Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 16:15



SAMEDI MATIN : CIRCULAIRES

 
Dispositions relatives au service des personnels enseignants du premier degré
 

I. ORGANISATION DU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU PREMIER DEGRE

Le service des enseignants s’inscrit dans le cadre de l’organisation de la semaine scolaire retenue en application des dispositions du décret n° 90-788 du 6 septembre 1990 modifié relatif à l’organisation et au fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires.

A) Le service des personnels enseignants du premier degré s’organise en vingt-quatre heures hebdomadaires d’enseignement à tous les élèves et trois heures hebdomadaires en moyenne annuelle, soit cent-huit heures annuelles, effectuées sous la responsabilité de l’inspecteur de l’éducation nationale chargé de la circonscription dans laquelle exercent les enseignants concernés.

B) Les cent-huit heures annuelles de service se répartissent conformément à l’article 2 du décret du 6 septembre 1990 précité, de la manière suivante :

1) soixante heures consacrées à de l’aide personnalisée ou à du travail en petits groupes, notamment en maternelle, auprès des élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages et au temps d’organisation correspondant.

Dans le cas où ces soixante heures ne peuvent être intégralement mobilisées pour de l’aide personnalisée ou du travail en petits groupes, elles sont consacrées au renforcement du temps de formation des enseignants hors de la présence des élèves.

Le temps d’organisation correspondant à l’aide personnalisée permet d’identifier les élèves en difficultés et de prévoir les modalités de cette aide pour ceux qui en bénéficieront.

2) vingt-quatre heures consacrées :

- à des travaux en équipes pédagogiques (activités au sein des conseils des maîtres de l'école et des conseils des maîtres de cycle) ;

- aux relations avec les parents ;

- à l’élaboration et au suivi des projets personnalisés de scolarisation des élèves handicapés.

3) dix-huit heures consacrées à l’animation pédagogique et à la formation.

4) six heures consacrées à la participation aux conseils d’école obligatoires. Le tableau prévisionnel des dates et heures des différents conseils et réunions organisés dans l'école est adressé par le directeur de l’école à l'inspecteur de circonscription. Celui-ci est tenu informé, en cours d'année, de toutes modifications éventuelles.

Le conseil d'école et le conseil des maîtres de l'école sont réunis au moins une fois par trimestre. Le conseil des maîtres de cycle se réunit selon une périodicité au moins équivalente. Le relevé de conclusions de chaque conseil et réunion est consigné dans un registre. Une copie du relevé est adressée à l'inspecteur de la circonscription et, pour ce qui est des réunions du conseil d'école, au maire de la commune.

Les cent-huit heures annuelles de service précisées ci-dessus, sont effectuées sous la responsabilité de l’inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription et font l’objet d’un tableau de service qui lui est adressé par le directeur de l’école.

 

II. PARTICULARITES CONCERNANT LES OBLIGATIONS DE SERVICE DES ENSEIGNANTS

DU PREMIER DEGRÉ

1. Compléments de temps partiel et postes fractionnés

Le service d’un enseignant exerçant à l'année dans plusieurs écoles doit comporter le même temps d’enseignement devant élève que celui de tout autre enseignant à temps complet ainsi que les cent-huit heures de service complémentaire se déclinant dans les quatre composantes rappelées ci-dessus.

L’enseignant effectue ainsi, dans le cadre de son service, le nombre d’heures d’aide personnalisée aux élèves correspondant aux quotités de temps partiel qu’il assure. Par exemple, s’il assure son service en complément de deux enseignants à mi-temps, il effectuera deux fois trente heures d’aide personnalisée aux élèves rencontrant des difficultés.

L'utilisation des 48 autres heures de service hors enseignement est organisée par les directeurs d'école concernés en liaison avec les intéressés. Cette organisation doit recueillir l'accord de l'inspecteur de circonscription.

 

2. Service des titulaires remplaçants

Les titulaires remplaçants ont les mêmes obligations de service que les autres enseignants du premier degré : vingt-quatre heures hebdomadaires d'enseignement plus cent-huit heures annuelles globalisées.

Ces dernières sont utilisées en fonction des projets des écoles où s’effectuent les remplacements.

