Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 22:58


L. Hoefman directeur de l’école Malraux à Croix (59) propose ce modèle de courrier à envoyer au ministre de l’Education nationale. Parce que cette lettre peut servir de modèle pour tous les collègues qui souhaitent exprimer leur colère, nous avons décidé de la reproduire.

 

                                                           Monsieur le Ministre,

 

            J'ai l'honneur de vous faire part de  l'expression de ma profonde déception suite à la récente circulaire ayant trait à la décharge de service des Directeurs d'école. Il apparaît dans ce texte que les Directeurs seront inégalement traités, puisque leur temps de décharge administratif lié au soutien sera fonction de leur nombre de classes (soit entre 0 et 60 heures).

            Ce dispositif est profondément injuste pour les petites et moyennes structures, alors que la plupart des  taches administratives y sont aussi lourdes que dans les écoles de plus de 13 classes.

            D'autre part, les Directeurs, extrêmement sollicités ces dernières années, auraient apprécié un geste de leur Ministère, qui les aurait conforté, même réconforté dans leurs toujours plus nombreuses et importantes missions.

 

            La proposition actuelle semble prouver une profonde méconnaissance du terrain, voire un mépris pour une fonction qui, si elle reste essentielle au système éducatif, motive de moins en moins les enseignants du premier degré.

             Les Directeurs travaillent déjà beaucoup, par conviction davantage que pour la symbolique bonification indiciaire. Il n'est point question de rémunération dans mes propos, juste de temps pour assumer le mieux possible ce noble métier. Les Directeurs d'école font déjà beaucoup pour leur pays, il est urgent que leur pays fasse quelque chose pour eux, sous peine d'avoir à déplorer des démissions massives...

 

            Après avoir espéré durant  quelques mois une avancée significative, je déplore que l'esprit d'initiative, la volonté de se dépasser, le  désir d'autonomie, l'audace, le souci de la réussite du plus grand nombre, la disponibilité, le courage...ne soient pas davantage récompensés dans un gouvernement qui en a fait son cheval de bataille....

 

            En espérant avoir été entendu, je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments dévoués et respectueux.

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

Comment en est-on arrivé là ? Un collègue du Nord nous a fait parvenir un petit montage dans lequel il a rassemblé tous les messages qui circulent sur la messagerie de l’IA59. Un communiqué syndical, une réaction d’une collègue, un autre qui répond puis tout s’enchaîne très vite comme au bon vieux temps de la signature du protocole…

 

 

Au tout début, un communiqué du SNE-CSEN :

 

Du temps pour les directeurs

Depuis l'annonce de la nouvelle organisation de la semaine en primaire, le SNE-CSEN avait insisté auprès du ministère pour que du temps soit accordé aux directeurs afin qu'ils puissent, sereinement, se consacrer à la mise en place de ce dispositif.

Le SNE-CSEN a été entendu en partie, par le ministre (courrier en pièce jointe).  Une circulaire, en préparation, devrait préciser les décharges horaires dont vont bénéficier les directeurs (de 10h pour les écoles de 3 et 4 classes à 60h pour + de 13 classes). Mais doit-on voir dans cette frilosité, le refus de leur adresser un signe fort  alors que l'occasion s'en présentait ?

En effet le SNE-CSEN regrette que le ministère  n'ait pas accédé totalement à sa demande (le SNE réclamait l'exemption totale des 60 h pour tous les directeurs, eu égard aux tâches d'organisation), et estime que cette décision n'est qu'un petit pas vers une juste reconnaissance du métier de directeur.

Le SNE-CSEN qui sera reçu lundi par X. DARCOS, ne manquera pas d'insister encore pour que tous les directeurs bénéficient d'un temps de décharge pour la gestion de leur école.

 

1 - Réaction de Mme Mossi, directrice école Florian à Dunkerque.

 

Alors là, ça me sidère !! 1ere fois que je réponds à un courrier mais cette fois-ci c'est trop!!

Je suis directrice d'une école maternelle de 3 classes, donc pas de décharge contrairement à mes collègues qui en ont 4 (ou est la différence ???)

Ça ne me dérange pas de faire du soutien mais j'ai trouvé bonne l'idée d'avoir enfin une décharge administrative de quelques heures, et voilà qu'à nouveau selon le nombre de classes, je vais être à nouveau lésée !!!!!!!!!!!!!!!!!

