Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle heure ?

 

Recherche

Soutiens

Le statut de directeur d'école dans les projets présidentiels de 2012

 

Certains candidats ou partis évoquent le statut de l'école et de son directeur.

Qu'en disent-ils ?

 

Marine Le Pen
UMP
UMP & PS

Philippe Poutou 

 

La synthèse et les résultats de la consultation IFOP - GDID sont disponibles sur le site de l'Ifop à l'adresse suivante (cliquer sur le panneau ci-dessous) :

 

 

  Inscrivez-vous sans tarder à la "newsletter" des "directeurs en lutte"pour recevoir les dernières infos. 

Il suffit d'entrer votre adresse mail dans le cadre de gauche.

1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 22:51

Après « la lettre de l’éducation », c’est au tour du « Monde de l’éducation » (édition de mai 2008) de publier un « éclairage » sur la fonction de directeur d’école, son absence de statut, les revendications et les attentes des directeurs. Nous reproduisons, ci-après, l’article de Maryline Baumard.

 

Tâches qui s’accumulent, faibles décharges… Les directeurs d’école voient leurs journées s’allonger, mais pas leur rémunération. Car contrairement aux principaux et aux proviseurs, ils n’ont ni statut ni prime de fonction.

 

Ça grogne chez les directeurs, ces enseignants qui bénéficient d’un petit dédommagement et d’une décharge (si leur école compte plus de quatre classes) pour assurer des missions de plus en plus lourdes. La position n’est pas facile et les postes peu prisés : 3500 d’entre eux sont aujourd’hui vacants, et un bon nombre ont été attribués d’office aux sortants d’IUFM, apportant une nouvelle preuve que les bagarres syndicales pour obtenir ces décharges (passées récemment de 6 à 4 classes) n’ont pas tout résolu.

Mais un malaise plus profond semble gangrener cette catégorie hétéroclite. Ce n’est pas nouveau mais le phénomène s’aggrave. Dans son étude sur le climat des écoles primaires, Georges Fotinos tirait déjà la sonnette d’alarme fin 2006 : sur 900 directeurs interrogés, 85 % se montraient pessimistes sur le système scolaire, soit 33 % de plus que dans le second degré. Aux yeux de cet inspecteur général, « les directeurs d’école souffrent de l’absence d’une identité professionnelle. On leur demande la quadrature du cercle, alors qu’ils n’ont ni budget, ni autorité, ni même de mission reconnue ».

 

Il est temps d’agir

« Identité professionnelle » : le terme masque le besoin d’un statut, inexistant puisque le directeur est un enseignant choisi parmi ses pairs, et de surcroît tabou depuis une vingtaine d’années. En 1986-1988, le ministre de l’éducation René Monory s’était attiré les foudres du corps enseignant en cherchant à mettre en place un statut de maître-directeur. Face à ce rejet, la formule fut enterrée, ses successeurs se gardant de rouvrir le dossier afin de ne pas fâcher les syndicats les plus représentatifs. Il est peut-être temps de reposer la question.

« Nos écoles primaires sont-elles en mesure d’être pilotées, alors que l’institution ne reconnaît aucun statut à ses directeurs et ne leur offre aucune formation longue dans ce domaine », se demande Laurence Bergugnat-Janot, maître de conférence à l’IUFM d’Aquitaine. Et elle n’est pas la seule. Une association de directeurs, le Groupement de défense des intérêts des directrices et directeurs (GDID), qui compte 1300 adhérents et enregistre chaque semaine plusieurs dizaines de nouveaux venus, relaye cette requête. « L’absence de statut génère un conflit identitaire qui empêche nos collègues de se penser comme chefs d’établissement », résume le président de l’association, Alain Rei, qui se définit moins comme « enseignant avec une fonction de directeur que [comme] directeur qui conserve une fonction d’enseignement ». Prudente, l’association précise que le statut qu’elle revendique ne doit pas inclure le volet hiérarchique. Directeur d’école oui, mais chef des professeurs d’école non ! Un refus que partagent les syndicats d’enseignants. Le Syndicat des enseignants UNSA accepte une discussion sur le statut des établissements, mais pas un corps de direction. Au SNUipp (FSU), Gilles Moindrot s’interroge autant sur ce qu’un statut des directeurs ou de l’établissement améliorerait dans le fonctionnement des écoles, que sur ce qu’il y a derrière le terme de « statut ». Fin de la discussion ?