Un décompte régulier sous le contrôle de l’inspecteur de circonscription permettra de s’assurer de la réalisation des 108 heures annuelles.

 

3. Service des maîtres formateurs

Dans le cadre de leur service, les maîtres formateurs consacrent :

- vingt-quatre heures, dont dix-huit heures d'enseignement dans leur classe et six heures d'activités qu'ils effectuent sous la responsabilité des directeurs des instituts universitaires de formation des maîtres afin de participer directement aux actions de formation, d'animation et de recherche qui incombent à ces établissements ;

- deux heures à leur documentation et à leur information personnelles sur les problèmes de formation des maîtres ;

- une heure en moyenne hebdomadaire sur l'année (soit trente-six heures annuelles) permettant

d'assurer les activités visées au I ci-dessus selon la répartition horaire suivante : vingt-quatre heures consacrées aux travaux en équipes pédagogiques, aux relations avec les parents, à l’élaboration et au suivi des projets personnalisés de scolarisation pour les élèves handicapés ; six heures d’animation pédagogique et d’activités de formateurs ; six heures de participation aux conseils d’école obligatoires.

Ils pourront, s’ils le souhaitent, assurer des heures d’aide personnalisée auprès d’élèves de leur école ou d’écoles proches. Ces heures seront rémunérées en heures supplémentaires.

Le complément de service à assurer devant les élèves est de six heures par maître formateur. Le regroupement de quatre compléments de service permettra la constitution d’un service complet, assuré par un maître qui enseignera pendant vingt-quatre heures et consacrera cent-huit heures en moyenne annuelle aux activités visées ci-dessus.

 

4. Service des directeurs d’école

Les directeurs d’école contribuent à l’organisation et à la coordination au sein de leur école des soixante heures d’aide personnalisée aux élèves, notamment par l’élaboration du tableau de service prévu au I.

A ce titre, ils bénéficient d’une décharge horaire sur le service de soixante heures prévu au I.B.1, à partir d’une direction d’école à trois classes. Elle est définie comme suit :

- Directeurs d’école de 3 et 4 classes : décharge de 10 heures de service

- Directeurs d’école de 5 à 9 classes : décharge de 20 heures de service

- Directeurs d’école de 10 à 13 classes : décharge de 30 heures de service

- Directeurs d’école de plus de 13 classes : décharge de 60 heures de service.

 

Circulaire relative à l’organisation du temps d’enseignement scolaire et de l’aide personnalisée dans le premier degré.

 

Objet : Organisation du temps d’enseignement scolaire et de l’aide personnalisée dans le premier degré.

La présente circulaire a pour objet de présenter la nouvelle organisation de la semaine scolaire et d’apporter des précisions concernant l’aide personnalisée, suite aux modifications du décret n°90-788 du 6 septembre 1990 relatif à l’organisation et au fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires et de l’article D. 411-2 du code de l’éducation. Elle abroge et remplace la circulaire n° 91-099 du 24 avril 1991 relative à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires.

 

I - L'organisation du temps scolaire.

A compter de la rentrée 2008, le temps scolaire des élèves de l’école primaire est organisé comme suit : 24 heures d’enseignement par semaine pour tous les élèves, ceux qui rencontrent des difficultés d’apprentissage pouvant bénéficier, en outre, de deux heures d’aide personnalisée.

II. Organisation de la semaine scolaire.

Dans le cadre de cette organisation du temps scolaire, l’amplitude d’ouverture des écoles doit permettre d’organiser l’enseignement obligatoire et l’aide personnalisée.

L’enseignement scolaire hebdomadaire peut se répartir sur quatre jours ou sur 9 demi-journées du lundi au vendredi.

Sauf décision contraire prise dans les conditions prévues à l’article 10-1 du décret 90-788 modifié, les 24 heures d’enseignement sont organisées à raison de 6 heures par jour les lundi, mardi, jeudi et vendredi.

Les élèves rencontrant des difficultés bénéficient, au-delà du temps d’enseignement obligatoire d’une aide personnalisée de 2 heures maximum par semaine selon des modalités définies par le projet d’école (par exemple, une demi-heure par jour, une heure deux jours par semaine, etc.).

- Aménagement de l’année scolaire.