La logique aurait voulu qu'on propose aux directeurs déjà totalement déchargés de n'avoir le droit qu'aux 10h étant donné qu'ils ont déjà des heures pour leur administratif et moi qui n'en ai pas du tout avoir le droit aux 60h !!

Mais c'est le contraire !!! Alors là il faut qu'on m'explique quelle est cette logique, en quoi elle est une avancée pour nous !

Donc, en conclusion, un directeur totalement déchargé aura 60 h de plus et un autre non déchargé  n'aura que 10 h !!!

Et bien je me sens vraiment de plus en plus reconnue par les uns et par les autres !!!!!!!!

Et j'aimerais savoir ce qu'en pense mes collègues, notamment les directeurs non déchargés !!

De qui se moque-t-on !!!!!!!!!!!!!

Une directrice de 3 classes outrée !

 

 

2 - Et bien je crois que je suis dans le même cas que vous 3 classes pour ma part section de moyens grands je ne dispose d'aucune décharge, d'aucune ATSEM pour ma classe

Je suis aussi très en colère

 

3 - Je suis directrice de deux classes et selon ce qui est proposé pour l'année prochaine je n'aurai droit à aucune heure pour mon travail de direction !!! Je suis sidérée et démotivée. J'ai écrit aux syndicats : mais qui nous défend nous directeurs non déchargés???? Non seulement nous avons une indemnité de direction ridicule mais en plus on ne nous accorde aucun temps pour mener à bien nos charges de directeur!!! j'ai l'impression qu'il n'y a aucune reconnaissance du travail que nous faisons dans nos petites écoles... c'est décourageant, démotivant et écoeurant cette non reconnaissance de notre hiérarchie... si rien ne bouge positivement je pense sérieusement demander un poste de brigade lors du mouvement l'année prochaine!!

Une directrice de 2 classes

 

4 - Salut Joyeux Directeurs et Joyeuses Directrices,

Moi, c'est 7 ans de directions dont 6 à gravir la montagne avec le même vélo que vous, mais comme j'en ai assez de recevoir des pierres, je rends mon tablier. Rien qu'avec ça, je vais déjà beaucoup mieux !

Ma seule crainte: qu'aucun de mes vœux ne sorte à la grande loterie.

Bonne route à toutes et à tous, j'espère qu'il y aura de temps en temps un petite descente, voire simplement un chemin plat (et félicitations à ceux pour qui "ça baigne"... Il y en a heureusement...).

 

5 - Nous voilà reparti pour une nouvelle vague de mails de mécontentement, comme après l'augmentation ridicule obtenue il y a deux ans, après des années de grève administrative.

Je fais figure de nanti puisque demi déchargé mais cela ne m'empêche pas d'être présent les mercredis matins et parfois tard le soir (hors réunion s'entend).

Je crains, hélas, que nos mails restent de nouveau lettre morte!

 

6 - Ne nous énervons pas....Il nous restera toujours le dimanche pour gérer l'administratif...

 

7 - Et la nuit !!!!

 

8 - Je suis tout à fait d'accord avec vous ! Pourtant, je suis directrice à 5 classes (plus que 4 à la rentrée prochaine...), mais ça a été ma 1ère réaction : je trouve inadmissible que les écoles  de 1 à 3 classes n'aient aucune heure de dégagée ! à croire que vous êtes des êtres à part qui n'avez pas besoin de temps ! J’ai aussi été directrice à 2 classes et je sais quelle charge de travail il y a ; je ne comprends pas que les syndicats ne soient pas intervenus dès le départ !

Je suis de tout coeur avec vous ! Et de plus en plus écoeurée !

J.RAULIER qui s'interroge fortement quant à son devenir !

 

9 - A la Directrice de Florian Dunkerque et aux autres.....,

Tout à fait d'accord !!

Quand j'ai annoncé autour de moi que j'allais avoir 10h de décharge !!

"super!"

Puis j'ai rajouté: "par an !"

"Ah!!"

Ensuite j'ai détaillé: "1/4 d'heure par semaine"

Ça fait encore plus ridicule!!!

C'est à peine le temps que me prend une inscription.

 

10 - Sans décharge car on sait bien que dans ces écoles nous n'avons pas d'administratif à faire !!