Le débat ne peut que rebondir. Comme le rappelle Alain Rei, les directeurs agissent en chefs d’établissement lorsqu’ils signent une autorisation de sortie pour un collègue ou décident une évacuation d’élèves… Il est donc hypocrite de leur refuser la reconnaissance de cette fonction – et accessoirement le salaire – qui l’accompagne. L’association a testé cette idée auprès de 40 000 directeurs. Sur les 10 000 réponses dépouillées, il apparaît que 93 % d’entre eux souhaitent un statut, quelle que soit la taille de l’école qu’ils dirigent.

« Dans une telle enquête, on table en général sur 10 % de retours. Notre enquête réalisée à la demande du GDID a obtenu ce taux incroyable de retours ! » s’étonne encore Damien Philippot, le directeur d’études de l’IFOP. De là à conclure que ceux qui font tourner les écoles ont un réel besoin de se faire entendre, il n’y a qu’un pas. Que les directeurs franchissent dans cette même enquête, estimant, à hauteur de 53 %, n’être pas assez bien représentés par les syndicats.

Au-delà des grognes conjoncturelles – contrairement à leurs collègues du second degré, les directeurs d’école n’ont pas eu droit à une prime substantielle de fin d’année – cette question du statut fait apparaître un changement de fond. Une nouvelle culture serait-elle en train de naître dans un premier degré anarcho-syndicaliste ?

Qui sont donc ces nouveaux directeurs an quête d’une définition de leur métier ? La dernière promotion de chefs d’établissement du second degré compte 12 % de transfuges du premier degré. Les observateurs notent que, pour une nouvelle génération d’enseignants du premier degré, l’école est devenue un passage et non plus une carrière. « Ils passent ce concours [de professeur des écoles], projettent de rester cinq ou six ans et de passer ensuite d’autres concours en interne », assure un professeur d’IUFM. S’il existait une fonction de chef d’établissement du premier degré, peut-être n’iraient-ils pas vers le secondaire…

En 2000-2001, l’administration de Jack Lang avait pour projet de créer des regroupements d’écoles avec un « responsable de regroupement » à sa tête. A son tour, Gilles de Robien a proposé un texte. Xavier Darcos, lui, a voulu ouvrir une expérimentation, « mais personne ne s’est porté volontaire parce que c’était l’inspecteur d’académie qui devait désigner le chef d’établissement », regrette Alain Rei. Le dossier a été de nouveau remisé. Et ce alors que l’école à la française – sans statut ni directeur – fait toujours figure d’exception dans le concert international.

Maryline Baumard

Retour à la page d'accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by Les directeurs en lutte - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

mat pu j.prevert 03/05/2008 09:45

Je trouve que la journaliste a fait un bon résumé de la situation que nous connaissons, hélas, depuis trop longtemps. Elle a fait un tour complet du problème qu'elle pose d'ailleurs plutôt bien pour quelqu'un qui est étranger au fonctionnement des écoles.Elle met bien l'accent sur les incohérences de notre fonction : responsabilités sans existence légale.Elle fait le lien entre l'absence de statut et donc pas d'évolution de carrière et la recherche d'une identité en passant chef d'établissemnt dans le secondaire. Cela a déjà été évoqué ici.Un autre point soulevé qui n'a pas été repris encore mais qui me semble également important :Prudente, l’association précise que le statut qu’elle revendique ne doit pas inclure le volet hiérarchique. Directeur d’école oui, mais chef des professeurs d’école non !Quelle interprétation la journaliste fait-elle en écrivant ce constat ?Prudente, ça peut vouloir dire : ne pas effrayer les adjoints, les directeurs eux-mêmes (ou certains d'entre eux) et les syndicats. Ce débat a déjà été initié ici.Prudente, ça peut aussi vouloir dire qu'on utilise une tactique pour avancer pas à pas et faire évoluer le statut par la suite et donc qu'on n'affirme pas ses convictions ou celles des directeurs.Qu'en pense cette journaliste ? Qu'a-t-elle voulu dire exactement ? Phrase ambiguë...Anne-Marie

Henri 03/05/2008 07:25

@ Dédel !Eh ! bien à lire ton commentaire, je reviens sur le mien : la récréation n'est pas terminée ! Tels des élèves pris en faute, "M'sieu, c'est pas moi, c'est lui !"...Pas joli, joli de montrer les copains (même "du regard" !)