En application du décret n° 90-236 du 14 mars 1990, le recteur d’académie peut procéder à des adaptations du calendrier scolaire national pour tenir des situations locales.

- Aménagement de la semaine scolaire.

Sur proposition du conseil d’école transmis par l’IEN et après avis de la commune, l'inspecteur d'académie-DSDEN peut modifier la répartition des 24 heures d'enseignement obligatoire dans la semaine, en les répartissant sur neuf demi-journées du lundi au vendredi.

Ces modifications ne peuvent avoir pour effet, ni de modifier le nombre de périodes de travail et de vacance des classes, ni l'équilibre de leur alternance ou encore de réduire la durée effective totale des périodes scolaires. Elles ne peuvent non plus conduire à réduire ou augmenter sur l'année scolaire le nombre total d'heures d'enseignement obligatoire.

L’inspecteur d’académie-DSDEN veille à l'harmonisation des projets d'aménagement du temps scolaire entre les écoles maternelles et élémentaires relevant du même périmètre scolaire et à leur homogénéité entre écoles soumises aux mêmes contraintes pour un territoire donné. Ce territoire peut être plus restreint que la commune pour les grandes villes et plus large pour le milieu rural.

Il tient compte des contraintes inhérentes à l'organisation des transports scolaires. Il mène la concertation, à son niveau, avec les responsables d'activités à caractère culturel, sportif, social et les autorités responsables de l'instruction religieuse.

L'inspecteur d'académie-DSDEN prend sa décision, après consultation du Département en application de l’article D. 213-29 du code de l’éducation et du conseil départemental de l’éducation nationale conformément aux dispositions de l’article R. 235.11 du code de l’éducation. Il notifie sa décision à l'inspecteur de l'éducation nationale et au directeur d'école. Il en informe la ou les collectivités locales concernées, ainsi que les partenaires consultés. En cas de refus, la décision négative est motivée.

- Aménagement de la journée scolaire.

L'inspecteur d'académie-DSDEN fixe les heures d'entrée et de sortie des écoles dans le cadre du règlement type départemental prévu à l’article R.411-5 du code de l’éducation

En application de l’article L. 521-3 du code de l’éducation, le maire peut modifier les heures d'entrée et de sortie en raison de circonstances locales.

 

II- L’organisation et la mise en place de l’aide personnalisée.

Le conseil des maîtres propose à l’inspecteur de l’Education nationale l’ensemble du dispositif d’aide personnalisée au sein de l’école, comprenant le repérage des difficultés des élèves, l’organisation hebdomadaire des aides personnalisées et les modalités d’évaluation de l’effet de ces aides en termes de progrès des élèves.

L’inspecteur de l’Education nationale arrête ce dispositif pour l’année scolaire. Ce dispositif est ensuite inscrit dans le projet d’école selon les procédures en vigueur.

Pour ce travail, les enseignants s’appuient sur les programmes de l’Ecole primaire, références en matière de connaissances et de compétences à acquérir à chaque niveau, sur les évaluations nationales, références précises à des moments clé de la scolarité ainsi que sur les outils d’évaluation et de contrôle des résultats mis en oeuvre dans chaque classe.

En application de l’article 10-3 du décret n°90-788 du 6 septembre 1990 précité, le maître de la classe effectue le repérage des élèves susceptibles de bénéficier de cette aide personnalisée dans le cadre de l’évaluation du travail scolaire des élèves, avec l’aide, le cas échéant, d’autres enseignants. Cette liste, présentée au conseil des maîtres ou conseil de cycle peut évoluer au cours de l’année en fonction d’évolutions constatées ou de besoins nouveaux.

Le maître de la classe met en oeuvre l’aide personnalisée et en assure la coordination lorsqu’il ne la conduit pas entièrement lui-même. Il s’appuie pour cela sur l’ensemble des moyens disponibles.

Le premier de ces moyens est la différenciation pédagogique dans la classe pendant les 24 heures d’enseignement dues à tous les élèves.

En fonction des difficultés rencontrées par les élèves, l’aide personnalisée peut s’intégrer à un programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) ou prendre la forme d’un autre type d’intervention, en petit groupe par exemple. Ces actions peuvent se développer en lien avec le dispositif global d’aide aux élèves.