 

11 - Désolée pour le 60ème message dans la boîte aux lettres, mais c'est pour moi aussi le premier que j'envoie en 8 ans de direction; 

Serait-ce un signe ???

 

Premier message en dix ans..... Mais je ne sais pas quoi dire....

Ah si ! J'ai 4 niveaux, une direction, pas de décharge, un enfant et une femme que j'aime....

Et parfois j'en ai marre aussi (de ma direction...)

Un seul mot ....démission (de la fonction de direction...)

Bon courage à tous !!!!

 

12 - J'INVITE CHAQUE DIRECTEUR* A FAIRE SUIVRE CES COURRIERS DE MECONTENTEMENTS AUX SYNDICATS !!!!

S'ils reçoivent suffisamment de courrier, il y aura peut-être prise de conscience !

Quelques adresses : (liste non exhaustive)

SE-UNSA 59 : xxxxxxxx@ac-lille.fr

Dpon----t : xxxxxxx@ac-lille.fr

SNUipp FSU ac-LILLE : xxxxxxxx@ac-lille.fr

* surtout les directeurs non-déchargés et les autres, s'il y en a, solidaires.

 

13 - Réponse d’un délégué syndical du SNUipp

 

Cher(e) collègue, cher(e) camarade,

Nous sommes tout à fait d'accord avec toi, mais tu sembles oublier quelque chose :

1. le SNUipp, a priori pas enthousiasmé et après avoir consulté les collègues (78% contre) n'a pas signé le protocole.

2. le SE-Unsa qui, lui, a signé ce protocole, exige de l'IA du Nord qu'il  organise sans le SNUipp-FSU la mise en place des 108 heures.

3. Depuis toujours, le SNUipp-FSU exige notamment du temps pour tous les collègues directeurs (du temps et bien d'autres choses,

   Mais attardons-nous sur ce point, puisque tu soulèves le problème). Nous comprenons que des collègues sur postes profilés (formateurs, rased par exemple) aient du temps pour assumer leurs taches "particulières". Nous comprenons et demandons que les directeurs aient du temps pour organiser (avec leurs collègues adjoints) les "60 heures". Mais nous sommes tout autant que vous scandalisés par la répartition des heures. Ces heures étaient l'occasion peut-être de répondre, oh partiellement bien sûr, aux revendications des collègues directeurs.

4. L'organisation signataire présente comme une victoire le fait que le ministère accorde généreusement 10 heures annuellement aux directeurs de 3 classes, 20 heures pour les 5-9 classes, etc.

10 heures et puis  rien pour les plus petites !

Alors oui, vous pouvez écrire votre mécontentement, oui vous pouvez écrire à  SE-UNSA 59.

Non, vous ne pouvez pas mettre dans le même bateau toutes les organisations syndicales, en tout cas pas la nôtre.  

Vous pouvez aussi écrire votre mécontentement au ministère de l'Education nationale.  

Oui, vous pouvez nous faire part de votre légitime mécontentement, nous nous ferons un plaisir,

un devoir, de faire remonter vos revendications.  

Vous trouverez d'ailleurs ici http://59.snuipp.fr/spip.php?article383&var_recherche=p%E9tition la pétition   "Pour mieux d’école, du temps monsieur le Ministre !" que nous mettons à votre disposition depuis l'année dernière.  

Et si vous voulez nous écrire, utilisez cette adresse (uniquement) : snu59@snuipp.fr

Cordialement

Le bureau départemental du SNUipp-FSU Nord

 

14 - Je sais plus quoi dire? 4 classes cette année mais l'an prochain, si je n'inscris plus avnt la rentrée perte d'une classe  et donc plus de décharge, 4 niveaux dans ma classe de maternelle, et 32 élèves.

Une direction que j'avais prise comme un défi à relever  mais là on vire à l'exploit ; alors ras le bol....

 

15 - ET SI (nous aussi) ON ALLAIT BLOQUER LES RAFFINERIES DE PETROLE ?

 

16 - Et bien je reprends la plume pour la seconde fois Tout d'abord, merci à tous les collègues directeurs d'y avoir répondu, avec ou sans décharge, il ne s'agit pas de nous opposer les uns aux autres,on est tous dans le même bateau et c'est intéressant pour tout le monde de voir que nous avons les mêmes mécontentements et les mêmes inquiétudes.

