Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 15:34




Marie-Hélène Colovos, directrice (Le Touquet 62), nous fait part de son irritation devant la situation créée par la mise en place de stages filés pour assurer les décharges. Elle est une victime "collatérale", comme beaucoup d'autres collègues, de la signature du protocole en 2006. A maintes reprises, nous avons dénoncé, dans ces colonnes, les conséquences de l'engagement précipité du SE-Unsa.
Nous reproduisons le courrier que nous adresse Marie-Hélène ainsi que sa lettre à l'IA 62.
 

Déchargée par un PE2 en stage filé, je n'ai pas eu de décharge durant trois semaines fin janvier, et cela va recommencer pour les trois semaines qui viennent.

La secrétaire de mon IEN me dit qu'elle ne peut rien faire, et à l'IUFM, on me dit que nous n'avions qu’à pas signer, qu'on s'est bien fait avoir...

Alors j'ai encore pris ma plume, enfin plutôt mon clavier, et vous trouverez ci-joint le courrier que j'ai fait parvenir à mon IA sous-couvert de l'IEN. (il parraît que c'est pas bien d'écrire au ministre directement sans passer par la voie hiérarchique, ils étaient pas contents la dernière fois).
Si d'autres directeurs en faisaient autant, et que les syndicats nous soutenaient, alors, peut-être … Marie-Hélène Colovos.

 
Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

 

Je fais partie des directeurs d’école déchargés par des PE2 en stage filé.

Comme vous le savez, ces jeunes enseignants en formation effectuent leur stage dans nos écoles à raison de trente journées par an, alors que la décharge administrative des directeurs concernés devrait être de trente-six journées.

Vous nous avez promis qu’aucun directeur ne serait lésé, et que les six journées de décharge manquantes seraient assurées par des remplaçants.

Je me suis donc adressée à mon Inspection de circonscription, qui malgré toute sa bonne volonté est dans l’incapacité d’honorer cette parole, faute de personnel de remplacement.

Personne ne semble beaucoup s’inquiéter de cet état de fait, c’est pourquoi j’ai décidé de rédiger ce courrier.

L’an passé les directeurs d’école qui n’avaient pas renvoyé l’enquête 19 ont eu un retrait sur salaire pour service non fait d’environ 90 euros.

Il serait juste, cette année, que l’Education Nationale dédommage les directeurs dont la décharge ne sera pas complète, de la même manière, 90 euros par jour, pour service de l’administration non fait, ou rémunère ces 36 heures en heures supplémentaires.

Je pense que mes collègues directeurs seraient réconfortés de voir enfin leurs conditions de travail prises en compte, et pourquoi pas, de voir payées ces six journées de travail qu’ils vont devoir effectuer en dehors du temps scolaire si les décharges ne sont pas assurées par vos services.

Je sollicite votre bienveillance afin de trouver la meilleure solution pour nous venir en aide, et je vous prie d’agréer, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, mes très respectueuses salutations.

                                                                                                          Marie-Hélène Colovos.


Retour à la page d'accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

che 08/05/2008 13:52

En fait.. Ne plus avoir de décharge c'est en effet une grosse perte. D'un autre côté, vu l'expérience de cette année.. Je perds encore plus de temps à gérer les manques de la PE, la mise ou remise au point des points qu'elle doit traiter du programme car je me f... des demandes de l'IUFM.. Mes CM2 doivent bosser ce jour et posséder les acquis qu'ils doivent avoir.Les écanges de services dus aux visitesLes IMF et autres remarques qui viennent me voir car je refuse de faire varier mon emploi du temps pour que la PE puisse faire toutes les matièresEt surtout les remplaçants divers et variés qu'il faut que je rebriffe quand elle est en stage sur des programmes qu'elle mène elleSans compter les jours de décharge "variables" dont on est averti tard et qui oblige à recontacter les rendez vous que l'on avait pris pour le jour de décharge "normal" pour les annuler,  nous faisant faire double boulot. Pas facile de "bouger" au dernier moment une équipe éducative de 6/7 personnes.. Au bour d'un moment on les fait le soir.. Je passe sur la discipline de la classe "moyenne", les habitudes d'école qui ne se prennent pas car les PE ne se cnsidèrent pas "enseignants" mais "étudiants" et trouvent normal d'être aidés, soutenus etc.. Alors virer la PE si les décharges ne sont pas régulières??? Peur être pas si "couteux" en fait.