Pour la renforcer, notamment dans l’éducation prioritaire, le maître peut être aidé par des enseignants spécialisés, d’autres enseignants de l’école ou d’une autre école dans le cadre d’échanges de service.

Aux mêmes fins de différenciation pédagogique, la mise en oeuvre de l’aide personnalisée peut aussi se traduire par l’utilisation à titre expérimental d’horaires décalés. Ceux-ci permettent, dans le cadre du service hebdomadaire dû par les professeurs des écoles, la prise en charge de la difficulté scolaire par une organisation décalée des heures d’entrée et de sortie des classes d’une même école ou de deux écoles proches. Ce décalage autorise l’intervention simultanée de deux enseignants dans la même classe pendant une durée du temps scolaire clairement identifiée par le projet d’école. Cette expérimentation, qui sera ciblée sur les aides personnalisées en français et en mathématiques, fera l’objet, comme les autres dispositifs, d’une évaluation au terme de l’année 2008-2009 dans les départements où elle aura été pratiquée.

L’adhésion des parents et de l’enfant est indispensable afin que l’aide personnalisée trouve sa pleine efficacité. Un emploi de temps hebdomadaire est présenté aux parents qui donnent leur accord.

 

III- L’information des familles.

Vous veillerez à informer les familles le plus tôt possible avant la rentrée scolaire des modalités d’organisation du temps scolaire et des principes de fonctionnement de l’aide personnalisée mentionnée au II. Ces dispositions sont mises en application à compter de la rentrée 2008.
 
                                                                       Retour à la page d'accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Propositions du Ministère
commenter cet article

commentaires

Bruny annick 20/06/2008 14:09

SVP d'où tenez-vous cette "circulaire"? d'après d'autres infos elle correspond mot pour mot à un entretien entre le ministre et la FCPE. pour moi elle ne correspond pas à ce que doit être une circulaire, avec références, voire N° et signature.C'est ennuyeux parce qu'elle circule maintenant comme une circulaire authentique, alors si c'est le cas donnez moi les références car je ne la trouve pas au BO. Merci.

Paul Louterne 09/06/2008 16:51

"Ce dispositif est profondément injuste pour les petites et moyennes structures, alors que la plupart des  taches administratives y sont aussi lourdes que dans les écoles de plus de 13 classes."Comment peut-on penser et écrire une énormité pareille?Paul 

Frédéric 06/06/2008 00:09

J'entends bien tout le monde râler !! (peut-être moins les directeurs en décharge complète !) mais que pouvons-nous obtenir si tous les directeurs(trices) voire tous les collègues ne se mobilisent pas ?Dans l'école que je dirige (faisant fonction à 9 classes) tous mes collègues reconnaissent le besoin d'un statut différent pour les directeurs. Ils vont même plus loin car ils aimeraient que le directeur aie même un statut hiérarchique car celà serait plus juste à leurs yeux !!!!! Ne serait-ce que pour les inspections où l'avis du directeur sur les collègues (vue sur toute l'année, tous les jours) serait certainement plus objectif que celui de l'inspecteur qui ne vient généralement qu'une heure !!! et pourrait donc compléter celui de l'IEN.Frédéric, un faisant fonction qui croît encore (rêveur peut-être) à la beauté de ce métier !!!! mais pour combien de temps ????

LEZIL 31/05/2008 07:45

Non, non, je persiste. Ton calcul fait se mélanger les chouraves et les navets.Dans la mesure où le directeur n'était pas déchargé des heures dédiées aux conseils, dans la formule valable jusqu'en juin, il n'y a pas de raison de faire un comparatif en y incluant ces heures maintenant.Mon calcul est donc le bon.Jusqu'ici, le directeur demi déchargé bénéficiait d'un samedi sur deux travaillés de décharge, soit 12 samedis par an, soit 36 heures.A partir de septembre, sur ces heures du samedi matin, il ne lui en restera plus que 30.

Tendero D 29/05/2008 10:49

Non les conseils et autres doivent être comptabilisés.Cordialement D Tendero

LEZIL 26/05/2008 21:05

Pas tout à fait, D, car dans les 108 heures, il y a les 18 heures de Conseils divers et variés et les 12 heures d'animations pédagogiques.Donc si je ne me trompe pas non plus, ça fait :108-30=7878/2=36Les directeurs demi-déchargés perdent 6 heures de décharge annuelle.