Je n'ai pas voulu non plus encombrer vos boites mais là vraiment, j’étais hors de moi et il fallait que je l'exprime haut et fort Mon 1er courrier était en effet une réponse à un mail du syndicat (sne) qui se félicitait de cette soi disante avancée, d’où ma colère Merci au SNU IPP d'y avoir répondu et de nous avoir donné ces quelques informations en suppléments.

J'aime mon métier d'abord d'enseignante et même de directrice !!

Faire du soutien ne me dérange nullement, si cela se fait dans de bonnes conditions!

Mais me laisser 10h par an supplémentaire, c'est abuser !!

Bon courage à toutes et tous, et continuons de faire entendre nos voix !!

Cordialement, Mme Mossi, directrice école Florian à dunkerque

 

17 - Nos voix ne sont pas suffisamment entendues ! Nous sommes un cas à part, un sous groupe, mal représenté ! Bloquer les raffineries ? Au moins, l'info serait suffisamment insolite pour être relayée et faire parler de nous...

 

18 - Bonjour à tous,

C'est également la première fois que je "réponds à tous", mais cette fois, je pense que les revendications sont valables.

Il me vient une idée : si nous nous mettions tous d'accord pour ne pas faire ces heures face aux élèves ? Ce serait une action efficace, qui aurait le mérite de ne pas être une grève. Nous serions présents dans l'école, aux mêmes heures, consacrées au travail de direction.

Que font les syndicats ? Rien. Il faut peut-être agir par nous-même.

 

19 - Ce temps serait alors passé pour notre administratif ?

 

20 - Soutien d'une directrice qui a travaillé 10 ans dans une école à 3 classes et qui voit la différence dans une école à 4 classes.

C'est au ministère qu'il faut se plaindre directement !!

Bon courage.

 

21 - Bonne idée: voici une proposition de lettre au ministère, faites-en ce que vous voulez...Moi je l'envoie ce soir.

Sachez cependant que l’on n’est jamais mieux défendu que par soi-même! Et si ça ne change rien, au moins ça défoule...

L.Hoefman (Malraux, Croix)

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

Et c’est ainsi qu’est née la lettre au ministre…

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Réactions des directeurs
commenter cet article

commentaires

constant 24/07/2008 21:41

Clairement, pourquoi continuer à vouloir être directeur? ... puisqu'il n'y a aucune reconnaissance, que des contraintes?... personne ne doit assumer une charge de travail sans contrepartie (financcière ou temps libéré)...Arrêtez de vous sacrifier (ou expliquez-nous pourquoi vous le faites...)Faites enfin une vraie grêve administrative: prenez tous le risque de demander un autre poste l'an prochain... face à la pénurie, on reconnaitra enfin votre mérite...

A. Roth 09/06/2008 19:15

Je suis écoeuré! Tous les directeurs, et en particulier ceux qui n'ont pas encore de décharge auraient mérité un p'tit geste qui n'aurait rien coûté à l'Etat. Avec une décharge pour ces 60h, nous pourrions préparer ce travail sérieusement, mais là, tout est fait pour qu'on n'y arrive pas.J'ai toujours fait mon travail sérieusement, mais là c'est terminé. On nous prend vraiment pour des couillons.

Marie Agnès ALTIER 09/06/2008 14:43

bonne idée pour la lettre au ministre, j'adhère totalement. Je suis actuellment en stage de direction mais je suis déjà en poste de directrice dans mon école depuis cette année.on ne tarie pas d'éloges de la part de nos inspecteurs (même l'IA) sur notre merveilleux métier de directeur, mais effectivement on nous donne de plus en plus de tâches à accomplir. Et quand on n'est pas déchargé dans une école de trois classes accueillant 88 enfants de la maternelle au CP, nos supérieurs doivent penser que pour nous les journées ont été spécialement rallongées. Ce n'est pas 24h mais 28 ou 29h par jour qu'il nous faudrait. 