Dedel 02/05/2008 22:27

Merci Henri de souligner que la fin de la grève administrative a été sifflée par la signature du protocole. Je te ferai pas l'injure de te rappeler qui a signé ce fameux protocole. Faut pas regarder de mon côté. Suis mon regard...

Henri 02/05/2008 17:14

C'esr vrai qu'avec le coup de sifflet de "l'arbitre" (signature du Très Saint et Respecté Protocole) la fin du match (la "grève administrative") était annoncée, ou la récréation si l'on préfère (mais c'est plus "marrant" !)Du coup, les directeurs "rebiffés" se sont évaporés et n'ont à ce jour plus guère de motifs de le faire !Les "moutons" sont rentrés dans le rang hormis quelques galeux qui, par-ci, par-là dressent un peu la tête !Quel dommage qu'il ne suffise pas d'un tel coup de baguette magique pour obtenir un statut !!

Dedel 02/05/2008 15:16

Allons, allons, Henri, j'ai dit "marrant", comme ça pour rigoler. Il faut le prendre avec humour.Pourquoi je disais ça ? Parce que j'ai d'abord pensé que c'était le blog qui avait choisi ce titre. Je me disais, ils veulent accrocher le lecteur.Bon, on me dit que c'est le journal. Du coup, je retire "marrant". Je remplace par "surprenant" dans le sens où il n'y a pas plus de bagarre maintenant qu'il y a 1 an ou 2 ans. C'est même moins puisque la grève administrative est terminée. A ce moment-là, on aurait pu dire que les directeurs se rebiffaient. C'est sans prétention de ma part et surtout sans provocation, crois-moi.Tu vois, faut pas le prendre pour ce que ça n'est pas.

VALMORI Patrick 02/05/2008 14:19

La dernière promotion de chefs d’établissement du second degré compte 12 % de transfuges du premier degré.S’il existait une fonction de chef d’établissement du premier degré, peut-être n’iraient-ils pas vers le secondaire… C'est le passage qui me semble le plus intéressant. J'en ai déjà touché deux mots ici. Je suis convaincu que ce serait une promotion et une évolution de carrière. alors que pour l'instant, que peut-on espérer quand on arrive dans le boulot ? Rien.Je suis persuadé à 200 % qu'on aurait un attrait nouveau pour prendre la direction des écoles. L'argent, ça compte, c'est même super important au moment où le pouvoir d'achat est attaqué comme jamais. Mais la considération, la reconnaissance, l'espoir de progresser dans le boulot, c'est capital. C'est ce qui me motive à lutter (c'est un bien grand mot sans doute).

Henri 02/05/2008 12:51

Le titre est exagéré ?Décidément les oeillères dont certains sont pourvus sont phénoménales ! Plutôt que d'oeillères, disons "idéologie", qui consiste à ne voir que sa propre réalité !Pour ceux qui veulent la regarder, cette satanée réalité, et l'article en question le fait à sa façon, elle est bien triste et surtout elle pointe la défaillance de la représentation syndicale à coller à la réalité (cela a déjà été beaucoup dit ici et par moi-même souvent à tel point que cela en devient lassant !), à en rendre compte et à être "en phase" avec une partie des enseignants : entendons les directeurs dont il faut bien vouloir qu'ils constituent de plus en plus une "catégorie à part"...C'est vrai que tout est cela est bien "marrant" : tout dépend de quel côté du manche l'on se trouve !

stéphan 02/05/2008 12:27

ben Oui, c'est bien le titre de l'article...http://www.lemonde.fr/mde/dans la rubrique "malaise dans le primaire".Tu le trouves marrant? Et le contenue, il te fait rire aussi?De là à conclure que ceux qui font tourner les écoles ont un réel besoin de se faire entendre, il n’y a qu’un pas. Que les directeurs franchissent dans cette même enquête, estimant, à hauteur de 53 %, n’être pas assez bien représentés par les syndicats."quand le sage montre la lune..." 

Dedel 02/05/2008 11:12

Marrant le titre accrocheur de votre article "les directeurs se rebiffent". Un peu exagéré,vous ne trouvez pas ? C'est de vous ou de la journaliste ?

Delphine IA78 02/05/2008 10:46

Très bon papier. Le Monde de l'éducation, c'est une revue qui compte. Si notre ministre pouvait y jeter un coup d'oeil... Je suppose que ça ne lui apprendrait pas grand chose. Mais un petit rappel, ça ne fait pas de mal.