Ecole E Herriot ac-rouen 26/05/2008 13:30

Nous nous sommes faits avoir pour une demie décharge sur les 108 heures des samedis108:2=54 pas 30 les concertations ne sont pas comptées comme des samedis de travail. Cordialement D. Tendero

sandrine 26/05/2008 12:41

Et bien moi je la veux bien la pointeuse!!!!!! par curiosité, j'aimerais bien savoir combien d'heures je fais au juste...parce que, étant directrice non déchargée d'une école à 3 classe, je ne compte pas le nombre de fois où j'arrive à l'école à 8h30 (on prend à 9h), mange comme d'habitude devant mon ordi, un repas froid, tout en lisant le courrier de l'inspection, préparant les mots à coller dans les cahiers pour telle sortie ou tel spectacle) et repars quand j'ai corrigé mes fichiers, cahiers et copies, vers 20h30...après avoir passé 11h à l'école à travailler....sans compter le dimanche, où si je veux n'avoir que les corrections et un ou 2 trucs à préparer en semaine (histoire de consacrer quand même un peu de temps à mes 3 enfants....qui trouvent qu'être enfant d'instit, c'est pas toujours la joie...) je travaille facilement la matinée entière, ou l'après midi, voire parfois les 2 quand il y a eu beaucoup de réunions ou de rendez vous avec les parents les soirs de la semaine et donc où j'ai pris du retard dans les corrections de mon fichier....Le ministère a l'air d'avoir peur qu'on soit payé plus qu'on ne fait d'heures...En ce qui me concerne, je pense que je mériterais bien un salaire de cadre avec les heures que je fais effectivement... vive la pointeuse!!!!! (enfin, les pointeuses, car il en faut aussi une à la maison chaque fois qu'on se met au travail pour notre classe...)

MOULLIN-TRAFFORT 25/05/2008 12:25

Comme d'habitude, les plus déchargés bénéficient d'encore plus de temps! C'est un comble. On ramasse des miettes une fois de plus!

oeillet 25/05/2008 10:54

Dans ma circonscription, en Seine Maritime, notre IEN a l'habitude de tout régenter, donc, toutes les écoles vont devoir s'organiser de la même façon. Ce qui, bien entendu, est impossible, car les écoles de la "grande ville" ont 2 heures de pause méridienne, alors que la plupart des écoles en milieu rural n'ont qu'une heure trente.Par ailleurs, de nombreux SIVOS et RPI existent , avec des horaires de car qui sont organisés en avril pour septembre (ben oui! eux, ils prévoient à l'avance!).Or, notre IEN veut mettre les heures d'aide individualisée sur la pause méridienne.Nous sommes en train de paniquer un peu, car avec un SIVOS de 5 communes, 50% des enfants prennent le car, et nous allons devoir jongler avec des paramètres qui nous échappent.On nous a dit qu'il était impossible de mettre les deux heures le mercredi, sinon, les animations pédagogiques auron lieu pendant les vacances.Alors, comme d'habitude, tout se fait dans l'urgence, là où il aurait fallu une réflexion importante avec tous les partenaires, et on va vers un b...l monstre!!Est ce que certains ont des idées d'aménagements innovantes et qui permettraient de concilier toutes les contraintes?Avec 226 élèves, et 9 classes, on va s'amuser...

Christophe 25/05/2008 10:01

A quand une pointeuse dans les écoles pour vérifier si tout le monde fait bien les heures. (à moins que les directeurs et directrices soient dotés d'un képi d'une matraque te d'un carnet à souche à la rentrée pour fliquer les collègues).Je n'évoque même pas les problèmes de responsabilités: le directeur étant responsable de tout va-t-il devoir être présent durant toutes les heures de présence des collègues.Compte tenu du flou qui entoure tous ces problèmes (entre autre) je pense que les directeurs sont une espèces en voie de disparition mais nous resisterons jusqu'au boutBon courage à tous

ce.06407xxx@ac-bordeaux.fr 24/05/2008 14:26

Les directeurs deux classes et chargés d'école (classe unique) ne sont pas des directeurs pour vous. Merci bien !