stéphan 09/06/2008 08:28

Et Saint Nicolas dit à son apôtre Xavier: tu diviseras pour mieux régner....Voilà encore le type de phrase qui ne tourne que sur elle même.Quoi de plus normal que de n'être pas tous sur la même ligne?Si on recherche le consensus (SI!)  on doit apprendre à écouter et savoir faire des pas vers l'autre.Prétendre faire l'unité seulement derrière ses seules idées, dans un pays somme toute démocratique, c'est pratiquer le division.la preuve?Le nombre de syndicat en France et particulièrement dans l'éducation nationale. Dès que l'on est pas d'accord on scissionne... Je veux bien Nicolas et Xavier. On peut aussi se dire qu'ils ne sont pas là par hasard et commencer par balayer devant notre porte.Quand à la culpabilisation du posteur N°10... ça me rend furibard!>si on pensait à nos miots on aurait refusé la semaine de 4 jours, la plus contraignante pour eux. Nos minots ont encore trop d'heures de cours avec des journées trop chargéesOn ne leur donnerait pas des devoirs le soir, interdits depuis Jules Ferry.On ne les ferait pas autant redoubler, inutile selon les stats.On ne leur ferait pas passer tant d'évas, et surtout, on aurait mis les moyens dans l'école (plus de profs, moins d'élèves) plutôt que d'augmenter les équipes départementales  (CP, MAI) en les médicalisant  (RASED) ....> l'échec scolaire (là aussi il faudrait s'entendre...) doit se traiter en classe. Imaginer la vie scolaire d'un minot pris en charge par le RASED dans la journée  et en soutien le soir...C'est pour eux aussi que je revendique ces 60HS! 

Phil Truffert, école Giono Miramas, 13 08/06/2008 17:41

Directeur en ZEP depuis 15 ans, j'enverrai cette lettre au ministre, ce ne sera pas la première et sûrement pas la dernière!Toutes les actions de ce type sont à médiatiser, elles montrent notre détermination à faire reconnaître notre métier de direction, et ne doivent pas souffrir d'un sentiment de culpabilité. Un dirlo ne peut pas sauver les élèves et le fonctionnement de l'école à lui tout seul.Si j'avais une décharge de classe plus importante et moins de charges de direction, je donnerai volontiers un peu de ces 60 h à mes élèves, mais soyons réalistes et revendicatifs.Les syndicats doivent accepter la critique, qu'elle soit interne ou externe. J'ai quitté après des années, le syndicat dit "majoritaire" qui n'utilise pas les mots "directeur" et "GDID", mais surtout qui n'a même pas publié le compte-rendu de l'assemblée des délégués sur la "direction d'école" et qui refuse le débat interne sur le sujet.J'ai adhéré à un syndicat qui a réclamé les 60h pour les dirlos au ministère, favorable à un statut de directeur. J'espère qu'ils accepteront le débat et les idées qui feront avancer de nouvelles propositions, sinon je ferai partie de la masse qui désertent ces organisations, pour gonfler une association en voie de développement...Qui mieux que les directeurs, pourront aider à la reconnaissance et aux difficultés des dirlos?Soyons unis, chers collègues, nous sommes dans la même galère!

EEPU-WATTRELOS-P-BROSSOLETTE 08/06/2008 12:52

Et Saint Nicolas dit à son apôtre Xavier: tu diviseras pour mieux régner....

Stéphan 07/06/2008 19:27

Stupéfait par le commentaire n°10!Ces 60hs appartiennent exclusivement aux élèves! Et celles faites en classe et sur lesquelles nous sommes déchargés? Tu as honte des revendications quand tu rentres chez toi?Je comprends de mieux en mieux comment on peut en arriver là.Organisation agissant pour l'école...Te rends tu comptes du nombres de dirlos qui n'en peuvent plus de ce genre de discours moralisateur, combien craquent sous la charge des responsabilités, combien se cassent ailleurs et même dans le privé?Tu peux me dire combien de postes vacants à Roubaix?même interrogations pour notre camarade de la FSU Nord: 

L.Hoefman, école Malraux Croix 07/06/2008 10:53

Erreur sur le volume horaire de soutien : le décret stipule 60 h comprenant soutien ET préparation pédagogique, dont cela ne fera jamais 2h par semaine, ou alors une partie de l'année seulement...
Pour le reste, soyons un peu objectif, même si ce soutien proposé est une bonne chose sur le principe, les conditions de mise en oeuvre le sont beaucoup moins,  et quant aux résultats escomptés...ne rêvons pas trop quand même: on ne supprimera pas les fameux 15% d'élèves en échec avec un saupoudrage de ce type...

