation avec leurs diplômes(sic)..La cohabitation? Le SMA montre la voie!D'ici à ce super dirlo(enseignant?) chapeaute, pardon, manage, le tout...

Fanouch 15/11/2008 10:37

mat pu j.prevert : je suis d'accord avec ce que tu dis, mais est-ce à l'école de pallier au manque de notre société encore une fois ???

mat pu j.prevert 15/11/2008 08:24

La maternelle commence à 3 ans, c'est bien beau mais que vont faire les parents ? Exixte-t-il des jardins d'accueil comme le souhaite le ministre ? Les mères vont devoir s'arrêter de travailler ? Elles vont être enchantées ! Les communes aussi, si elles doivent prendre à leur charge la création et le fonctionnement de ces structures...Anne-Marie