mat pu j.prevert 07/05/2008 23:06

Entièrement d'accord avec ce qu'écrit Che. C'est vrai que l'administration nous utilise à sa guise pour former des PE2 à bon compte. Ce n'est certainement pas en pensant à notre décharge. Grande responsabilité des syndicalistes qui ont permis, peut-être involontairement mais le résultat est là, aux IUFM de pouvoir placer leurs stagiaires dans les classes des directeurs. Ce faisant, ils savaient bien que le jeune en formation ne pourrait pas être laissé à son triste sort de débutant. S'l ne veut pas que sa classe se transforme en pagaille, le directeur est bien contraint, malgré lui, d'intervenir un tant soit peu.Menacer de ne plus recevoir un PE..Oui, mais on fait comment ? Déjà, ça n'est pas facile de se faire entendre des IUFM. A-t-on le droit de refuser un stagiaire ? Et si on nous prend au mot, c'est ZERO décharge... Je ne connais pas beaucoup de collègues qui seraient prêts à aller au bout de l'épreuve de force. A ce petit "jeu", on perd à tous les coups.Anne-Marie

mat pu j.prevert 07/05/2008 23:05

Entièrement d'accord avec ce qu'écrit Che. C'est vrai que l'administration nous utilise à sa guise pour former des PE2 à bon compte. Ce n'est certainement pas en pensant à notre décharge. Grande responsabilité des syndicalistes qui ont permis, peut-être involontairement mais le résultat est là, aux IUFM de pouvoir placer leurs stagiaires dans les classes des directeurs. Ce faisant, ils savaient bien que le jeune en formation ne pourrait pas être laissé à son triste sort de débutant. S'l ne veut pas que sa classe se transforme en pagaille, le directeur est bien contraint, malgré lui, d'intervenir un tant soit peu.Menacer de ne plus recevoir un PE.. Oui, mais on fait comment ? Déjà, ça n'est pas facile de se faire entendre des IUFM. A-t-on le droit de refuser un stagiaire ? Et si on nous prend au mot, c'est ZERO décharge... Je ne connais pas beaucoup de collègues qui seraient prêts à aller au bout de l'épreuve de force. A ce petit "jeu", on perd à tous les coups.

che 07/05/2008 22:39

Les exemples sont parlants.. la décharge dont la régularité allait avec la nécessaire régularité du travail de direction n'a plus cours. En clair.. Vous êtes "accueillants" quand le PE est présent car sa formation a besoin de régularité.. Pour le reste vous êtes déchargés car c'est un texte de loi, mais quand on peut.. Le travail de dirlo qui lui est régulier.. (les dates limites des différentes demandes ne sont pas renvoyées aux calendes grecques) est repoussé hors du temps scolaire ou nié tout simplementCes stages sont un scandale.. une victoire àla pyrrhus que l'on va payer plein pot.. De "vous serez déchargés quand on aura un moyen de remplacement" on passera l'an prochain à "plus de décharge pendant les stages.. vous gérez bien l'école sans depuis l'année dernière quand les moyens ne sont pas disponibles"Le futur mesdames et messieurs.. Un directeur d'EPEP et des "pseudo dirlos" non déchargés qui gèrent le quotidien sans décharge, ni reconnaissance. La voie est ouverte par les stages PE2.. Relisez le rapport de l'inspection générale sur l'objectif et le devenir des stages filés (site du GDID square GDID) Révoltez vous et défendez votre travail de dirlo. Faire des dirlo des formateurs au rabais non payés c'est nier leur travail et surtout rajouter une tâche gratuite à u boulot déjà bien lourd. On a un poids avec les stages filés.. Le seul peut être.. car si on y met la pagaille, c'est à l'IUFM que l'on met le feu et Ca... Ils n'aiment pas pour une raison simple.. les PE sont en formation et ils peuvent se plaindre en contestant la formation qu'ils reçoivent.Menacer de ne plus recevoir un PE.. C'est terrible. car le PE peut se retourner contre l'IUFM pour "manquement à l'égalité de formation due par rapport à ces collègues"Che

Muriel 07/05/2008 17:58

Idem chez nous, dans le Nord. Remplacement assuré par brigade mais à des dates imposées en fonction des disponibilités, je suppose.

ghislaine pelletier 07/05/2008 15:56

Bonjour,Dans l'Eure, les choses sont un peu différentes, puisque les six jours manquants sont pourvus d'un remplacement. Le détail, c'est que ces six jours sont répartis sur l'année de façon aléatoire, mais pas du tout en fonction des besoins. C'est ainsi que dans la même semaine, mes élèves de Grande section ont eu trois enseignantes.. Quand au sixième jour de remplacement, il tombe fin juin, quand ce n'est pas début juillet.....Mais le quota est respecté...