Ecole Anatole France Villeneuve d'Ascq 07/06/2008 10:23

...Mais de grâce, pas sur ces 60 heures qui appartiennent exclusivement aux élèves...
C'est beau la vocation ! tu peux aussi reverser ton salaire au ministère pour couvrir les frais somptuaires et proposer d'offrir tes vacances et tes WE pour aider les fonctionnaires de l'IA qui sont tellement débordés....
 
Dans le monde où l'on vit je ne supporte pas ce genre de discours angélique. Au lieu de regarder ceux qui ont moins que toi regarde ceux qui ont infiniment plus et pose toi des questions quant à la façon dont on nous exploite.

Ecole Lorca 07/06/2008 09:44

Réponse d'un délégué SNUipp au commentaire 9
Cher monsieur (cher camarade >:o :-D :-! )
 
il est peut-être trop tard pour entamer un dialogue constructif avec vous, mais, lisez. Et surtout, ne répondez pas.
 
Le projet de loi sur la mobilité, c’est quoi ?
 
Projet présenté en novembre qui a fait l’unanimité contre lui des organisations syndicales :
 
*Seuls les représentants de l’administration ont approuvé le projet de loi, FSU, CGT, FO, UNSA, Solidaires et CFTC ont voté contre, CFDT et CGC se sont abstenus.*
 
Les articles 6 (accompagnement financier des mobilités liées aux restructurations) , 7 (dispositif de réorientation professionnelle), 8 (cumul d’emplois à temps incomplet) et 9 (recours à l’intérim) ont été rejetés par l’ensemble des organisations. Il n’en n’a été tenu aucun compte par le ministre.
 
Projet présenté et adopté par le Sénat le 29 avril 2008
 
Le projet comporte 16 articles.
 
Les 6 premiers articles définissent les conditions et possibilités de passage d’une Administration à une autre.
 
*L’article 7 intègre la possibilité, nouvelle, de licencier un fonctionnaire* : (extraits)
 
« Réorientation professionnelle »
 
« Art. 44 bis. – En cas de restructuration d’une administration de l’État ou de l’un de ses établissements publics administratifs, le fonctionnaire peut être placé en situation de réorientation professionnelle dès lors que son emploi est susceptible d’être supprimé.
 
« Art. 44 ter. – L’administration établit, après consultation du fonctionnaire placé en réorientation professionnelle, un projet personnalisé d’évolution professionnelle qui a pour objet de faciliter son affectation dans un emploi correspondant à son grade, situé dans son service ou dans une autre administration, ou de lui permettre d’accéder à un autre corps ou cadre d’emplois de niveau au moins équivalent. Le projet peut également avoir pour objet de l’aider à accéder à un emploi dans le secteur privé ou à créer ou reprendre une entreprise.
 
« Pendant la réorientation, le fonctionnaire est tenu de suivre les actions d’orientation, de formation, d’évaluation et de validation des acquis de l’expérience professionnelle destinées à favoriser sa réorientation …
 
« L’administration lui garantit un suivi individualisé et régulier …
 
« Le fonctionnaire peut être appelé à accomplir des missions temporaires pour le compte de son administration ou d’une autre administration. Les missions qui lui sont alors confiées doivent s’insérer dans le projet personnalisé.
 
« Art. 44 quater. – La réorientation professionnelle prend fin lorsque le fonctionnaire accède à un nouvel emploi.
 
« Elle peut également prendre fin, à l’initiative de l’administration, lorsque le fonctionnaire a refusé successivement trois emplois publics correspondant à son grade, à son projet personnalisé d’évolution professionnelle et tenant compte de sa situation de famille. Dans ce cas, il peut être placé en disponibilité d’office ou, le cas échéant, admis à la retraite.
 
*L’article 8 organise la possibilité de cumuls d’emplois *:
 
Article 8
 
I. – À titre expérimental et pour une durée de cinq ans à compter de la promulgation de la présente loi, les fonctionnaires de l’État peuvent, lorsque les besoins du service le justifient et sous réserve de leur accord, être nommés dans des emplois permanents à temps non complet cumulés relevant des administrations de l’État, des collectivités territoriales, des établissements publics de l’État et des collectivités territoriales…
 
Le fonctionnaire nommé dans des emplois permanents à temps non complet doit exercer un service au moins égal au mi-temps dans l’emploi correspondant au grade du corps dont il relève… Le même décret détermine les conditions dans lesquelles ces emplois peuvent être cumulés et précise les règles applicables en cas de modification de la durée hebdomadaire d’activité d’un ou de plusieurs emplois occupés.
 