mat pu j.prevert 24/05/2008 10:40

Plus facile à dire qu'à faire Ewen. Surtout en maternelle. Le côté relationnel est extrêmement important avec des enfants de cet âge. Et on voudrait déjà les mettre en soutien et en plus avec des personnes qui ne sont pas toujours les mêmes ? Je rêve. C'est le grand n'importe quoi. J'en ai subi des réformes mais celle-ci vaut son pesant de cacahuètes ! Comment peut-on tolérer ça ? De quel esprit tordu sort pareille réforme ? Quant aux directeurs, n'en parlons pas. Une fois de plus les grands perdants. A eux tous les problèmes qui ne vont pas manquer d'apparaître dès qu'on va vouloir mettre en oeuvre cette absurdité. Je suis révoltée.Anne-Marie

ewen 24/05/2008 09:24

Cédric,Dans quel secteur travailles-tu ? Les échanges entre enseignants ne sont quand même pas une contrainte et faire du soutien avec des élèves d'une autre classe, celle du directeur y compris, peut être intéressant. On se contente de rustines pédagogiques, il ne faut pas croire qu'on va s'attaquer aux vrais problèmes car ceux - là nécessitent un autre regard, une autre organisation et du personnel en nombre suffisant , spécialisé et compétent.La répartition des heures avec un peu plus ou un peu moins dans l'école pose les mêmes problèmes.Ce qui pose vraiment souci c'est l'urgence car pas de réflexion possible alors qu'on engage des modifications dans les plannings des personnels municipaux, dans la vie des élèves et des familles. L'urgence encore et encore.

Cedric58 24/05/2008 08:40

Oui si le texte reste en l'état, ça va poser de sérieux problèmes dans les écoles. Des problèmes d'organisation. Quelle gestion pour mettre en place, calculer le nombre d'heures...Des problèmes relationnels si un adjoint doit prendre les élèves du directeur durant un certain temps.Des problèmes pédagogiques si les élèves du directeur sont pris en charge par plusieurs enseignants différents.Au SE, on a décidé de ne pas baisser les bras et de faire de nouvelles propositions au ministère. En espérant vivement être entendus.Voici un extrait du communiqué publié par le SE :
"Contrairement à ceux qui se sont volontairement écartés de toute possibilité de négociation, nous avons agi pour ne pas laisser toute latitude au Ministère et contrer ainsi, pied à pied, son projet initial : 72h de soutien auprès des élèves en difficulté et ce pour tous les enseignants, heures qui auraient été programmées unilatéralement par le Ministre sans possibilité d'autonomie des équipes .
Le SE-UNSA a choisi une toute autre option celle de s'opposer ET de proposer, seule voie syndicale responsable pour défendre l'intérêt des personnels que nous représentons. Nous n'avons pas pour habitude de regarder passer le train sans rien faire et, ensuite, de s'approprier le travail des autres (les avancées obtenues) ou de crier aux loups sur les décisions ministérielles, alors qu'on ne s'est donné aucun moyen de contrer ces dernières".

Lydie 24/05/2008 08:24

Mais quel foutoir ! J'ai 1/4 de décharge. Si je comprends bien, je vais "bénéficier" (!!!) de 20 heures en tant que directrice pour organiser le travail supplémentaire qu'occasionne cette mesure. Et mes élèves dans l'histoire ? Ils ont 20 h de soutien en moins ? Ils seront pris en charge par mes collègues ? Ils vont être enchantés !Comme si on n'avait pas pu dispenser complètement les directeurs de ce soutien !!! Rien de tel pour nous donner un travail complémentaire au travail supplémentaire ! Si on avait voulu mettre le bazar dans les écoles, on ne s'y serait pas pris autrement ! Bravo le ministère ! merci les syndicats !

dir69 24/05/2008 08:17

On va bientôt noter une hausse des suicide chez les directeurs à 9 classes qui, une fois de plus sont les cocus de l'histoire.

kinette 23/05/2008 21:02

Cette circulaire est-elle sortie (23/05/08)? Si non, d'où la tenez-vous?Merci