LEZIL 07/05/2008 09:10

Le principal problème, avec ces stages filés, c'est qu'une fois de plus, on a laissé les dirlos s dém... chacun dans son école.Et comme les situations sont différentes selon les départements ...Nous, cela ne concerne que les directeurs de quatre classes.Les autres PE2 sont casés pour remplacer des adjoints avec des projets spéciaux.Un syndicat ou une association aurait pu au moins rencontrer le ministre pour que ce soit généralisé sur la France !Chez nous, les 6 semaines de stage des PE2 sont remplacées en temps réel par des TR.Un syndicat ou une association aurait pu rencontrer le ministre pour imposer ça nationalement.Non, depuis deux ans, on se contente de se plaindre de la situation, et on ne mutualise pas les revendications sur le sujet. C'est dommage.Du coup, on laisse les collègues isolés dans leur coin, se dépatouiller, ou se faire bouffer, car bien souvent, qui sont les dirlos des petites écoles ? Des jeunes nommés d'office.Donc merci à cette collègue de son courage d'écrire à son IA, en espérant que, comme c'est une initiative individuelle, elle ne va pas être sanctionnée.Et ce serait bien qu'un syndicat ou une association reprennne cette initiative pour la nationaliser.Ce qui ne les empêche pas de revendiquer d'autres choses en parallèle, bien entendu.

che 06/05/2008 23:35

accepter les PE2.. pas le choix en effet.. On te donne ce mode de décharge et tute débrouilles. J'avais rencontré l'IEN, l'IA avec les syndicats.. Rien à faire.. Le DACA jouait sur du velours..Les syndicats ont été clairs avec moi.. "cette solution est positive pour un plus grand nombre qui n'avait pas de décharge.. donc perte et profit"Donc , en effet.. pas le choix..Mais on puvait sur l'année ne pas "se couler" dans le dispositif pour ne pas le "valider" à postériori.. Refuser les modifications d'emploi du temps qui "arrangent le PE2", refuser le "soutien formation" qui a été fait dans beaucoup de cas.. refuser les "arrangements avec les IMF visiteurs" du style.. Pouvez vous reprendre la classe pour que je puisse discuter avec le PE2 (ce qui s'est beaucoup fait..)refuser de reprendre la classe quand le PE était absent etnon remplacé car c'est un PE et pas un titulaire et répartir les enfants dans les classes comme pour n'importe quel absent..En fait on pouvait "subir" sans valider.. J'ai appliqué cette ligne, j'ai même respecté à la lettre le protocole PE2, téléphonant à l'IUFM pour réclamer les visites dûes au PE2 (4 minimum) car ce n'est pas à moi de faire la formationJ'ai rencontré le problème des "décharges" non faites lors des stages des PE2  (la mienne est même partie 4 semaines au lieu de 3). J'ai informé mon IEN et l'IUFM qu'en cas de problèmes, je refusais mon PE2 en stage et abandonnait ma décharge. Difficile de me sanctionner.. Je ne refusais pas de faire mon boulot de dirlo, je faisais classe.. En fait j'ai expliqué qu'il était encore moins difficile d'organiser mon travail sans décharge que de courir après un temps incertain qui m'empêchait de m'organiser. Aurais je un  PE2 filé l'an prochain..? Certainement vu le nombre de PE2 à mettre sur le terrain.. Je subirai mais ne validerai pas par une "participation poussée" ou un investissement. A moins qu'on me nomme IMF en titre en plus de dirlo avec la décharge et la paye qui va avec.. On verrache