*L’article 9 est passionnant ….permet le recours aux vacataires pour de longues périodes *:
 
Recrutement dans la fonction publique
Article 9
 
I. – L’article 3 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée est complété par un alinéa ainsi rédigé :
 
« Toutefois, des agents non titulaires peuvent être recrutés pour assurer le remplacement momentané de fonctionnaires autorisés à exercer leurs fonctions à temps partiel ou indisponibles en raison d’un congé de maladie, d’un congé de maternité, d’un congé parental ou d’un congé de présence parentale …
 
*L’article 10 organise l’intervention des agences d’intérim *….
 
Article 10
 
« Art. 3-2. – Sous réserve des dispositions de l’article 25 relatives aux missions assurées par les centres de gestion, les collectivités territoriales et les établissements mentionnés à l’article 2 peuvent, lorsque le centre de gestion dont ils relèvent n’est pas en capacité d’assurer la mission de remplacement, avoir recours au service des entreprises mentionnées à l’article L. 1251-1 du code du travail (=agences d’intérim)
 
– Les personnes morales de droit public peuvent faire appel aux salariés de ces entreprises pour des tâches non durables, dénommées missions, dans les seuls cas suivants :
 
Remplacement momentané d’un agent en raison d’un congé de maladie, d’un congé de maternité ou d’un congé parental, d’un passage provisoire en temps partiel, de sa participation à des activités dans le cadre d’une réserve opérationnelle, sanitaire, civile ou autre, ou de l’accomplissement du service civil ou national, du rappel ou du maintien sous les drapeaux ; (cela fait beaucoup de cas …. !)

B. Robin, Secrétaire Départemental FSU Nord 07/06/2008 09:20

A part rester bien au chaud dans votre classe, à refuser d'adhérer à une quelconque organisation agissant pour l'école et à regarder vers ceux qui, comme vous, subissent les réformes qui bientôt seront venues à bout de notre école au lieu de parler des vrais responsables, où est-il possible de vous rencontrer pour vous permettre d'éviter ce 
type de message qui dénote d'une méconnaissance inquiétante de l'expression syndicale ? (avez-vous transmis tous les envois des syndicats à vos collègues cette année ?) 
B. Robin, Directeur, Secrétaire Départemental FSU Nord

Ecole Condorcet Roubaix 07/06/2008 08:28

Directeur depuis 13 années scolaires, je peux légitimement comprendre le besoin de temps supplémentaire à la gestion d'une école.
Mais de grâce, pas sur ces 60 heures qui appartiennent exclusivement aux élèves ( 72 heures en réalité 2 x 36h). Je travaille depuis toujours en REP, nos élèves ont tant besoin de ces heures qui si elles sont intelligemment placées dans l'année scolaire peuvent leur être bénéfiques.
Et puis, arrêtons de nous plaindre sans cesse; les syndicats ont toujours été l'obstacle à la création d'un vrai statut pour la direction d'école, de peur d'avoir des "petits chefs" à la tête des écoles. En rentrant chez moi, le soir, j'ai souvent honte de ces revendications que je ne partage absolument pas. Quand je vois mes proches qui travaillent dans le privé pour un salaire de misère, 5 semaines de congés payés et qui n'ont qu'une possibilité de se défendre: se taire.
C'est la première fois que je réponds à tous; mais trop c'est trop.

EEPU-FLETRE 06/06/2008 20:58

Bonsoir,à part faire la grève, compter le nombre de grévistes ou manifestants, se  gargariser et donc participer indirectement à la baisse de notre pouvoir d'achat, quelle autre alternative les syndicats ont-ils à  proposer ?
FX Boone, directeur d'une école rurale (à 4 classes depuis cette année...)