VALMORI Patrick 06/05/2008 22:55

"Pourquoi se gêner quand les dirlos se plient à tout ce que l'on demande.."Comment faire autrement CHE que d'accepter ? C'est ça ou rien. C'était à l'ensemble des dirlos de se révolter mais sans l'appui de syndicats, crois-tu possible de réagir efficacement ? Déjà avec leur appui, on a vu ce qui est arrivé à ceux qui n'ont pas rendu l'enquête 19.Et comment compter sur les syndicats puisqu'ils sont rétifs aux demandes des directeurs ? Où est la solution ?

v 06/05/2008 22:53

"Pourquoi se gêner quand les dirlos se plient à tout ce que l'on demande.."Comment faire autrement CHE que d'accepter ? C'est ça ou rien. C'était à l'ensemble des dirlos de se révolter mais sans l'appui de syndicats, crois-tu possible de réagir efficacement ? Déjà avec leur appui, on a vu ce qui est arrivé à ceux qui n'ont pas rendu l'enquête 19.Et comment compter sur les syndicats puisqu'ils sont rétifs aux demandes des directeurs ? Où est la solution ?

che 06/05/2008 22:14

C'est drôle comme le temps passe.. et comme les "visions" qualifiées de défaitistes àl'époque se vérifient.. copie du commentaire posté sur ce même site quand les stages se sont mis en place en fin d'année dernière qui faisait suite à un entretien avec l'IEN "pour donner quelques infos supplémentaires à Gilles pour qu'il en fasse part au SE, voilà un petit compte rendu de mon entretien du jour avec mon IEN suite à mes questions pratiques du fait de l'honneur qui m'est fait d'être choisi pour un stage filé l'an prochain à la place de ma décharge. Les 6 jours manquants? Ils seront assurés par des brigades FC sans pouvoir garantir que ce sera la même mes deux fois. Les samedis? Ils étaient illégaux. une décharge de directeur d'un quart c'est 36 jours.. Donc fini. Le type de décharge? Atention monsieur ce n'est pas une décharge "hors de la classe", mais de la formation continue.. Il faudra, sans être toujours dans la classe, consacrer le temps indispensable, si cela est nécessaire au PE2 à la bonne tenue du stage. Les séquences? Il faudra prévoir dans votre emploi du temps des adaptations car le PE doit (contrat de formation) s'essayer à toutes les situations et matières. Le cadre de référence d'accueillant de pE2 filé.?. Il est en cours de construction dans un froupe de travail. Il sera communiqué aux maitres accueillant. Il est évident qu'il sera nécessaire de prévoir de temps de concertation et de discussion avec les formateurs (CP et IUFM) Le "mémoire de fin de PE2"? Il est évident qu'il sera nécessaire de prévoir une adaptation des projets de classe en fonction du thème central de travail du PE2 "il ne faut pas prendre le stage filé comme une simple décharge, c'est une formation qui comporte ses nécessités auquelles il faudra vous adapter. C'est tout chaud.. Ce n'est pas romancé.. Et c'est expliqué d'une manière très aimable, sans animosité aucune. CHE On a "accepté" et certains ont même trouvé cela "pas si mal".. On y a perdu du temps, et surtout du respect pour la fonction que nous occupons "directeur".. Les stages filés sont la pire atteinte portée à notre fonction de directeur.. C'est la négation de la réalité de notre travail et de la justification de notre décharge en tant que telle pour gérer notre école.. C'est l'acceptation de décharges "variables", liée à des considérations plus importantes (besoin du PE, de la formation, manque de remplaçants) C'est en fait l'acceptation par les dirlos qui ont "joué le jeu" du fait que la direction est une "occupation externe" qui se gère "quand on a letemps et plutôt en dehors du temps d'enseignement. et on l'a acceptée.. Certains l'ont même "validée" en se prêtant au jeu, en effectuant les "aménagements" dans leurs emplois du temps.. consacrant du temps à la formation etc.. On paye...comme Marie hélène... Logique.. mais pas d'inquiétude.. demain sera pire.. Moins de profs donc moins de remplaçants.. Plus de PE (listes complémentaires) et surtout.. mettez vous à la place du MEN.. Pourquoi se gêner quand les dirlos se plient à tout ce que l'on demande.. che

dom 06/05/2008 21:15

Excellentisme réponse...j'adore mais notre ministre est sinistre et soucieux que l'on ne s'égare pas. Et l'administration n'a pas beaucoup d'humour.Dommage , mais quelle foutaise ces temps de décharge honteusement tronqués.Pour un vrai temps de décharge il faut faire quoi ?