Fabien 06/06/2008 13:13

Il suffit d'envoyer le courrier à l'adresse officielle du M.E.N.C'est prêt. Je le poste cet aprem. Ministère de l'éducation nationale110 rue de Grenelle75357 Paris SP 07

Sandrine Sourdeval 06/06/2008 13:04

Bonjour
Je suis directrice d'une école maternelle de trois classes à Orthez, j'ai envoyé la lettre (à laquelle j'adhère complétement) à une adresse mail trouvée sur le site du ministère mais je souhaiterai avoir l'adresse à laquelle le collègue a écrit de façon à "viser la même cible".
Merci d'avance
Sandrine Sourdeval
Ecole maternelle Chaussée de Dax
64300 ORTHEZ

Ecole Malraux Croix 06/06/2008 12:38

Réponse à commentaire 3
Je ne pense pas que le cynisme soit  une vertu progressiste, mais plutôt l'arme  de celui qui se trouve acculé à se défendre sans perdre trop la face....
Quoi qu'il en soit, je préfère l'action personnelle aux promesses collectives stériles. Cela fait des années que rien de sérieux n'est proposé aux directeurs, malgré un ras-le-bol général, non?
Mais nous n'avons sans doute pas les mêmes valeurs...

Ecole de Préseau 06/06/2008 10:11

bonjour à tous,
en effet ,je rejoins mon collègue pour ne pas effectuer de soutien devant les élèves;
quand je compte le temps que j'ai déjà passé à essayer d'organiser les 60 h l'an prochain à faire des propositions pour que finalement cela soit imposé par l'inspection...
 
pour ce qui est du soutien scolaire, j'ai l'impression que directeurs et adjoints, nous allons passer beaucoup de temps en réunion  collègues, rased, parents.., organisation et préparation et qu'il nous restera très peu de temps devant les élèves OU ALORS tout le travail préparatoire sera fait en heures sup!! ( si je me réfère à la trame de réflexion de notre inspectrice: 50h devant élèves et 10h d'organisation soit 2h par période; si l'on tient compte du temps passé pour un PPRE par élève;  faites le calcul....
F.CLICHE

david 06/06/2008 10:07

lorsque j'ai lu les propositions en ce qui concerne les 60 H de soutien, j'ai tout de suite pensé à tous mes collègues qui n'ont pas, comme moi 4 classes avec un "stage filé" déjà insuffisant car absent en avril/mai par exemple.... double peine donc pour les "petites directions" qui ont les mêmes taches que les autres mais sans aide !!! bravo messieurs les décideurs !!!! Sans compter un détail pratique, maintenant, pour les école qui ont décidé de "soutenir" le midi ou le soir : quelles relations avec les familles qui sont présentes (je suis en maternelle) et que fera t-on des élèves qui restent (oubliés...) parfois très tard après la classe si l'on doit "soutenir" ??? encore un détail pratique oculté... un de plus. Je suis écoeurée et songe sérieusement à tout envoyer balader car c'est tellement mépriser notre travail et que je suis épuisée et révoltée après 8 ans de direction. Attention : à trop charger la mule, celle-i va ruer !

Ecole Lorca 06/06/2008 09:41

Réaction du délégué SNUipp
"Sachez cependant que l'on n’est jamais mieux défendu que par soi-même!"
 
je n'ai jamais rien lu d'aussi désespérant. Il y en a qui doivent rigoler tout là-haut...
et mes ancêtres (ne remontons qu'au 19ème siècle) doivent se retourner dans leur tombe.

EPC Victor Hugo 06/06/2008 09:39

Je confirme : Que font les syndicats pour les directeurs d'école ? Rien. Ils ne signent pas (whaou! Quelle action! Ils ont refusé de signer!).
Dernier mail du SNUIPP: même pas le mot "directeur"...!!
Leurs revendications ? Légitimes, mais parcellaires.
Pour en discuter régulièrement avec des collègues directeurs, il me semble ne pas être le seul à revendiquer ce genre de propos. Comme quoi, même si j'ai tort, vous avez comme un problème de communication. Nous avons BESOIN de ces 60 heures par an pour effectuer correctement notre travail administratif et relationnel. Quelle que soit la taille de notre école! !
Dites-le FORT!!!!!!!!!!! On n'entend RIEN!!!
Cordialement, C. Grevet.

ac-lille 06/06/2008 09:32

Réponse au message 18 C'est incroyable que vous puissiez écrire : que font les syndicats, rien.Le snuipp n'a pas signé le protocole "direction"et je sais pour en avoir été qu'ils sont nombreux à consacrer leur journée du mecredi à militer pour défendre la profession alors qu'ils ont une classe comme vous et moi.Respectez-les, respectons-les et battons-nous, tous ensemble...et ça ira peut-être mieux.CordialementA.Marié